En marche vers l’étatisation de l’immobilier parisien

Les interventions de la mairie de Paris nuisent à l’efficience du marché. Surtout elles représentent un coût considérable pour le contribuable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anne Hidalgo by Human Rights for All (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En marche vers l’étatisation de l’immobilier parisien

Publié le 7 juillet 2020
- A +

Par Sébastien Chapotard.
Un article de l’Iref-Europe

Après une campagne tendue, Anne Hidalgo a été réélue maire de Paris pour six années supplémentaires.

C’est pourtant lestée d’un bilan très critiqué qu’elle s’est présentée face aux Parisiens : sujet majeur de propreté, difficultés de circulation, travaux incessants, endettement colossal ainsi que plusieurs scandales comme ceux d’Autolib’ et du Vélib’.

Elle a en revanche pu compter d’une part sur le soutien d’associations très fortement subventionnées avec très peu de contrôle. Et d’autre part sur une augmentation des logements sociaux (+ 41 000), notamment dans les arrondissements clés, dont les occupants votent beaucoup plus majoritairement à gauche et pour l’équipe municipale qui leur a procuré le logement. Le bilan est néanmoins catastrophique en matière d’immobilier parisien et les perspectives ouvertes par les propositions d’Anne Hidalgo laissent présager le pire.

Le logement, une dépense conséquente depuis 6 ans pour des résultats inexistants

Lors du vote du budget 2019, la mairie de Paris affichait fièrement le logement comme « priorité des priorités » et rappelait son très fort engagement financier sur le sujet : 400 millions d’euros dépensés par an en moyenne, soit 2,4 milliards d’euros pendant sa mandature.

Au début, le prix moyen au m² dans la capitale s’élevait à 8400 euros contre 10 580 euros en juillet 2020. Soit une augmentation de 26 % en un peu plus de six années. À ce niveau de prix, il est aujourd’hui clair que les classes moyennes ne peuvent plus devenir propriétaires à Paris.


Le problème persiste au niveau de la location pour ces mêmes classes moyennes. La réponse apportée par l’État est alors d’élargir la base de ceux qui peuvent bénéficier d’un logement social. Pour un couple avec un enfant le plafond de ressources annuel est ainsi de 47 000 euros… bien au-delà du revenu moyen pour cette catégorie de la population. Ian Brossat, adjoint communiste au logement à la mairie de Paris, devrait être satisfait.


Paris se rapproche d’un système communiste pour le logement : une large partie de la population est désormais éligible à un logement public bien plus avantageux que dans le privé, les délais pour obtenir un logement social (7 ans) feraient pâlir un fonctionnaire de l’URSS et des logements restent à la disposition des apparatchiks du système.

Les résultats sont si bons qu’il a été reconduit dans sa délégation. La maire de Paris veut même s’en prendre au marché privé, déclarant dans Le Figaro qu’elle « souhaite intervenir sur le marché libre ».

Les mesures existantes ou envisagées pour les prochaines années ne feront qu’aggraver le problème

Comme l’expliquait Jean-Philippe Delsol en 2017, la prolifération des logements sociaux participe à l’augmentation des prix de l’immobilier. Le principe est simple : les prix montent à Paris car l’offre est restreinte alors que la demande est importante.

Préempter des logements privés pour les transformer en logements sociaux diminue l’offre disponible et favorise la hausse des prix. Ce principe élémentaire n’est pas intégré par la maire de Paris qui prévoit comme priorité de respecter la loi SRU, et donc d’atteindre le seuil de 25 % de logements sociaux d’ici 2025. Principale méthode pour y arriver ? La préemption d’immeubles anciens !

Bien que n’ayant obtenu aucun résultat concret, la mairie de Paris s’entête et propose de nouvelles idées qui, si elles ont au moins le mérite de l’originalité, ne feront qu’aggraver le problème. Première idée, créer une société immobilière « Paris logement abordable ».

L’objectif est de réserver des logements aux classes moyennes, loués 20 % en dessous du prix du marché. Ces appartements proviendraient en partie de logements Airbnb rachetés par la mairie. D’où une diminution du parc privé locatif, ce qui entraînerait une hausse des prix tout en étatisant d’avantage encore le marché du logement dans la capitale.

Seconde idée sortie peu avant la fin du mandat : créer une foncière de la ville de Paris qui permettrait de proposer 5000 logements à moins de 5000 euros du m2 « grâce à la dissociation du foncier et du bâti ». Ainsi, l’acheteur deviendrait propriétaire des murs, mais locataire du terrain.

Cette proposition est en premier lieu une attaque contre le droit à la propriété : l’acheteur n’est in fine pas entièrement propriétaire de son bien. La foncière aurait vocation à construire des immeubles, notamment financés en fonds propres par le contribuable. Il serait pourtant beaucoup plus efficace d’avoir recours à des promoteurs privés qui créeraient des biens adaptés à la demande.


Les interventions de la mairie de Paris nuisent à l’efficience du marché. Surtout elles représentent un coût considérable pour le contribuable. S’entêter dans cette politique ne pourra que nuire aux Parisiens pour les prochaines années.

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • La mairie de Paris ne devrait plus exister, chaque maire en commençant par le plus célèbre, Chirac ont versé dans la magouille

  • Ce qui est dit sur les associations et le logement social est exact. Quand les socialistes sont au pouvoir, ils se débrouillent pour y rester.

  • Nul doute que l’objectif est 100% de logement géré par la ville. On est communiste ou on ne l’est pas.

  • Parisiens, mes frères, fuyez cette ville, vendez vos appartements et laissez les électeurs d’Hidalgo se noyer!

  • Au fait, je n’ai pas entendu parler des JO de Paris en 2024.
    ce n’est pas une mince affaire pour les infrastructures ainsi que pour l’organisation en général. La COP21, c’était peanuts.
    Pourquoi ne pas abandonner car ça pourrait heurter la sensibilité de certains élus écolos non? et le porte monnaie de l’ensemble des français. Pour mémoire, la Grèce ne s’est jamais relevée des JO de 2004.

  • Je me demande si ce n’est pas la seule politique possible à Paris pour pouvoir loger ses femmes de ménages… Depuis la disparition des chambres de bonnes, le bourgeois a de gros gros problèmes d’intendance.

  • Une chose que j’ai dû mal à mon comprendre, pour l’idée, saugrenue certes, de foncière de Paris.
    Cette foncière posséderait donc le foncier et l’individu lambda voulant acheter son bien, n’achètera que les murs mais devra-t-il payer un loyer pour le terrain ? Comment cette foncière se financera-t-elle ?

    Bref, je sens une usine à gaz avec plein de soucis administratifs pour les personnes se lançant dans ce type d’achat !

    • C’est le syteme anglais, tu ne possèdes rien tu loues.. Au lieu que cela soi la noblesse cela sera le tiers état.. Enfin la république.

  • Le logement « social » parisien n’est que de l’implant électoral : Hidalgo loge ses bobos à faible loyer aux frais de tous… comme d’hab !

  • On critique Hidalgo, mais que fait-on pour la déboulonner ? On lui laisse les mains libres. Ce que je vois, ce sont des commentaires. Et pendant ce temps, le PS et les écolos continent leur travail de sape.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Aussi incroyable cela puisse paraître, Anne Hidalgo et Elon Musk ont un lien. Ténu, mais indiscutable.

Afin de contextualiser, rappelons pour les étourdis qui ne l'auraient pas noté que, suite aux dernières élections, Hidalgo s'est pris une taule absolument mémorable. Ces péripéties passées, elle va à présent pouvoir se consacrer entièrement à la mairie de Paris et aux douze ou treize électeurs qui l'ont placée là en attendant le désastre.

Oui, désastre : le mot n'est pas trop fort puisqu'on sait déjà qu'il y en aura plus d'un p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles