La chute de la maison Traoré

Le compagnon de cellule d’Adama Traoré indemnisé pour viol : l’affaire signe la fin de l’entreprise politique de la famille Traoré et nous donne une leçon sur le fonctionnement politique du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La chute de la maison Traoré

Publié le 23 juillet 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Finalement, la presse s’est fait l’écho de l’agression sexuelle sordide perpétrée par Adama Traoré envers son ancien codétenu, qui a été dédommagé pour cela le 12 mars dernier. Sur les réseaux sociaux, au hashtag #JusticepourAdama a succédé celui d’#Adamalevioleur. Ce changement signe la fin d’une aventure politique construite contre les « violences policières », et qui a cherché à s’inscrire dans le sillon du mouvement de protestation venu du monde anglo-américain après la mort de George Floyd.

La décision de justice qui a abouti à l’indemnisation pour viol du codétenu d’Adama Traoré date du 12 mars dernier. Il y a donc un petit moment que tout le monde connaissait les antécédents violents du personnage, en particulier au sein des médias. Cela n’a pas empêché ces mêmes médias de porter aux nues la « cause » d’Assa, la sœur d’Adama au point d’en faire une nouvelle Angela Davis adaptée à notre temps.

Les féministes en vacances

Alors que tous les mouvements et associatifs féministes officiels protestent contre la nomination de Gérard Darmanin pour une affaire de viol, les réactions face à la chute de la maison Traoré sont inexistantes. Sans doute faut-il mettre ça sur le compte des vacances d’été, et en déduire que les féministes les plus vocaux -pas tous, bien heureusement !- sont juilletistes.

Le comité Adama s’était allié aux écologistes le 18 juillet dernier pour manifester. À peine 3000 personnes se sont déplacées, essentiellement issues de groupuscules d’ultragauche, pour faire converger les luttes « antiraciste » et climatique. Parmi les manifestants, des élus de la République écolos, féministes, antiracistes etc. Cela aurait dû mettre la puce à l’oreille des commentateurs.

Comme l’écologie politique, qui sature l’espace médiatique mais fait un score ridicule dans les urnes, l’entreprise politique d’Assa Traoré était omniprésente dans les magazines, sur les plateaux télé et à la télévision, mais inexistante sur le terrain. Plus encore, les faits et les personnages, comme avant le tournage d’une scène de film, étaient maquillés pour que disparaissent les mauvais profils et que puissent défiler côte à côte les revendications les plus hétéroclites, et surtout les plus incompatibles entre elles, le tout toute honte bue.

La complaisance des élites

Ce rebondissement dans l’Affaire Traoré est une leçon adressée à tous. La défiance n’a pas seulement pour origine le populisme ou le complotisme supposé des citoyens.

Elle s’étend aussi à cause des complaisances du « parti des médias » comme de pouvoirs publics prêts à tout pour un peu de popularité, y compris frayer avec ce genre d’entrepreneurs politiques.

La politique est devenue un business visant à obtenir de l’argent public et du pouvoir en jouant sur vos émotions et vos frustrations. Injustice, racisme, sexisme, violences policières, tout est bon pour alimenter les groupes d’influence, mais attention, ceux-ci resteront sélectifs. Tout cela reste essentiellement du théâtre.

Le « bon » antiracisme ou le « bon » féminisme sur le marché politique est celui qui portera ses représentants aux portes du pouvoir, certainement pas celui dont le citoyen ordinaire, celui qui vit loin des ministères, a besoin.

C’est la concentration de pouvoir au sommet de l’État qui attire la convoitise des entrepreneurs identitaires, c’est donc par la dépolitisation et la décentralisation qu’on limitera leur influence sur la vie des Français. Le marché reste ainsi l’antidote à l’instrumentalisation partisane de l’antiracisme.

Voir les commentaires (64)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (64)
  • Et curieusement (!), l’information est difficilement relayée (hormis sur les médias russophones tels que RT ou Spk…).

  • coupez les subventions à tous les médias et la vérité surgira.

    • J’aime bien l’anglicisme suivant: autant de chance que cela arrive que de neige en enfer.

    • Aux USA la presse n’est pas subventionnée et elle n’est pas pour autant un modèle d’objectivité, je crains que le le remède ne fasse pas effet, le mal ne vient pas d’où vient l’argent mais d’où viennent les journalistes…

      • L’américain de base a, au moins, la satisfaction que son pognon ne sert pas la soupe à une caste de parasites, aka « les journalistes ».

      • Oui mais aux USA,les médias peuvent faire faillite. Et c’est là toute la différence. CNN est imbuvable, mais si CNN plonge il n’y aura pas de plan de sauvetage comme avec l'(in)humanité.

  • C’est vraiment grave de voir que médias et politiques nous poussent quasi systématiquement dans les mauvaises directions sur tous les sujets…

    • Tirez en les conclusions qui s’imposent !

    • Les médias jouent sur le pathos et la tendance car c’est ça qui paye. Derrière zéro réflexion, sauf pour quelques anciens troskystes ou maoistes qui infléchissent la tendance pour qu’on pense bien comme il faut.

  • C’est peut-être un mauvais client pour être une icône des violences policières.. mais la question reste entière. Y a-t-il eu faute des gendarmes?
    Laissons la justice faire.
    PS même les pires individus ont des droits.

    • Certes, mais en l’occurrence 3 autopsies ont été réalisées. Voulez vous insinuez que les médecins sont complices des gendarmes? Qu’ils ont falsifiés leurs conclusions pour couvrir ceux-ci? Les gens qui ont le coeur faible meurent subitement, comme ses sportifs en pleine action. Sa résistance à l’arrestation peut être le déclencheur.

      • Je n’insinue rien. C’est vous qui parlez d’un dossier en cours que, j’imagine, vous n’avez pas lu.
        Il y a une plainte de la famille, à la justice de trancher.
        Il y a d’un côté une famille, disons « spéciale », et l’autre une arrestation qui a mal tourné. Faute des gendarmes ou accident ? Je n’en sais rien.

        • Où est censé commencer la faute des gendarmes ? Le gendarme doit-il détourner le regard quand un individu ne répond pas à ses injonctions ?

          Pour rappel, personne ne conteste que ce triste individu a essayé de se soustraire à la force publique.

          La réalité est que toute loi peut, in fine, conduire à la mort de celui qui s’y soustrait. Et, si finalement, le problème c’était qu’on a tout un tas de lois idiotes et qu’on demande à nos policiers de les faire respecter mais pas trop parce que bon il ne faut pas regarder cette réalité en face. De là, qui est mis dans une situation impossible et qui est soit-disant victime de « violences policières ».

          Ces soit-disantes « violences policières » ne sont, en réalité, que le cache-nez des « violences étatiques ». Mais ça arrange bien trop de monde de ne pas les appeler ainsi … Surtout que ceux qui les « regrettent » sont les premiers (nos chères « pastèques ») à vouloir créer de nouvelles lois … Mais bon, on ne va pas leur demander de faire preuve de cohérence.

        • « Faute des gendarmes ou accident ? » Ou usage légitime de la violence pour mettre un criminel hors d’état de nuire ?

        • D’après ce que j’ai compris du dossier, il y a eu deux classements sans suite suivis d’un non lieu. Et l’affaire n’est de nouveau instruite que parce qu’il y a eu un vice de forme où les juges n’ont pas transmis ce non lieu à la famille Traoré.

          Et tout le château de carte est monté par cette même famille sur des accusations de racisme.
          Or, sur les trois flics qui procèdent à l’arrestation, deux sont noirs.

          Bref, much ado about nothing et il serait plus que temps qu’on arrête de nous prendre pour des buses.

        • Si vous insinuez puisque, je répète puisque vous ne savez pas lire, 3 autopsies ont blanchi les gendarmes. Donc il n’y a pas de faute.

    • Je remercie ceux qui m’ont mis des -1
      Je le prends comme un compliment.
      Il est plus confortable de nager avec le courant.
      Je défends l’état de droit et les forces de l’ordre sont aussi soumis à la loi.

      • Que pensez-vous, alors, de la situation dite « abus de droit » ?

        • Il y a deux niveaux de lecture de l’affaire Traoré.
          -une affaire mediatico-politique qui est sordide, chacun avançant ses pions suivant ses intérêts.
          -une affaire judiciaire en cours qui est entre les mains de la justice. J’ai lu ici qu’ il y a eu déjà deux décisions, et un recours pour erreur dans la procédure.
          Plus qu’une affaire d’abus de droit, on a une justice lente, mais tout libéral se doit de suivre son tempo, même si en France celle-ci est en coma clinique.

          • Il va falloir combien de décisions pour que vous compreniez?

          • Quelles que soient les lenteurs de la justice, on est bien plus près de l’abus de droit que de la procédure normale. Les procédures sont compliquées à l’envi justement pour permettre des annulations et des recours pour une virgule mal placée ou tout autre détail sans lien avec le souci légitime d’éviter les erreurs judiciaires. La justice doit passer et trancher. Si elle traîne encore après des années, c’est hélas la justice qu’il faut revoir, pas présumer que l’affaire le justifierait.

      • et vous insistez en plus! Vous avez de gros problèmes avec la compréhension du français!

    • Dans quel monde vivez-vous pour pointer du doigt les frces de l’ordre, il faut arrêter.
      Ah lorsqu’il y a eu des attentats terroriste ils étaient des héros et maintenant il sont tous indignes ?
      Arrêtez avec cela, le citoyen lambda qui n’a rien à se reprocher n’a rien à craindre de la police, que le gouvernement les soutienne et leur donne les moyens

    • @gillib ce n’est pas le point de l’article. L’article parle du traitement totalement orienté et différencié des événements. La manif « Traoré » n’aurait jamais dû être relayée sur les médias nationaux, et que dire de l’invitation à l’Elysée …

    • ‘ Laissons la justice faire ‘ … c’est surtout valable pour le Traoré circus…

  • Alors que tous les mouvements et associatifs féministes officiels protestent contre la nomination de Gérard Darmanin pour une affaire de viol,

    La victime d’AT n’est pas une femme mais un homme. Alors les féministes s’en cognent le coquillard.
    Il y a tout plein de trous du cul dans cette histoire, et ce ramdam cherche a en détourner l’attention.

  • On se rend ainsi compte à quel point la gauche est composé d’escrocs capables des pires infamies, y compris héroïser un violeur et un criminel.

    • L’actuel ministre de l’ajustice à été le défenseur d’un assassin d’enfants. Les victimes n’ont qu’à bien se tenir.

      • @théo oui la capacité de transformer une victime en coupable et coupable en victime est le prodige dont l’inventeur fut Badinter

      • Et alors?
        Même les pires des assassins ont droit à une défense.
        C’est une des bases de l’état de droit.
        Et je cite Badinter qui préfère laisser un coupable en liberté plutôt qu’un innocent en prison.

        • Les victimes ont droit à un minimum de respect. La nomination de cet avocat a la justice est une injure qui leur est faite.

        • C’est le propre d’une justice de gauche, c’est même un marqueur fort. Un justice de droite, c’est plus le Japon et un Ghosn en confinement.

    • A Virgile.
      Hélas, vos propos ne sont pas un scoop.
       » […] la gauche est composé d’escrocs capables des pires infamies, y compris héroïser un violeur et un criminel. » … et aduler une malfrat (assa traoré, la soeur) qui organise et dirige des manifs pendant son congé maladie qui dure depuis… un an ! Le summum étant l’invitation (?!) de la belloubet qui devait connaître le jugement rendu le 12 mars. Que de pourriture !
      Mais  » justice pour adama » si ardemment réclamée est faite. Elle dévoile, en plus des autres méfaits, le viol ! Cela clou le bec à tous… les arroseurs sont arrosés !

  • Pour George Floyd, la leçon à retenir est la même, M. Mas : cet homme était un délinquant, multirécidiviste, qui par exemple a appuyé son pistolet sur le ventre d’une femme enceinte lors d’un braquage ; qui a logiquement fait des années de prison pour ses « exploits » ; qui et même si cela relève du privé, a abandonné femme et enfants par deux fois, refusant même de payer la pension alimentaire ; bref, tout sauf l’ « ange » (c’est le terme repris par un grand média suite à sa mort) qu’on a voulu nous faire croire qu’il était.
    Et ce George Floyd était fortement drogué au moment où il est décédé, l’autopsie officielle est sans ambiguïté sur ce point, tout comme elle écarte la strangulation comme cause de son décès.
    Les images de Floyd au moment de son arrestation, le fait qu’il ne tient pas debout, montrent qu’il est fait déjà un malaise sérieux, très probablement sous l’effet de la drogue.
    Parler de meurtre dans le cas de G. Floyd est donc pour le moins très hasardeux. Le prendre comme emblème des « violences policières » également.

    PS : pour le cas Traoré, nul besoin d’apprendre qu’il a violé un de ses compagnons de cellule pour savoir que cet individu étai,t lui aussi, un délinquant avéré et tout sauf une victime innocente. Les exemples pris par une certaine presse et certains lobbies pour défendre leur cause (la « lutte contre les violences policières ») finissent par devenir transparents…

    • Ce sont surtout les journalistes, qui de nos jours sont des pourris, les responsables dans cette affaire qu’ils ont instrumentalisé! Et permis à Assa de se faire du fric sur le dos des crétins!

      • Dans l’affaire Floyd, les journalistes ont été ravis de reprendre un problème récurrent aux US pour faire de l’anti-trumpisme.

        Comme chez nous on copie toujours, les journalistes ont récupéré ce qu’ils pouvaient pour faire de l’anti-anti-macronisme.

        Faut-dire qu’avec le chômage qui s’annonce, la concurrence est rude pour eux aussi.

    • Le fait que le compagnon de cellule d’AT était un « délinquant avéré » n’autorisait pas de le violer.

    • @Jacques oui on retrouve même cette fascination en littérature , ce « bon » vieux Rousseau, célèbre pour son Emile a ainsi abandonné tous ses enfants (5). Ca fait une belle icône pour nos gauchistes . Ne parlons pas de Wilde , archétype du bobo narcissique , qui a lui aussi abandonné femme et enfants, laquelle était la soeur de son amant…. on a les icônes qu’on peut

  • Et puis si j’ai bien compris, il viole, on indemnise…

  • J’espère qu le violé va reverser une partie de son indemnité (payée par nous) à la famille Traoré, car finalement c’est grace à lui qu’il touche de l’argent. Plus sérieusement, ne pourrait-on pas faire une saisie arrêt sur la cagnotte Traoré pour se rembourser ?

  • Je vous trouve optimiste, les mêmes médias qui ont monté le tissu de mensonge Traoré vont faire semblant de n’avoir pas vu cette enquête…
    Quant on vit dans un monde imaginaire, on peut tout faire.

  • Et je vais mettre les pieds dans le plat, mais est ce qu’on connait la couleur de la victime ? Parce qu’au point où on en est…

  • A certains moments les commentaires sont stratosphériques. Les interprétations populistes et racistes à souhait. Prendre la couleur de peau comme point d’appuis et La condition sociale comme motif…. franchement là on atteint des sommets…
    je partage l’avis de Gillib. On est dans un état de droit et la justice fait encore son travail. Le reste n’est qu’un vaste show et vous tombez tous dans le panneau. Relisez les nouveaux chiens de garde… c’est un livre éloquent sur la collusion entre la politique et les journalistes, les uns se nourrissent des autres. Arrêtez de mettre en avant le modèle de la presse américaine subventionnée par tous les lobbyistes de gauche ou de droite et ouvrez les yeux. Comment regarder droit dans les yeux un mec à terre entrain de mourrir et dire qu’il est mort d’une overdose.
    Je suis encore de l’avis de Gillib, ce n’est que la justice indépendante qui pourra définitivement disculper ou pas les gendarmes…. enfin le pompon…. une grosse dédicace au commentaire qui met en avant que les gendarmes étaient noirs…. celui là il est top.

    • @glouffon encore une fois ce n’est pas le sujet de l’article. L’article critique le traitement de l’info et du pouvoir totalement inégal. Que je sache la famille du chauffeur de bus n’a pas été invitée à l’Elysée..

      • Je ne discute pas de l’article qui est fondé. Je discute des commentaires y afférent

        • ok..c’est recevable , mais quoi attendre quand le narratif est essentiellement racial ??
          n’est pas le but d’ailleurs? pousser les gens à utiliser un raisonnement avec la notion de race pour finir par conclure, regardez le racisme est partout..

  • L’hyper-concentration n’est pas seulement au sommet de l’Etat. Elle est aussi au sommet des médias, tenus par une poignée d’individus proches du pouvoir. Or le système ne tient que grâce à ce ministère de la propagande, qui dicte à l’opinion ce qu’il faut penser ou pas, quels sont les « fréquentables » et les autres, quels sujets méritent de passer à la télé et ceux qui doivent rester dans l’ombre.
    Là aussi, un énorme coup de balai est devenu indispensable.

  • Toujours pareil: pour être élu, il faut certaines « qualités » (entre autres la démagogie) et pour diriger, il faut d’autres qualités, entre autres le réalisme et le pragmatisme. Etre bien élu et bien gouverner deviennent de plus en plus incompatibles tant que l’électeur prendra la démagogie pour argent comptant

  • la presse est dans le pur narratif idélogique..

    c’est tout..

    elle ne fait donc pas de fake news elle ne nous trompe pas elle nous éduque..

    une « information » qui va dans le sens du narratif n’a pas besoin d’être vérifiée..sa réfutation même est un signe de mauvaise pensée idéologique..

    la presse est tombée et la science est doucement en train de tomber même les sciences dures…

    https://nationalpost.com/opinion/jordan-peterson-the-activists-are-now-stalking-the-hard-scientists/wcm/e6e84649-4a24-4ab7-8462-47580d115e25/

  • Quoiqu’on dise, quoiqu’on fasse, quand on a un comportement normal et que l’on obtempère poliment aux injonctions des forces de l’ordre nous n’avons rien à craindre d’elles. Contrairement à ce que certains voudraient laisser croire nous n’avons pas à faire à des « sauvages ». Ils ont mission de maintenir l’ordre et d’assurer notre sécurité et tous désordres où comportements anormaux au sens de la loi doivent être pris en charge par elles et toutes résistances brutales ou insultes à leur égard doivent être réprimées pour notre plus grand salut. Faute de quoi nous entrons dans un monde de non-droit et de violences avec toutes les conséquences qui en découlent. Est-ce chemin que nous choisissons? Non. Alors soutenons l’action de nos forces de l’ordre.

  • Êtes vous certain que nous allons être débarrassés de cette famille?
    Il a violé ce pauvre garçon, et alors, ce fut une pulsion inné dont il ne peut être tenu responsable développée par son incarcération et l’attitude « colonialiste » des gardiens pénitentiaires!
    La presse complice trouvera bien un moyen de remettre en selle sa sœur si médiatique!

    • Pardon pour les fautes d’orthographe!

    • Mais oui mon pauvre monsieur. C’est la prison qui est inhumaine. Rendez vous compte un jeune plein de vie habitué à vivre dehors avec ses copains au bas des immeubles. Brutalement vous le mettez dans un lieu clos avec des règles à respecter sans préparation, ni cellule psychologique, ni accès à des produits « relaxants ». Que voulez vous qu’il arriva.
      C’est le système pénitencier qui est en cause. La Famille Traoré va demander réparation .

  • En réalité le « mouvement de soutien » à la famille Traoré n’est qu’une pure construction médiatique ourdie par des activistes maniant parfaitement bien les médias hors sol.
    Exploitation du communautarisme et complicité des médias tout autant formés au gauchisme soft qu’apeurés par la montée de la révolte des cités.
    Les seuls qui n’ont pas la parole sont les Français qui, si on le interrogeait, rejèteraient comme un seul homme cette complaisance à l’égard de ces délinquants mafieux agissant en famille.

    • en outre, les gens qui instrumentalisent cela risquent de se faire bouffer..et dépasser pas les conséquences d’acceptation d’un discours non conforme aux faits..

  • Et nos chers décodeurs du Monde ?
    Le voyant s’allume à l’ouverture de l’article….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

 

« Le privé est politique » expliquait récemment la candidate malheureuse à la primaire des écologistes Sandrine Rousseau au micro du web-magazine féminin-féministe Madmoizelle, « privé » signifiant ici vie privée, vie personnelle. En vertu de quoi elle voudrait voir reconnaître un délit de non-partage des tâches domestiques au sein des couples, écoféminisme de combat oblige.

La nouvelle idée de Sandrine Rousseau

On pourrait évidemment se dire que la propension de Sandrine Rousseau à proférer des âneries pour se faire rema... Poursuivre la lecture

L’isolement maladif peut conduire à toutes les déraisons en matière politique. À force de vouloir enchérir sur les propositions de leurs concurrents, — enfermés qu’ils sont par leurs œillères—, les candidats à la présidentielle s’arment de mesures de plus en plus isolées, comme le combat contre l’endométriose (Emmanuel Macron et Valérie Pécresse) ou des amendes pour les parents des filles de moins de quinze ans voilées (encore Valérie Pécresse).

En Afghanistan, cet isolement vire tout bonnement à la régression totalitaire, coupée de la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles