Nicolas Sarkozy trumpisé ?

Alors qu’aux États-Unis l’ancien président Donald Trump échappe au jugement pour impeachment, l’ex-chef de l’État français est condamné.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Sarkozy by Jacques Paquier (creative commons) (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nicolas Sarkozy trumpisé ?

Publié le 1 mars 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

La condamnation de Nicolas Sarkozy le met politiquement sur la touche à moins d’un an de la future élection présidentielle. Ce lundi, l’ancien président de la République a été condamné à trois ans de prison dont un ferme dans l’affaire dite des « écoutes » par le tribunal correctionnel de Paris.

Aux yeux de la justice, Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog et le magistrat Gilbert Azibert se sont rendus coupables de trafic d’influence et de corruption. « Nicolas Sarkozy était le garant de l’indépendance de la justice mais il s’est servi de son statut de président de la République pour gratifier un magistrat ayant servi son intérêt personnel », a déclaré la présidente du tribunal.

Les trois condamnés disposent maintenant de dix jours pour interjeter appel.

Plusieurs voix se sont élevées à droite et à l’extrême droite pour protester contre la sévérité du jugement, la partialité du PNF, tout comme la pauvreté des éléments du dossier contre l’ancien chef de l’État. À gauche et à l’extrême gauche, c’est au contraire la joie et une peine saluée comme exemplaire.

Politiquement, c’est un soulagement pour ses adversaires qu’ils soient de droite ou de gauche. Son retour en politique aurait pu être l’occasion de ressusciter un clivage droite/gauche que populistes et macronistes préfèrent voir mort et enterré.

En effet, 52 % des Français avaient une bonne opinion de l’ancien président de la République au mois d’octobre 2020.

Statistique: Que pensez-vous de Nicolas Sarkozy ?* | Statista
Statistiques Statista.

Nicolas Sarkozy était particulièrement populaire chez les militants de droite car pour beaucoup, il semblait le seul à pouvoir rassembler un parti républicain (LR) éparpillé façon puzzle.

La droite modérée se cherche en effet toujours un leader pour la présidentielle. Selon les sondages, et malgré la popularité relative de Xavier Bertrand, LR n’a pour l’instant pas la force électorale pour changer l’issue du second tour, bloqué sur le face à face Le Pen/Macron.

À gauche, l’image autoritaire et droitière de l’ancien président de la République aurait pu également remobiliser, mais contre lui. La haine que la gauche voue à Nicolas Sarkozy aurait pu ainsi servir de ciment pour la fameuse « union de la gauche » aujourd’hui totalement impossible. Le PS est réduit à l’état de groupuscule, EELV n’est pas populaire en dehors des métropoles et LFI ne décolle pas. Sarkozy aurait pu jouer l’épouvantail « fasciste » comme il l’a fait pour l’élection de François Hollande.

Nicolas Sarkozy trumpisé ?

Alors qu’aux États-Unis l’ancien président Donald Trump échappe au jugement pour impeachment, l’ex-chef de l’État français est condamné. Les ennemis de Trump enragent, ceux de Sarkozy exultent. Les démocrates américains et la gauche française espéraient de la justice une condamnation exemplaire pour barrer la route à toute réélection. Dans les deux cas, l’aventure continue, malgré les affaires.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • De toutes façons, il va faire appel et on est reparti pour deux ans.
    Autre chose?

  • En quoi cette affaire concernerait-elle le libéralisme et les libéraux ?

    • C’est pas faux.
      C’est un panier de crabes. Tous les coups sont permis. Fillon, maintenant Sarkozy.
      Le socialisme adore les procès staliniens.
      PS Je n’ai aucune sympathie pour ces deux tristes sirs.

    • @Synge
      Bien sûr que cette affaire nous concerne ! Quand la justice, dont l’indépendance est un mythe, devient politique, qu’elle sert à éliminer des adversaires, pas pires que ceux qui sont au pouvoir, il y a du soucis à se faire pour notre liberté. S’il n’est même plus permis d’être un peu moins socialiste que ce qui est décidé par les juges, que dire de nous autres libéraux ? Aujourd’hui c’est Sarkozy, demain ce sera vous. Et avec les centaines de milliers de pages de réglementation, il y aura toujours des prétextes pour vous faire condamner.

  • Pacte de corruption disent-ils ?et le pacte de collusion entre la gauche et la justice alors?

    • le laxisme pour eux et leur justice dure pour les autres.

    • Il n’y a pas collusion, la justice est de gauche sinon elle serait juste et efficace. Les médias sont de gauche l’enseignement est de gauche toute la fonction publique est de gauche, un peu moins la police d’où son traitement à coup de feux d’artifice et de condamnation sur la place publique à la moindre « bavure »

  • Le seul vrai problème, c’est que les juges n’ont de comptes à rendre à personne: totalement indépendants, donc capables de faire tout et n’importe quoi, le meilleur comme le pire ….

    • @jaja64
      Non, les juges ne sont pas indépendants du tout. Il dépendent du pouvoir exécutif qui les nourrit. Dans une pseudo justice d’État, par nature, les juges sont socialistes, comme les hauts fonctionnaires, car le socialisme accroît leur prérogatives et donc leur pouvoir. Ils s’opposeront donc toujours, je dirais par réflexe de classe, à ceux qu’ils perçoivent comme un risque, même minime, pour ce pouvoir.

      • c’est bien pour ça qu’il serait temps de dissoudre le parquet national financier , un vrai petit vivier de socialos qui s’octroie le droit de faire tout et n’importe quoi et même de franchir la ligne rouge du droit ..

  • Comme quoi la curiosité est un vilain défaut.. Son avocat n’était vraiment pas son ami.. Comme chez Trump.. Mais pour une fois le conseiller a payé.

  • N Sarkozy n’est qu’une partie émergée d’un iceberg Géant qui ruine la France. La main mise de juges pourri sur la démocratie !
    Il n’y a pas eu d’élection présidentielle en 2017. Les voyous du PNF s’attaque a celle de 2022.

  • Au rythme où ça va le conseil constitutionnel va devoir se déplacer à la Santé…

  • Moi ce qui me choque, c’est de voir des élus de la république se permettre de critiquer la décision rendue par la justice.
    Mais bordel (pardonnez moi l’expression), la séparation des pouvoirs en France dit clairement qu’il doit y avoir indépendance de la justice, du législatif et de l’exécutif non??
    Alors, quand la justice rend sa décision, la moindre des choses c’est de la respecter, surtout quand on est un député.
    Franchement je trouve cela inadmissible, et ça montre clairement à quel points tous doivent être véreux , se protègent et surtout sont prêts à tout pour que cela ne change jamais.

    • Faudrait-il encore que la Justice et surtout celle du PNF et de ses « partisans » soient indépendante!
      Faudrait-il aussi que le pouvoir législatif, surtout ces derniers temps ne soit pas le valet du pouvoir exécutif!

    • Sauf qu’en France il n’y a PAS de justice puisqu’elle dépend de l’exécutif et de plus est politisée à gauche. Ainsi que le souligne l’article il n’y a pas d’élément à charge permettant une condamnation. C’est un procès de Moscou qui déshonore le pays. Pas la gauche puisqu’on constate que c’est une habitude chez elle de se servir de la justice pour éliminer ses adversaires! A Paris comme à Moscou: Sarkozy et Navalny !

    • @paradoxx26
      Une justice d’État, rendue par des fonctionnaires dont le statut et la rétribution dépendent des recettes fiscales ne peut pas être indépendante. Seule une justice privée, contrainte de se financer par les contributions volontaires de ses clients pourrait l’être. En attendant, un progrès serait que les juges soient élus sur un rythme différent de celui des élections présidentielles et législatives, pour lesquelles ce devrait aussi être le cas. Mais ça n’empêcherait toujours pas les mêmes partis de présenter des candidats à chacune de ces élections.

  • Il ne traîne pas de casserole puisque ce sont des accusations crées de toutes pièces par la gauche pour l’éliminer!

  • En effet, il a joué, il a perdu… Bon le point de départ de affaire L’Oréal avec un non lieu, comme sûrement pour les autres casseroles.. Mais ça ne se fait pas de corrompre un magistrat même pour des broutilles.

  • N’est-ce pas pour l’empêcher de se présenter en 2022, les juges sachant même si en appel le dossier se dégonfle subitement, les délais sont tels que la procédure va durer plus d’1 an?

  • Quand on voit les attributions et la mission spécifique du PNF on se demande tout simplement qu’elle est son implication dans ce dossier?
    C’est un instrument politique crée sous Hollande,normal que les politiques surtout du bord opposé commentent ses décisions.
    Enfin si maintenant on est condamné sur un faisceau d’indices et plus sur des preuves les prisons vont déborder!

  • C’est vrai que le titre est mal choisi.

  • Comparer Trump et Sarkozy faut le faire. Il n’y a vraiment rien qui les réunis en style, action ou idéologie.

  • « La droite modérée se cherche en effet toujours un leader pour la présidentielle. »
    Il existerait une droite modérée en France ? Et NS serait de droite ?
    M’enfin !

  • Le mur des cons, la honte de la justice de Taubira est toujours debout. extraordinaire dans cette affaire est que Macron ne se soit pas employé d’abord à supprimer cette justice d’exception de très mauvaise réputation comme toute justice d’exception. A y regarder de plus près, on découvre qu’il est certain que Macron n’aurait jamais été élu sans le PNF…qui s’est chargé pendant la campagne venir d’urgence à son secours avec l’aide machiavélique du Canard, comme étant le seul à pouvoir bloquer d’un seul coup et énergiquement la marche victorieuse de Fillon. Quand bien même il ne s’agissait pas du tout d’une affaire de la compétence du PNF, en étant ni grosse ,ni compliquée, ni hors de la compétence des tribunaux correctionnels ordinaires. Le favoritisme extravagant du PNF a été confirmé par sa stupidité suivante consistant à ne pas poursuivre les 120 autres coupables dénoncés en même temps et pour le même délit que Fillon, prouvant sans contestation possible complexe à des foules imbéciles, que cette foutue justice d’exception est bien comme toujours aux ordres d’une faction politique. Dés lors que le magouilleur Macron s’est pris à son propre piège, comment sa fraude énorme serait-elle devenue Le mur des cons ,la honte de la Justice de Taubira est toujours debout. Ce qui est le plus légitime .C’est au PNF accusé qu’il revient de le poursuivre puisque que les faits remontent à avant l’acquisition de son immunité électorale …Voilà l’explication de l’étrange communiqué de la juge Houlette, qui a libéré sa conscience… et sa responsabilité…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Par Lama Fakih.

Comment un État «jeune» — il n'est indépendant que depuis 1971 - et dénué de tout attribut classique de la puissance est-il devenu en l’espace de quelques années un acteur international de premier plan, sur lequel les projecteurs du monde entier sont braqués au moment où il s'apprête à accueillir la Coupe du Monde de football ?

Pour comprendre la trajectoire spectaculaire du Qatar, il convient d'examiner les stratégies de politique étrangère qu'il a employées, principalement l’alliance avec les grandes puissance... Poursuivre la lecture

Depuis le début de « l’opération militaire spéciale » russe en Ukraine, les pays occidentaux ont soutenu l’effort militaire du pays envahi. Mais comme dans plusieurs efforts similaires, les États-Unis prennent la part du lion – et davantage est encore en chemin.

Avec les élections de mi-mandat qui approchent à grands pas, nombreux sont ceux qui questionnent cette aide. À un point tel que, s’ils obtiennent la majorité, plusieurs républicains promettent de repositionner leur pays et son financement. Le chef de la minorité républicaine (q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles