SOS entreprises ! Des pistes pour sortir de l’impasse

Les principaux fleurons de nos entreprises sont en danger sur le sol français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bouée credits yozine (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

SOS entreprises ! Des pistes pour sortir de l’impasse

Publié le 30 janvier 2021
- A +

Par Claude Goudron.

Le prêche dans le désert ne suffit plus, c’est un véritable SOS que je lance en m’attaquant à nos dirigeants et monsieur Macron en particulier pour non-assistance à entreprises en danger de mort.

Oui les termes sont forts, mais pas du tout exagérés, je le rabâche article après article depuis 20 années. Nos entreprises, industrielles particulièrement, sombrent dans la totale indifférence de nos gouvernants, les seuls ayant le pouvoir de prendre des mesures trop longtemps reportées.

Le poids écrasant de la fiscalité des entreprises

Nous venons d’être classés par la Banque mondiale 141ème sur 141 pour le poids de la fiscalité !

Sur leurs résultats commerciaux les entreprises françaises sont taxées à 61 % alors que la moyenne européenne est à 40 %. Ce qui signifie que, contrairement aux affirmations et autosatisfactions de Bruno Le Maire, l’écart continue à se creuser avec nos principaux partenaires.

Les principaux fleurons de nos entreprises sont en danger sur le sol français.

SANOFI : numéro deux mondial mais incapable de fournir un vaccin avant la fin espérée de la pandémie, va supprimer 1000 emplois sur les 25 000 en France, alors qu’elle investit dans le reste du monde où sont employées déjà 75 000 personnes.

Peugeot et Renault : leur production sur le territoire français est revenue au niveau de l’année 1975. La chute est de 65 % par rapport à son pic de 2004. Le secteur automobile est passé du deuxième au cinquième rang européen.

Alcatel, Pechiney, Alstom, Lafarge, Arcelor etc. : deux entreprises du CAC 40 sur cinq sont sous contrôle étranger, ainsi qu’un nombre important de PME & ETI.

Carrefour : premier employeur de France, sur le point d’être racheté par l’entreprise canadienne Couche-Tard avec un chiffre d’affaires deux fois moins important mais qui vaut deux fois plus en bourse.

Danone : un statut franco-français d’entreprise à mission tente de faire machine arrière toute après avoir chuté de 20 % en bourse.

Le pire est à venir

Faute d’avoir pu pendant 20 ans engranger des fonds propres, ce sont 30 % des entreprises qui envisagent de mettre la clé sous la porte.

Pendant 20 années nos gouvernants ont mis la tête dans le sable et par lâcheté ont refusé d’affronter les syndicats pour qui l’entreprise n’est qu’un ennemi à combattre par tous les moyens, même au détriment de ceux qu’ils sont censés défendre.

C’est à dose homéopathique que la France fait des réformes alors que d’autres pays, comme l’Allemagne par exemple, les ont mises en œuvre et le font encore en utilisant les grands moyens.

L’écart ne peut donc qu’augmenter et le décrochage du pays est inéluctable jusqu’à sortir de l’Histoire si nous ne réagissons pas immédiatement.

Les réformes connues de tous

Sortie du principe de précaution de notre Constitution, baisse drastique des dépenses sociales et de fonctionnement permettant une baisse de 50 % des charges sur nos entreprises. À terme, cette baisse ne grèvera pas les finances de l’État. L’augmentation du nombre d’entreprises conjuguée à l’arrêt des délocalisations, favoriseront la création d’emplois, augmentant ainsi le nombre de cotisants et réduisant le coût du traitement du chômage.

Ce n’est qu’à ce prix que les startups françaises se développeront sur notre territoire.

Le « quoi qu’il en coûte » dans ces réformes est tout aussi indispensable que celui du financement des conséquences du Covid.

Ils le savent tous, mais comme la pérennisation de leur carrière compte davantage que l’avenir du pays, ils ne font rien.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • D’accord à 99% avec l’auteur ! L’Etat (français dans ce cas) se nourrit trop de lui-même, il se phagocyte et s’affaiblit. Et les citoyens, composants de cet organisme, en pâtissent.

  • Allons mon Glaude,

    ne vous agitez pas, calmez vous, allongez vous et fermez les yeux;

    laissez le poison agir…

    Quand l’heure est venue (pour la fRance), elle doit savoir partir avec dignité

    RIP la Grande Nation, l’individu ne pourra que mieux s’en porter…

    Libérééés… délivrééés,
    On n’nous mentira plus jamai-ai-ais…

  • « Tout le Monde le sait ». Justement Non! Une grande partie de la Population est totalement « dé – formée » si je puis dire et nos dirigeants Politiques et administratifs (qui, d’ailleurs, font également partie de la catégorie précédente pour l’immense majorité) se sentent d’autant plus puissants que tout « tourne » (façon de parler) autour de leurs décisions et leurs distributions de prébendes. Donc, ce n’est pas fini …

  • Merci à Claude Goudron de nous rappeler que la République Française est première de la classe – 141 ème sur 140 – pour le poids de la fiscalité sur les entreprises.
    Pour compléter le tableau d’honneur, j’ajoute que la France est également la première de la classe pour la fiscalité des personnes physiques en ce qui concerne les droits de mutation par décès puisque, pour une dévolution en ligne directe, on arrive allègrement à 40% de droits à payer sur le montant des actifs transmis.
    De mauvais esprits iraient jusqu’à affirmer que notre beaux pays dispose également « d’habiles financiers », ayant pantouflé dans la politique, qui rêvent de transformer la France en pépinière de start-up…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
dame dans un bureau en train d'écrire sur un tableau blanc
2
Sauvegarder cet article

La notion de « fuite devant la monnaie » est familière aux économistes.

Celle de « fuite devant le travail » pourrait bientôt s'imposer dans le champ de leur réflexion au vu de la situation de pénurie de main-d'œuvre observée dans de nombreux secteurs et de l'émergence de comportements sociaux dévalorisant l'effort.

 

Cherche conducteur de tramway désespérément

On sait que l'hôtellerie et la restauration peinent à attirer des candidats. Mais on observe aussi des difficultés aiguës de recrutement de professeurs, de so... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP. 

Après « Qu’est-ce que vous faites du pognon ? » dont la réponse est toute l’histoire de la France championne du monde des taxes et des dépenses publiques, autre question mystérieuse : « D’où vient l’argent ? » Là, je risque de décevoir : l’argent compris comme la richesse réelle ne pousse pas sur les arbres… Mais où, alors ?

Vous vous souvenez certainement de Jacline Mouraud. En novembre dernier, elle allumait la révolte fiscale des Gilets jaunes en lançant à Emmanuel Macron sa désormais célèbre – et judicieuse... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles