Taxe foncière : les propriétaires vaches à lait de l’État

En France, le propriétaire est perçu comme un nanti, il est le fameux « riche » qui vivrait sur le dos des autres. En réalité, l’État et les collectivités locales vivent sur le dos des propriétaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
alkainel - vache-agriculture(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxe foncière : les propriétaires vaches à lait de l’État

Publié le 23 novembre 2016
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Taxe foncière : les propriétaires vaches à lait de l'État
alkainel – vache-agriculture(CC BY-NC-ND 2.0)

Les conclusions de la dernière Étude de l’Observatoire UNPI (Union Nationale de la Propriété Immobilière) sont sans appel : la taxe foncière a connu une hausse de 14,7 % en cinq ans. Depuis 2006, l’Observatoire UNPI publie son travail concernant l’évolution de la taxe foncière dans chacune des 36 000 communes françaises. Et cette année encore, les résultats confirment la règle.

Avec une hausse moyenne de 14.7 %, la taxe foncière a augmenté 3 fois plus que l’inflation sur la même période. Au niveau des villes, les hausses sont très variables. Cela va de 6.35 % à Grenoble jusqu’à + 22.99 % à Lille (entre 2010 et 2015). La taxe foncière a augmenté en moyenne de 13.41 % dans les 50 plus grandes villes de France.

Au niveau de la part départementale de taxe foncière, on retrouve de grandes différences aussi : « seulement » + 5.24 % dans les Hauts De Seine jusqu’à + 69.99 % en Corse du Sud.

Le propriétaire est la vache à lait des collectivités locales et de l’État

Il ne fait donc pas bon être propriétaire en France. D’autant plus que les locataires sont toujours considérés comme des victimes alors que, comme nous l’avons montré à l’IREF, les loyers augmentent beaucoup moins vite que les autres coûts de la vie. À Paris, entre 1993 et 2014, la taxe foncière a augmenté de 180 %, alors que, durant la même période, les loyers n’ont augmenté que de 39 % ! Et les charges de 102 % !

Il y a quelques jours, l’IREF protestait aussi contre les projets de l’OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques) qui souhaite, en échange d’une suppression de l’ISF, la taxation des plus-values immobilières en cas de transmission à titre gratuit et celles afférentes au logement principal, ainsi que soumettre à l’impôt sur le revenu la valeur locative du logement occupé par son propriétaire et rendre la taxe foncière progressive !

Tout est donc bon pour taxer et ensuite dépenser 46 Mds d’euros (2 % du PIB) par an pour la politique du logement dont 60 % environ au titre de l’aide à la pierre (ce qui représenterait un coût de 250 000 euros par logement) et 40 % pour les aides à la personne.

Pour une fiscalité au service de la propriété

En France, le propriétaire est perçu comme un nanti, il est le fameux « riche » qui vivrait sur le dos des autres. En réalité, l’État et les collectivités locales vivent sur le dos des propriétaires. Ce n’est pas un hasard si le système Airbnb est plus taxé en France qu’ailleurs. L’État n’aime pas les entrepreneurs et encore moins les propriétaires-entrepreneurs. Bientôt, personne n’aura plus envie de le devenir.

Ce qu’il faudrait c’est une grande réforme de la fiscalité afin de sauver et de libérer la propriété. Il vaudrait mieux s’en remettre au marché et laisser chacun déclarer chaque année la valeur estimée de ses biens immobiliers pour les soumettre aux taxes d’habitation et taxes foncières, quitte à le sanctionner en cas de transmission du bien si la valeur était insuffisante. La fiscalité ne doit plus être l’ennemie du propriétaire mais son atout.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Il faut savoir ce qu’on veut… si les Français investissent trop dans la pierre (et pas assez dans les
    Entreprises), dans ce cas, je ne voit pas le problème de taxer la propriété foncière ?.???
    Il y a me semble-t-il d’autres réformes bien plus importantes a mener : les droit de mutations sont beaucoup trop élevés et sont un frein à la mobilité!!!! Une personne qui perds son job et peut en trouver un à 100km, sera freiné par ces frais de mutations qui sont contreproductifs une taxe à la mobilité colossale (Remplaçons- les par une hausse de la taxe foncière !!!)

    • Si la taxe est légitime, son montant ne l’est pas. L’état doit rendre des comptes sur cet argent. C’et le fait que les élus puisent dans la caisse sans limite qui est un problème.

    • On ne doit pas taxer pour générer ou orienter des comportements.
      Des taxes excessives sur le capital et le travail ont généré des flux de pognon dans la pierre. Pour un politique il faut corriger cela. Et pour corriger on préconise une augmentation des taxes sur la pierre… Pourquoi ne pas baisser les taxes sur tout le reste?? Mais surtout, pourquoi vouloir « corriger » les tendances d’investissements? De quel droit?
      Militons pour la suppression de cette taxe foncière, taxe inique qui empêche d’être totalement propriétaire de son bien immobilier.

    • Une fois la pierre surtaxée, on pourra taxer encore plus le capital. Normal, le capitaliste est un méchant par nature.
      Puis une fois le le capital surtaxé, on pourra recommencer avec la pierre 🙂 Cool, non ❓

  • Ainsi le socialisme nous condamne à l’errance. Vive la grotte! Mais chut, sinon socialaud va taxer … oui ce pays mourant, renaîtra le jour où il pleuvra de l’intelligence et c’est pas demain la veille!

  • Ce qui m’étonne, c’est que ce pays soit encore debout avec le régime qu’on lui impose…

    • Le sans-dent n’a plus grand rapport avec le sans-culotte. Quant à notre pays, il est plutôt à genoux que debout.

    • Normal, il y a plus de bénéficiaires des subsides de l’Etat que de payeurs.
      Avec le prelevement a la source le quidam salarié ne paiera plus d’impôt, pas plus qu’il ne paie de charges sociales.
      C’est foutu, on est dans un cercle vicieux dont on ne peut sortir que par la violence, pas par l’évolution.

  • Bientôt, personne n’aura plus envie de le devenir.

    +1 C’est le cas. Eviter la France et investir n’importe ou mais pas dans ce pays.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

716 : c’est le nombre de biens immobiliers disponibles à la location au premier août en Irlande, contre 2500 l’an dernier. Même pour un pays d’un peu plus de 5 millions d’habitants, le chiffre est ridiculement bas. Cela se traduit par des files d’attentes gigantesques, notamment à Dublin, pour visiter un appartement à louer et plus tristement encore, par l’augmentation du nombre de personnes sans abris et d’exils.

This is what a house viewing now consists of in Dublin. Over 100 people waiting in line for a rental p... Poursuivre la lecture

Par Nafy-Nathalie.

Rappelez vous ! Octobre 2018, je vous contais la belle histoire d’un candidat devenu président qui s’était engagé en campagne sur le fait de restituer du pouvoir d’achat aux citoyens en réduisant, puis supprimant la taxe d’habitation. Cela semblait si cocasse que la seule conclusion qui s'imposait était celle d'une immense couillonnade.

Trois ans plus tard, au moment où Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, annonce que les promesses du Président seront tenues, j’ai eu envie de faire un bilan.

Qu’avait... Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF Europe.

En 2018, le taux de prélèvement obligatoire en France s’établissait à 45 % du PIB et se décomposait en trois parts principales :

53,7 % pour les administrations de sécurité sociale (ASS), 31,6% pour les administrations publiques centrales (APUC), 14,3% pour les administrations publiques locales (APUL).

Soit 6,4 points de PIB contre seulement 4,3 en 1986.

Les dépenses des APUL ont crû principalement du fait des Actes I et II de la décentralisation, mais aussi par l’applic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles