Nucléaire : les Français devront se plier aux énergies renouvelables

Aujourd’hui, c’est au nucléaire et aux Français de se courber devant les caprices des énergies renouvelables, le premier en adaptant sa production, et les seconds en soumettant leur vie quotidienne aux lois de l’intermittence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
solano wind BY Robert Couse-Baker (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nucléaire : les Français devront se plier aux énergies renouvelables

Publié le 12 avril 2021
- A +

Par Patrick Michaille, Gilbert Ruelle, et Michel Gay.

Au baptême solennel de Clovis déjà roi des Francs, l’évêque de Reims lui aurait demandé en 496, de se soumettre à Dieu par ces mots (en latin) : « Courbe-toi, fier Sicambre ! »

Aujourd’hui, c’est au nucléaire et aux Français de se courber devant les caprices des énergies renouvelables, le premier en adaptant sa production, et les seconds en soumettant leur vie quotidienne aux lois de l’intermittence du vent et du soleil !

En effet, le terme « flexibilité » apparaît 318 fois (!) dans le rapport conjoint (186 pages) du gestionnaire du réseau d’électricité (RTE) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié le 27 janvier 2021 sur les conditions de production d’électricité par les énergies renouvelables.

Pourtant, le nucléaire français pourrait se cambrer fièrement devant ses excellents résultats depuis plus de 40 ans !

Soumissions !

En France, dans le domaine de l’énergie, les descendants de ces Sicambre sont soumis de moins en moins à Dieu et de plus en plus à des idéologues n’acceptant que l’énergie du soleil et du vent, en refusant celle des atomes, pourtant aussi créée par Dieu.

En cas de diminution ou d’abandon du nucléaire en France, les Français et les Européens devront courber la tête et accepter au moins 5 soumissions :

À la météo

Une éolienne dépend du vent, et le photovoltaïque dépend du soleil absent la nuit et réduit de moitié l’hiver par rapport à l’été.

À la décroissance de la consommation d’électricité

Ne pouvant se stocker qu’en faible quantité et à un coût élevé, l’électricité ne sera plus disponible pour tout le monde au moment voulu, ce qui accroîtra la précarité énergétique. Sa rareté sera provoquée par un système d’énergies renouvelables se nourrissant de subventions selon la Cour des comptes !

Pour décarboner la production d’énergie, la seule solution viable est d’augmenter la part de l’électricité dans la consommation.

À la mise en place des compteurs Linky 

Intelligents au sens anglais « d’intelligence service » ? Leur intrusion dans la vie intime leur permettra de déceler les modes d’utilisation de l’électricité en fonction de l’heure.

À la destruction des paysages

La production équivalente d’une centrale nucléaire de 1300 MW nécessiterait une surface au sol de l’ordre de 68 km² en panneaux photovoltaïques ; soit un carré de plus de 8 km de côté !

À une politique énergétique incohérente

Des gaspillages financiers dans des moyens inefficaces pour la réduction des émissions de CO2 qui, en plus, diminuera l’indépendance énergétique de la France et augmentera ses importations d’énergies.

Une politique de l’autruche

La fermeture délibérée pour raison politique de la centrale nucléaire de Fessenheim fonctionnant parfaitement, et l’engagement du gouvernement français à supprimer une douzaine d’autres réacteurs avant 2035 confirme que le président Macron veut détruire le nucléaire malgré quelques déclarations verbales contradictoires.

Pourtant, les analyses convergentes des milieux scientifiques recommandent une toute autre politique de l’énergie et l’expansion du nucléaire s’établira dans le monde malgré cette politique française de l’autruche.

En effet, c’est l’arme la plus puissante à la portée d’une grande partie de l’humanité pour assurer sa production d’électricité sans émission de gaz à effet de serre (CO2) pendant plusieurs siècles. Elle est capable de se substituer massivement aux énergies fossiles, et donc de résoudre le problème du réchauffement climatique si souvent mis en avant.

Le dynamisme nucléaire viendra de la Chine, de la Russie, des États-Unis, de l’Inde, du Royaume-Uni, de la Finlande, de la Suède, de la Hollande, de la république Tchèque, de la Pologne, de la Corée du sud, du Japon et de quelques autres pays avec le soutien de la Russie et des États-Unis comme la Turquie, les Émirats arabes ou l’Égypte.

Dommage pour la France qui aura perdu du temps et sa place dans l’industrie énergétique par ce coup de frein contagieux sur le nucléaire venu d’Allemagne.

Avant d’aller papillonner entre éoliennes et panneaux solaires dans cet hypothétique paradis verdoyant, allégés du poids obsédant de l’accident nucléaire, notre Président se demande s’il ne serait pas toutefois prudent de pratiquer une approche inspirée du célèbre Pari de Pascal sur l’existence, ou la non-existence, de Dieu.

Un double Macron

La France est actuellement gouvernée par un chef d’État familier du dédoublement de personnalité qu’il utilise pour prendre des décisions sur des sujets qu’il connaît mal afin de conduire plusieurs politiques « en même temps ».

À défaut de conviction scientifique, ce magicien se concerte avec ses doubles.

Son double écologiste parie sur la réduction puis la disparition du nucléaire, en noyant la France sous un océan d’éoliennes et de panneaux solaires,

Son autre double « raisonnable » parie sur le nucléaire. On ne sait jamais !… En le retardant le plus possible, il lancera en 2022 (ou 2023) un modeste programme de construction de six réacteurs EPR permettant de redémarrer cette industrie en sommeil depuis 20 ans.

Les deux Macron magiciens entrevoient deux futurs paysages énergétiques.

Son double raisonnable constate que plus aucun accident nucléaire majeur ne s’est produit. Après bientôt un siècle de production, tous critères pris en compte, le nucléaire se classe toujours au premier rang, notamment en termes de propreté et de sûreté.

Le public s’est habitué aux bienfaits du nucléaire et les médias évoquent ce sujet favorablement, tandis qu’une partie des écologistes ont évolué en se ralliant au nucléaire.

Ce Président Macron se félicite alors d’avoir eu la sagesse de lancer quelques EPR dès 2022, car il devient de plus en plus difficile de continuer à maintenir la peur du nucléaire dans l’esprit du public après des décennies d’excellents résultats.

La France ne sera certes plus dans le premier rang industriel, mais pourra encore reprendre une place « honorable » dans un monde s’inquiétant vraiment de la disparition des énergies fossiles, et ne s’interdisant plus l’usage du nucléaire, le plus puissant des moyens décarbonés, pour limiter sa consommation, et donc les émissions de CO2.

Son double écolo-extrémiste avait cru que le monde entier aurait abandonné l’usage de cette énergie. Il regrette simplement son rêve vert et constate, ayant quitté sa fonction présidentielle, le déclassement de la France (et de l’Europe) entrée en purgatoire face aux autres pays ayant continué à se développer économiquement et écologiquement grâce à l’énergie nucléaire.

La lutte pour la diminution de consommation des énergies fossiles et la préservation du climat se poursuit alors sans la pauvre Europe rangée sous la bannière allemande des ruineuses énergies renouvelables et du nucléaire honteux.

Toujours le « en même temps »

Le « en même temps » du Président Macron ne doit pas s’appliquer dans l’engagement de l’avenir énergétique du pays, c’est-à-dire son avenir tout court.

À long terme, il rêve d’un avenir énergétique décarboné possible sans nucléaire. Mais ce n’est pas un jeu vidéo dans lequel il est possible de négliger les lois de la physique et de changer immédiatement d’orientation.

À court terme, il pèche des voix sans vouloir une décroissance économique qui conduirait à des émeutes bien pires que les manifestations de Gilets jaunes. Il est donc opposé aux intégristes verts, mais il nomme « en même temps » des ministres de cette mouvance pour ne pas se couper des votes écolos-bobos des villes qui apprécient les éoliennes et les panneaux photovoltaïques loin à la campagne chez les « sans dents ».

Mais ces écolos ne sont pas prêts à supporter des coupures d’électricité chez eux. Ils deviennent même des opposants virulents aux éoliennes quand elles s’invitent à proximité de leur résidence secondaire parce qu’elles leur feraient perdre la moitié de sa valeur…

Heureusement, pour sauver l’honneur, Clovis aurait répondu au vieil évêque voûté « Et toi, cambre-toi, fier si courbe ! ».

Flexible, le nucléaire courbe donc aujourd’hui l’échine sous le joug de l’écologie politique. Mais les Français doivent être fiers de cette industrie et de ses excellentes performances depuis plus de 40 ans. Ils pourraient déclarer en pensant au sacre de Clovis « Nucléaire, cambre toi fier Sicambre ! » pour ne pas se soumettre aux lois rétrogrades du clan des Verts.

Voir les commentaires (68)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (68)
  • Le vrai problème à résoudre, et rapidement, c’est comment empêcher quelques gauchistes radicaux déguisés en écolos de détruire notre société.

  • Comme les gens qui arrivaient à fuir les pays de l’Est après la deuxième guerre mondiale il va falloir envisager sérieusement de quitter la France.
    Dans tous les cas les jeunes qui veulent se lancer dans le monde de l’entreprise n’auront pas le choix. Nous allons assister à un exode encore plus massif qu’au moment de l’instauration de l’IGF. Il faut faire abroger la loi de programmation énergétique et la loi climat très rapidement. Je voterai pour le candidat qui le mettra à son programme.

    • Entièrement d’accord, mais qui aura le courage de le faire ?
      Et puis qui y a-t-il face à Macron pour 2022 ? Le Pen, la gauche bobo, les écolos, ce qui reste de la droite.
      Etudions leurs programmes :
      – celui de Macron : identique à l’actuel, rien à attendre
      – Le Pen : elle serait une bonne alternative mais son programme
      n’est pas un programme (désolé mais la retraite à 60 ans est
      utopique). En fait elle serait un vote sanction contre Macron
      – celui de la gauche bobo : quand on voit ce que fait la Hidalgo à
      Paris, ce serait le même programme à l’échelle nationale
      – les écolos : ce serait la fin de la france en tant que pays
      industrialisé et définitivement plus reconnu comme puissance
      mondiale
      – la droite : elle est tellement inexistante actuellement qu’on n’arrive pas à distinguer ce qu’elle proposerait.
      Entre la peste et le choléra il nous faudra choisir mais le choix ne va pas être simple car on en prendra pour 5 ans.

    • Nombreux sont les jeunes qui ont déjà quitté la France pour s’installer ou qui songent sérieusement à le faire.

  • On veut de l’écolo mais pas d’éolienne , on veut du bio ou des animaux élever en plein air mais pas payer 3 fois plus chers , les écolos pourtant minoritaires imposent leurs dictats pourtant ça finiras par se retourner contre nous et ça a d’ailleurs commencer car qui veut payer des oeufs deux à trois plus chers pas moi pas plus que les industriels du coup les oeufs sont et seront importés et du coup plus aucun contrôle sur les élevages , ce qui est donné aux pondeuses , entre les U qui ont décidés de ne plus vendre d’œufs de poules en cages , les cantines qui obligent les enfants a manger végan, la suppression du nucléaire et bien oui nous subissons l’extrémisme écolos et le prix de cette dictature va se payer au prix fort !!!

  • Je ne suis pas capable de traduire correctement cet article, il y aura bien quelqu’un pour le faire! Est-ce que nos concitoyens sont prêts à payer l’électricité deux fois plus cher?https://www.agrarheute.com/energie/energiewende-kritik-teuer-stromversorgung-gefaehrdet-579908

  • Je crois que tout le monde a compris que nous n’echapperons aux renouvellables, que nous nous déplacerons plus qu’à vélo ou en bus, que nos logements seront communautaires et pas chauffés.du tout.
    Ça plus la bouffe bio en quantité limitée on va pouvoir compter nos côtes

    • Si déjà on est épargné par le plus grave fléau sanitaire actuel, à savoir l’obésité, on n’aura pas tout perdu !

  • « Ne pouvant se stocker qu’en faible quantité et à un coût élevé, l’électricité ne sera plus disponible pour tout le monde au moment voulu, ce qui accroîtra la précarité énergétique. »

    On croirait entendre un de ces grands pontes de l’APHP qui viennent nous expliquer qu’ils sont obligés de faire un tri des patients à cause du Covid.
    A la journaliste héberluée qui lui demande si c’est le cas aujourd’hui, il est obligé d’avouer : – non pas encore, mais si on continue comme ça on pourra être obligé de la faire…
    Alors pour l’instant, soyons honnête, ce n’est pas avec nos 6 ou 7 % tout mouillé de production ENR, qu’il y a péril en la demeure. L’Allemagne dépasse 30 % et ça va encore bien pour eux, merci.
    On sortira les mouchoirs en temps utile, pas avant.

    • Personnellement, je comprends, lis et parle l’allemand.

      • Et dans l’article, ça ne va pas bien du tout pour les allemands

        • Vous trouverez toujours un article contre tout ! Y compris contre ce qu’il y a de mieux

          • Rochain, que fait de lieux l’Allemagne, à part avoir de l’électricité chère pour les consommateurs et richement carbonée (7 fois celle de la France) ?

        • Accoler, sans autre forme de procès, des adjectifs péjoratifs à « ENR » ou à « nucléaire » dans une seule phrase ne constitue pas une démonstration bien solide…

    • D’après https://allemagne-energies.com/bilans-energetiques/, l’Allemagne dispose de plus de capacité pilotable que le pic de consommation prévu. En l’état, elle a de la marge.

      Actuellement, l’Allemagne a surtout créé de la capacité excédentaire (qu’elle peut vendre). A la fin du nucléaire, il leur restera encore de la marge pilotable (avec l’hydraulique) sans réduction de capacité fossile.
      Ce n’est que d’ici 203X (avec la réduction du fossile), qu’ils verront les soucis énergétiques (pour l’instance, c’est une histoire de sous)

      En attendant, les escrologistes vendent la réussite du modèle allemand (disponibilité+vente excédentaire), totalement à tord.

      Par contre, on n’a pas la même marge en France. Ce n’est plus un iceberg là.

      • Vous me rappelez Francis Blanche, avec votre capacité…
        « Elle peut le faire, mesdames et messieurs, applaudissez ! »
        Peut-être, mais elle ne le fait pas !
        Le fossile ça fait 20 ans qu’elle en a réduit l’utilisation dans la production électrique… Ça, c’est du concret, du réel, pas du capacitaire !

    • @JerémyLapurée – Je m’étouffe en lisant votre commentaire.
      A QUEL PRIX tout ce cirque girouettant ? Combien de milliards ? pour une production ridicule ! C’est du perdant-perdant ! (sauf pour les fûtés qui ont investi dans cette utopie et sont devenus milliardaires sur le dos du peuple)
      1) les Allemands paient leur électricité deux fois plus cher que que nous.
      2) Ils ne subventionnent plus l’éolien maintenant rejeté par la plupart des Allemands.
      3) leurs paysages (Nord) sont hideux.
      4) les problèmes sanitaires sont reconnus. (infrasons)
      5) Les Allemands pour pallier ces EnRIntermittentes aléatoires (non je ne redoute pas les pléonasmes, ceci afin de bien ancrer cette réalisté dans les esprits fumeux), ils misent donc sur le gaz Russe (une énergie non fossile sans doute ?) C’est bien la reconnaissance de l’échec des EnRIA car si la France arrête ses centrales nucléaires, nos voisins n’auront pas de secours, et ils le savent bien !
      Il y a longtemps qu’il aurait fallu sortir les mouchoirs, mais en s’accompagnant des foruches ! C’est un cobaye de l’éolien qui fait ce constat ! Les EnRIA ne sont pas propres, ne sont pas vertes, ne sont pas durables, en revanche elles sont mortifères pour qui les subissent.
      C’était une décision de doux dingues idéologues, ne voyant pas plus loin que la seconde d’après !

      • Et hop ! Encore une fois le recours au mythe « plus de charbon ou de gaz pour compenser la poussée des ENR ».
        Renseignez-vous sur l’évolution de la production électrique allemande sur les 20 dernières années. Vous découvrirez que loin d’avoir eu recours à plus d’énergie fossile, la construction de parcs éoliens et solaires s’est au contraire accompagné de la diminution de l’utilisation d’énergie fossile.
        Je vous laisse à vos raclements de gorge…

    • Vous semblez ignorer (pour des raisons idéologiques?) qu’il y a déjà eu des coupures l’hiver malgré les 6 ou 7% d’ENR. Prévoir est le fait de toute personne intelligente!

  • De la même manière, il est illusoire de s’alarmer sur la disparition du nucléaire à horizon 2050. C’est impossible. Déjà, juste après la disparition de Fessenheim, la resistance s’organise.
    Il ne faut pas se raconter d’histoires : demain nous n’aurons pas 90 % de nucléaire, mais nous n’en aurons pas 0 % non plus.
    Le nucléaire aujourd’hui c’est 70 % de la production. Je prends le pari qu’en 2050, ce sera encore plus de 50 %…

    • Vous avez raison mais en attendant il va falloir vivre avec les incohérences de la politique française actuelle en matière d’énergie (pour le reste c’est hélas du pareil au même : incohérence complète de la pensée à tous les niveaux) qui vont inévitablement conduire à des tensions sur le réseau, à une augmentation inexorable des tarifs de l’électricité, et pire encore à une destruction systématique des paysages, associée à un massacre de l’environnement.
      Je suis directement concerné par ce dernier point car un projet de 12 éoliennes de 182m de hauteur sont sur le point d’être installées sur la colline en face de mon habitation et à moins de 1000m de distance (nuisances sonores, lumineuses et paysagères garanties !). Une procédure qui implique les habitants (plus de 100 foyers situés à moins de 2,5 km des plus proches machines) et les 3 communes les plus impactées par le projet est en cours mais je ne me fais guère d’illusion sur la décision de justice qui va se prendre, malgré un dossier industriel truffé d’inexactitudes et de désinformations flagrantes.
      Au total et dans un rayon de moins de 20 kilomètres, ce projet porterait le nombre d’éoliennes à 44. Un autre projet de 11 éoliennes est en instruction à moins de 8 kilomètres : l’enquête publique doit théoriquement s’ouvrir dans quelques semaines mais ce genre de procédures est complètement biaisée. Pour le projet me concernant et malgré une opposition à plus de 75%, l’avis du commissaire enquêteur a été rendu favorable et a suivi avec une docilité parfaite les directives du promoteur : le fait que le commissaire enquêteur soit rémunéré par le promoteur n’est sans doute pas étranger à cette servilité exemplaire.
      Certaines éoliennes sont prévues à 650m des habitations les plus proches, c’est-à-dire à peine au-dessus de la limite légale que, depuis 2006, les écologistes ont toujours refusé de modifier alors même que la hauteur des machines a plus que doublée en 15 ans !
      Chez de nombreux élus écologistes, la protection de l’environnement est à géométrie variable et uniquement marquée du sceau de l’idéologie la plus sectaire.

      • En ce qui me concerne je préférerais être dans votre cas que de vivre a proximité d’une centrale nucléaire…
        S’agissant du commissaire enquêteur, vous ne pouvez pas laisser entendre qu’il serait à la solde du promoteur. Il est nommé par l’Etat, travaille pour l’Etat, et n’est que payé par le maître d’ouvrage. Et c’est très bien ainsi, sauf à vouloir augmenter encore nos impôts !
        Puisqu’on en est au pognon, le point faible du montage de ces parcs éoliens est que les communes les plus impactées par les travaux ou la visibilité ne sont pas toujours celles qui ont les recettes. C’est de moins en moins vrai car de plus en plus, il s’agit de projets lancés par des communautés de communes.
        Il n’empêche que tout ceci respecte les lois de la démocratie. Votes des conseils municipaux. Enquêtes publiques. Recours auprès des tribunaux. Etc.
        J’observe que dans votre cas, la population concernée est peu dense (100 foyers dans un rayon de 2,5 km), plus rural tu meurs. Les retombées économiques sur les communes devraient être intéressantes…

        • Vous êtes un peu naïf sur la probité des commissaires enquêteurs: le job est assez bien rémunéré pour un travail assez simple et peu prenant; beaucoup souhaite garder cette sinécure: pour cela il vaut mieux aller dans le sens du vent.
          Pour le problème des communes, je suis exactement dans cette situation: les éoliennes prévues sont évidemment en limite de la commune qui les édifie et mieux sur la limite entre 2 départements: les communes les plus impactées n’auront donc que les nuisances.
          Oui ce sont des communes rurales mais détruire des paysages et saccager la vie de plusieurs centaines de personnes pour satisfaire les lubies de quelques zozos et la cupidité de quelques promoteurs véreux (je passe sur la manière scandaleuse dont les dossier éoliens sont montés en catimini et avec des méthodes qui s’apparentent à celle de la mafia) qui vont disparaitre dans la nature quand il s’agira de démanteler ces horribles verrues. La loi française est d’ailleurs là pour les encourager dans ce sens!
          Il faudrait un peu plus de 100000 éoliennes de 3MW pour assurer l’équivalent annuel de la production électrique nucléaire sans toutefois satisfaire la demande à chaque instant (sans unité de stockage, il en faudrait 400000 pour une probabilité de rupture inférieure à 5%)! Il suffit de 18 sites nucléaires pour cela; le nombre de gens impacté n’est donc absolument pas comparable et je ne crois pas que les centrales nucléaires soient implantées en milieu urbain.

          • « Détruire des paysages »… Ca se discute. Pour ma part, j’ai toujours trouvé les éoliennes très esthétiques… Ca me rappelle les moulins à vent de jadis.
            « Il suffit de 18 sites nucléaires pour cela; le nombre de gens impacté n’est donc absolument pas comparable »
            Ca aussi, ça se discute, car outre la différence de nature des impacts (permanents mais seulement visuels dans un cas, rares mais graves en cas d’accident nucléaire), la portée des dits impacts est également fort différente : à 10 km, vous ne voyez plus d’éoliennes. A plus de 100 km, en cas d’accident nucléaire, vous êtes concerné…
            Les Français ne s’y trompent pas. Plus de 75 % d’entre eux ont une bonne perception de l’éolien. Le nucléaire n’a pas cette chance : environ 50 %…

            • Si vous faîtes un petit sondage dans mon secteur de collines saturé d’éoliennes, ce sont 75% des gens qui ont une très mauvaise opinion. Le nucléaire à le malheur de souffrir aujourd’hui de campagnes médiatiques de désinformation permanente par lesquelles peu de technologies pourraient résister mais je suis sûr que dans un contexte d’informations objectives et normales, un référendum en France donnerait largement une majorité au nucléaire: 50% dans le contexte actuel est plutôt un grand succès!
              Je trouve effectivement les moulins à vent plutôt agréables à regarder mais ils ne font que 15-20m de haut et non presque 200m comme nos belles éoliennes: vous entrevoyez la différence?
              A 10 km, je peux vous assurer que vous voyez fort bien des éoliennes de 135m, alors avec 180m il n’y a aucun problème. Par temps clair, vous les voyez sans ambiguïté à plus de 30km à la ronde de jour; de nuit notre paysage de collines ressemble à un arbre de Noël!
              Je vous rappelle aussi que les 2 accidents nucléaires les plus graves ont été causés par:
              -Tchernobyl, une expérimentation stupide et une impardonnable faute humaine.
              -Fukushima, un raz de marée associé à la légèreté des exploitants de la centrale.
              Je reconnais que le nucléaire est une technologie qui demande d’énormes compétences scientifiques et technologiques et qu’il ne peut être confié à des irresponsables: c’est pour cela que si les écologistes venaient par malheur au pouvoir, je serais sans doute amené à m’expatrier.
              Cependant ne vous faîtes aucune illusion dans une centaine d’années ou tout au plus 200 ans, l’énergie électrique de notre monde sera fournie majoritairement par le nucléaire (j’espère seulement que ce sera via la fusion), l’hydraulique et sans doute un peu de solaire dans les zones privilégiées.
              L’éolien aura permis à quelques margoulins de s’enrichir mais ne fera parler de lui que via les machines rouillées qui n’auront jamais été démantelées (déjà plus de 14000 aux EU).

              • Prévoir ce que sera la production électrique dans 200ans est pas simple. Une nouvelle techno peut arriver et tout balayer.
                Moi j’y serais pas pour voir…

                • Ça, c’est le plus probable.
                  Les technologies de dans 200 ans ne sont pas encore inventées. Quand on relit l’histoire des grandes innovations des deux derniers siècles (charbon, électricité, moteur à explosion, nucléaire, electronique…) le monde sera certainement très différent.

              • Vous avez de bons yeux… Mais pas trop le sens de la mesure. Les éoliennes installées ont des mâts de l’ordre de 130 m. Même en comptant les pales, on n’atteint pas encore les 200 m.
                Si nous étions encore en vie d’ici 100 ou 200 ans, je parierais bien avec vous que le nucléaire ne sera pas l’energie mondiale. Il ne l’est pas aujourd’hui et sauf évolution technologique majeure (fusion), vus les stocks d’uranium, on peut faire une croix dessus d’ici la fin de ce siècle…

                • Il me semble que les nouvelles éoliennes géantes dépassent très largement les 230m. Et celles dont j’aurais sans doute le bonheur d’avoir chaque jour et chaque nuit en face de mes fenêtres font bien 182m. J’ai donc encore de l’espoir d’admirer encore plus de beauté dans mes vieux jours. De jolis moulins à vent pour sûr

                • Vous n’avez bien sûr aucune éolienne proche de chez vous……
                  Vous argumentez comme tous les gens qui ne son de fait pas concernés. Personnellement, nous sommes depuis peu cernés par deux champs éoliens (les seuls) à 30 km à la ronde et les nuisances, nous, nous les vivons. venez nous voir et constater comment un des plus magnifique site de la Drôme à été saccagé par ces machines que l’on voit jusqu’à 40 km de distance…..

        • rigolo l’ADEM aussi travail pour l’état et quand on voit la quantité d’ineptie qu’elle déblatère payé par nos impots…..
          C’est même l’agence de propagande idéologique de l’état par excellence

  • Si l’on recouvre les toitures de l’ensemble immobilier français en panneau solaire on dépasse notre consommation d’énergie annuelle ça interrogé. Le stockage énergétique intelligent cela existe. Adapter notre consommation afin de préserver notre qualité de vie n’est pas une utopie. Alors entre les ultra gauchiste vert et les trou du cul de l’atome il y a un juste milieu. Entretenir nos réacteurs ne pas en construire de nouveau et reindustrialuser la France en étant le lisseur des énergies renouvelables, le potentiel l’emploie est immense. Alors que le nucléaire est un aspirateur a financé publique.

    • recouvrir les toitures de panneaux solaires a un coût : qui est prêt à le payer : pas moi !
      Ces panneaux ont une rendement faible qui décroît avec le temps et ne durent pas 25 ans…
      Et enfin, cela ne fonctionne pas la nuit (en hiver, la nuit commence tôt et finit tard).

      Stoppons toutes subventions aux énergies renouvelables, et on verra ce qu’il en sera de leur développement (je prévois un heureux arrêt rapide).

      enfin, il n’existe pas actuellement de stockage massif de l’électricité.

      • Vous avez bien tort c’est l’électricité la moins chére

        • Excellent pour les nuits d’Hivers !

        • La moins chère ? Pas tant que cela. Une majorité des contrat en cours fournit une électricité rachetée à plus de 400 €/MWh. (et jusqu’à plus de 600 pour un bon nombre). Pour les moins chères, la régulation du réseau et les raccordements entrainent des charges importantes répercutées sur les consommateurs via différentes taxes : CSPE, CTA,TICPE, …

    • Le stockage d’électrisé solaire sous forme de barrages ou d’hydrogène a un cout exorbitant et un rendement énergétique catastrophique. Renseignez-vous.

    • « le stockage énergétique intelligent »…
      On ne lui demanderait pas d’être intelligent et donc coûteux, mais efficace et rentable. Et d’ailleurs, si c’était efficace et rentable, l’état n’aurait pas besoin de s’en mêler, tout le monde l’adopterait.

    • « Adapter notre consommation afin de préserver notre qualité de vie n’est pas une utopie.  »
      Cette phrase signifie prendre des mesures qui consistent en l’adaptation de la conso énergétique à la météo:

      – déplacer les congés en hiver (aller à la plage quand il pleut et qu’il ne fait pas beau, en plus de permettre de travailler dans les usines quand le PV donne a plein, accessoirement ça évitera aussi les cancers du aux coups de soleil)

      Adapter les jours de travail à la météo :
      – si anticyclone et brume on ne travaille pas, s’il y a du vent on bosse 12h par jour 7j/7
      – idem pour les déplacement,le type de bouffe, les sorties ciné… tout rythmé par la météo.

      Pour rappel, les vrais écolos qui sont prêts a accepter (partiellement) ces contraintes, c’est 2% de la population…

  • A j’oublie je suis presque un bobo ma maison est bien isolé je produit de l’énergie via panneau solaire. Si vous voyez la facture électrique il y a de quoi rendre jaloux beaucoup de monde. Donc les augmentation de l’énergie je m’en contre balance. Et je vais plus loin si l’envie me prend je pourrai relativement facilement me séparer du réseau. Comme quoi avec des moyens très modeste des compétences de base on arrive à plein de chose. Alors l’EPR a 20 milliards cela a le dont de m’énerver et de nous faire prendre pour des cons

    • Peut-être pour une maison, mais quid de tout le reste (entreprises, services…) ?

      • Une entreprise elle creche ou.. dans un batiment donc solaire. Si deja on peut faire les particuliers qui habitent une maison individuelle ça fait du monde. Le cout est a ramener au 20 milliards d’un epr qui ne fonctionnera jamais. Supprimer les normes sur le photovotaique et la tva et on verra si les particulier ne s’equipe pas, pour insiter augmentation massive du prix de l’electricite.

        • « Une entreprise elle creche ou.. dans un batiment donc solaire »
          Vous n’avez pas l’air de saisir les grandeurs de consommation d’une entreprise, surtout industrielle. Exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Laminage (cherchez consommation).

        • Votre dernière phrase est significative de l’état d’esprit prôné par les écologistes!
          Quant à l’EPR il fonctionne parfaitement depuis plus de deux ans en Chine qui ne souffre pas du sabotage en règle de l’industrie nucléaire française auquel nous assistons depuis plus de 30 ans.

        • Parce que vous trouvez que les l’état et donc tous les contribuables sans exception n’ont pas déjà assez donné au pot pour subventionner des filières qui ne contribuent qu’à enrichir l’industrie chinoise pour le PV et les industries allemandes et danoises pour l’éolien: belle réussite et beau calcul en vérité!

        • Sans subventions (payées par tous les abonnés à l’électricité et par les contribuables via les aides publiques et crédits d’impôts), toutes ces installations individuelles n’existeraient pas car cette électricité coûterait plus chère que celle du réseau.

          • Le pire dans tout ça, actuellement, le ciment et l’acier des éoliennes sont fait avec du fossile.

            Quand on fera de l’acier à grand échelle via des fours électriques (ça existe oui (recyclage d’acier), par contre, faudra attendre du vent pour en faire, vu les tonnes qui en faut..)
            Ou du ciment.
            Ou du PPV, à partir d’ENR..
            J’imagine le prix de l’électricité.

            Sans parler du prix du BTP.

      • La solution est la même PPV !
        La couverture du bâti français orienté Sud c’est le double de la production de tout le parc nucléaire, et c’est facile à calculer en plus.
        Je l’ai fait : Le regard des hommes sur le Soleil, chez ISTE éditions

    • @justeciel : donc il vous reste des sous pour acquérir un livre de grammaire !

    • Pouvez-vous nous dire quelle est la puissance électrique dont vous disposez et quelle énergie électrique vous pouvez réellement utiliser à tous instants? Quel est l’importance de votre stockage et quel est le coût total de votre installation.
      Etes-vous connecté au réseau?
      Merci d’avance de répondre à ces questions élémentaires pour pouvoir éventuellement partager votre béatitude

    • Sans EDF vos panneaux ne servent que de miroir à alouettes., restez connecté !

    • hé ho et les taxes de nos factures plus grosses que l’électricité consommée qui servent a financer vos panneaux et les éoliennes!
      Sans elles vous n’auriez pas eu les aides qui font partie du vrai coût de cette gabegie des ENR! On parle d’EDF qui doit monter ses prix pour que ses concurrents ENR restent compétitifs …
      Vous faites parti des idiots utilent a cette arnaque du siècle .
      Si vous en êtes fiers tant mieux pour vous profité!
      Et il y a que le prototype d’EPR français qui coutera 16 milliard par incompétence dans sa construction. Avec Ceux qui fonctionnent déjà en chine , ce pays annonce que les prochains seront construit en 4 ans et a moins de 4 milliards. Avec 120 milliards d’annoncé en france pour les éoliennes, elle est est où la folie et c’est qui les cons qui valident un truc pareil?

  • aie, pas eu le temps de relire ni de finir: « n’en est pas moins la plus grande arnaque de tous les temps. »

    • Devant le « climat climatosceptique », je préfère argumenter simplement en disant que le nucléaire, au moins l’ensemble des déchets doit « être traité ».
      Alors que dans le fossile, si on traite les résidus physiques, le CO2 dégagé lui, part dans l’air.

      En considération de gestion des déchets générés, le nucléaire est donc plus vertueux que les fossiles. Peu importe si on adhére ou non au RC.

  • Excellente analyse. Puissiez-vous être largement lu et entendu !

  • Consulter internet sur le seul chef d’état ayant promulgué des lois purement écologistes pour réduire drastiquement l’extension de la race humaine sur terre, comme son collègue le commandant Cousteau prêchant pour la réduction de l’humanité a 500 millions de vivants au maximum. Soit tuer 7 milliards de gens aujourd’hui ! C’est le célèbre Adolf qui a commencé d’abord par les Juifs et fait quand même quelques 20 millions de morts avant de s’auto détruire. C’était un végan parfait. Protecteur des animaux. Et aussi un fou total. Le seul moyen efficace de limiter la croissance de la population est d’assurer l’amélioration du niveau de vie des populations. La preuve par Merkel, qui hélas se voit aujourd’hui obligée d’importer des islamistes expansionnistes Turques qui vont ternir son aura. L’exemple de la populeuse Chine est à cet égard beaucoup mieux réussi… pas pour notre bonheur…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles