Certains vaccins Covid font appel au génie génétique ? Excellente nouvelle !

Les mouvements anti-OGM et anti-vaccin vont-ils utiliser leurs tactiques habituelles d’alarmisme pour susciter la peur, accroître le doute sur les vaccins, et prolonger ainsi l’enfer de la pandémie de Covid-19 ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Genetics by Fish and Wildlife research Institute (creative commons) (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains vaccins Covid font appel au génie génétique ? Excellente nouvelle !

Publié le 15 janvier 2021
- A +

Par Mark Lynas.
Un article de Cornell Alliance for Science

Nous avons tous subi les théories conspirationnistes sur la Covid-19. Aujourd’hui une nouvelle vague de même nature est en train de se former à propos des vaccins et de se propager de manière aussi virulente que la pandémie qu’ils sont censés contrôler.

Même si les instances de santé publique ont tendance à se montrer rassurantes sur certaines des appréhensions les plus raisonnables – oui, les vaccins ont été développés incroyablement rapidement et des effets secondaires à court terme peuvent se produire – ce billet se propose d’aborder le sujet sous un autre angle.

Nous allons droit au cœur du problème. Donc non, les vaccins Covid-19 ne sont pas des vecteurs de distribution de puces gouvernementales. Ils ne sont pas contaminés par du matériel provenant de fœtus avortés. Et ils ne nous transformeront pas en OGM – bien que certains d’entre eux utilisent le génie génétique, et que tous utilisent la génétique de manière plus générale.

Nous pensons que c’est vraiment super – quelque chose à célébrer, et dont il ne faut pas avoir honte. Nous tenons donc à dépeindre en profondeur la façon dont la génétique et les biotechnologies ont été au cœur de l’effort de recherche sur ces vaccins. Parce que nous savons que les conspirateurs ne se soucient pas des preuves, de toute façon.

ARNm – vaccins BioNTech/Pfizer et Moderna

Premier point : l’ARNm. Il ne reprogrammera pas votre cerveau. Mais il reprogramme certaines de vos cellules, en quelque sorte. Et ce n’est pas un défaut, c’est intentionnel.

Pour comprendre cela, vous devez savoir à quoi sert l’ARNm. En gros, c’est une molécule d’acide nucléique simple brin qui transporte une séquence génétique de l’ADN, du noyau de la cellule vers les usines à protéines – appelées ribosomes – qui se trouvent à l’extérieur du noyau dans le cytoplasme cellulaire.

C’est ce que signifie le « m » d’ARNm : messager. L’ARN messager ne fait que transmettre les instructions pour l’assemblage des protéines de la matrice d’ADN aux ribosomes. (Les protéines font presque tout ce qui compte dans l’organisme.) C’est tout.

C’est utile pour les vaccins car les scientifiques peuvent facilement reconstruire des séquences génétiques spécifiques qui codent pour des protéines distinctives du virus envahissant. Dans le cas du Covid, il s’agit de la protéine de pointe bien connue qui permet au coronavirus de pénétrer dans les cellules humaines.

Les vaccins à ARNm obligent quelques cellules proches du site d’injection à produire la protéine de pointe. Celle-ci prépare ainsi votre système immunitaire à fabriquer les anticorps et les lymphocytes T qui combattront la véritable infection par le coronavirus lorsqu’elle se produira.

Ce n’est pas très différent de la façon dont les vaccins traditionnels fonctionnent. Mais au lieu d’injecter un virus vivant affaibli ou éteint, l’approche par ARNm entraîne directement votre système immunitaire avec une seule protéine.

Contrairement aux affirmations des plus fous, il ne vous transformera pas, vous ni personne d’autre, en OGM. L’ARNm reste dans le cytoplasme, là où se trouvent les ribosomes. Il n’entre pas dans le noyau et ne peut pas interagir avec votre ADN ni provoquer de modifications du génome. Pas de « Frankencure » ici non plus.

Une variante de l’approche ARNm consiste à reculer d’un pas dans le processus et à la place, de construire une plateforme de vaccin à partir d’ADN. Ce modèle d’ADN – construit par les scientifiques pour coder la protéine de pointe du coronavirus – est introduit dans les cellules où il est lu dans l’ARNm et… eh bien, le reste est identique.

Vous vous demandez peut-être si cet ADN peut modifier génétiquement vos cellules. Encore une fois, la réponse est non. L’ADN est injecté en petits morceaux circulaires appelés « plasmides » – à ne pas confondre avec les plastiques – et si ceux-ci entrent bien dans le noyau, le nouvel ADN lui ne s’intègre pas dans votre génome cellulaire. Vous y êtes ?

Adénovirus – le vaccin d’Oxford

Celui-ci est vraiment génétiquement modifié. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ?

Le vaccin d’Oxford utilise ce que l’on appelle une approche par « vecteur viral ». L’équipe scientifique a pris un adénovirus – un type d’agent pathogène qui provoque un rhume commun – et l’a couplé à la même séquence génétique de protéine de pointe que celle du coronavirus.

L’adénovirus sert simplement de véhicule pour faire entrer la séquence génétique dans vos cellules. Voilà pourquoi il est appelé « vecteur viral ». Après tout, les virus ont été conçus par des milliards d’années d’évolution, précisément pour trouver des moyens de se faufiler dans les cellules hôtes.

Notez que le génie génétique est une partie essentielle du processus de développement. Tout d’abord, les virus vecteurs sont dépouillés de tous les gènes qui pourraient vous nuire et provoquer une maladie. Les gènes qui provoquent la réplication sont également supprimés, de sorte que le virus est inoffensif et ne peut pas se répliquer.

Ensuite, les gènes de la protéine de pointe du coronavirus sont ajoutés – une utilisation classique de l’ADN recombinant. Donc oui, l’emploi du vaccin Oxford/AstraZeneca signifie bien qu’un virus génétiquement modifié est injecté dans votre corps.

Et c’est une bonne chose. Dans le passé, par exemple avec le vaccin contre la poliomyélite, les virus vivants contenus dans le vaccin pouvaient parfois muter et redevenir pathogènes, provoquant une polio dérivée du vaccin. Vous pouvez voir qu’il est de loin préférable d’utiliser un virus génétiquement modifié qui ne peut pas causer de tels dommages !

L’alarmisme OGM

Comme nous l’avons déjà signalé à l’Alliance pour la Science, les mouvements anti-OGM et anti-vaccins se chevauchent considérablement. Ces groupes ont tendance à partager une idéologie qui se méfie de la science moderne et fétichisent plutôt les approches « naturelles ». Quoi qu’on puisse entendre par « naturel » .

Notez que ces groupes ne sont pas toujours relégués à la frange à laquelle ils appartiennent. En Europe, les réglementations anti-OGM ont bloqué toute utilisation substantielle de la biotechnologie des cultures pendant près de deux décennies, entravant les efforts visant à rendre l’agriculture plus durable.

Et en juillet dernier, le Parlement européen a dû suspendre les règles anti-OGM de l’UE afin de permettre le développement sans entrave des vaccins COVID. Très embarrassant pour Bruxelles !

Les mouvements anti-OGM et anti-vaccin vont-ils utiliser leurs tactiques habituelles d’alarmisme pour susciter la peur, accroître le doute sur les vaccins, et prolonger ainsi l’enfer de la pandémie de Covid-19 ? Cela reste à voir. S’ils y parviennent, alors, tragiquement beaucoup plus de personnes mourront et nos économies continueront de souffrir. C’est à nous tous – le mouvement populaire en faveur de la science – de les arrêter.

Traduction de Yes, some COVID vaccines use genetic engineering. Get over it par Alain Cohen-Dumouchel pour Contrepoints.

Voir les commentaires (103)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (103)
  • Je ne fais partie d’aucun mouvement anti quelque chose, et le fait de m’interroger sur le rapport bénéfice/risque qui est propre à chaque vaccin ne fait pas de moi un conspirationniste. Le taux de létalité du Covid est celui de la grippe (selon l’OMS), combien de personnes se font-elles vacciner contre la grippe chaque année ? La nouveauté c’est que c’est un vaccin synthétique, développé très rapidement, avec une clause de non responsabilité des laboratoires. Conspirationnisme ou bon sens paysan ?

    • Il faut faire attention avec le « bon sens paysan » car si effectivement Le taux de létalité du COVID n’est pas supérieur à la grippe, il se trouve que la grippe n’est pas très contaminante car un grippé devient contaminant que quand il présente les symptômes qui en général le cloue au lit. Alors que pour le COVID une personne peut être contaminante alors qu’elle ne présente pas encore les symptômes. Ce qui fait qu’il y a plus d’infecté du COVID et par là même plus de mort. En France nous sommes à près de 70.000 morts du COVID alors qu’en moyenne une grippe c’est ~12000.
      70.000 vs 12000 vous voyez l’intérêt ?

      • 1 – allez voir les chiffres de l’insee … on a du déterrer des morts pour en trouver 70000.
        2 – Prouvez l’innocuité totale du vaccin pour des populations jeunes.
        3 – pour info : je m’en fous d’être traité d’antivax, compliste ou que sais je.

        • 1- Je vais, je vais… déjà le site https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-covid-19/coronavirus-chiffres-cles-et-evolution-de-la-covid-19-en-france-et-dans-le-monde indique bien ~70.000 morts.
          Ensuite l’INSEE qui ne fait pas que du recueil de données mais du traitement à un petit peu de retard et n’a pas traité la « seconde vague », cependant on a cela https://www.insee.fr/fr/statistiques/4764693

          2- Déjà il n’y a pas un seul vaccin, vous penser sans doute au vaccin ARN de Pfizer, mais plusieurs dont la technologie varie (adenovirus etc…)
          2.1 Ce n’est pas à moi simple particulier de « Prouvez l’innocuité totale du vaccin pour des populations jeunes », je laisse cela aux professionnels de santé avec leurs études d’impact qui indique une grande innocuité.
          2.2 Une innocuité totale de quoi que ce soit n’existe pas car il y a toujours le produit et le terrain (l’individu) et je ne doute même pas qu’un certain nombre de personnes seront malades de ce vaccin et que même pourquoi pas il y en aura qui en mourront sur les millions chez qui ils seront inoculer. Mais c’est la même chose pour l’aspirine. L’important restant le bénéfice de la vaccination qui serait :
          2.2.1 Abaisser la pression sur les hopitaux
          2.2.2 rendre la mobilité (la liberté) aux individus pour permettre un retour à une certaine prospérité.

          • Oh mon dieu ! j’ai tort. J’en suis désolé.

            • https://www.insee.fr/fr/statistiques/4923977?sommaire=4487854#tableau-figure2
              Nombre de décès cumulés en 2019 au 31 décembre : 613456
              Nombre de décès cumulés en 2020 au 31 décembre : 667361
              Différence : 53905.
              Si on tient compte du vieillissement de la population, des pathologies non traitées ayant entrainé un surplus de décès, mais peut être moins d’accidents de la voie publique, on peut penser que le nombre de morts a été majoré. Les témoignages de certificats de décès dévoyés corroborent cette hypothèse. Par ailleurs les épidémies de grippe sont souvent à cheval sur deux années (déc à février).

      • Non absolument pas,si vous n’avez pas de symptômes c’est que votre organisme s’est défendu avec succès , par conséquent vous n’étes pas contaminant .
        De nombreuses sources scientifiques l’ont confirmé depuis longtemps pour toutes sortes de virus d’ailleurs.

  • Il ne faut pas mélanger les choses, ce vaccin est un beau résultat technique reste comme tout vaccin ce qui importe est son rapport bénéfice/risque , il faut donc plutôt essayer de parler des vrais risques liés à son usage soit allergies, réactions immédiates, et bien entendu d’effets à long terme..et des risques lés au covid qui sont de deux natures individuels et épidémiques.. Puis le da malice éventuelles sinon de l’intention criminelle.

    Or il s’agit d’une question de confiance et tant que les gens sont convaincus qu’il y a malice ,qu’il y a dissimulation, qu’il ya une corruption des organismes de vérification vous ne pouvez pas les convaincre..
    Ce n’est pas vraiment du vaccin qu’ils ont peur.

    Allergie, effets immédiats sont relativement facile à cerner et à voir après le départ d’un campagne de test.. Effets à long terme…. d’abord si il y avait un « projet » criminel, les criminels seraient devant le même problème que les autres ,pour savoir il faut voir, et sauf à imaginer que le vaccin eut été créé il y a longtemps , testé et les effets constatés, les criminels ne savent pas si ils commettent un crime!!!

    Si il y avait « crime » ce serait celui d’une prise de risque inconsidérée ,sans doute pour le « profit », notez que comme le profit est inhérent à ce genre d’entreprise..ce qui importe est inconsidéré.

    Ou ils nous prennent pour des cobayes… eh bien c’est pas tout à fait faux..mais pas si important car c’est d’une certaine façon toujours le cas..
    Toute mise sur le marché d’un médicament ou vaccin repose non pas sur la PREUVE d’absence de risques à long terme , ce qui impossible dans l’absolu, mais sur le respect de procédures standardisées de précaution .
    Parfait? non… des couilles peuvent subvenir; preuve de malice? ce n’est pas tant la question.. même si des enquêtes doivent être faites, ce qui importe est d’avoir respecté les procédures..

    C’est un peu ce qui se passe quand des policiers us sont accusés d’avoir intentionnellement tué souvent en raison de la couleur de peau…d’un certaine façon, on s’en fout, si un policier respecte les règles d’intervention , on ne peut pas lui en tenir rigueur..une autre approche rend l’exercice du metier de policier impossible..

    Ce qui est amusant et contradictoire ,sinon schizophrénique, est que les médias, qui en général soutiennent le vaccin , ont modelé l’opinion du public à penser que nous vivons une époque où les scandales sanitaires se multiplient ce qui normalement indique que les institutions de vérification des risque et les procédures de précaution sont insuffisante… Vraiment?????

    nous vivons une époque où les risques de mourir serait eu plus haut…????

    or justement non, nous vivons une époque où des couilles normales insignifiantes en terme de « santé publique » passent pour des scandales.. sauf peut être l’affaire du sang contaminé..

    L’absence de confiance voire la trouille de tout ce sont les médias qui en font la promotion en disant aux gens que nous vivons un ENFER plein de périls inédits..
    Or non, on a beau regarder de tous les côté, le risque de mourir n’a jamais été aussi faible en occident, et d’ailleurs c’ets une des raisons pour lesquelles une maladie qui tue à un age moyen très avancé apparait comme « grave » et catastrophique!

    Les pesticides nous tuent, les écosystèmes disparaissent, les cancers se multiplient, la vie sur terre est en danger du fait de l’horrible technologie et la cupidité…MAIS faites confiance aux institutions et à la technologie..

    et on ne comprend pas pourquoi il ya des théories du complot? Pourquoi les gens doutent?
    vraiment???

    • Les pesticides ne tuent personne, la preuve est l’augmentation de la durée de vie depuis qu’ils sont employés. Car les infections qu’ils préviennent tuaient bien davantage! Ainsi l’espérance de vie est passée de 65 à 80 ans, et même 85 pour les femmes. Mes parents qui ont ingéré des pesticides toute leur vie sont morts tous deux à 93 ans d’arrêt du coeur! Il faut cesser de répéter les sottises des écolos et se concentrer sur la réalité factuelle!

      • non j’énonce les « dangers » que pensent affronter les gens…qu’ils soient vrai ou faux n’est pas important , ils sont dérisoires…

    • C’est quoi ce blabla indigeste ?

  • ben voyons : diffuser à des millions de doses une thérapie nouvelle sur laquelle on n’a aucun recul…

    comme si d’expérience, on ne savait pas que les effets secondaires les plus graves ne sont pas forcément ceux qui arrivent en premier, mais plutôt des années après.

    et vu la dangerosité du COVID, et les thérapies de soins qui existent et qui font leurs preuves (HCQ, Ivermectine), pour ces vaccins à ARNm, il est urgent d’attendre.

    d’ailleurs, certains spécialistes se demandent si les nouvelles variantes (britannique notamment) ne sont pas un résultat de ce vaccin ARNm.

    • Première fois que je lis que ce vaccin aurait crée des mutations. La seul chose qu’il peut faire, comme pour les antibiotiques faire émerger des mutants résistants, ce n’est donc pas un problème puisque ces mutants n’existent pas, ces vaccins seraient toujours efficaces, fake news.

      •  » ces vaccins seraient toujours efficaces, »
        Bel emploi du conditionnel…

        Peut-être effectivement, mais une efficacité de quel ordre? No sé.
        Un vaccin contre la grippe présente également une efficacité contre les souches de virus grippal un peu différentes de celles qui ont été retenues pour fabriquer ce même vaccin. Mais une efficacité nettement moindre, ce qui explique les grandes variations d’efficacité de ce vaccin d’une année à l’autre.
        On ne sait même pas si le vaccin contre le covid permet de ne pas être contaminé du tout ou simplement s’il permet d’éviter seulement les formes graves à coup sûr? On ne sait pas s’il permet d’éviter d’être contaminant soit-même.
        Malgré tant d’inconnues,on peut craindre que les personnes vaccinées soient faussement rassurées et relâchent les précautions (ce que j’ai pu constatée moi-même sur qq personnes!!). Attitude que ne pourrait qu’encourager un « passeport » vaccinal d’ailleurs.

        Donc ramener la discussion du vaccin anti-covid à un combat d’arrière-garde des « anti-vaccins » sur d’éventuels effets secondaires, est un beau paravent pour passer à la trappe le débat sur l’intérêt de cette vaccination au vue des grandes inconnues de son efficacité sur le covid-19 et ses variantes (qui ont l’air de se multiplier rapidement) alors que la mortalité de cette maladie est très faible et touche préférentiellement une catégorie de la population parfaitement identifiée et qui pourraient faire l’objet de protection spécifiques sans couler l’ensemble d’une société.

        • Rien ne permet de le savoir. Si la circulation du virus diminue assez, personne ne se souciera de demander aux gens s’ils sont ou non vaccinés. Mais bien sûr, ça c’est si on vise une circulation négligeable du virus, pas si on vise une circulation généralisée et la protection des seuls vulnérables (et de grands pontes pour décider qui est vulnérable et qui ne l’est pas).

      • ces vaccins sont de la science fiction..

        • oh vraiment .j’ai dit ça mais je voulais dire autre chose.. vous avez aussi ce n’est pas un vaccin..

          un voiture avec des défauts cachés n’est pas une voiture?

          ZUT.

        • Vous avez bien suivi les cours donnés par les médias sur le protocole à suivre si vous avez le Covid on dirait ! 😀
          Perso, je ne prendrai jamais de doliprane si j’ai un peu de fièvre… Un grog marche bien mieux en cas de grippe… Et surtout du repos…
          Et pour info, si vous avez de la fièvre, ça signifie que votre système immunitaire réagit, c’est bon signe, donc mieux vaut l’aider au lieu de l’empêcher (avec du doliprane)…

    • Le recul qui devrait avoir priorité sur l’analyse et la déduction scientifique, étrange, ça paraît un retour à la méthode des essais et des erreurs qui était loin d’être supérieure à la science. Le monde des réseaux sociaux est en train d’annihiler l’esprit qui nous avait permis la Révolution Scientifique. Le nouveau siècle sera celui des Lumières autodéclarées et plus grandes gueules que les autres…

    • Vous avez le choix entre un possible effet secondaire bénin, ou un improbable effet secondaire grave. Si les tests préalables à la mise sur le marché avaient fait apparaître des effets secondaires graves, le vaccin n’aurait pas été mis sur le marché car cela aurait provoqué un grand nombre de victimes, faisant plus que compenser les effets positifs. En résumé, vous risquez plus de souffrir de la maladie si vous ne vous faites pas vacciner que des effets secondaires du vaccin dans le cas contraire.

      • On est d’accord.
        Mais il y a de grandes inconnues sur l’efficacité de la vaccination elle-même (cf mon post plus haut). On sait également très bien que le virus du covid est plus particulièrement délétère sur certaines catégories de la population alors qu’elle l’est très peu sur d’autres.
        Pourquoi ne pas avoir laisser cette vaccination uniquement sur cette catégorie sans plomber les autres?

        Vous me direz qu’au vu de la politique sanitaire menée jusqu’ici où ils n’ont pas hésité à couler l’ensemble de l’économie d’une société au lieu de privilégier des mesures ciblées, il ne fallait pas s’attendre à autre chose…

        • Pourquoi ne pas avoir laissé la vaccination aux vulnérables ? Quand il y a 12 fois plus de vulnérables que de vaccins disponibles à échéance prévisible…

        • Sans compter l’élégance de pouvoir remplacer les vocables péjoratifs comme obèse, diabétique, vieux, essoufflé, cardiaque, cancéreux, etc., par un terme neutre comme vulnérable à la covid…

      • Lors de la mise sur le marché des coxibs, toutes les « études » disaient que c’était révolutionnaire…
        Quand à l’effet à long terme… quand on ne veut pas regarder, on ne voit pas… Il y a longtemps que les organismes de pharmacovigilance sont déficients (j’y ai travaillé).

    • C’est du Peronne ?????

  • je n’ai pas de défiance particulière envers la  » science moderne  » ; je trouve seulement étrange cette précipitation à vouloir vacciner à tour de bras contre un virus qui a fait 1 980 319 morts sur 92 427 700 infectés dont 51 068 316 sont guéris ; voilà ;

    • Déjà les chiffres posent une question quant à l’état dans lequel sont les 24 696 050 (à l’instant) qui ne sont ni morts ni guéris. Mais surtout, comment imaginez vous passer de 0.065% de la population mondiale guérie à un pourcentage, mettons 60%, qui permette d’envisager l’avenir avec sérénité sans passer par la case où le système de santé ne pourrait plus accueillir les malades de quoi que ce soit, tous moyens dépassés ?

      • Adapter le système médical ? Yaka, fokon…, comme vous le reconnaissez, aucune chance que ça se fasse dans tout un tas de pays. C’est autrement plus compliqué que ça n’y paraît.
        Commencer par vacciner les volontaires, tous les volontaires, avant de s’inquiéter de « précipitation » à vacciner, ça semble logique, et pourtant non, on nous demande de minimiser le risque au prétexte qu’en regardant dans le rétroviseur il y a eu peu de victimes (et à l’inverse de maximiser le risque vaccinal au prétexte que ce qu’on voit dans le rétro n’aurait aucun pouvoir prédictif !).
        La manière dont nos dirigeants gèrent la crise est scandaleuse (à mon avis) et efficace (à leur avis) : aucun de leurs opposants n’a gagné la moindre crédibilité en proposant des alternatives.
        Quant au Japon ou à la Corée du Sud, regardez comment les citoyens y réagissent aux injonctions ou recommandations qui ont permis d’y limiter les dégâts, et ne croyez pas que ce soit transposable en France, en tout cas par un politicien.

        • Proposer des alternatives certes. Mais encore faudrait-il que ceux qui décident aient envie, au minimum, de les écouter. Parce que des gens à priori très compétents comme le Pr Raoult ou le Pr. Perrone (p. ex.) ont proposé des alternatives. On a bien vu ce que les dirigeants en ont fait !

          • Une alternative vaut par ce qu’elle est, point. Quand on la référence par telle ou telle personne qui la défend plutôt que par sa nature intrinsèque, on n’a aucune chance de faire mieux que les dirigeants actuels : on a remplacé la science et la logique par la prestance et les belles paroles.

    • Ce qui nous donne quand même 2,14% de mortalité, selon vos chiffres.

    • Létalité faible en effet. Hélas, ce virus provoque l’encombrement des hopitaux. D’où la réaction des autorités.

      • Pour 5000 lits de réanimation, on est monté à plus de 7000 lors du premier confinement. Uniquement occupés par des patients covid. Les opérations classiques ont été déprogrammées. Situation exceptionnelle.
        Le taux d’occupation, c’est le principal critère pour déclencher les mesures sanitaires anti-covid.
        Veran en avait promis plus de 12000 au mois d’août 2020. Il n’en a rien été. On a toujours une jauge 100 % à 5000.
        Si nous sommes confinés, c’est pour « sauver » l’hopital, avant tout.
        Il semble que vous ayez oublié chiffres et enseignements du premier confinement.

    • un vaccin c’ets plutot de la technologie, qui repose bien entendu sur la connaissance scientifique…
      son autorisation rrepose sur des procédures standards d’évaluation des risques qui n’éliminebienentendu pas tous les risques mais limite fortement les risque à court terme …

      le risque zéro n’existe pas…comment savoir avec certitude si un vaccin ne causera pas d’effets au bout de trente ans sur une population donnée.. ??? si o, il ya effectivement un » risque »??

      • Allez lire les protocoles en ligne : ils sont prévus de finir fin 2021.
        Mais peut être que c’est une phase IV grandeur nature !
        Entre un risque zéro impossible à tenir (je suis bien d’accord) et un risque inconnu à moyen terme (visibilité de quelques mois) : je me demande où est passé ce fameux principe de précaution ! On nous l’a balancé dans les dents pour de vieilles molécules, mais pas pour du tout neuf.
        Je prends souvent l’analogie suivante : on vous offre une super voiture bourrée d’électronique mais sans avoir fait les crash tests et les tests de tenue de route… à vous de voir !

    • toute la population mondiale n’ayant pas été testée, il y a au moins 3 fois plus de contaminations, ce qui divise par au moins trois la mortalité du machin

      • C’est l’évidence même

        • pas du tout..la mortalité sans préciser se rapporte en général à la population, la létalité est réservée aux morts relativement au nombre de personnes contaminée..etc…

          c’est juste un taux, contester sans valeur sans préciser la dénominateur est vain.. c’est l’opposé de l’évidence même , l’évidence c’est plutôt de demander de quelle mortalité parlez vous?

          létalité de l’ordre de 10% pour certains groupes!!! la seule façon d’eviter de dire dans ce cas  » grave » est qu’on ignore si c’est aussi vrai pour « la grippe »..

          Il est vrai qu’en grande partie la singularité de ce virus tient à ce qu’on l’observe singulièrement.. on ne peut pas vraiment comparer cette épidémie à une autre sur ce plan.

  • Les thérapies géniques ou assimilées suscitent de l’intérêt et des pistes pour les labos et de l’espoir pour les malades.Mais ces traitements complexes s »appliquent à des maladies elles mêmes très complexes et rares et pour lesquelles l’issue est souvent fatale à court terme .
    Ces traitements ont malheureusement souvent été encore plus fatals que la maladie et ont du être arrêtés,parfois quelques rares succès ou rémissions temporaires.Ils sont souvent dans un cadre expérimental avec des autorisations temporaires constamment évaluées et pour lesquelles on demande au patient son consentement éclairé alors même que la recherche tatônne!
    On nous a sorti des tiroirs une chercheuse hongroise qui travaille dessus depuis 20 ans pour tenter de gommer l’effet nouveauté.
    Ce vaccin a obtenu l’accord des autorités de santé,après modification de la loi sur les OGM…,on constate que l’Etat freine des 4 fers pour retarder la vaccination massive qu’il appelle pourtant de ses voeux(le fameux en même temps) il faut signer plus de documents et plus de rendez-vous que chez le notaire pour espérer un rendez-vous mais on a pas le droit de poser de questions, juste de tendre son bras après nous l’avoir tordu depuis 1 an.

  • Je n’ai absolument rien contre le progrès. Mais d’accord avec &breizh, les effets secondaires graves apparaissent souvent des années plus tard. La mise sur le marché de ces produits novateurs (qui seront peut-être très bien, je n’ai aucun à priori) a été trop rapide. Faire prendre un tel risque à des jeunes pour se protéger d’une maladie au taux de létalité si faible (surtout pour eux) me semble absurde. Surtout si on considère que le vaccin n’empêcherait pas la transmission du virus.

    • Vous avez des infos selon lesquelles le vaccin ne réduirait pas la transmission du virus, ou simplement des craintes ?

      • L’étude publiée par Pfizer montre que le nombre de malade baisse après la vaccination. C’est bien l’essentiel. Quand vous êtes vacciné vous ne faites plus le COVID (à 95%).

      • Exactement. Des propos qui montrent qu’il réagit en vrai scientifique. « Je ne peux pas prouver A » n’a pas cependant à être présenté comme « A serait faux », à moins de pouvoir, soi-même, le prouver. Pour ceux qui ne peuvent prouver ni A, ni la fausseté de A, soit ils présentent les arguments dont ils disposent en faveur des probabilités de l’un ou l’autre, soit ils se retirent du débat. Je demandais donc à Marigal de présenter ces arguments, je peux répéter les miens qui sont que vu la protection apportée par le vaccin, les actions contaminatrices de la part des vaccinés sont selon toute vraisemblance réduites et diminuées.

    • Dans le cas présent, c’est plutôt l’inverse. On s’attend à moins d’effets secondaires. Quand on injecte un virus ARN atténué, on injecte la protéine spike, l’ARNm, et plein d’autres choses comme des impuretés dues à la fabrication (oeufs, neomycine etc..).
      En fait on est à la phase suivante de l’utilisation du code génétique. Le vaccin contre l’hépatite B (ex genhevac B) était du génie génétique, mais sur une lignée cellulaire microbienne modifiée qui secrète l’antigène. Comme l’insuline.

  • Ce qui est inquiétant justement, c’est qu’on n’entend pas du tout hurler les écolos anti-OGM.

    • Ha mais eux ils sont aux anges ; virus « qui pue, qui tue » ou vaccin assassin, tout ce qui contribue à réduire le nombre d’humains qui saccagent Gaïa les enchante.

  • Se faire vacciner pour un gros rhume (quand on est jeune) qui fait 0,5% de mort, LOL
    Quand on a plus de 70 ans, OK. Vouloir vacciner toutes la population, c’est du grand n’importe quoi.
    Recul insuffisant à priori sur cette nouvelle techno prometteuse cela dit. Il faudra qu’ils trouvent un autre cobye

    • Et le jour où vous vous enfoncerez votre flèche dans le pied, et où les médecins seront tous pris à s’occuper des vieux que vous aurez joyeusement contaminés, vous proposerez sans doute de supprimer quelques uns de ces vieux pour vous faire de la place. Ces vieux qui ont été incapables de vous apprendre à évaluer les risques plutôt qu’à faire marcher votre imagination et vos sentiments en dehors de tout contexte scientifique chiffré, et qui ne méritent donc que de disparaître pour vous laisser la place dans la queue des aides et des subventions.
      Tiens, je sens que je vais encore ramasser les -1 qui remplacent l’analyse des réalités déplaisantes dans notre monde de jeunes gâtés…

      • Mais un système hospitalier non dysfonctionnel peut très bien prendre en charge les jeunes et les vieux.
        Laissons la vaccination volontaire, sans passeport de santé, et chacun fera comme il lui semblera.
        PS Personnellement, je me vaccinerai sans soucis.

        • Parfaitement d’accord sur ces principes. C’est juste le passage à la pratique qui, en France, risque de prendre du temps que nous n’avons pas. Sans parler de ces affaires de passeport vaccinal, pour lequel les demandes seraient réservées aux plus de 75 ans et autres résidents d’Ehpads, le citoyen moyen ne pouvant l’espérer, lui à son âge, qu’après les élections de 2022.

        • ouaip… bon il faut prendre en compte que l’hopital est dysfonctionnel..et pour un moment encore

      • Comment je contamine des vieux s’ils sont vaccinés ?
        En ce qui concerne la grippe, on ne vaccine que les personnes à risques. Je ne vois pas pourquoi ça serait différent ici.
        Et je ne vois pas pourquoi ça fait de moi un enfant gâté qui souhaite éliminer des personnes âgées ??

        • Donc vous rendez la vaccination obligatoire pour les vieux ?
          Tant mieux si vous vous sentez responsable de ne pas éliminer de personnes âgées par négligence et sans leur imposer non plus de contraintes complexes. Simplement, le risque comprend aussi celui de contaminer quelqu’un. Le « Je ne te fais pas bise, j’ai la crève » mériterait un meilleur soutien de votre part que « LOL »…

          • De toutes façons, la bise en a pris un sacré coup, tout comme le serrage de main.
            Ces habitudes vont être chamboulées pour un bon moment.

        • Pourquoi c’est différent aujourd’hui, parce que le monde bascule lentement vers l’obscurité, plus personne n’est capable de différencier le vrai du faux de la science ou du charlatisme, trop d’infos tue l’info. Il ne reste plus que l’état auquel nous raccrocher pour ne pas couler… Voilà la raison que vous cherchez.

  • Que viennent faire les ogm dans cette affaire ? On n’a pas modifié d’adn contrairement aux vaccins standarts comme le sputnik qui modifie un virus connu pour le travestir en un corona virus

  • Les tentatives de rassurer les foules sur le vaccin ARNm sont toutes vouées à l’échec.
    Soit le public a une bonne base scientifique et les justifications de son innocuité sont évidentes, soit, comme c’est le cas des complotistes, cette base est nulle, et les justifications sont un coup d’épée dans l’eau.
    On ne fera pas boire un âne qui n’a pas soif.
    L’appetence pour la vaccination viendra avec ses effets démontrés sur la maladie et, il faut l’espérer, l’absence de complications sérieuses.

  • Les vaccins à ARN seront une excellente chose pour nombre de cancers.
    Pour une méchante maladie respiratoire, petit grosse grippe, c’est à voir.
    Le test à grande échelle est en cours. On saura dans quelques semaines.

  • Voici la liste des vaccinations obligatoires en France pour les adultes :
    Diphtérie (5 à 10% de mortalité)
    Tétanos (20 à 30% de mortalité)
    Poliomyélite (15 à 30% de mortalité)

    Le covid c’est 0,25% sur l’ensemble de la population, infiniment moins si on exclu les plus de 60 ans

    C’est surtout la 1ere fois qu’on essaye de rendre une vaccination obligatoire pour une maladie aussi peu dangereuse
    Et on le fait en plus sur un vaccin issu d’une technologie jamais testée à grande échelle et qui n’a même pas 6 mois de recul. C’est complètement inconscient

    Oui cette technologie est un grand progrès. Et oui, il n’y a pas de danger connu. Mais ça ne signifie absolument pas qu’il n’y en ai pas à plus long terme

    • La question me semblait celle de l’acceptation de techniques scientifiques nouvelles. Que vient faire la pseudo-question d’une obligation vaccinale qui n’est clairement pas d’actualité là-dedans ?

      • L’obligation vaccinale est bien d’actualité, que ce soit directement ou indirectement par l’interdiction des certains lieux aux non vaccinés.
        Quand à l’acceptation de techniques scientifiques nouvelles, dans cas précis il ne s’agit pas de science mais de foi. Tout ingénieur sait qu’il y a une différence entre la théorie et la pratique.

        • J’ajouterais : surtout dans le cas d’une machine aussi complexe que l’être humain

        • L’obligation vaccinale est loin d’être d’actualité quand les volontaires pour se faire vacciner doivent remplir un tas de conditions tordues pour y arriver (ou pas encore). Ramener la question d’une prétendue obligation vaccinale sur le tapis quand on évoque la nature innovante du vaccin encore non disponible est donc inopportun.
          Tout ingénieur digne de ce nom sait faire la distinction entre la théorie, la pratique, et l’étude et l’analyse. Ne mélangeons pas, encore une fois, l’ingénierie et les postulats relevant de la méthode des essais et des erreurs.

    • Quel est la durée de vie du vaccin dans le corps…. Je n’en sais rien mais sans doute quelques jours… Le problemes a long terme, ça n’existe pas. A moins que vous pouviez citer des exemples.. Je vous croierais.

      • Les problèmes à long terme existent malheureusement. On le découvre 10-12 ans plus tard avec le vaccin du papillomavirus (augmentation des cancers du col des cohortes de jeunes filles vaccinées il y a 10-12 ans retrouvé dans les pays qui ont la meilleur couverture vaccinale, par exemple). Encore une fois, il n’y a pas d’instance de surveillance digne de ce nom. C’est dommage, parce que cela permettrait surtout de progresser et d’avancer dans la recherche, au lieu de se maintenir accrocher à des dogmes.

  • Je ne savais pas que les libéraux étaient à ce point opposés à la science et à ses progrès! Je suis très déçu en lisant les commentaires presque tous anti-vaccins! L’humanité est encore bien obscurantiste.

    • J’ai rarement été autant d’accord avec vous. Je n’imaginais pas que les libéraux puissent être aussi obscurantistes, ni d’ailleurs finir par me sentir aussi peu à l’aise dans un environnement dit libéral.

      • le site est libéral, il publie pas mal de papier pas vraiment libéraux et les gens qui commentent sont en général non libéraux..au mieux alliés de circonstance …

        bon défendons la liberté é de choix pour le vaccin..et efforçons de défendre ce vaccin comme il doit être défendu..avec des limites certes.. je pense que je me ferais vacciner sans problème quant à moi..

        • Tu as une filière pour avoir tes doses 🙂 ?
          Ce qui me navre, ici, n’est pas que certains souhaitent ne pas se faire vacciner, mais qu’ils semblent prendre ceux qui n’auraient pas la même position pour des idiots de village, inconscients des risques qu’il y aurait à comprendre la science plutôt qu’à s’en méfier louablement par principe.

          • ouaip c’est un constat, c’est confiance ou défiance et jamais de doute..

            sinon non je ne suis pas dans les gens à vacciner en premier..

          • Le problème de la vaccination est devenu dogmatique, religieux : t’es contre ou t’es pour. Il n’y a pas de juste milieux. Blanc ou noir mais jamais gris. Imaginez la même chose pour les autres traitements. Pfff ! Ça va être difficile de dépassionner tout cela !

    • Les libéraux sont censés reconnaître aussi les bienfaits économiques de l’immigration. J’ai dit « économiques », ni plus ni moins. Ou bien encore être en faveur de la libre consommation de drogues.
      Jetez un oeil aux commentaires des articles sur ces thèmes qui paraissent sur Contrepoints. Vous aurez le même type de surprises.
      C’est probablement dû au lectorat spécifique de Contrepoints… libéral-conservateur et relativement âgé.
      Je mets cependant un bémol à vos propos sur les positions dudit lectorat vis à vis du vaccin. J’y vois plus de la prudence pragmatique vis à vis de vaccins développés en 6 mois (merci le pognon qu’on y a consacré) qu’une réelle position idéologique anti-vax.

      • Quel temps de développement minimum vous paraîtrait nécessaire pour renoncer à cette prudence pragmatique ?

        • Entre 1 an et 5 ans.
          5 ans, c’est le temps minimum qu’il a été nécessaire pour fabriquer un vaccin, dans l’Histoire, à partir de l’émergence d’une nouvelle maladie. En général, c’est 10 à 15 ans. Les plus prudents prendront ce seuil de 5 ans, s’ils considèrent que cette durée a été entièrement consacrée, non pas à la R&D, mais à l’examen des risques potentiels de l’inoculation. C’est probablement faux, mais les gens prudents sont… prudents !
          1 an, c’est le temps nécessaire pour voir apparaître, le cas échéant, des effets secondaires graves. Les cas de narcolepsie, consécutifs au vaccin Pandemrix, contre H1N1 en 2009, sont sortis en 2010.
          C’est aussi à peu près le temps nécessaire pour mener des études sur les animaux, déterminer quel est la bonne dose, et procéder aux essais cliniques (phases successives 1 à 3).

          • oui.. tout est dans le « normalement. »..

            le problème est que le bénéfice risque ici pour la population ne fait pas sens..en clair en dessous de 60 ans, on s’en tape ou presque.. et que ici on regarde autant le risque individuel que le risque épidémique;.

            DONC…maintien de la liberté vaccinale;. et exemplarité pour ceux qui prone une forme de civisme..

            Par exemple, si on accepte sans broncher que les restaurateurs ou autres soient ruinés..on se fait vacciner en dépit de risques secondaires.. c’est la seule façon d’etre cohérent sur le plan épidémique..

            je me ferais vacciner non pas que je sois convaincu de l’absence de risques..ni pour des raisons de cohérence, je ne suis pas pro confinement mais presque pour « prouver » que je suis persuadé que le vaccin n’est pas un « complot »..
            je me ferais vacciner ( en réalité je ne le pourrai pas) pour lutter contre un mode de pensée.. pour défendre le « bon » scepticisme.. et une attitude plus désinvolte par rapport à la vie..

          • A partir du moment où le vaccin ARNm a des caractéristiques bien différentes des vaccins du passé, les délais qu’on déduit de ces derniers ne sont pas pertinents. Par exemple, je serais prêt à recevoir un Pfizer ou Moderna aujourd’hui si j’y avais droit, mais bien plus réticent envers un vaccin virus inactivé. Tout ça parce que le principe de l’ARNm est tel que je ne vois pas ce qui aurait plus de chances d’apparaître en un an de prudence qu’en un mois ou en 10 ans, alors que je vois bien en quoi vos 1 à 5 ans sont un compromis raisonnable pour un vaccin de principe classique.

            • je n’ai pas été si loin dans la réflexion… et on ne pense aux problèmes que quand on les voit..

              j’essaye juste être cohérent avec ma conviction profonde que le système n’est pas pourri mais juste imparfait..

    • Bah, nous avons tous subit l’enseignement français ou autre qui ne vaut pas mieux plus la propagande médiatique, un virus difficile à contrer, aucun vaccin.

    • Je l’écris ici depuis longtemps. Ce site est un répère de complotistes sous couvert libéral… Mais on se marre à voir tant de conneries racontées par des gens qui se croient intelligents et au-dessus de la moyenne. La plupart des commentaires tiennent du café du commerce

    • J’ai donné en lien une fois l’etude du lancet, mais 15 mn ensuite j’ai précisé qu’elle posait des problèmes!

      lancet ne signifie ni faux ni truqué.. MAIS il existe toutefois des signes de politisation..pour rendre un article politisé ou orienté il suffit de quelques mots de jugement de valeur ou de choix de vocabulaire.

      sauf que pour savoir que penser d’une étude, il faut la lire..

      mais que c’est doux…

      assez amusant ..on peut être admirateur de raoult.. qui a pris des risques.. sans respecter les précautions standards et casser les fabricants de vaccins..

  • Alors là, c’est quand même le pompon. Une belle défense d’un vaccin, pondu en 2 coups de cuillères à pot. Enfin de plusieurs vaccins, tous annoncés efficaces à 90, 95 voire 110%, car les labos, dans leur superbe gestion de projets, ont tous (à part notre franchouillard encore à la calculette…) sorti leur « miracle » quasi en même temps avec une palanquée d’abaques toutes plus colorées les une que les autres. C’est top. Et tout cela, parce que l’ensemble des pays occidentaux a décidé que la médecine traditionnelle n’était pas à la hauteur de ces belles gestions de projets et que, franchement, laisser les docs soigner un truc très moyennement létal avec la panoplie de divers cocktails éprouvés était d’un ringard. Pas l’embryon d’une question sur les effets secondaires (l’ARN c’est trop bien) bien évacués, même que les labos se sont débrouillés pour faire porter le risque sur les patients (que ce soit en direct santé ou par leurs impôts), à des coûts maousse costauds (rien n’est trop beau), avec peut-être 2 injections peut-être plus voire tout le temps (cela s’appelle une rente), et que des fois il y ait des réfractaires de manière obligatoire (un joli passeport pour respirer). C’est sûr que là, avec aussi peu de choix et de réflexion, ce truc à ARN est un bienfait pour l’humanité. Trop fort, mec…

    • Tandis que vous, vous sauriez parfaitement expliquer pourquoi il faut attendre 3 ans que le vaccin refroidisse. Vous sauriez aussi expliquer comment on définit l’efficacité, et comment vos calculs infirmeraient ceux des labos. Et vous sauriez aussi expliquer en quoi la médecine traditionnelle, des sorciers et des grigris, est supérieure du fait de son ancienneté à tous les traitements inventés ces derniers siècles. Vous me faites penser à ma belle-soeur qui a entendu que l’on pouvait se contaminer en se frottant les yeux et en a conclu que le masque ne servait à rien puisqu’il ne les couvrait pas. Dommage qu’il soit question de quelques vies humaines, sinon quelle rigolade que ce genre d’arguments !

  • Je voudrais croire l’auteur de ce qui me semble une intelligente et intéressante publicité pour ces « vaccins ».
    Je voudrais, mais j’ai un doute. Non, j’ai des doutes.

    Alors, je propose un challenge très simple à cet auteur.
    Vous dites, entre autres, que ces technologies ne risquent en rien de modifier l’ADN des receveurs.
    Vous y engageriez-vous sur votre vie ?
    Accepteriez-vous le principe de disparaître définitivement si UNE seule contamination de l’ADN d’un seul individu se produisait ?
    Ou n’êtes vous qu’un baratineur ?
    Dommage que vous ne puissiez répondre.

    • Moi, je m’y engagerais sans problème.
      Mais c’est une approche anti-scientifique. La conviction personnelle du narrateur n’a aucune importance, seul compte le respect de la logique et des connaissances scientifiques dans les faits et les arguments présentés. Un fort pouvoir de conviction suffit à faire sacrifier la vie de quelqu’un pour n’importe quelle cause idiote, cf. le terrorisme. Une argumentation scientifique ne se démonte pas sans comprendre ce dont il est question, et surtout pas sans les bases. Vos doutes viennent de quoi ? De vos compétences en biologie moléculaire ? Ou de votre envie de douter ?

      • Tant pis si je réponds tard, peut-être me lirez-vous.
        J’ai une (solide) formation scientifique, mais en la matière je suis effectivement incompétent.
        Mes doutes viennent des mensonges.
        Usuels mensonges des politiques, si courants que seuls quelques naïfs s’en émeuvent. Rappelez-vous Sibête et ses masques inutiles… Et nul ne s’émeur de voir ces menteurs incompétents reclassés à l’OMS ou ailleurs, à nos frais.
        Mais trop choquants mensonges des scientifiques, en l’occurrence et notamment des professeurs de médecine. Le Plaquénil est « mortel » ? Zut, j’en ai pris pendant des années et je suis encore vivant en en bonne santé ! Probablement le seul ? Ben, non…

        Ce qui m’agace au plus haut point est l’irresponsabilité tant de ces politiques que de ces scientifiques. Ma conception du libéralisme repose d’abord sur la responsabilité individuelle, assumée. Or ils ne sont, tous, en rien responsables (ni « coupables » / sourire).
        Ils avancent des raisonnements. Je ne suis pas à même de réellement comprendre leurs dires. Mais je sais, par contre, que s’ils se plantent, s’ils sont simplement incompétents, ils ne seront en rien inquiétés.
        Et, voyez-vous, cela me dérange.
        Pas à titre personnel : je suis vieux et sans tellement de temps devant moi. Mais je pense à mes enfants, à mes petits enfants, et je souffre du fait que s’il y a un seul risque à courir, cela peut tomber sur eux.
        Alors que ces scientifiques, jamais, n’auront à assumer réellement leurs erreurs, physiquement, dans leur chair.
        Jusqu’à une période récente, je ne l’imaginais pas. Mais les « scandales » divers et les vies déchirées par les erreurs, les mensonges, les rapacités, de l’industrie pharmaceutique m’ont amené à douter.
        Et je vous envie d’être aussi certain de vos propos.

        • Je n’aurais pas la même certitude sur d’autres sujets.
          Et je partage avec vous quelque chose entre l’insatisfaction et la rage face à la difficulté de se procurer des informations pertinentes, claires et proportionnées plutôt que des avis tout emballés de scientifiques qui passent 10 fois plus de temps à faire le paillasse qu’à y maniper.
          Il devrait y avoir un désarroi quand on n’est pas à même de collecter et interpréter soi-même les informations, mais surtout il redouble quand on constate que des aigrefins en profitent pour le faire à notre place, non pour nous aider, mais pour flatter leurs désirs de carrière, de domination ou de gloire.
          Mais assumer dans sa chair ses erreurs est sans effet. Soit on ne dort pas de toute façon quand on s’aperçoit qu’on s’est trompé, aussi futiles qu’en soient les conséquences, soit on néglige les erreurs indépendamment de leurs conséquences. Après une carrière dans la fiabilité et l’analyse de risques, on n’a aucune difficulté à montrer qu’on joue sa peau (cf. Taleb) à chaque recommandation qu’on émet : on ne distingue pas entre sa peau et celle des autres, l’erreur est la même catastrophe.

        • Le talc Morhange ? Une affaire de contrôle de process inexistant qui a conduit à verser un fond de fut d’hexachlorophène dans la marmite en croyant que c’était un reste de talc.
          Où voyez-vous une affaire induite par l’industrie pharmaceutique ? C’est une affaire exemplaire de ce que peut entraîner la négligence du contrôle de process, point barre. Le moindre délégué syndical fait plus contre le contrôle de process que toute l’industrie où il sévit.

          • Et ça pose la question de pourquoi parler du talc Morhange à propos des vaccins ? Ce sont des techniques de propagande anti-occidentale qui pourraient s’expliquer en Iran ou au Parti Communiste, mais sur Contrepoints ! Et pourquoi aussi ne jamais répondre quand on démonte de tels propos ? Thermidor, vous venez ici pour débattre, ou pour semer votre propagande dans l’espoir qu’elle finisse par se présenter en l’absence de personnes au courant et qu’elle s’instille discrètement ?

        • le projet criminel des industries c’est de vous vendre des trucs… vous tuer ou vous rendre malade est un calcul douteux..

    • modifier l’ADN du receveur, ca nécessite une retro transcription (hautement improbable), qui quand bien meme si elle arrivait qq fois par 10 de millions de cellule, n’aurait pas d’impact.
      Le vrai soucis c’est d’utiliser la machinerie biologique interne à la cellule pour produire des proteines étrangères, qui peuvent très bien provoques des reactions en cascade(ca par contre c’est quasi certain) et c’est quasiment impossible à prédire.

  • là la causalité est peu douteuse.. mais justement..c’est un atout pour le vaccin..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles