Déconfinement : l’administration française n’a plus rien à envier à la bureaucratie soviétique

On assiste à une russification du paysage politique français confirmée par l’absurdité de certaines mesures.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vintage Soviet Era Latvian Typewriter BY Observe The Banana (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déconfinement : l’administration française n’a plus rien à envier à la bureaucratie soviétique

Publié le 10 mai 2021
- A +

Par Jonathan Frickert.

Cette fin de mois d’avril a été le théâtre d’une tartufferie à laquelle la vie politique française nous a tristement habitués.

Alors qu’un nouveau texte serait en préparation, la fameuse tribune des généraux dénonçant le délitement d’une société française aura eu le mérite de montrer la nécessité de retrouver un État recentré sur ses missions régaliennes légitimes, bras armé d’une civilisation fondée en grande partie sur le libéralisme.

Loin d’en tirer ces enseignements, la classe politique française en a profité pour dénoncer une hypothétique menace putschiste, bien aidée par la ridicule tentative de récupération par Marine Le Pen.

Une dénonciation ironique puisque nous vivons déjà sous un régime en proie aux dérives autoritaires, n’hésitant pas à multiplier les restrictions de circulation, à fermer les lieux culturels et s’autorisant même à dire quel bien est essentiel ou non, le tout validé par un Parlement faisant office de chambre d’enregistrement depuis l’avènement du quinquennat.

Si les crises successives ont ouvert les yeux de certains de nos contemporains sur la facilité avec laquelle les gouvernements peuvent sombrer dans une pratique autoritaire, la question économique n’est tristement pas en reste, au point que la comparaison avec la Russie, contemporaine comme passée, apparaisse de plus en plus comme une amère réalité.

Une « russification » du paysage politique

Il y a un bientôt un an et demi, dans ces mêmes colonnes, je m’autorisais une comparaison entre la pratique d’un Emmanuel Macron et celle d’un Vladimir Poutine.

Marine Le Pen étant notoirement pro-Poutine, ceux qui sont présentés aujourd’hui comme les probables finalistes de la prochaine élection présidentielle sont donc tout deux pro-russes à leur manière : sur la forme pour l’un, sur le fond pour l’autre. On assiste donc à une russification du paysage politique français confirmée par l’absurdité de certaines mesures.

Rouvrez, mais pas trop

19 mai, 9 juin, 50 %. Deux dates pour deux phases de réouverture et une jauge qui s’appliquera à de nombreux secteurs. Après plus de six mois d’asphyxie, de fermetures, les casinos et salles de cinéma devraient enfin pouvoir partiellement rouvrir le 19 mai prochain, tout comme les parcs à thème. Les zoos, activités de plein air et autres aquariums devraient pouvoir accueillir les familles avec une limitation de 50 % de leurs capacités.

Cependant, ce jeudi, le secrétaire d’État au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a estimé que les attractions devront attendre le 9 juin, soit trois semaines après. Un manque à gagner considérable, les animations représentant une grande part de l’activité totale de ces parcs.

Autre activité de loisir préparant sa réouverture : les stations de sports d’hiver, qui devraient également rouvrir ce 19 mai.

Durement touché par les restrictions, le secteur a vu ses dates de réouverture repoussées mois après mois, subissant régulièrement les effets d’un décret paru en décembre.

Plus précisément visées par les textes, les remontées mécaniques devraient pouvoir accueillir de nouveaux vacanciers, dans la limite toujours de cette jauge de 50 %.

Une nouvelle fois, cette respiration n’est pas exempte d’incohérence, puisque cette réouverture des remontées mécaniques se fera presque deux mois après la fin de la saison hivernale. À titre de comparaison, imaginez un seul instant que les piscines, également rouvertes ce 19 mai, ne le soient finalement que le 30 novembre, et vous comprendrez l’absurdité de ce calendrier.

Difficile de ne pas voir dans ces nouveaux décalages bureaucratiques avec la réalité économique autre chose que la suite d’une logique que nos lecteurs ne connaissent que trop bien.

Malgré un troisième confinement plus souple, l’aberration a continué d’animer les mesures gouvernementales ces derniers mois, entre la suspension de certaines visites immobilières et l’interdiction de la consommation d’alcool sur la voie publique annoncée, l’histoire adorant les symboles, un 1er avril…

Une apothéose de l’absurdité de la bureaucratie

Cette situation fera dire à l’éditorialiste Roger Cohen du New York Times que la France connaît désormais « une apothéose de l’absurde ». Dans ce pays au ton délicieusement sarcastique, le correspondant du quotidien à Paris évoque notamment les illisibles attestations de déplacement ainsi que le cas d’une vendeuse d’un magasin de bricolage bien connu dans l’Hexagone, incapable d’expliquer pourquoi les clients peuvent acheter une crêpière, mais pas une lampe…

Le papier rapporte également les hasardeuses explications de la porte-parole du ministère de l’Intérieur Camille Chaize justifiant le kilomètre autorisé durant les deux premiers confinements par la distance nécessaire à un chien pour aller faire ses besoins…

L’absurdité de la bureaucratie, une conséquence du centralisme moderne

Derrière les sourires en coin que peut provoquer cette description, il est difficile de ne pas s’interroger sur les motifs de cette absurdité bureaucratique.

Si la notion même de bureaucratie a été importée par Louis XIV1, inspiré par l’unification de la Chine impériale et où trouve son origine l’expression de « mandarins », hauts-fonctionnaires recrutés par concours, l’idée a surtout été popularisée par la sociologie moderne.

Ainsi, pour Max Weber, la bureaucratisation est un invariant de l’État moderne. La centralisation de pans de plus en plus importants de pouvoirs de la société vers la structure politique entraîne de facto un accroissement du poids de la bureaucratie.

Weber prend notamment exemple sur la politique sociale, alors en pleine étatisation, faisant peser de plus en plus de responsabilité sur une administration de plus en plus déconnectée du réel.

La clef d’une sortie de l’absurdité bureaucratique passe donc par la décentralisation et donc une répartition du pouvoir au sein de la société.

Vers un effondrement spontané de la bureaucratie ?

En 1985, Mikhaïl Gorbatchev lança un grand programme de réformes d’envergure, la Perestroïka, visant à répondre au constat d’échec vis-à-vis du bloc occidental, et en particulier l’incapacité des politiques soviétiques à juguler les inégalités par l’émergence d’une classe moyenne telle que celle apparue en Occident au sortir de la guerre.

Le mot d’ordre de cette politique était l’autonomisation de l’activité économique et notamment du secteur agricole, six décennies après les collectivisations forcées des terres ayant entraîné la déportation et le massacre de 4 millions de propriétaires terriens2 par l’administration stalinienne.

Cette politique a largement échoué en raison de l’absence de propriété privée, de libertés politiques venant soutenir cette libéralisation et surtout d’un capitalisme mafieux gangrenant encore aujourd’hui la Russie. Quelques années plus tard, le bloc de l’Est s’effondrait.

La bureaucratie finit donc toujours par s’écrouler d’elle-même lorsqu’elle refuse de mettre en place ses propres remèdes…

  1. Mark W. Huddleston; William W. Boyer (1996). The Higher Civil Service in the United States: Quest for Reform. University of Pittsburgh Pre. p. 15. ISBN 0822974738.
  2. Jörg Baberowski, Der Feind ist überall. Stalinismus im Kaukasus, Munich, Deutsche Verlags-Anstalt, 2003, 882 p. ISBN 3-421-05622-6.
Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • Dans une jardinerie, on peut acheter un barbecue, mais pas une table ou chaise de jardin, vu chez Darty on peut acheter un robot de cuisine ou une poêle , mais pas une plaque de cuisson…
    J’imagine le nombre de reunions dans les ministères pour arriver à de telles absurdités.

  • ré ouvrir les parcs d’attractions sans les attractions…et ré ouvrir les bibliothèques sans les livres , c’est pour quand ? nous avons vraiment à faire à des glands ;

    • Les bibliothèques étaient ouvertes pendant le dernier confinement. Comme les librairies. Ce qui montre que d’une certaine manière… ils apprennent. Peut-être qu’au 25e re-confinement les mesures ne seront plus trop stupides (on peut rêver…?)

  • Le centralisme bureaucratique étouffe la France par sa réglementation paperassière et ses taxes. L’autocrate qui la dirige à vue préfère asseoir son pouvoir de la sorte plutôt que de procéder à une décentralisation devenue vitale dans l’intérêt de la France. Nous sommes dirigés par un homme qui est en campagne électorale depuis le premier jour, par des ministres démagogues comme Blanquer qui fait la poule dans une cour d’école… Lamentable !

    • Vous n’évoquez même pas le Bruno Le Maire sur les traces de Christine Lagarde, comme quoi la compétence n’est pas de mise

    • décentraliser n’a de sens que si et seulement si les nouveaux centres de décision ne sont pas eux-mêmes centralisateurs !!! autrement on fait que déplacer le problème ; or nos technocrates ayant besoin de vivre comme tout un chacun ne sont pas prêts de laisser leur place !!!!!

  • Ils font tout pour nous déplaire ou nous rendre fous,. Les parcs d’attractions sans attractions, c’est magnifique comme le supermarché sans petites culottes mais les couche culotte ça roule

  • L’absurdité de toutes ces mesures tient au fait que le gouvernement a éprouvé le besoin de rentrer dans les détails de chaque situation.
    Quelques règles générales et simples, laissées à l’adaptation de chacun à sa situation, auraient certainement été plus efficaces et moins délétères.

    • même sans entrer dans les détails  » l’attestation de déplacement dérogatoire  » est un chef d’œuvre d’infantilisme !!!! s’autoriser soi-même à se déplacer ??? peut-on trouver quelque chose de plus stupide ????

  • On peut accuser la bureaucratie qui, après tout, ne mérite pas mieux. Mais les véritables responsables de cette débâcle sont nos ministres dont le seul ressort est la peur et bien sûr les nombreux médecins qui se sont succédé sur les plateaux TV et qui ont délibérément installé un climat d’anxiété permanent.
    En temps de guerre, on appelle ça atteinte au moral des troupes et c’était jadis passible du peloton d’exécution.

    • Celui qui contrôle le peur des gens devient maître de leurs âmes.
      Machiavel.

    • les ministres ne sont que les paravents de la clique d’énarques directeurs de cabinets des ministres, copains du présidents :
      https://blog-gerard.maudrux.fr/2020/07/18/remaniement-ces-copains-qui-gouvernent-depuis-15-ans/

      • soit mais qui a élu ceux qui nous gouvernent ??? avant de s’en prendre aux autres si on commençait par balayer devant notre porte !!!!!

    • s’opposer à la guerre peut avoir du bon, la majeure partie des guerres historiques ont été vaines… donc que les médecins disent des trucs sur un plateau, ça les regarde… en ce qui me concerne ce qui cloche c’est l’argument « la science impose le confinement »…

      comme tel c’est faux..

    • Ce n’est pas tout à fait faux mais ce n’est pas juste non plus.
      D’une part ils n’ont aucun choix, les « élus » sont les princes adoubés par une presse corporative d’état et d’autre part cette même presse leur donnent une vision totalement déformée du monde si l’EDNAT avait par hasard failli dans sa tâche de propagande socialiste.

      Le Français vit dans une réalité fictionnelle et pourtant ça ne suffit pas.
      Les sondages montrent que depuis 40 ans les français veulent la fin des privilèges, moins de fiscalité de dette et de dépense sociale, l’arrêt de l’immigration délirante et la sécurité.

      En pure perte vu que la liste des princes est pipée.

  • Chez Cultura, tous les livres sont disponibles sauf les partitions car les instruments sont interdits à la vente.

    Dans les jardinineries, les plantes sont disponibles mais pas les pots.

  • Les socialistes sont toujours au pouvoir et leur problème est de trouver une solution pour prolonger cinq ans de plus.

  • Georges Courteline aura été le grand inspirateur de « réponse sanitaire française au Covid »…

  • Après 200 ans, la pétition de Turgot des fabricants de chandelles a enfin été entendue (lien du NYT de l’article):
    « Pourquoi ne peut on pas acheter de lampe? Je ne sais pas pourquoi, mais vous pouvez acheter des bougies »

  • Dans la bande dessinée « Léonid et Spoutnika », dont le sujet principal est la perestroïka, on voit le désarroi du pére de Léonid, homo sovieticus typicus et fonctionnaire, recevant tout-à-coup un tampon « DA » en plus des « NIET » habituels

  • Les medias n’ont guère relevé, comme d’habitude, le comportement Poutinesque de Macron and co envers le RU. A ce jour, nous en sommes a la quatrième menaces de restrictions d’électricité, la dernière en date sous couvert d’un different technique sur de la poiscaille d’une ile, Jersey, qui n’a jamais fait partie de l’UE. Je ne souhaite pas polémiquer, ou peindre l’une ou l’autre partie en noir et blanc. Simplement souligner que la France, sous ce roitelet, emprunte bien plus de recettes de Poutine que vous ne semblez en avoir conscience. Ce type est dangereux sous tout rapport, son administration est hors de contrôle, avec des intérêts maintenant fondamentalement divergents des intérêts de ceux qu’ils prétendent protéger. C’est un dictateur en devenir, et il faut être aveugle pour ne pas le voir.

    • Absolument, le gouvernement par la voix de Attal vient encore de menacer de couper l’électricité à l’île qui refuse que les pêcheurs français viennent piller ses eaux territoriales! C’est du Poutine tout craché.

    • oui on a un problème avec les médias,

      en premier lieu ils n’informent plus ils pensent éduquer…
      ils ne disent plus la vérité mais la morale…

      mais il existe aussi une partie de la population qui ne se retrouve plus dans les médias traditionnels. la question lancinante est pourquoi des médias plus critiques ne s’imposent pas..??

      • Une chaîne un peu « déviante » comme CNEWS monte doucement dans le PAF. Mais à quel prix, entre les attaques permanentes en provenance du CSA et autres frivolités bien pensantes. Les médias sont bien trop verrouillés par la doxa pour nous apporter un peu de diversité. Il faut alors la chercher ailleurs, comme sur CP par exemple.

  • « La clef d’une sortie de l’absurdité bureaucratique passe donc par la décentralisation et donc une répartition du pouvoir au sein de la société. »
    Cela résume bien un aspect fondamental des tares de notre pays.
    Par contre, sur l’effondrement de la bureaucratie sur elle-même, l’exemple soviétique n’est pas évident, c’est plus une erreur de vision de Gorbatchev qui croyait au communisme et à sa rédemption en desserrant l’étau totalitaire inhérent à ce type de régime, que les tares de ce régime qui en expliquent la cause. Hélas…

    • Je ne suis pas non plus convaincu par la décentralisation car vu les voies de circulation qui se terminent en goulots d’étranglement avec des pièges comme les trottoirs les ralentisseurs etc qui sont bien de la volonté des administrations locales. Tout ce que touche l’administration quelle soit centrale ou locale devient rapidement un problème pour l’administré …

      • Ce n’est sûrement pas la panécée, mais on peut tout de même espérer une forme de concurrence et de comparaison entre gestions, c’est au final aux politiques locaux de montrer leurs capacités.
        La Suisse est bien décentralisée, les EU aussi, l’Allemagne aussi, et combien d’autres ?

      • L’administration a été décentralisée mais pas son financement. L’argent aux régions et départements dépend du non vouloir de l’état.

  • Les empêcher de nuire mais aussi il faudra aussi penser à ce qu’ils coûtent 3,5 millions d’euros période active et retraite sans omettre le bulletin de vote

  • diagnostic malheureusement exact !!! il ne nous manque que le goulag ( la police politique est pratiquement prête à œuvrer !!) quant aux gardiens nous avons assez de repris de justice pour leur confier la tache !!!

  • j’aurais dit « soviétisation » plutôt que « russification ».

  • Que si, attendons l’arrivée des Merluchon, Hidalgo, Pulvar et autres gogos de la gauche qui rase gratis pour voir doubler le volume du code du travail, du code civil et du code pénal…..c’est avant les urnes qu’il faut penser….après il faut subir, comme à Grenoble, Lyon, Bordeaux, Paris et Marseille entre autres…..

    • Les urnes françaises ne permettent pas de voter des lois comme en suisse, elle permettent juste de choisir un socialo-étatiste ou un socialo-étatiste dans une liste de socialo-étatistes.
      .
      La réflexion peut éventuellement porter sur les modalités de la punition et la vitesse de la faillite des choses.

  • Maintenant, expliquez-nous en quoi les décisions suivantes (entre autres) sont connectées à la réalité :

    – autoriser la réouverture des montées mécaniques APRÈS la saison hivernale

    – autoriser l’achat d’une crêpière mais pas d’une lampe

    – imposer aux restaurateurs de n’utiliser que la moitié d’une terrasse pour recevoir des clients

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles