Taxes et impôts sur la propriété : le Français toujours punis

Le propriétaire français est de plus en plus la cible idéale de notre étatisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Morning Brew on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxes et impôts sur la propriété : le Français toujours punis

Publié le 11 décembre 2020
- A +

Par Nicolas Lecaussin.

L’IREF l’a déjà montré plusieurs fois : les propriétaires français sont la cible des politiques, en particulier depuis 2017 et l’élection d’Emmanuel Macron. La suppression de la taxe d’habitation, l’institution de l’IFI et l’augmentation, sans compensation, de la CSG à 17,2 % sur les plus-values et revenus fonciers, portent l’imposition marginale à des sommets.

Au titre du seul impôt sur le revenu, l’imposition peut représenter 66,2 % du revenu imposable, soit un taux confiscatoire. La France est d’ailleurs l’un des rares pays à conserver à la fois une imposition annuelle sur la fortune immobilière et une taxation des successions entre ascendants et descendants directs.

Les données de l’Observatoire national des taxes foncières ont été rendues publiques récemment : sur les dix dernières années, la taxe foncière en France a augmenté de 31,4 %, soit près de trois fois l’inflation.

Si l’on additionne tous les taux des taxes prélevées par la commune, l’intercommunalité et le département sur la valeur locative des immeubles, on arrive, en moyenne, à une hausse de 38,48 % sur l’ensemble du territoire. Bien sûr, il existe de grandes différences entre par exemple Neuilly-sur-Seine, à 13,69 % et Fontanes-de-Sault (Aude), à 96,13 %.

Le dernier classement réalisé par la Tax Foundation confirme ces données. En ce qui concerne les impôts sur la propriété, il y a presque 20 places entre la France (29e du classement sur 36 pays) et l’Allemagne (11e).

Ce classement mesure et compare l’assiette et le montant des impôts fonciers. Il prend également en compte d’autres types d’impôts fonciers, tels que les impôts sur la fortune, les droits de succession, les droits de mutation immobilière, les impôts sur les actifs des sociétés, les droits sur le capital, les impôts et autres taxes sur les transactions.

L’Estonie, première du classement, a le système d’imposition foncière le plus efficace des membres européens de l’OCDE. L’impôt foncier ne s’y applique qu’à la valeur du terrain, ce qui en fait l’un des trois seuls pays de l’OCDE (avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande) à exclure la valeur des bâtiments ou des structures de l’assiette fiscale. L’Estonie ne prélève aucun autre type de taxe foncière.

Le propriétaire français est de plus en plus la cible idéale de notre étatisme. Touché de plein fouet par la crise provoquée par la pandémie, accusé d’être un rentier, taxé en permanence, le propriétaire n’aura pratiquement plus intérêt à mettre son bien en location.

L’impact économique en sera d’autant plus important et, sous le prétexte de les défendre, les locataires seront les grandes victimes des réglementations et des taxes.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Décidément, l’Estonie me fascinera toujours par son pragmatisme. Mais est ce que ce pays a l’ensemble commune/communauté de communes/département/région/État ?

  • terrains et propriétés ne sont pas délocalisables ; sur que l’état s’en donne à cœur joie ….

  • Une collègue qui a fait construire se bat depuis cinq avec la mairie pour avoir un compteur d’eau avec un contrat.

  • La propriété est du vol!
    Marianne devrait être remplacée par Proudhon dans les bâtiments publics!
    Ce serait faire preuve d’honnêteté.

  • Ah la complainte du proprietaire trop taxé. Mais il faut etre logique, si on veut payer moins d impot il faut accepter de toucher moins de subvention, d avoir moins de prestations !
    En France l immobilier est aussi lourdement subventionné : PTZ, Pinel (et autre dispositif de defiscalisation) ou les APL (qui bien qu affectés aus locataires permettent aux proprietaires d exiger des loyers plus importants au point qu on voit des annonces ou on vous indique non pas le loyer mais le reste a payer une fois APL deduite …)

    • raisonnement de l’assisté qui n’en a jamais assez de l’argent des autres !!!! La majorité des propriétaires ne bénéficie que de leur épargne investie dans leur maison , épargne qui a déjà fait l’objet d’impôts , taxes et autres prélèvements tous parfaitement justifiés par les parasites !!! Si l’état avait construit et donc mis en concurrence ses bâtiments avec ceux du privé nous aurions peut-être un parc immobilier plus attractif et mieux entretenu à prix abordable ; mais l’état préfère gaspiller notre bel argent , faire monter les prix pour mieux justifier ses taxes !!!! Une honte , 1% de la masse salariale des français depuis 75 ans et on subit toujours la pénurie !!!!

      • assisté -> meme pas. je ne vis pas en France et en plus je ne touche pas d aide quelconque contrairement aux nombreux retraités qui sevissent ici et qui eux touchent tous les mois leur part de la taxation des actifs 😉

    • Que toutes les aides soient supprimées et les impôts diminués à due concurrence.
      Mais les aides permettent à l’Etat d’asservir les contribuables et de maintenir son pouvoir.
      Par ex et pour illustrer cette réalité:
      Lors du congrès des banques sous la cohabitation entre 93 et 95, Michel Pébereau avait demandé à ce que les banques soient libres de créer des produits financiers en respectant les règles fiscales à savoir imposition des placements à court terme, minoration pour le moyen terme et exonération pour le long terme. Balladur outré par cette proposition a répondu jamais. C’est le pouvoir de l’Etat donc le sien de juger des produits et de leur classification.
      Tout est là!
      Liberté, liberté chérie, tu n’es qu’un joli mot sur un fronton.

  • Après avoir tué l’industrie en la saignant à blanc nos étatistes teintés de socialisme de droite ou de gauche ont besoin d’autres pourvoyeurs de fonds et ce sont les propriétaires fonciers qui passent à la caisse jusqu’à leur ruine ( comme pour l’industrie ) et les conséquences qui en découlent : moins de logements disponibles , moins de constructions locatives , renchérissement de l’immobilier réduisant le nombre d’accédants potentiels et finalement l’état incapable de suppléer ce qu’il a détruit !!! Bon courage au futurs demandeurs de logement !!! Soyons tranquille , après avoir ruiné les propriétaires ils trouveront d’autres cibles jusqu’à se retrouver en pays soviétique !!!

    • L’objectif n’est pas de faire un pays soviétique mais un pays hyper capitaliste avec un transfert des titres de propriété à quelques grands groupes d’investisseurs privés. A terme, tous locataires. « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux! », tel est l’hameçon lancé pour pêcher les nouvelles générations favorables à cette spoliation. Il n’ont pas fini d’être maudits par les générations suivantes auxquelles les nouveaux propriétaires de connivence avec l’Etat feront vivre un enfer.

      • Vie nouvelle, mouvement catho des années 70 avait cette mentalité: consommer, vivre bien mais ne rien posséder.
        Fonctionnaire, voilà l’avenir!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nafy-Nathalie.

Rappelez vous ! Octobre 2018, je vous contais la belle histoire d’un candidat devenu président qui s’était engagé en campagne sur le fait de restituer du pouvoir d’achat aux citoyens en réduisant, puis supprimant la taxe d’habitation. Cela semblait si cocasse que la seule conclusion qui s'imposait était celle d'une immense couillonnade.

Trois ans plus tard, au moment où Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, annonce que les promesses du Président seront tenues, j’ai eu envie de faire un bilan.

Qu’avait... Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF Europe.

En 2018, le taux de prélèvement obligatoire en France s’établissait à 45 % du PIB et se décomposait en trois parts principales :

53,7 % pour les administrations de sécurité sociale (ASS), 31,6% pour les administrations publiques centrales (APUC), 14,3% pour les administrations publiques locales (APUL).

Soit 6,4 points de PIB contre seulement 4,3 en 1986.

Les dépenses des APUL ont crû principalement du fait des Actes I et II de la décentralisation, mais aussi par l’applic... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

La loi « portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets » est lourde de conséquences pour les propriétaires, notamment les propriétaires bailleurs. En vigueur depuis août 2021, elle va vous contraindre à de multiples travaux que vous n’avez pas forcément prévus.

Cette loi prétend lutter contre les « passoires thermiques » qui seront désormais considérées comme des logements « indécents ».

Les logements seront classés selon un bilan énergétique de A (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles