Mario Draghi : fiasco à l’italienne

À 73 ans, plus d’un an après son départ de la présidence de la BCE, Mario Draghi reprend des fonctions officielles, pour le meilleur ou pour le pire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mario Draghi by EU2017EE Estonian Presidency (creative commons) (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Mario Draghi : fiasco à l’italienne

Publié le 23 février 2021
- A +

Par Étienne Chaumeton.
Un article de l’Iref-Europe

Samedi 13 février 2021, Mario Draghi a prêté serment comme président du conseil italien.

Qu’est ce que les Italiens peuvent attendre de leur nouveau chef du gouvernement, composée d’une large coalition, par nature instable ?

À 73 ans, plus d’un an après son départ de la présidence de la BCE, Mario Draghi reprend des fonctions officielles, pour le meilleur ou pour le pire.

L’ancien vice-président de la banque d’affaire américaine Goldman Sachs a passé l’essentiel de sa carrière au service d’institutions publiques nationales (Trésor italien, Banque d’Italie) et internationales (Banque mondiale, Banque centrale européenne).

Le poste le plus important de Mario Draghi fut évidemment celui de président de la Banque centrale européenne de 2011 à 2019. Au cours du XXe siècle, les banques centrales avaient pour fonction d’assurer la stabilité des prix et d’être un prêteur en dernier ressort pour les banques privées. Mario Draghi a détruit cet ancien schéma, au profit d’un interventionnisme étatique toujours plus important et au détriment de l’épargne de centaines de millions d’Européens.

Mario Draghi sauveur de l’Europe ?

Dans un tweet du 28 octobre 2019, le président Macron a encensé M. Draghi pour avoir rien de moins que « sauvé l’Europe du naufrage, assuré et fortifié la protection de l’Europe et de ses citoyens. » Par ailleurs, l’économiste keynésien Paul Krugman a affirmé que Draghi était « peut-être le meilleur banquier central des temps modernes. »

Derrière ces éloges se cachent en réalité des atteintes sans précédent aux traités européens et à la liberté économique.

Celui que certains nomment Super Mario restera célèbre pour avoir annoncé en juillet 2012 que la BCE ferait « whatever it takes » pour préserver l’euro. Ce quoi qu’il en coûte aux citoyens européens a entravé le fonctionnement normal d’une économie de marché.

Le taux directeur de la BCE a été réduit à 0 % et le taux de dépôt a été fixé à un niveau négatif, à -0,5 % quand Draghi a quitté ses fonctions en octobre 2019. En plus du contre-sens économique et moral d’imposer des taux d’intérêt négatifs, qui visent à spolier et décourager l’épargne, Mario Draghi a lancé la BCE dans des pratiques de quantitative easing, pudiquement qualifiées de non conventionnelles par la Banque de France. Il s’agit de rachat de dettes publiques et d’obligations d’entreprises privées avec de la masse monétaire créée ex nihilo par la BCE, en violation des traités internationaux.

L’inflation après le mandat de Draghi

L’inflation cumulée durant les huit années de mandat de Mario Draghi à la tête de la BCE a été de 8 % selon les sources officielles. C’est dire qu’il n’a pas été en mesure de garantir la stabilité des prix, c’est-à-dire le pouvoir d’achat de la monnaie, comme le SEBC (Système européen des banques centrales) le demande. L’inflation a au contraire spolié les épargnants européens, pour permettre à des États de poursuivre un temps leur endettement public.

Mario Draghi a pu essayer whatever it takes pour sauver l’euro, cela ne changera rien au sort de la monnaie unique qui est condamnée à échouer.

Arrivé à la tête du gouvernement Italien, Mario Draghi doit maintenant faire face à une économie italienne exsangue et en déclin. L’endettement public officiel frôle les 160 % du PIB. Les Italiens devraient se souvenir qu’en 1992, alors que Mario Draghi était directeur général du ministère du Trésor public, le gouvernement italien a instauré une taxe sur l’ensemble des dépôts bancaires des Italiens.

Acheter des pièces d’or au lieu de conserver des dépôts bancaires en euros peut être pour les Italiens un moyen de se prémunir du whatever it takes de leur nouveau chef du gouvernement.

À bon entendeur…

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  •  » taxe des dépôts bancaires des italiens « …..vous en faites pas , c’est exactement ce qui nous pend au nez en France , pas besoin d’un mario draghi pour ça , nos socialistes y pensent et pas seulement en se rasant le matin ;

    • @vera- Tous nos socialistes y compris à droite, à commencer par Bruno Le Maire qui ne comprend pas pourquoi les français épargnent, comme lui, sur des livrets et dépôts bancaires plutôt que d’investir dans les entreprises

  • L’auteur a raison. Cette réincarnation de Andreoti représente la face « bon chic bon genre » de la camarilla mafieuse de Paris-Bruxelles qui a initié depuis soixante ans le projet totalitaire de la EU.
    Quant aux Allemands, qui avaient réussi après la guerre, en rendant leur devise -relativement- indépendante du pouvoir politique un miracle économique d’autant plus admirable -et/ou choquant si l’on est étatiste français- qu’il démontrait que l’on réuississait beaucoup mieux avec moins d’état qu’avec plus, « hanno adesso un culo cosi! »

    • C’est quoi, la « camarilla » ?
      J’en imagine le sens, mais son étymologie ?

      • exemple d’utilisation dans un article d’Andreas Tögel sur Eigentümlich frei:

        Nicht dass die Funktionärskamarilla auf die in öffentlichen Verkehrsmitteln herrschenden Zustände verweisen würde, wo bis zu vier Leute pro Quadratmeter stehen oder sitzen und dennoch niemand auf die Idee kommt, negative Corona-Tests zur Transportvoraussetzung zu machen, liefert der Spartenobmann der Gastrobetriebe in der WKO (Wirtschaftskammer Österreich), Mario Pulker, der kopflos um sich schlagenden Regierung auch noch eine ruinöse Steilvorlage, indem er vor Restaurantbesuchen obligatorische Eintrittstests einführen will.

  • « L’inflation cumulée durant les huit années de mandat de Mario Draghi à la tête de la BCE a été de 8 % selon les sources officielles. C’est dire qu’il n’a pas été en mesure de garantir la stabilité des prix, c’est-à-dire le pouvoir d’achat de la monnaie, comme le SEBC (Système européen des banques centrales) le demande.  » Pour rappel, la BCE vise très officiellement, et depuis très longtemps, un taux d’inflation de 2 %

  • On ne respecte pas les traités pour « sauver l’euro », cette monnaie qui, par la grâce de sa seule existence, devait nous apporter stabilité, croissance et plein emploi, selon l’inénarrable Sapin, mais on les fait respecter à la lettre pour les Grecs qu’on prive par ailleurs du quantitative easing ! Comprenne qui pourra !
    Je reviens toujours à la libre concurrence : pourquoi serait-elle bénéfique pour la circulation des biens et des services et pas pour les monnaies ? Comprenne qui pourra. Nous n’avons nul besoin de l’euro à partir du moment où l’on refuse la confrontation avec le dollar et, maintenant, le renminbi.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme écrit mon associée Simone Wapler : « La perte de pouvoir d’achat est un phénomène monétaire et politique. Le dollar n’est pas fort, il est seulement moins faible que d’autres devises. La seule monnaie « apatride » qui ne soit pas gouvernée par la politique reste l’or. »

Les médias nous content actuellement que le dollar est fort. Les autres monnaies – yen, livre, euro – achètent moins de dollars qu’auparavant, plus précisément depuis que la Fed a commencé à relever ses taux d’intérêt. Le dollar serait donc une monnaie forte. L’em... Poursuivre la lecture

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles