La France « classée quatrième pays le plus vert du monde » est-elle compétitive ?

Selon un rapport récent, la France se retrouve en quatrième position mondiale grâce à sa « bonne intention » de politique climatique classée deuxième au monde…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
competition source https://unsplash.com/photos/-gjHizUfFlM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France « classée quatrième pays le plus vert du monde » est-elle compétitive ?

Publié le 10 avril 2021
- A +

Par Michel Gay.

La France est classée quatrième pays le plus vert du monde dans une étrange étude publié le 25 janvier 2021 par la revue de l’université « Massachusetts Institute of Technology » (MIT) aux États-Unis.

Mais ce classement vert la place-t-elle encore parmi les pays compétitifs ?

Quatrième pays le plus vert du monde, un classement bien étrange…

Cette étude est étrange car elle prend en compte quatre critères pondérés dont le résultat final se fonde pour une large part, soit 40 %, sur les « intentions » des gouvernements de devenir verts, notamment via l’hydrogène, plus que sur les résultats constatés.

Au bilan global, malgré sa treizième position pour ses faibles émissions de carbone, sa 57e position pour sa société verte, et sa 62e position pour sa transition énergétique, la France se trouve classée quatrième pays le plus vert du monde grâce à sa « bonne intention » de politique climatique classée deuxième au monde…

Selon cette étude, en haut du podium, se trouvent l’Islande, le Danemark, la Norvège pour leurs énergies vertes.

L’Allemagne qui serait, selon la majorité des écologistes « en avance » sur la France est classée en onzième position…

Et malgré leurs immenses champs d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques, l’Espagne et l’Italie sont classés respectivement 18e et 22e.

Cette quatième place providentielle pour le gouvernement français permet à Emmanuelle Wargon (la ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique) de pérorer à l’Assemblée nationale le 6 avril :

Ce classement, c’est un classement qui rend hommage à tous les efforts qui ont été faits en particulier dans cette mandature.

Comme souvent en politique, seul l’affichage compte pour pouvoir se pavaner auprès des électeurs de moins en moins crédules. Tout est bon pour manipuler la réalité au lieu d’agir pour servir les Français.

Le gouvernement n’a certainement pas œuvré pour réduire les émissions de CO2 et de gaz à effet de serre en plantant des éoliennes et en important des panneaux photovoltaïques.

Et c’est même le contraire !

Pourtant le compte Twitter d’En Marche publie :

 

Parmi les âneries et décisions scandaleuses, l’arrêt purement politique de la centrale de Fessenheim qui coûtera 4 milliards d’euros aux contribuables pour indemniser EDF. Cet oukase présidentiel a conduit à brûler davantage de charbon et de gaz cet hiver, y compris par le biais des importations d’autres pays frontaliers (incluant l’Allemagne) dont l’électricité est plus carbonée qu’en France, et donc à accroître nos émissions de CO2, en plus de la pollution.

Un engagement irréaliste salué !

La France ne pourra pas tenir son engagement irréaliste de faire baisser ses émissions de CO2 car elles sont déjà faibles (ce serait vouloir tondre un chauve), notamment grâce à sa production décarbonée d’électricité principalement nucléaire et hydraulique.

En revanche, l’Allemagne parviendra aisément à réduire ses émissions en remplaçant ses centrales électriques à charbon qui émettent 900 grammes de CO2 par kWh produit (gCO2/kWh) par des centrales à gaz qui en émettent deux fois moins (400 gCO2/kWh), mais encore 70 fois plus (!) que les 6 gCO2/kWh du nucléaire. Et tout le monde la félicitera, alors que ce pays est l’un des plus gros producteurs de CO2 de l’Union européenne !

Cherchez l’erreur…

Par sa taille modeste et sa production d’électricité déjà décarbonée, la France ne représente que 0,9 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et ses habitants sont individuellement parmi les moins émetteurs de CO2 des pays industrialisés. Réduire ses émissions de CO2 de 50%, ou totalement, passera inaperçu et induira en plus un coût insupportable pour une majorité de Français en détruisant l’économie du pays. Les décroissantistes verts crieront victoire mais l’enfer vert pourrira la vie des autres.

Vouloir faire croire que la France montrera l’exemple en se sacrifiant est une pure sottise et conduira à une catastrophe.

Toutefois, l’auteur principal de l’étude du MIT, Ross O’Brien, considère que la politique (qu’elle soit climatique ou non) ne repose que sur les intentions déclarées, aussi appelées « engagements pris », et non sur les résultats observés :

On ne délivre pas une médaille au gouvernement français. L’étude ne dit pas que la France est verte aujourd’hui, elle dit que la France a posé les fondations pour devenir un pays très vert dans le futur.

Les Français sont contents et fiers…

Vive le nucléaire ?

Bien entendu, personne n’évoque les 70 % d’électricité nucléaire décarbonée dans la production française. L’étude du MIT réussit même la performance de ne pas citer une seule fois le nucléaire bien qu’elle évoque 20 fois les « énergies propres ».

Ce mix électrique décarboné à bas coût en France, grâce surtout au nucléaire et à l’hydro-électricité (85 % de la production à eux deux), participe largement à la compétitivité des industries et au niveau de vie élevé des Français.

Il contribue aussi au bon résultat d’une France à la fois verte (au moins selon cette étude) et (encore) compétitive, mais qui le devient de moins en moins au fur et à mesure du déploiement des ruineuses énergies renouvelables intermittentes importées au détriment du nucléaire dont le gouvernement prévoit de diminuer la part…

Le gouvernement et les politiciens en général prendront-ils encore longtemps les Français pour des benêts avec leurs ridicules effets de manche ?

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • qu’ils viennent donc me « classer »… et dans le mien celui des pays ou le gouvernement emmerde le plus les gens on est où?

  • « Le gouvernement et les politiciens en général prendront-ils encore longtemps les Français pour des benêts avec leurs ridicules effets de manche ? »

    Les benêts parlent aux benêts, c’est la médiocratie !

  • Pour être verte la France est très verte même que bientôt la France sera une friche industrielle recouverte d’herbes folles, le premier grand pays en faillite du xxieme siècle.. Si Biden ne nous devance pas

  • Il faut changer le nom de l’énergie nucléaire par l’énergie nuclévert et ainsi le monde sera plus vert

  • « On ne juge pas une politique à ses intentions mais à ses résultats », je ne sais plus qui a dit ça (Hayek ou Friedman ou un autre ?). Ce genre d’étude, sous une apparence rationnelle, déconsidère complètement ces classements basés sur un choix arbitraire de caractéristiques également pondérées arbitrairement. Cela m’étonne qu’une école d’ingénieurs aussi prestigieuse que le MIT se prête à une telle étude. Il faut croire que même le MIT n’est pas à l’abri de la politisation effrénée qui s’est emparée des universités américaines …

    • On se pose la question en effet…

      • quand on a besoin de scientifiques pour faire un classement… c’est que c’est complexe souvent multidimensionnel..et « objectivement inclassable »..

    • Dans le même esprit, je propose une réforme de la justice ou l’on jugera les gens sur leurs intentions autoproclamée : j’voujure, j’avaipa l’intention de * (au choix tuer, voler, frauder…).

  • Les bonnes intentions non jamais rien fait de concret. Comme quand je demande à mon fils de venir manger et qu’il me répond qu’il arrive alors qu’il n’en fera rien.

  • « grâce à sa « bonne intention »  » : l’enfer est pavé de bonnes intentions.

  • En fait, la France, ou du moins l’exécutif, veut s’incarner en Jésus et sacrifier son énergie nucléaire, pourtant essentielle, pour le dieu « planète » des écolos. En espérant la résurrection?

    • A mon avis ils se préoccupent plus de l’avis de quelques milliardaires que de l’avis de jésus. Les derniers présidents n’étaient pas vraiment des gens de culture ou de convictions, même qu’un, bien qualifié était du genre bling-bling….

  • Lorsque l’on aura désorganisé et démantelé notre système de production d’énergie, qu’on aura éliminé le  » carburant  » de notre économie — l’énergie –, qu’on sera dans une pauvreté absolue, on verra la vie en rose grâce à la misère noire qui nous portera vers la première place du pays le plus vert du monde ! J’en rougit de plaisir !
    Ecologiquement vôtre. JEAN

    • on démasquera les hypocrites…et sans doute pourrait on déjà le faire en regardant ce que les gens FONT..et ce qu’ils prétendent souhaiter faire..

  • Les dernières statistiques de pollution de gaz à effet de serre produites pour l’année 2019 par CARBON GLOBAL PROJECT fait apparaître la France en 61e position en pollution CO2 par habitant, si nous incluons le facteur production pour nous et d’autres pays (PIB communiqué par le FMI), nous sommes entre la 170e et 180e place. What else?

  • Plus un pays est écolo-gauchiste et plus il devient pauvre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles