L’Allemagne, cette mal-aimée

Berliner Mauer BY locken_rock(CC BY-ND 2.0) — locken_rock, CC-BY

L’Allemagne est souvent critiquée par les Français qui préfèrent ne pas voir combien elle a su se relever économiquement.

Par Jean Kircher.

Décidément nous n’en avons pas fini de méconnaître et mal aimer notre grande voisine.

Lassés de sa réussite économique nous maintenons ce mythe de l’égalité avec elle et ne cessons de comparer nos performances avec les siennes. Certes nous avons nos joyaux du CAC 40 mais pour le reste nous sommes largués : nos PME sont trop rares à tenir tête aux siennes. Nos balances commerciales, notre déficit, notre PIB en baisse, notre endettement, bref notre niveau de vie est loin derrière l’Allemagne et ça en agace plus d’un.

Culturellement, le mépris est total car nous continuons de croire en notre supériorité et considérons que nous seuls sommes les maîtres de l’écriture à la suite de nos Lumières.

Le mythe de la supériorité française

Les berlinades n’ont aucune chance de rivaliser avec notre festival de Cannes qui promeut des films que personne ne va voir. Les grands écrivains allemands n’ont aucune chance d’être au niveau de nos Montaigne, Voltaire, Rousseau, Molière et autres.

Historiquement, seule la France a une histoire et on ignore complètement les dynasties des Saxe, Bavière, Wurtemberg ou la grande cour d’Autriche. Autrefois nos étudiants allaient volontiers faire quelques détours dans les grandes universités de l’Empire mais aujourd’hui il n’est question que d’aller passer des masters en Angleterre ou au États-Unis.

Et pourtant, l’Allemagne a de quoi rayonner

Bien que la langue allemande soit de loin la langue la plus parlée en Europe, nous continuons de nous gargariser et de caresser l’espoir du français universel. Nous nous sommes arrêtés au français, parlé par toutes les cours d’Europe mais cette nostalgie n’est plus qu’une chimère. Nous avons le deuxième corps diplomatique du monde mais nous ne représentons plus qu’une France en déclin.

Des chroniqueurs comme Éric Zemmour continuent de décrire les routes et les ponts en mauvais état en Allemagne mais c’est bien la preuve qu’il n’y est jamais allé. Toutes les grandes villes allemandes sont contournées et les villes moyennes sont traversées par des tunnels. Ne parlons pas du réseau autoroutier. La France est championne des ronds-points et 36 % de nos routes sont en mauvais état…

Sur le plan sportif et le football en particulier, nous n’avons d’yeux que pour les championnats d’Espagne et d’Angleterre et refusons de voir les 5 étoiles sur les maillots de l’équipe nationale allemande. Nos stars sont Messi, Ronaldo ou Mbappé, jamais Levandoski qui a marqué 41 buts en cette année de championnat.

À partir de 1989 les Allemands ont réussi à intégrer l’Allemagne de l’Est qui était dans un état catastrophique ! Quinze millions d’habitants en plus, des infrastructures complètement délabrées, une mentalité à apprivoiser. Et en France, l’intégration de 12 millions de musulmans a plutôt été ratée !

Un modèle politique différent

Une chancelière humble et pragmatique a réussi pendant 18 ans à mener son pays vers la prospérité sans heurts ni éternelles polémiques, intrigues et complots, le tout sans une armada d’énarques carriéristes et un appareil d’État obèse et inefficace.  L’Allemagne compte trois millions de fonctionnaires pour 85 millions d’habitants alors qu’en France ils sont 6,5 millions pour 65 millions d’habitants !

Nous changeons de Premier ministre tous les deux ans…

Une structure d’État décentralisée partage le pouvoir avec les régions alors que l’État jacobin continue de monopoliser tous les rouages du pouvoir. En Allemagne les contre-pouvoirs permettent à la démocratie de fonctionner normalement.

Non seulement notre modèle social et politique est en déconfiture mais les Français en redemandent : l’État nounou doit s’occuper de tout ! Non seulement nos médias mainstream font tout pour maintenir le couvercle bien fermé sur la cocotte-minute, encourageant ainsi les ultras minoritaires à se rebeller avec grand bruit mais ils contribuent surtout à maintenir le peuple dans l’ignorance de toutes les choses politiques, économiques et démocratiques.

Pendant ce temps la France s’appauvrit et le coq sur son tas de fumier continue de chanter…

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.