Immigration : ni diaboliser, ni idéaliser

Le mot « immigration » empoisonne la politique française et européenne. L’objet de cet article est donc d’essayer de casser les bulles médiatiques de ceux qui angélisent et de ceux qui diabolisent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jason Leung on Unsplash https://unsplash.com/photos/jCBzW_Q_UGI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Immigration : ni diaboliser, ni idéaliser

Publié le 10 septembre 2021
- A +

Par Yves Montenay.

« Je suis leur chef, donc je les suis ». Cette formule ironique s’applique malheureusement à la plupart des responsables élus. Mais c’est très difficile lorsqu’il y a deux tribus opposées, comme c’est le cas pour l’immigration afghane et pour l’immigration en général.

Les Afghans vont-ils déferler sur l’Europe ?

Pourtant, l’immigration afghane n’est pas un gros problème démographiquement parlant : aujourd’hui on parle de quelques centaines de réfugiés au sens plein du terme (c’est-à-dire menacés de mort pour avoir travaillé pour la France), et peut-être de 1000 ou 2000 personnes dans des situations plus ou moins similaires. Ce n’est rien par rapport à 67 millions d’habitants et à plus de 200 000 entrées migratoires brutes annuelles en France.

Mais on nous dit : « des masses d’Afghans bien plus importantes vont fuir le pays et iront vers l’Europe, alors que nous ne voulons plus d’immigrants ». C’est ce que disent les dirigeants grecs et une bonne part des électeurs européens.

Je suis un peu sceptique, l’Afghanistan étant surtout peuplé de paysans grattant la terre dans des vallées étroites et peu accessibles. Et plus de 100 000 urbains plus ou moins occidentalisés ont déjà été évacués pour aller probablement en grande partie aux États-Unis.

L’important n’est donc pas le mot « Afghanistan », mais le mot « immigration ». Il empoisonne la politique française et européenne.

Je n’ai pas la prétention de faire changer d’opinion les partisans et les opposants à l’immigration. C’est probablement impossible, mais si je pouvais ramener cette question sur un terrain concret et saper les fantasmes opposés, ce serait déjà un progrès.

L’objet de cet article est donc d’essayer de casser les bulles médiatiques dans lesquelles sont à mon avis prisonnières ces deux tribus, celle qui angélise comme celle qui diabolise. Cela pour faire face aux vrais problèmes

La bulle angélisant l’immigration

Cette bulle comprend deux mouvements totalement différents, les charitables et les politiques. Je dis « charitables » et non « humanitaires », ce terme étant repris par des courants politiques variés.

Côté « charitables », on trouve une foule de particuliers et d’associations qui se dévouent à accueillir, intégrer, former à la langue française ou à un métier les nouveaux arrivants, ou des enfants à problèmes de la deuxième génération.

Il s’agit d’associations religieuses, comme le Secours catholique, ou laïques comme la Cimade. Ceux qui pensent que les migrants ou leurs enfants sont des délinquants en puissance ou en activité devraient contacter ces organisations, et ils auraient 1000 exemples d’efforts et de succès d’intégration.

Les réseaux catholiques et autres sont très impliqués dans l’accueil  des migrants.

L’assassinat du père Maire a été l’occasion pour Le Figaro du 14 août 2021 d’évoquer la mission d’accueil que les catholiques exercent en France tout simplement via leur paroisse, ou outre les bénévoles du Secours catholique, via la communauté des Montfortains, la communauté San’Egidio…

Il y aurait 3000 demandeurs d’asile accueillis dans les réseaux de l’hébergement citoyen chrétien ou non. L’article cite des exemples de réussite d’intégration grâce à ces réseaux.

C’est massif en Allemagne où les efforts d’accueil individuel, religieux, associatifs, et officiels ont été considérables, notamment pour l’accueil de la vague migratoire syrienne de 2015. C’est bien entendu extrêmement positif, mais mal connu : comme dit l’adage, on ne parle pas des trains qui arrivent à l’heure.

Tout autre est le comportement des politiques, dont les islamo-gauchistes.

Deux mots sur ce dernier terme pour commencer : quand notre ministre de l’Enseignement supérieur les a dénoncés comme détournant les fonds publics, et pour commencer leurs salaires, à des fins d’agitation politique, la réponse a été : « il n’y a pas de définition scientifique de l’islamo-gauchisme ». Je laisse les universitaires gloser sur ce point, et me borne à constater, comme beaucoup de Français, que de son propre aveu cette mouvance instrumentalise l’immigration pour casser la société actuelle qualifiée de libérale, capitaliste, vivant de l’acquis colonial et j’en passe. Pour cela on utilise une victimisation des intéressés, musulmans surtout.

Une autre face de la même idéologie est d’affirmer que toute assimilation est une atteinte à la culture d’origine, et donc une agression. C’est ignorer ce qu’est concrètement le processus d’assimilation qui s’étale sur plusieurs générations et se fait sans contrainte.

C’est surtout pousser délibérément au multiculturalisme, dont le cas libanais est un exemple extrême : chaque individu est rattaché à une communauté qui a ses propres lois. On voit où cela a conduit le Liban, mais va dans le sens recherché d’une déstructuration de la société… qui mènera bien entendu à un « avenir radieux » sous un nouveau système.

À l’opposé idéologique, certains libéraux militent pour une liberté totale, y compris celles des migrations. Je n’entrerai pas ici dans les débats entre libéraux sur ce sujet.

Passons maintenant aux opposants à l’immigration.

La bulle diabolisant l’immigration

La première façon d’effrayer les lecteurs de cette bulle est d’utiliser le terme « immigration » dans un sens négatif loin du sens neutre officiel, c’est-à-dire le nombre de personnes nées à l’étranger entrant en France.

Pour obtenir des chiffres effrayants, on parle non pas des entrants, mais de l’ensemble des immigrants et de leurs descendants.

Or ce total comprend des personnes qui ne peuvent être additionnées les unes aux autres. Pourquoi intégrer dans un terme utilisé négativement le personnel hospitalier dont nous avons grand besoin, de la femme de ménage au médecin-chef, et qui se dévouent pour les malades au détriment de leur sommeil et de leurs vacances ? De même pour les nombreux informaticiens asiatiques ou africains indispensables à la marche de notre société

La deuxième façon d’effrayer les lecteurs est de répéter des chiffres biaisés ou mal interprétés.

Voici quelques exemples récents.

Une étude de l’INSEE d’avril 2021 fait un tabac sur les réseaux sociaux. Les commentateurs insistent sur le fait qu’entre 2017 et 2018, la population française a augmenté de 317 000 personnes, dont 44 % étaient immigrées, ce qui suggère aux lecteurs un peu rapides que la proportion d’immigrés sera bientôt de cet ordre dans la société française. Or ça n’a rien à voir : en effet la population française n’augmentera bientôt plus naturellement, c’est-à-dire que le vieillissement de la population entraînera un nombre de décès égal à celui des naissances. Supposez qu’il n’y ait alors qu’un seul immigré, il fera 100 % de l’accroissement, alors que l’immigration aurait disparu.

De même, quelques vidéos montrant des migrants essayant de traverser la Méditerranée sont présentées pour renforcer la crainte d’une invasion. En fait, de janvier à novembre 2020, d’après Frontex, l’arrivée de migrants illégaux dans l’Union européenne a été de 114 000 personnes soit le chiffre le plus bas depuis six ans et en baisse de 10 % par rapport à 2019. Un chiffre annuel de 150 000, même répété chaque année, reste très faible par rapport aux 500 millions d’Européens, et surtout, une fois de plus, suppose que ces 150 000 personnes forment un bloc hostile et inintégrable. Cela alors que la plupart des arrivants doivent travailler le plus vite possible pour rembourser leurs dettes, les emprunts de la famille ayant payé les passeurs.

Le nombre de musulmans en France

Les mêmes chiffres imaginaires ayant pour objectif d’effrayer les lecteurs concernent le nombre de musulmans en France. Il n’existe certes pas de statistiques officielles ethniques ou religieuses, mais les sondages sont nombreux. À la question « vous considérez-vous comme musulman ? » trois millions de personnes ont répondu positivement en 2016, ce qui est très inférieur aux chiffres de 10 ou 20 millions qui circulent. C’est très inférieur également au nombre d’immigrants de pays musulmans augmentés de leur descendance, ce qui signifie que plusieurs millions de personnes d’origine musulmane ne le sont plus aujourd’hui. Vous trouverez les précisions et leur source dans mon précédent article sur l’immigration.

Je rappelle une fois de plus que dire qu’un djihadiste et un médecin de descendance africaine « ça fait deux musulmans », montre qu’un chiffre global ne signifie pas grand-chose.

Autre annonce biaisée destinée à frapper les esprits : 18 % des nouveau-nés de 2016 auraient un prénom arabo-musulman, Mohamed venant au premier rang.

Mais si l’on remonte à l’étude initiale de l’INSEE, il s’agit non pas de prénoms arabo-musulmans, terme qui serait étonnant de la part d’un organe officiel, mais de prénoms « non français ».

D’ailleurs, si l’on se penche sur cette liste de prénoms on y trouve Adam, Ismaël, Aya (prénom en général chrétien en Côte d’Ivoire), ou pour les filles, Sofia (la sage, comme Sophie), Nour (la lumière en arabe), Maryam (Marie) qui sont soit arabes mais pas particulièrement musulmans, soit ni l’un ni l’autre. Et l’INSEE constate que les prénoms classiques restent les plus utilisés.

De toute façon ces 18 % sont incohérents avec les données démographiques évoquées plus haut (5 % de musulmans en 2016), et avec les deux à trois enfants par femme souvent cités, notamment par l’INSEE, pour les familles immigrées.

Enfin, dans de nombreuses familles il est d’usage de donner le prénom d’un ancêtre, ce qui ne préjuge en rien de la religion qu’aura l’enfant.

Pour conclure sur ce thème des prénoms, l’obligation de prendre un prénom dans le calendrier n’existe plus, et beaucoup de familles, immigrées ou non, choisissent des prénoms étrangers, par exemple le nom de leur artiste préféré.

Mille autres données postées sur les réseaux sociaux alimentent la paranoïa.

Vous en trouverez quelques-unes sur ce site  auxquelles on ajoute « et encore il ne s’agit que des deux premières générations » : combien en faudrait-il pour ne plus faire partie de l’immigration ?

Ces messages interprètent à leur façon différentes sources, le biais le plus fréquent étant de faire un bloc pour l’ensemble des « immigrés extras-européens et de leurs descendants ».

En oubliant qu’ils comprennent donc les Asiatiques bouddhistes ou athées, les Subsahariens chrétiens, les musulmans soufis de tous les pays (notamment du Sénégal), les très nombreux bourgeois maghrébins athées… et bien sûr des islamistes et des traditionalistes.

C’est à la police de se charger de contrer leurs actions et leurs abus, et la loi contre le séparatisme a été votée pour cela. On ne va pas bloquer 200 000 personnes chaque année pour éviter l’entrée de quelques individus, de même que nous ne fermons pas nos portes aux Italiens parce que certains d’entre eux sont mafieux.

Comme le dit ma voisine, « dans le métro il y a des pickpockets, pas forcément extraeuropéens, et ce n’est pas pour ça qu’on interdit le métro ». Je rappelle que les Roms sont européens et chrétiens.

Néanmoins, comme nous sommes en démocratie, cette paranoïa a gagné des élus, puis des gouvernants, et est remontée jusqu’à l’Union européenne.

L’Union européenne tétanisée

Plusieurs États européens exercent donc de vives pressions sur Bruxelles « pour éviter une crise analogue à celle de 2015 et qu’on ne recommence pas à ouvrir de corridors humanitaires », hantise du Premier ministre slovène.

Aux dernières nouvelles, le compte rendu relatif à l’Afghanistan du Conseil « Justice et affaires intérieures » de l’Union européenne qui s’est tenu le 31 août 2021 met l’accent sur la sécurité et le soutien financier aux pays situés entre l’Afghanistan et l’Europe pour qu’ils gardent les réfugiés chez eux. Et sur une augmentation des moyens financiers donnés à Frontex pour bloquer toute entrée en Europe.

Il est temps de sortir d’un côté de la paranoïa et des infox, et de l’autre de la présentation victimaire et anti-assimilation à des fins révolutionnaires, pour enfin s’attaquer aux vrais problèmes.

Les vrais problèmes à affronter

IIs sont nombreux et demanderaient beaucoup de développements. Ayant traité la plupart de ces sujets dans de précédents articles, je vous y renvoie après les brèves introductions ci-après.

Pourquoi des extra Européens ?

Dire que l’on préférerait une immigration européenne suppose qu’elle existe. Certes, l’Allemagne reçoit beaucoup d’Italiens et de Balkaniques, la France beaucoup de Portugais, Italiens, Espagnols, etc. mais c’est déshabiller Pierre pour habiller Paul : le Portugal, l’Espagne et l’Italie vont s’écrouler : dans ce dernier pays la population diminue, il n’y a eu que 404 000 naissances en 2020 (donc avant les neuf mois suivant le Covid) contre plus de 750 000 en France pour une population du même ordre de grandeur : les jeunes Italiens sont en Allemagne ou en France.

La démographie et les retraites

Bientôt il faudra que l’Allemagne et la France financent les caisses de retraite de l’Italie et du Portugal, puis leurs infrastructures, etc. en plus de leurs propres besoins pourtant criants dans ce domaine (voir par ailleurs mes articles sur les retraites).

Quant aux pays balkaniques, non seulement ils vont rapidement vers les mêmes problèmes que l’Italie et Portugal, mais de plus ils sont largement musulmans (Bosnie, Albanie, Kosovo, une partie du Monténégro…), donc doublement extra européens du point de vue des anti-immigrations français ou européens.

En résumé, les migrants compensent partiellement le manque d’adultes nationaux d’âge actif suite à la chute de la fécondité européenne. Quand on ne veut plus avoir d’enfants, il faut accepter que des boulangers et les infirmières viennent d’ailleurs.

Le manque de bras et de cerveaux

Prenons le problème à l’envers et supposons qu’il n’y ait pas eu d’immigration.

On manquerait alors de cuisiniers, agents de sécurité, maçons ou employés de maison. Ce sont des emplois boudés par les Français du fait des horaires à rallonge, du port de charges lourdes ou du travail en horaires décalés.

En 2017, un de ces emplois sur dix était occupé par une personne née à l’étranger (donc sans parler de la deuxième génération et des suivantes). Plus précisément il s’agit de 39 % des employés de maison, principalement portugais, 28 % des agents de gardiennage et de sécurité, 27 % des ouvriers non qualifiés du gros œuvre du BTP (maghrébins et subsahariens pour ces deux derniers groupes).

Les immigrants sont aussi surreprésentés dans l’hôtellerie, la restauration, la santé (maghrébins et subsahariens pour ces trois derniers groupes) la logistique et les transports. Bref des métiers souvent pénibles et dans lesquels les entreprises ont aujourd’hui du mal à recruter.

Mais il n’y a pas que ces métiers. Les immigrés sont également nombreux chez les informaticiens (maghrébins et asiatiques), les ouvriers qualifiés du gros œuvre du bâtiment, du textile et du cuir.

(Tout cela est extrait d’un article des Échos du 2 juillet citant une étude de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère du Travail.)

En conclusion, s’ils n’avaient pas été là, nous nous serions bien sûr adaptés mais l’équilibre aurait été trouvé à un niveau inférieur, qu’il s’agisse du confort au travail, du pouvoir d’achat des salaires, des prestations sociales ou des retraites. Car ce qui compte c’est la production de biens et de services, la monnaie et la finance ne sont que l’huile dans le moteur.

Les insuffisances de notre scolarité générale et professionnelle 

Pour produire et intégrer, les deux allant largement de pair, il faut avoir un niveau scolaire suffisant, que ce soit pour des manœuvres ou pour des ingénieurs informaticiens.

Or les enquêtes internationales montrent une dégringolade de notre niveau général, notamment en mathématiques, ce qui est une catastrophe pour l’avenir.

Et cette baisse de niveau ne provient pas des migrants, car leur niveau scolaire déclaré à l’entrée est en gros le même que celui de la population française, puisque ce ne sont pas les plus pauvres et les moins instruits qui migrent. Ces derniers se contentent d’aller dans la ville voisine de leur pays.

Les lois sur l’immigration

Elles poussent au mariage au pays : « n’oublie pas ton cousin ou ta cousine : en te mariant, tu leur donneras la possibilité d’entrer en France ». Outre le fait de repartir à chaque fois à zéro dans l’intégration et l’assimilation, dans le cas des filles, cela mène à des mariages forcés ou des drames familiaux, alors que la quasi-totalité qui travaillent ont souvent des projets avec leurs collègues.

Par ailleurs, ces lois ne sont pas conçues en vue d’une intégration par le travail. Pour cette dernière il faudrait que les employeurs aient leur mot à dire dans l’acceptation des demandes d’immigration, avec en contrepartie une obligation d’aide à l’intégration.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • La question n’est pas tant de savoir si l’immigration est bien ou pas, car c’est de toute façon une question qui restera sans réponse claire selon l’inclination de celui qui répondra, mais de savoir si, collectivement, en tant que Nation, nous voulons une immigration, laquelle et dans quelles conditions. De la même manière que, jusqu’à présent, on a le droit de choisir qui on invite à résider chez soi, la Nation doit faire de même. A part le référendum, je ne vois pas d’autres moyens…

  • Cet aveuglement … « beaucoup de familles, immigrées OU NON, choisissent des prénoms étrangers »
    Pourquoi devrais-je me sentir solidaire de populations qui ne veulent surtout pas me ressembler, et partager le socle des valeurs de notre civilisation ?
    On commence par vivre côte à côte, puis face à face, tout est écrit dans les livres, en Serbie, au Liban.

  • mouai …il y en a quand même beaucoup qui viennent en France en comptant sur la générosité de notre pays ;

  • Jutifier l’immigration par l’argument de remplir des postes de travail par une main d’oeuvre non qualifiée (dans ces postes là il ne s’agit pas des médecins et ingénieurs entrés par millions en Allemagne mais selon l’auteur de maçons, serveurs de restaurant etc…) est difficile à encaisser pour plusieurs raisons.
    1 – en général la première génération de migrant accepte ces postes par défaut…mais dès la seconde ce n’est déjà plus le cas. Ce qui veut dire qu’il faut sans cesse faire venir de nouveaux migrants…
    La deuxième génération (alors qu’autrefois, hors migrants, il fallait très souvent trois générations pour passer « de la terre » à la chemise cravate) n’accepte déjà plus ce rôle (on les comprend d’ailleurs)
    2- l’appel aux migrants dans ce domaine est délétère car il fausse le marché du travail et même les orientations stratégiques des entreprises. Mon père était dirigeant d’entreprise. Dans les années « 60 », pour augmenter la production, le calcul était fait entre augmenter la robotisation (au sens large) et embaucher de la main d’oeuvre à bas coût.
    Résultat: la pression des salaires à la baisse liée à l’immigration a freiné massivement l’investissement dans la robotisation. Et quand cette dernière à eu lieu (Renault) on a enrichi massivement le chômage car on a pas eu le courage, et la possibilité (merci Giscard et le rapprochement familial) de renvoyer chez eux ces ouvriers devenus désormais inutiles…
    3- si on laissait faire le marché du travail « normalement », progressivement, il se ferait un équilibre. Les salaires augmenteraient , la mécanisation aussi etc…
    Et on trouverait de la main d’oeuvre non étrangère. Certes les prix en seraient majorés (Suisse)
    4- on pourrait également « imaginer », et c’est difficile, que notre éducation nationale ait pour objectif de former réellement les élèves dans des métiers utiles qui manquent de bras. Combien de jeunes font un « BTS force de vente »…pour finir chômeurs ! Alors même que l’on manque de bras un peu partout.
    il est évident que la formule Suisse de formation à l’apprentissage est plus qu’intéressante.

    • Il faut également ajouter la large protection sociale (même si insuffisante pour les allocataires) permettant de préférer le traitement social (érigé en système par nos dirigeants et même chefs d’entreprise fut une époque) du chômage ce qui diminue de facto l’ardeur à prendre un travail « hors col blanc ».

  • Il faudrait peut etre commencer par les bases.
    Pourquoi en EU les gens sont massivement contre l immigration a tel point qu aucun politicien n ose en parler positivement ?
    1) une partie notable des delinquants sont d origine immigrée
    2) une immigration massive permet de maintenir mauvaise condition de travail et bas salaire (ce que l auteur reconnait indirectement en ecrivant qu il y a des emplois qu aucun francais ne veut faire)
    3) une partie des descendant des immigrants ne sont toujours pas integré alors qu ils sont la 3eme generation. Pire ils revendiquent leurs difference et crachent dans la soupe (cf Obono)

    • Une étude réalisée en Suède, pays où l’on n’a pas de pudeurs de jeunes filles à propos de l’immigration, vient de montrer le lien entre cette dernière (extra-européenne) et délinquance. On sait que c’est la même chose en France, mais il est interdit d’en parler. Deux-tiers de détenus de confession musulmane reconnus par Jack Lang il y a quelques années, chiffres obtenus du terrain par tel criminologue expérimenté montrant que 80% de la délinquance de rue est le fait d’immigrés, etc. : tout va dans le même sens.
      Bien sûr, cela ne signifie pas que tous les immigrés, ni que tous les immigrés extra-européens, et/ou musulmans, sont des délinquants ou des terroristes : je crois que personne ne dit ça, d’ailleurs.
      Mais ça signifie que quand le ministre de l’intérieur sur le départ, homme le mieux renseigné de France, pourtant pas d’extrême-droite, dit que nous risquons fort, d’ici quelques années, de nous retrouver « face à face » avec une certaine population, alors il y a de quoi s’inquiéter. Propos confirmés d’ailleurs par le précédent président de la République, qui parlait (cf le livre « un président ne devrait pas dire ça ») de « problème avec l’islam », ou encore de grand risque de partitionnement du pays – à la mode des Balkans, quoi…
      À un moment donné, il faut ouvrir les yeux.

  • Pourquoi donc doit on a toute force pousser la natalité ?
    Il faut quand meme pas oublier qu on est deja 8 milliards et que la terre n est pas extensible
    Le systeme de retraite par repartition est de toute facon condamné. car la france ne peut pas avoir eternellement sa population augmenter. Et meme si on arrive a ce prodige, il faudrait que tous travaillent (une personne au RSA coute de la rgent, elle n en rapporte pas)

  • Je vais faire une confidence : je suis un immigré (j ai quitté la France pour fuir le chomage). donc je ne suis pas objectif dans ce qui va suivre

    Stopper l immigration est impossible. L ecart de niveau de vie est trop grand entre l afrique et l UE pour que ca n attire pas des gens.
    Et il est impossible de rendre une frontiere etanche (les allemands ont essayé avec la ligne de demarcation en 40, la france a essaye en algerie 15 ans plus tard -> echec)
    Par contre rien n interdit de constater la faillite du systeme actuel.
    Ne doit on pas essayer autre chose ?
    petites propositions personnelles:
    – il est plus facile d immigrer mais l expulsion l est aussi (et tant pis si le pays en en guerre ou si un peleton d execution vous attends a votre retour, il fallait y penser avant)
    – pour immigrer on utilise un systeme de point comme au canada
    – 2 type d immigration : long terme (exigence plus elevee) et court terme (ex etude ou vendanges par ex)
    – une fois en france, votre integration est mesurée (pour l immigration long terme, pour une personne la 3 mois, c est sans objet). Si tout se passe bien vous avez des points en plus, en cas de probleme (ex delinquance, natalité hors controle (pere d adama traore = 17 enfants), refus d apprendre le francais ) des points en moins. quand le solde devient expulsion de toute la famille

  • Lorsque des italiens, polonais, espagnols ont émigré en France, ils se sont intégrés immédiatement au valeurs de notre République. Si les immigrés musulmans de 1iere génération (des années 70) se sont partiellement intégrés à ces valeurs, il en est tout autre chose de leur descendance qui rejette la civilisation judéo-chrétienne et donc n’ont plus le désir de s’intégrer ni de comprendre l’autre. Ce schéma ne peut que se reproduire aves l’immigration actuelle dans la mesure où l’islamo-gauchisme se complet à justifier qu’il ne faut pas s’intégrer.
    Quand aux immigrés dans les jobs où personne ne veut travailler, il suffit de supprimer les aides sociales pour que les français qui en bénéficient retournent travailler. Quand on a faim, on va travailler.
    Notre société entretien des parasites et les immigrés en deviennent les esclaves modernes : on fait travailler des immigrés pour payer des français à vivre de leurs prélèvements sociaux.
    Ne serions nous pas en train de faire un second crime contre l’humanité (le premier étant celui de la colonisation) comme dit notre cher président !
    Quant à la gauche, son calcul est simple, un émigré est une future voie lorsqu’il sera en mesure de voter : prenez l’exemple de la Seine Saint Denis où les municipalités ont tout fait pour y concentrer des futurs électeurs. Ils y ont réussi ; mais aujourd’hui elles sont devenues des zones de non droit et de communautarisme. Et ce, même si à l’époque, l’éducation était la même pour tous. Les immigrés ont rejeté l’école de la République pour celle de leur communauté. Et ce n’est pas les milliards que mettra l’Etat en plus et en pure perte qui va faire évoluer les choses.
    Le vrai problème de l’immigration n’est que celui de la volonté des migrants de s’insérer dans notre philosophie de société.

    • « Quand aux immigrés dans les jobs où personne ne veut travailler, il suffit de supprimer les aides sociales pour que les français qui en bénéficient retournent travailler. Quand on a faim, on va travailler. »
      Pas sur. Une partie ira travailler a l etranger ou ca paie mieux (a geneve par ex, les chantiers de BTP sont plein de francais. A annemasse (France, 10 km de geneve) il n y a a plus un)
      Autre option : la criminalité. Si dealer ou braquer rapporte plus, personne ira travailler
      Vous risquer fort d avoir un cercle vicieux: travail mal payé donc les gens font ca comme des porcs du coup le patron ne veut pas payer plus et vous avez que des gens qui tire au flanc …
      Si vous voulez vendre des produits a haute marge et de qualité, vous ne pouvez avoir des bac -5 sous payé

    • Presque rien à redire. Juste pour préciser que l’intégration est une question de concentration d’une population donnée peu importe laquelle dans une zone géographique définie.
      Aux Us il suffit de voir les chinatown et les little italy pour s’en rendre compte. C’est pareil à Paris et dans toutes les grandes villes du monde.
      Pourquoi un étranger ferait des efforts pour apprendre une langue s’il peut trouver du travail au sein de sa communauté et s’il y aura quelqu’un pour l’aider dans toutes les démarches ?
      Pourquoi la seconde génération ou troisieme ferait plus d’efforts si le communautarisme est glorifié et que personne n’y trouve à redire ?

  • « Je rappelle une fois de plus que dire qu’un djihadiste et un médecin de descendance africaine « ça fait deux musulmans », montre qu’un chiffre global ne signifie pas grand-chose. » Si, le problème est « musulman », car contrairement aux non-musulmans, ceux-là ne s’intègrent pas, ne veulent pas s’intégrer parce qu’ils importent leur mode de vie, leur mode de pensée, qui sont consubstantiels à leur religion, et qui pour eux sont supérieurs à tous les autres. Considérer un immigré musulman comme un immigré portugais ou italien est une erreur fondamentale. Les européens en général partagent certaines valeurs communes, ils s’intègrent donc très facilement.

  • Fils d’immigrés Italiens venus séparément et qui se sont connus et mariés en France.
    Ne pas perdre de vu que certaines vagues migratoires ont répondu à un besoin ponctuel, exemple des Polonais venus travailler dans les mines après la saignée de 1914 1918 des jeunes Français morts au front.
    Ne pas confondre l’immigration de population de religion catholique Polonais, Italiens, Espagnols; Portugais dont les repaires sociétaux répondent tous au même référentiel et les migrants de culture musulmane qui ont une conception sociétale totalement différente.
    Là dessus vous ajoutez une éducation dans la haine de la France surtout pour les Algériens où l’indépendance s’est très mal passée à comparer à la Tunisie et du Maroc.
    Cas particulier: les Asiatiques travailleurs et volontaires qui se fondent dans n’importe quel paysage sans faire de vague et sans revendication pour leur culture.
    Enfin si les Français laissent les métiers mal rémunérés au derniers entrants, c’est que le système de l’immigration permet de maintenir une classe de « sous métiers sous payés »
    Le salaire c’est aussi l’offre et la demande. Pourquoi depuis le Covid les restaurateurs peinent à reconstituer leur effectifs?
    Tous les migrants ne sont pas des délinquants mais les lieux où ils vivent, les gens qu’ils fréquentent, l’agression psychologique qu’ils subissent chaque jour de la société les poussent plus vers la délinquance que vers les études supérieures.

  • Article désolant, le titre se veut neutre, le contenu est un immigrationnisme forcené. Payer les retraites des bac+5 avec des actifs bac-5, l’auteur devrait refaire ses comptes. Il prétend aussi que les immigrés sont esclaves pour payer des français à ne rien faire. C’est un point de vue. De toutes façons, notre auteur ne prend comme immigrés que les personnes nées à l’étranger ou presque, personnes qui sont ipso facto naturalisées et qui disparaissent par magie des statistiques. On les voit pourtant partout, dans les rues, les bus, les magasins avec d’immenses rayons Halal, et maintenant sur les plages, ou plus exactement sur des plages où il se retrouvent entre eux. Mais lui, manifestement ne les voit pas ou ne veut pas les voir.

  • L’auteur est certes un grand connaisseur du monde arabo-musulman et musulman non arabe. Et pense que la France , doit ouvrir ses portes à toutes les femmes et à tous les hommes qui souffrent par le monde sans se poser la question si par le nombre les valeurs de la France ne disparaissent comme ce que l’on appelle le vivre-ensemble , avec des modes de pensée , de vie , de traditions et des moeurs différents.
    Si l’auteur de l’article me fait l’honneur de me lire , peut-il me donner son avis sur cette phrase prononcée par un officiel du Koweït, Fahad Alshalami.
    <>
    PS: Je rappelle à l’auteur , que le PIB de la France est presque deux fois supérieur celui du Koweït et la France est mieux placée au classement de l’IDH , que le koweït

  • Modération : commentaire modéré

  • L’immigration, c’est la privation pour les salariés de la possibilité de faire jouer les lois du marché en leur faveur. Ils ne peuvent attendre que les plus mauvaises conditions de travail et de rémunération dans les limites imposées par le Code du travail. S’ils tentent d’avoir mieux, il y aura toujours un immigré pour accepter pire.
    Et après, c’est les problèmes sociaux, aux frais des contribuables.

  • Le sondage réalisé par l’institut Montaigne sur les musulmans est à mes yeux largement sujet à caution.
    En effet, un certain nombre de musulmans peuvent répondre à un sondeur qu’ils ne sont pas musulmans – soit parce qu’ils ne se considèrent pas comme tels, malgré leur milieu d’origine, soit parce qu’ils n’ont pas confiance dans le sondeur – et devant ses amis ou sa famille, ne pas tenir le même discours. Il existe quand même en islam le délit d’apostasie, puni souvent sévèrement en pays musulman, jusqu’à la peine de mort.
    D’où, comme le dit Brigitte Gabriel, cette Libanaise chrétienne émigrée aux USA du fait de la guerre civile dans son pays, dans les années 80 : « la majorité pacifique des musulmans n’a aucune importance ». Cette phrase, qui s’appuie sur l’expérience, est terrible ; parce qu’elle révèle qu’une minorité fondamentaliste peut imposer une loi d’airain à la majorité des musulmans. Et en pays majoritairement musulman, aux non-musulmans. ce que nous voyons commencer à se dessiner dans certaines zones dites « sensibles » de notre pays.
    Mais bien sûr, il n’y a aucun problème avec l’islam, ni avec ce qui l’alimente, l’immigration en provenance de pays musulmans.

    PS : j’ajoute que l’argument consistant à faire venir des immigrés, quels qu’ils soient, pour « payer nos retraites » me scandalise à chaque fois ; ne serait-ce que parce que c’est une façon qui ne dit pas son nom de piller les ressources (humaines, de forces vives) de pays qui ont pourtant bien besoin de ces ressources pour développer leur pays et, en passant, payer les retraites de leurs vieux. C’est extrêmement égoïste et cynique de la part des pays occidentaux qui pratiquent ainsi. sans parler du fait, bien sûr, que cela légitime le système de retraite par répartition, système pourri par essence.

    • Pour le nombre de musulmans en France, des démographes comme Gourévitch, ou même Héran ou Triballat, et quelques autres, me paraissent bien plus proches de la réalité : 8 à 9 millions environ.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Adelin Remy.

Le débat sur le voile (n’importe lequel, pas seulement le voile intégral) existe en France depuis 1989 : il est considéré comme un vêtement religieux et une marque de soumission de la femme, généralement musulmane, et son interdiction est vécue comme une agression par la plupart des femmes musulmanes qui revendiquent la liberté de le porter.

Le 24 octobre 2019, le président Macron a déclaré :

« Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire [...] Dans les services publics, à l’école, c’est mo... Poursuivre la lecture

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles