Défaite du PSG : contre la pagaille sur les Champs-Élysées, il faut la Justice

Violences sur les Champs-Élysées : la raison d’être de l'Etat, c’est protéger et faire respecter la justice et la propriété.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Arc de Triomphe By: soomness - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Défaite du PSG : contre la pagaille sur les Champs-Élysées, il faut la Justice

Publié le 26 août 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Les violences qui ont émaillé la nuit de la défaite du club de foot de Paris sur les Champs-Élysées à Paris ont retenu autant l’attention du public que la démonstration sportive elle-même. Les éléments de langage policés de la classe politique, la communication calibrée et coupée du réel des élus locaux n’atténuent plus rien.

Il suffit d’aller sur Twitter ou Facebook pour constater l’ampleur de la violence des casseurs et les dégâts qu’ils ont provoqués sur ce qu’on appelait encore il y a quelques années la « plus belle avenue du monde ».

Le centre de Paris aux mains de prédateurs

Après les grèves, le mouvement des Gilets jaunes, les riverains et les commerçants sont exaspérés. Le centre de Paris est devenu le lieu de défoulement des prédateurs. Au moment des faits, la police semble assurer le service minimum pour ne pas envenimer les choses. Ce sont donc les citoyens ordinaires qui trinquent.

Il faut dire que ces derniers temps, la police n’a pas tellement intérêt à intervenir trop durement, tant son image est dégradée dans les médias et une partie de la population. Les violences policières durant l’épisode des Gilets jaunes ont vite été enterrées, provoquant l’indignation puis la défiance d’une partie de l’opinion publique.

Castaner a bien signalé à l’occasion de l’affaire Traoré que le ministère de l’Intérieur préférait suivre l’humeur médiatique plutôt que les règles élémentaires du droit. Dans les deux cas, ce qui fait défaut et ce qui est réclamé par tous, c’est la justice en lieu et place de l’arbitraire du Politique et de l’opportunisme clientéliste.

Les excès de violence n’ont pas été condamnés fermement dans tous les cas de figure, la hiérarchie a cédé à la pression médiatique, à « l’émotion », quitte à hypothéquer tout l’État de droit. Nicole Belloubet était aux abonnés absents, Dupont-Moretti s’inquiète davantage de la délinquance écologique.

Darmanin Matamore

Les rodomontades de Darmanin apparaissent pour ce qu’elles sont. Des rodomontades. Le nouveau ministre de l’Intérieur a endossé le costume de Nicolas Sarkozy, mais plus personne n’y croit. Il multiplie les visites de commissariats et les coups de menton médiatiques pour fustiger les dealers ou déclarer qu’untel n’a pas sa place sur le territoire national, après une nouvelle « incivilité » glaçante dont notre pays a le secret.

Il peut condamner « fermement » ou « s’insurger » contre la prédation et les violences, mais celles-ci continuent. À la suite des violences sur les Champs-Élysées, la police a déclaré plus de 150 interpellations. C’est très bien. Mais combien d’individus s’en tireront avec un simple rappel à la loi ? Là encore, ce qui manque, c’est la justice, pas la répression.

On piétine donc la justice et la propriété individuelle, qui en est le fondement, sans que les pouvoirs publics ne prennent les mesures nécessaires à leur protection essentielle. En cherchant à s’occuper de tout, l’État social lâche la proie pour l’ombre.

Il néglige le régalien pour des activités que la société civile peut très bien faire elle-même. L’État n’a pas à vendre des vignettes auto, contrôler le prix des masques, se faire assureur ou encore diététicien. Sa raison d’être, c’est protéger et faire respecter la justice et la propriété. Qui aujourd’hui aura le courage de s’en souvenir parmi nos dirigeants ?

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Qui aujourd’hui aura le courage de s’en souvenir parmi nos dirigeants ?

    Aucun. La mangeoire est trop bien garnie. On les entend couiner de plaisir en se gavent, et de très loin.

  • tant que ces jeunes ne s’en prennent pas directement aux ministres, ils n’ont rien à craindre !

  • Avancer l’argument du laxisme est une erreur de jugement. Cela ne signifie pas non plus absence de laxisme. Est-ce que l’augmentation de maladies peut être liée uniquement à la carence de médicaments ? Plus de médicaments ne réduira pas nécessairement le taux de maladies puisqu’ils ne traitent pas les causes.
    Je veux dire par là que résoudre cette question de la justice ne passe pas obligatoirement et uniquement par la case justice. Une société plus apaisée s’établit en amont à tous les niveaux. Ensuite le boulot de la justice sera plus facile et lisible.

    • çà veut dire quoi ??? encore une fois c’est de la faute à la société et bla bla bla !!!! eh bien non si l’on refuse la loi du plus fort il faut une justice inflexible et non militante sous peine que des citoyens comprenant qu’eux seuls peuvent faire respecter leur bien en viennent à faire leur propre loi !!! Je vous laisse deviner le chaos qui s’ensuivra !!!!

    • Tout à fait d’accord mais …

      « ne passe pas obligatoirement et uniquement par la case justice. »

      Je crains que le pas obligatoirement soit de trop au point où nous en sommes : il faut une convergence de moyens pour résoudre rapidement et efficacement un problème.

      C’est ce que je reproche au « en même temps » : la dispersion des moyens vers des buts secondaires ou futiles alors qu’on mitige les réponses aux problèmes majeurs pour cause de manque de moyens ou d’incompatibilités dans les buts poursuivis.

      • Parfaitement !
        L’impunité, l’état misérable de la justice, etc ça ne date pas d’aujourd’hui alors que les manifestations violentes et les inciviltés dernièrement sont des phénomènes plus récents. Existe t-il alors une relation entre les deux ? Personnellement j’ai des doutes et je ne suis pas certain qu’une justice exemplaire nous épargnerait cette forme de délinquance qui serait plus du ressort de dérèglements sociaux (ce qui ne dédouane nullement les auteurs de ces actes). Oui pour une justice intraitable mais attention à ne pas faire de la justice la (seule) cause du problème. Avec un Etat pyromane pompier on ne serait pas plus sorti d’affaire.

        • Le pire, c’est que l’on répète ici des évidences : quand on embarque de l’eau, il faut écoper ET colmater.

          Pendre haut et court les brigands n’a jamais éradiqué le brigandage. Les inviter à se servir non plus.

          Mais aujourd’hui, la politisation de chaque sujet va jusqu’à nier toute évidence, prétendre que la volonté désordonnée est plus forte que les réalités et qu’on peut tout faire « en même temps », y compris une chose et son contraire.

  • Il y a eu apparemment 15 personnes jugées ^^ ; pas forcément de condamnation par contre…
    Sur TOUTES les vidéos, on voit un peu plus de 15 personnes à devoir se faire juger je pense…
    Mais les parisiens ont voté dernièrement, ils sont les seuls responsables…

    • Exact, les parisiens ont voté pour Hidalgo, donc pour le laxisme et la complicité avec les crapules! Car laisser faire et ne pas intervenir c’est être complice!

      • A Paris, le Maire peut dire ce qu’il veut, autant dire que cela ne compte pas. Les questions de sécurité sont du ressort du Préfet de Police. Et la Justice ne dépend pas plus de ce dernier que du Maire.

      • Non, les Parisiens n’ont pas voté pour Hidalgo. Une majorité des votants a voté pour Hidalgo. Mais beaucoup de partisans de Dati ne sont pas allés voter car ils sont plus âgés que la moyenne et plus à risque pour le covid.
        Bref, cette élection d’Hidalgo est un scandale.

  • Bonne question ; qui aura le courage de faire cesser cette loi du plus fort au profit du respect des autres et de leurs biens ??? Nos politiques sont bien trop préoccupés de leur réélection conditionnée par des petits cadeaux pour se pencher sur ce mal profond !!!!

  • Réouverture de Cayenne pour les majeurs,et des ‘établissements pénitentiaires pour mineurs comme il existait à Belle ile par exemple
    jusqu’en 1977 sinon colonisation des TAAF pour ces sauvages comme la nouvelle Calédonie en son temps ,désolé pour les manchots !

    • entièrement d’accord, on les brise physiquement pour les briser mentalement, sûr qu’ensuite leur réinsertion dans la société se fera sans heurts ni soucis et ça servira d’exemple pour ceux qui veulent défier la loi et l’ordre.

  • J’ai entendu le mot « régalien » sur une chaîne info l’autre jour. Je me suis demandé combien d’auditeurs connaissait ce mot.

  • Bon. La justice molle, pas assez de places en prison, plus de régalien etc; tout vrai.
    Je pense quand même qu’armer les citoyens et passer des lois qui permettraient de défendre très chèrement nos vies et notre propriété serait approprié.

    • Ce ne sont peut-être pas les « racailles » qui auraient le plus à craindre.. A moins que l’on puisse qualifier ainsi certains personnages en col blanc.

      • Oui, c’est aussi l’avantage d’armer les citoyens: c’est le dernier rempart contre la tyrannie. Donc bien sûr aucun politicien ne le fera.
        Cela dit on y va rapidement, légalement ou non. La répression du peuple solvable ne va pas faire tenir la digue éternellement.

  • Les dictatures terrorisent la population des gens honnêtes, mais laissent courir les criminels. Le point commun est que le gouvernement par la peur est ce qui est le plus efficace pour ne pas être contesté.
    Il m’insupporte de plus en plus d’entendre ces lâches invoquer l’état de droit et la démocratie…

  • cerceilannister669
    26 août 2020 at 15 h 42 min

    Une solution serait peut-être de renforcer les bons comportements des supporters là ou ça fait le plus mal ! Pour toute manifestation de dégradation de grande ampleur. On sanctionne les 2 équipes par une rétrogradation manu militari dans le championnat. Vous allez voir que les dirigeants et sponsors des équipes dirigeantes vont sérieusement policer leurs supporters et eux aussi c’est leur intérêt de ce tenir à carreau.

    • Tout bêtes qu’ils soient, les supporters sont capables d’imaginer alors aller tout casser à tous les matches où leur équipe ne joue pas. Leur club sera vite champion par défaut…

    • C’est ce qu’a fait Margaret Thatcher après le drame du Heysel :
      L’ensemble des équipes anglaises a été privé de compétition européenne, source précieuse de revenu.
      A charge pour les clubs de régler le problème du hooliganisme.
      Bon, il faut un peu de courage pour imposer un truc pareil….

  • La génération 68 a fait des enfants gâtés, qui eux-mêmes font des enfants pourris par lâcheté et par démission : que des droits, pas de devoirs…
    Ne comptons pas sur un État bouffi, qui ne gère plus rien à force de vouloir tout maîtriser, pour pallier le manque d’éducation sociétal.
    Avant de critiquer les institutions, n’oublions pas qu’elles ne sont que le reflet d’un peuple éperdument demandeur d’assistance, quel qu’en soit le prix.
    S’il faut toucher le fond de la violence pour remonter, on y arrive bientôt, rassurez-vous…

  • Le « dérèglement judiciaire » entretien l’impunité. L’impunité ouvre la porte à une forme « d’autorisation implicite » à faire ce qui ne devrait pas l’être.
    Nous constatons que ce que nous présentons comme des « incivilités » sont en fait des crimes commis par des personnages connus des services de police et au casier judiciaire garni. Et quand les fait sont graves les coupables sont qualifiés de malade mentaux… et leur identité nous est de ce fait cachée…
    Bonne technique pour nous nous regardions tous de travers .
    Qu’observons nous?
    Que les manifestations ne sont pas la cause de ces débordements mais le vecteur dont ce servent ces « barbares » pour assouvir leur soif de destruction.
    Que les violences gratuites se multiplient y compris contre les animaux. Dans ma région une « nouvelle activité » ou occupation ou « sport »apparaît. Elle consiste à mutiler les animaux qui paissent dans les près, la nuit. Couper les oreilles, les poignarder, les découper vivants…
    Que les trafics et règlements de compte en tout genre fleurissent aux us et aux vues de tous sans actions répressives.
    Qu’attend-t -on? Que la barbarie devienne le genre humain avec le flot de sang qui en découlera.
    Nous sommes en train de nous faire déborder. Bientôt nous seront encerclés.
    Seul un système judiciaire fort et une police libre, dans le cadre des lois, d’agir peuvent nous sortir de l’impasse dans laquelle nous entrons et nous faire espérer de ne pas avoir à connaître le pire.

  • Un peuple qui a besoin de préfets pour exister ne sera jamais adulte…

    • Oui, vous avez raison sauf qu’aujourd’hui si nous voulons qu’il redevienne adulte nous avons besoin de préfets…

  • Qu’est devenu la stratégie très élaborer du préfet de Paris était-il sur le terrain ou déjà en vacances, il est vrai que ces clients d’un soir n’étaient pas gilets jaunes ou atteint du covid-19

  •  » la police semble assurer le service minimum pour ne pas envenimer les choses.  » Peut-être ne veut-elle pas ou n’ose-t-elle pas ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Début novembre, le préfet d’Île-de-France a annoncé un calendrier de travaux permettant la mise en service de la ligne ferroviaire « Charles de Gaulle Express » d’ici 2027. Cette ligne, reprenant aux trois quarts des couloirs existants, permettra de relier l’aéroport de Roissy au cœur de Paris en 20 minutes sans arrêt intermédiaire. Depuis cette annonce, de nombreux élus franciliens ont dénoncé cette décision, arguant notamment que le chantier de cette ligne « réservée aux touristes riches » perturberait le trafic du RER B, « ligne des usager... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Les récentes émeutes en Martinique et en Guadeloupe ne sont hélas qu’une nouvelle expression d’un même malaise récurrent. L’histoire récente de ces territoires d’Outremer, départements français depuis 1946, ressemble à une longue litanie de mouvements sociaux.

Mis à part le contexte pandémique qui ajoute une dimension sanitaire à la crise actuelle, il semble que les périodes agitées se ressemblent considérablement. Elles se ressemblent quant aux éléments déclencheurs. Elles se ressemblent également quant à l’a... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Aurélien Véron.

Il n’échappe à personne que Paris est en pleine transformation. Mais tout le monde s’interroge sur la direction choisie et ses conséquences pour l’économie de la capitale.

Madame la maire, quelle est votre vision de Paris ?

Voulez-vous en faire une ville-monde qui rayonne par son bouillonnement culturel, son dynamisme économique et la recherche de l’excellence ? Ou une ville de la démobilité, de la proximité dans la lenteur et de l’esprit participatif de ZAD, chacun décorant son pied d’arbre ou son tro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles