La mascarade régionale et l’inertie bureaucratique

L’abstention monte parce que le vote de l’électeur compte maintenant pour du beurre et qu’il s’en rend compte.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bureaucratie credits Schnettelker (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La mascarade régionale et l’inertie bureaucratique

Publié le 28 juin 2021
- A +

par h16

Voilà, le second tour de la péniblerie électorale régionale est maintenant terminé et le peuple français va pouvoir reprendre le cours des quelques activités qui ne lui sont pas encore interdites ou surtaxées.

Soyons franc : tout a déjà été dit sur le premier tour, sa participation rikiki et les peu nombreux votants dont la composition générale, plutôt du côté des retraités que des étudiants, autorise la classe jacassante à de pénétrantes analyses sociopolitiques sur le mode « les jeunes ne sont plus citoyens » et autres poncifs du même acabit.

Et il est vrai qu’avec 80 % des moins de 35 ans qui se sont abstenus, on pourrait arriver à cette conclusion si on poussait l’indigence intellectuelle à s’arrêter là. Au passage, cela veut dire que le grotesque pari « McFly & Carlito » du chef de l’État est donc raté, ce que bien peu de journalistes semblent vouloir admettre malgré l’évidence et les sondages fébriles affirmant le contraire.

La remise en question des sondages n’étant pas pour tout de suite, comme, du reste, sur les 10 dernières élections au moins, il faudra se contenter des pleurnicheries habituelles des médiocres chroniqueurs officiels de la vie politique française sur la perte de civisme, les dangers qui pèsent sur la démocratie et sur le peu d’implication des Français dans ces régionales.

Bien tristement, la réalité pragmatique n’est pas lâchée sur les plateaux, tout juste est-elle édulcorée en évoquant un contexte (sanitaire en l’occurrence) qui n’a pas aidé ni la campagne ni le vote, et un niveau de pouvoir (régional) qui n’est pas suffisamment clair pour le citoyen qui ne voit donc pas forcément ce pour quoi il vote.

Pourtant, on aurait gagné à dire les choses en face, et de préférence aux brochettes de clowns venus palabrer sur les plateaux et qui ont surtout profité de l’occasion pour (au choix) se chamailler sur des différences d’opinions nanométriques et sans grand intérêt, ou pour célébrer leur victoire avec toute la retenue calculée dont ces hypocrites sont capables entre deux coupettes de champagne payé avec l’argent gratuit des citoyens, abstentionnistes compris.

Disons-le carrément : s’il y a eu une telle abstention, c’est bel et bien parce que les Français n’ont rien à carrer de ces élections régionales.

D’une part, ce niveau de pouvoir ne sert absolument à rien comme l’a amplement prouvé le remaniement de ces régions qui n’a débouché sur absolument aucun changement palpable pour ces citoyens. Ginette du service compta de l’ancienne région Poitruc-Machin a peut-être été fusionnée avec le service compta & finance de l’ancienne région Limouchose pour rejoindre en fanfare la naissance de la région Nouvelle-Dépense, mais franchement, tout le monde (à part Ginette, et encore) s’en tamponne assez vigoureusement : la facture globale n’a fait qu’augmenter, et les attributions budgétaires et de compétences, déjà passablement bordéliques, ont simplement gagné en complexité.

D’autre part, ces régions se contentant de gérer (mal) et de distribuer (encore plus mal) le pognon gratuit des autres en provenance directe et exclusive de l’État, les présidents de ces fromages républicains sont essentiellement des comptables chargés d’asperger en fonction de critères très vaguement politiques la manne fiscale sur laquelle ils n’ont que peu de leviers. On comprendra que l’intérêt du citoyen dans ces tubulures en coulisses soit particulièrement modeste.

Enfin et surtout, le citoyen a maintenant compris que son vote importe très peu.

Si ce vote est pratique pour le citoyen afin de virer l’un ou l’autre incompétent, arrogant ou crétin qui aurait malgré tout réussi à choper le pouvoir, le vote qui permet de déterminer une politique et une orientation pour le pays semble s’être évaporé quelque part dans les dernières décennies.

Oui, le réalisme pousse à constater que voter ne sert plus qu’à éliminer quelques nuls parmi les enfilades d’arrivistes plus ou moins habiles qui nous sont présentés régulièrement ; croire que voter permettrait d’orienter le pays, de réformer l’une ou l’autre administration serait d’une naïveté confondante.

Et pour cela, il suffit de constater que les trois derniers présidents en exercice à la plus haute fonction de l’État et donc théoriquement disposant du plus large pouvoir, ont été parfaitement incapables de faire dévier la trajectoire néfaste du pays. Ils ont parfois un peu modifié l’assiette du bolide dans sa trajectoire parabolique descendante, mais ont tous été infoutus d’en changer la destination finale (le sol).

Certains seront tentés d’apporter moult exemples de réformes soi-disant nécessaires, courageuses, importantes, marquantes ou que sais-je pour montrer que, mais si, mais si, tel président et son gouvernement ont réellement influé sur le destin du pays. Les leurres médiatiques et politiques, les rhétoriques plus ou moins efficaces des partis servent précisément à ça : faire croire que ces bouffons ont effectivement un impact.

Les dernières crises montrent qu’il n’en est rien : la direction générale du pays, le trajet qu’il suit et sa vitesse actuelle tiennent beaucoup, beaucoup plus de l’inertie qu’il a acquise il y a plusieurs décennies que des testiculations présidentielles (impressions de gesticulations tout en ne glandant rien). Regardez les choses en face : alors que le pays était devant d’une crise majeure, alors que son petit Président est même monté à la télé pour déclamer, en zozotant avec gravité, que nous étions en guerre, et que l’État allait tout mettre en œuvre (quoi qu’il en coûte) pour juguler le pire, alors qu’une mobilisation de toutes les administrations, de toutes les bureaucraties était à l’ordre du jour (et le mot ordre ici n’est pas rhétorique), … tout ce qui pouvait merdouiller mollement l’a fait dans des petits prouts gras.

Eh oui : malgré l’intervention du Président, malgré tout un gouvernement tendu comme un seul homme dans le but d’organiser une réponse adaptée à la crise sanitaire, absolument rien n’a fonctionné correctement. Chaque administration, chaque bureaucratie, chaque strate de l’État s’est habilement employée à nouer les lacets des autres. Chaque administration, chaque bureaucratie, chaque strate de l’État a consciencieusement appliqué les milliards de procédures débiles qu’elles ont minutieusement construites depuis cinquante ans. Chaque administration, chaque bureaucratie, chaque strate de l’État a agi de façon à peu près individuelle, sans coordination d’ensemble, dans le but de conserver sa parcelle de pouvoir, de minimiser ses responsabilités et tout travail qui lui incomberait et de maximiser son budget.

Les immobilismes crétins, les idées idiotes, les procédures à la con, les interdictions ubuesques et les règlements ineptes se sont donc multipliés dans un véritable ensemble symphonique d’inutilité bureaucratique quintessentielle pour garantir que le beau volontarisme du mirliflore présidentiel se traduise au final par un petit zéphyr tiède. Et tout ça pour une crise majeure ouverte avec une véritable déclaration de guerre, alors même que chaque Français (en ce compris chaque échelon de chaque administration) avait bien compris l’enjeu et l’importance de l’action décisive…

Imaginez le niveau de néant chimiquement pur que doivent produire ces mêmes administrations lorsqu’il s’agit d’une énième réforme lancée par un gouvernement (ô combien temporaire) pour un sujet qui ne mobilise qu’un ou deux ministres, avec éventuellement un Grenelle et un numéro vert (ou deux)…

Les Français ont compris que, quel que soit leur vote, la petite musique de l’État providence allait continuer, cahin-caha, que les louanges du collectivisme continueraient d’être chantées, de même qu’ils commencent à comprendre que l’épouvantail RN n’est que ça, un épouvantail qui, confronté à la même administration pachydermique obèse, ne pourra pas plus faire de réformes que les douzaines d’autres guignols avant eux.

Ne votant plus que pour éjecter les usés, les nuls et les imbéciles, ils ne se déplacent plus pour donner un avis dont, par inertie bureaucratique, personne n’a rien à foutre : les politiciens ne les écoutent pas en dehors des campagnes électorales, et les journalistes ne sont plus payés pour ça depuis un demi-siècle. Au final, personne ne tient compte des votes.

C’est d’ailleurs aussi pour cela que ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • H16 en pleine forme ! Les vacances ont été courtes mais efficaces…
    Un excellent résumé d’une situation qui semble sans issue, sauf évènement imprévu et fort improbable pour redresser la barre du paquebot France.
    Reste l’espoir que, habitués aux erreurs de tirs, ils puissent se saborder et couler uniquement l’équipage.

  • Vu le peu de votants on pourrait économiser bcp d’argent en supprimant ces élections , qu’ils se débrouillent entre eux en organisant des duels à l’épée ou au pistolet et que le meilleur gagne… Peut être plus efficace qu’un vote, on aurait enfin des gens courageux.

    • Je veux bien payer les munitions.

    • Vous êtes un peu dur : un je-me-tiens-tu-me-tiens-par-la-barbichette serait plus funny funny et suffirait largement !

    • +1000 pour les duels 🙂
      Et cela permettrait de réduire rapidement les effectifs de ces néfastes.
      J’adore

      • J’adore cette solution ! Economique, pratique et sans appel.
        Que le meilleur gagne ! Hélas je ne pense pas que les candidats soient nombreux. Bien trop frileux, au sens propre comme au sens figuré ! Mais aux présidentielles ce seraient idéal puisqu’il ne resteraient que 2 candidats pour le 2ème tour. Lequel serait le plus viril ? 🙂

    • La victoire dans un duel dénote une certaine adresse et une certaine volonté d’abattre ses adversaires. Rien qui puisse être utile au citoyen lambda.

  • Vous avez vu des bulletins blancs vous à votre bureau de vote ? Moi pas en tout cas.

    • Le principe du bulletin blanc est de ne rien mettre dans l’enveloppe ou une simple feuille blanche.
      Le vote nul est une feuille déchirée ou annotée.

  • Bravo H16 !
    Votre description est parfaitement objective et votre humour nous fait du bien, même si la situation est catastrophique.
    ç

  • Mais pourquoi donc 2 tiers des électeurs ne sont pas déplacés ?
    D’après nos chers politiques et autres analystes et sondeurs se sont :

    – les professions de foi qui ne sont pas arrivées ( mince pas de papier pour allumer le bbq)
    – le Covid bien sûr et son variant delta +
    – la fin juin et sa douceur de vivre
    – le manque d’éducation civique des gaulois

    Mais à aucun moment la qualité de nos représentants, de la lisibilité et utilité de leurs fonctions et compétences.

    • Ces gens, a part distribuer du pognon aux copains, ils ne servent à rien alors que cela soit Paul ou Jacques…

    • @Nevermindthebullock : le jour où ces gens se remettront en question n’est absolument pas à l’ordre du jour il me semble…
      Si ils y songeaient ne serait-ce qu’un instant, ils iraient se pendre immédiatement (ce qui ne serait pas pour me déplaire)

  • Effectivement, le RN serait dans la même position que les partis déjà en place. C’est l’état profond (technocrate + fonctionnaires) et les instances internationales qui dictent la marche à suivre. Le RN ayant cherché à avoir une image plus mainstream, il a renoncé à ce qui le distinguait des autres partis.

    Le renoncement du RN sur l’Europe, l’Euro, etc qui sont des symboles de la perte de notre souveraineté vont dans le sens de l’article. Pourquoi voter pour le RN maintenant qu’il est rentré dans le rang. Avant il était envisageable de redonner du poids à notre vote en votant RN car on aurait récupérer une partie de notre souveraineté et donc rendu le vote plus impactant sur les affaires du pays.

    De plus, le RN défendant un état fort, les fonctionnaires garderaient toujours le pouvoir.

    J’attends impatiemment l’arrivé d’un parti libéral et souverainiste.

    • Il y a « objectif france » parti qui se propose de rompre avec le « socialisme économique » de remettre l état à sa place c’est à dire reduit à ses fonctions régaliennes;un bon début,à suivre…

  • « faire croire que ces bouffons ont effectivement un impact »
    Mais ,ils en ont un d impact:ce sont des parasites (au sens biologique du terme) qui empechent le libre fonctionnement de la societé,qui vivent à son crochet et ont des effets délétères!Ils complexifient ce qui pourrait etre simple,découragent, démotivent toute initiative privée.Leur impact est désastreux.Et eux sont intimement convaincus d’etre utiles et efficaces!

  • Parfait, c’est vraiment ce que pense une grande partie des abstentionnistes et même ceux qui votent pour virer ces prétentieux profiteurs.

  • effectivement…les électeurs ‘potentiels) n’en ont rien à carrer…

    faut bien ajouter aussi que les dits « électeurs « ont compris qu’il ya des moyens de s’opposer à toute décisions impopulaire pour peu qu’on soit assez nombreux.

    faut aussi rappeler le principe d’acceptation de l’impot..

    ça fait belle lurette que on ne sait plus le lien entre l’impot et la taxe.. et ce qu’on retire..

    et les élus ne le souhaitent pas!!!

  • des testiculations présidentielles

    Maman ne sera pas contente 🙁

    De retour et en forme olympique 🙂

  • Quand on vend un produit tellement naze que même les consommateurs qui en ont le plus besoin ne veulent pas l’acheter, il faudrait se poser des questions.

    • +10
      Encore faut-il avoir compris, comme vous, ce qu’est un marché. ( libre hein sinon c’est plus de l’échange c’est de la coercition )
      Lorsque, comme eux, on n’y comprend rien, on fourgue le produit de force et on le fait payer de force également, aux prix fort évidemment.
      C’est leur logique de gens qui « sachent » mieux qu’autrui ce qui est bon pour lui.

    • vu que les contribuables sont forcés d’acheter…, pourquoi se poser des questions !

  • et malgré les billets savoureux de H16 y’en a encore ici qui font la morale aux abstentionnistes …comprenne qui pourra.

    • Bah on le leur rend bien ?

    • C’est pas de la morale qui est faite, c’est un débat constructif sur abstentionnisme vs vote blanc/nul. Les deux n’étant pas pris en compte, ça ne change rien au fond de l’excellent article de H16.
      C’est donc juste une histoire de point de vue.

    • Il y a 2500 ans, les Athèniens firent la morale au habitants de Melos qui en avaient rien à cirer de leur guerre contre Sparte. Ces derniers furent réduits en esclavage et leur cite fut rasée.

  • « faire croire que ces bouffons ont effectivement un impact. »
    Et bien c’est exactement le cas, sinon, nous n’en serions pas à ce stade de décrépitude avancée.
    En tout cas, merci H16 pour ces moments de rires dans cette grisaille continue

  • @Vavavoum : et oui, plus ils sont nuls, plus ils ont de chance d’être réélus. Ce qui laisse songeur pour la présidentielle de 2022

  • Faire le beau avec des guignols de youtube pour séduire les jeunes puis envoyer les crs tabasser les mêmes jeunes, ça donne pas envie.

    Dire comme Le Pen qu’on est opposé au pass sanitaire et rester à la maison pour son vote, ça donne pas envie.

  • C’est hors sujet, mais quel plaisir de voir la Suisse sortir la France à l’euro 2021…!

    • @breizh
      Bonjour,
      De façon chauvine, je suis déçu. à 3-1 l’équipe de France s’est vue qualifiée. Pogba perd un un ballon et pense qu’il sera plus utile sur le sol qu’à courir après ce ballon => but pour la Suisse. La France a perdu les Suisses ont eu plus de ressources mentales et ont joué jusqu’au bout. La « Star » M’Bappé l’invisible, s’est trouée. Retour au bercail « broucouille ».

    • Il y aura très certainement une « taxe foot » pour aider les familles des joueurs et des supporteurs en déprime… 🙂

    • c’est clair, au moins ils nous feront plus chier avec ça…^^

  • Tant qu’il y aura autant de ponctionnaires choyés sur le dos des autres, ce pays ne se relèvera pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Aulnas.

Les élections régionales et départementales de 2021 constituent un évènement historique. Les deux-tiers des électeurs ne se sont pas déplacés. Par indifférence. Ils ont d’autres chats à fouetter. Voilà une leçon dont la classe politique devra tirer toutes les conséquences. C’est urgent.

L’abstention politique a des causes multiples et complexes brillamment analysées par les politologues. Deux facteurs majeurs sont à l’œuvre et s’amplifieront si rien n’est fait : la médiatisation de la conflictualité politique... Poursuivre la lecture

L’abstention est un phénomène complexe qui touche toutes les démocraties des pays développés et la démocratie française en particulier. Elle est devenue l’un des symboles de la crise que les démocraties traversent au XXIe siècle.

La sociologie électorale privilégie l’approche inductive et fait régulièrement le point sur l’évolution du profil des abstentionnistes. L’économie politique préfère l’approche déductive et l’hypothèse de rationalité.

Elle pose une question simple : est-il rationnel de voter ?

Cet article souhaite... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Boudées par plus de deux Français sur trois, les élections régionales et départementales ont illustré une nouvelle fois un profond malaise démocratique.

Depuis trois semaines, beaucoup se sont interrogés sur les solutions à ce malaise. Moins en ont questionné les causes.

Beaucoup ont évoqué dès le premier tour la complexité d’un double scrutin. Or, cela s’était déjà produit en 2001, sans que cela ne provoque l’indifférence actuelle. D’autres encore ont mis le doigt sur le poids des thématiques natio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles