Taxe « Jean Valjean » : l’économie et Victor Hugo expliqués à Vincent Lindon

Vincent Lindon a pris la parole pour demander plus d’impôts sur les riches, appelant à créer une taxe mal nommée Jean Valjean. Décryptage.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vincent_Lindon_Cannes_2017by Georges Biard wikimedia commons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxe « Jean Valjean » : l’économie et Victor Hugo expliqués à Vincent Lindon

Publié le 7 juin 2020
- A +

Par Francis Richard.

Tout commence par une tribune de Vincent Lindon publiée sur Mediapart le 6 mai 2020.

L’acteur précise d’emblée :

Spécialiste en rien, intéressé par tout, il m’a paru pourtant utile de contribuer en faisant entendre une voix simplement citoyenne.

Cet aveu d’incompétence ne peut qu’inciter à l’indulgence pour les propos liberticides qu’il tient par la suite.

Pourquoi la seule solution du confinement ?

Il se pose la question suivante dans cette tribune :

Comment ce pays si riche, la France, sixième économie du monde, a-t-il pu désosser ses hôpitaux jusqu’à devoir, pour éviter l’engorgement des services de réanimation, se résigner à se voir acculer à cette seule solution, utile certes, mais moyenâgeuse, le confinement ?

C’est une bonne question, encore qu’il faille nuancer pour ce qui concerne l’expression sixième économie du monde.

En effet, si l’on accepte le classement établi en 2018, par le Fonds monétaire international, la France se situe au dixième rang mondial pour son PIB et au vingt-troisième pour son PIB par habitant. Le fait est que la France n’a cessé de régresser économiquement parlant après des décennies d’État-providence.

Avant de donner la réponse à sa question, Vincent Lindon la commente en ces termes :

Nous qui, au début des années 2000 encore, pouvions nous enorgueillir d’avoir le meilleur système de santé du monde.

Il ne se demande pas pourquoi, dans ce cas-là, aucun pays au monde n’a cherché à imiter ce mirifique modèle. La réponse est dans la question.

Vincent Lindon, avec sa voix simplement citoyenne, connaît cependant la réponse à la question de savoir comment ce pays si riche a pu en arriver là :

La folle idée [s’est imposée] que la santé devait être rentable, puisque tout désormais devait être marchandise, jusqu’à la vie des Hommes.

Une réponse catéchétique

C’est une réponse catéchétique. Car, en réalité, la réponse est tout autre. Peut-être ne l’a-t-il pas même soupçonnée parce que les avis autorisés qu’il a consultés ne la lui ont pas soufflée.

Au lieu d’affirmer que la France est la sixième économie du monde, ce qui est inexact, il aurait dû noter qu’en France la part des dépenses publiques en matière de dépenses de santé est la plus élevée au monde.

Et la réponse lui serait venue tout de suite pour expliquer qu’il ait fallu confiner comme au Moyen-Âge, faute de masques, de tests et d’appareils respiratoires : la France en est arrivée là parce que son système de santé, en grande partie étatique est mal géré et que l’État décide de tout en matière de santé, veut tout contrôler, joue même volontiers au médecin en prescrivant, à la place des praticiens, les bons traitements aux patients, et en proscrivant ceux qu’il considère comme mauvais.

Cette mauvaise gestion de la crise sanitaire n’est donc pas due comme il le croit à un ultralibéralisme fantasmé (la France occupe la première place pour les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires en pourcentages du PIB) mais à un socialisme réel qui a pris le masque de l’État-providence.

Cette impéritie et cette imprévoyance de l’État français, qui lui sont consubstantielles, aura et a déjà pour conséquence une crise économique bien plus sévère que n’aura été la crise sanitaire.

Que faire ?

Là encore cette voix simplement citoyenne a la réponse :

L’État ne pouvant pas tout [sic], il me paraît impératif d’innover. Comment ? En demandant aux plus grosses fortunes une solidarité envers les plus démunis. Cette idée juste et légitime, pourrait prendre la forme d’une contribution exceptionnelle, baptisée « Jean Valjean », conçue comme une forme d’assistance à personnes en danger, financée par les patrimoines français de plus de 10 millions d’euros, sans acrobaties [sic], à travers une taxe progressive de 1 % à 5 %, avec une franchise pour les 10 premiers millions d’euros.

Vincent Lindon oublie de dire que l’État n’est rien sans les 360 taxes qu’Agnès Verdier-Molinié avait listées en 2015, et sans les taxes supplémentaires qu’il a inventées depuis.

À une époque, quand on voulait enterrer un problème, on créait une commission, un Comité Théodule comme disait le général de Gaulle. Aujourd’hui pour pérenniser l’État, le faire croître et embellir, on crée une taxe.

Rien de nouveau

Aussi, quand Vincent Lindon dit que l’État ne peut pas tout, veut-il certainement dire que sans une énième taxe, il n’aurait toujours pas assez de prélèvements à opérer pour exercer davantage son pouvoir de nuisance.

De fait, cet impôt ne serait pas nouveau. Ce ne serait qu’une nouvelle mouture de l’Impôt de solidarité sur la fortune, cette vieille taxe qui n’a été qu’abrogée partiellement et qui n’incitait pas, voire dissuadait, de créer des richesses en France :

Ce sont dans les vieilles taxes qu’on fait le meilleur rendement fiscal, grâce à la progressivité chère à Karl Marx.

Une taxe « Jean Valjean »

Peut-être que Vincent Lindon est plus apte à apprendre un texte qu’à le comprendre, parce que Jean Valjean n’est pas du tout le personnage qu’il croit.

Le voleur Jean Valjean a commencé à se rédimer après qu’il a rencontré Mgr Bienvenu, l’évêque de Digne. Repenti, comme la pécheresse de l’Évangile, il est devenu monsieur Madeleine, un industriel bâtissant honnêtement une vraie fortune.

Si, quand Jean Valjean sort de chez lui les poches pleines, il rentre les poches vides, c’est qu’il a donné aux pauvres, non pas sous la contrainte d’une taxe, mais délibérément. C’est pourquoi une telle taxe serait un oxymore pour Victor Hugo, attaché à la liberté, qui implique la propriété.

On sait que ce qui est exceptionnel en France devient souvent habituel. Il en a été ainsi pour la vignette automobile pendant plus de cinquante ans. Mais Vincent Lindon, cette voix simplement citoyenne, est généreux avec l’argent des autres :

À période exceptionnelle, contribution exceptionnelle. Même si j’applaudirais évidemment tout amendement visant à pérenniser cet effort de réduction des inégalités. Après tout, une fois peut devenir coutume.

Faire payer les riches

Combien rapporterait cette taxe, qui n’est qu’une façon comme une autre de faire payer les riches, autrement dit de satisfaire l’envie qui sommeille insidieusement chez bien des êtres humains ?

D’après les économistes [sic] que j’ai pris soin de consulter, cette contribution devrait représenter environ 36 à 37 milliards d’euros, qui seront distribués aux quelque 21,4 millions de foyers trop pauvres pour être assujettis à l’impôt sur le revenu.

Les économistes, qu’il a pris soin de consulter, confondant fortunes et liquidités, ne se soucient évidemment pas des conséquences qu’un tel prélèvement confiscatoire aurait sur l’économie. Peu leur chaut.

Pour s’en faire une idée, il suffit de rappeler que l’Impôt de solidarité sur la fortune a confisqué 4,3 milliards d’euros en 2017 et l’Impôt sur la fortune immobilière un milliard d’euros en 2018.

L’extension du domaine de l’enfer fiscal

Vincent Lindon ne cache pas que tous les moyens sont bons, même légaux, pour obtenir l’effort qu’il demande aux plus riches :

Même si je ne doute pas un instant que les plus riches de nos concitoyens se réjouiront de l’occasion offerte de montrer leur patriotisme et leur générosité, il me paraît prudent que les législateurs mettent en place des sanctions suffisamment dissuasives pour décourager les improbables mauvaises volontés. Je pense ici, surtout, à nos compatriotes domiciliés fiscalement à l’étranger, évidemment conviés à manifester leur solidarité.

En quelque sorte, Vincent Lindon veut l’extension du domaine de l’enfer fiscal…

La voix des députés collectivistes purs et durs

Jusqu’au 25 mai 2020, sa tribune n’a qu’un écho médiatique. Mais, ce jour-là, vingt-cinq députés communistes, insoumis, socialistes et apparentés, Libertés et Territoires, reprennent à leur compte cette innovation de la voix simplement citoyenne et enregistrent une proposition de résolution à l’Assemblée nationale.

Cette proposition de résolution reprend les termes mêmes de la tribune, et est donc cosignée par  Sébastien Jumel, Clémentine Autain, Alain Bruneel, Pierre Dharréville, Jeanine Dubié, Jean-Paul Dufrègne, Frédérique Dumas, Caroline Fiat, Christian Hutin, Régis Juanico, Manuéla Kéclard-Mondésir, Bastien Lachaud, Jean-Paul Lecoq, Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Nilor, Danièle Obono, Stéphane Peu, Dominique Potier, Loïc Prud’homme, Muriel Ressiguier, Jean-Hugues Ratenon, Fabien Roussel, Sabine Rubin, François Ruffin, Hubert Wulfranc.

Dans cette proposition, il est dit notamment :

Les nouveaux jours heureux doivent débuter par une réduction drastique des inégalités. La France ne doit pas voir réapparaître « Les Misérables ».

Si, par extraordinaire, une telle proposition était adoptée, les inégalités seraient peut-être réduites, mais la misère certainement pas, bien au contraire : « Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent », dit un proverbe chinois.

Sur le web

Voir les commentaires (69)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (69)
  • Je ne sais plus qui disait qu’un grand acteur se devait d’être vide afin de pouvoir laisser la place aux personnages qu’il incarne. De ce point de vue, Vincent Lindon est un immense acteur.

    • bien tourné mais malheureusement il est plein d’idée à la con, certainement pas vide..

      • Et dangereuse au cas où quelqu’un en mal de reconnaissance mettrait cette idée en avant , très en avant relayée par ceux pour qui la vie n’est toujours facile. Je ne suis pas riche, mais je ne veux pas qu’ils prennent leur argent, les riches et aillent voir sous des cieux plus cléments … en emportant leurs avoirs. Et ????????

    • Lindon est un grand acteur. La preuve ? On peut parler de « Lindonxploitation », comme il y eu une Gabinxploitation, tant il a fait de films sur le même scénario : Un méchant qui devient gentil.

      En fait, on a 10 minutes de comédie – tragédie filmée avec Lindon acteur (rôle de méchant trés trés stéréotypé) puis show de reality TV avec Lindon people. Cela limite le texte à apprendre…

    • c’est effectivement une vaste baudruche

  • premiere remarque…une voix citoyenne

    c’est comme le peuple de melenchon..

    dans tous leurs propos plein d’amour pour l’humanité , il ya toujours un présupposé.. il ya les citoyens et les autres, il y a le peuple et l’ennemi du peuple..

    la volonté d’éliminer ou de dépouiller , des » salauds » pour qu’en fin lepeuple des citoyens puisse acceder au bonheur est là..

    on a même une science citoyenne..

    • bien sur , il y a aussi un humanisme de pacotille qui s’arrête aux frontières du pays…gageons que selon les circonstances il pourra changer sa definition du plus démuni..

      la solidarité forcée est elle de la solidarité?
      est ce que si je prend l’argent à toto pour le donner à lulu me rend « généreux » ou simplement yrannique?

  • Gageons que la générosité de Vincent Lindon n’incluera pas son propre porte-monnaie. Après tout, il n’est qu’un simple citoyen, n’est-ce pas?

  • « Peut-être que Vincent Lindon est plus apte à apprendre un texte qu’à le comprendre, parce que Jean Valjean n’est pas du tout le personnage qu’il croit. »
    exactement! de plus
    Vincent Lindon est le fils de Laurent Lindon, dirigeant de la firme Audioline, et le petit-fils de Raymond Lindon, magistrat et maire d’Étretat entre 1929 et 1959 ainsi que le neveu de Jérôme Lindon, patron des éditions de Minuit. Il est par ailleurs l’arrière-petit-fils de Fernande Citroën, sœur aînée d’André Citroën et épouse d’Alfred Lindon (né Abner Lindenbaum) un joaillier et collectionneur d’art moderne originaire de Cracovie. Sa mère, Alix Dufaure, journaliste de mode à Marie Claire,, descend de Jules Dufaure et du maréchal Exelmans.

    On comprend là a quoi il doit sa carrière

    • en fait non.. ce n’est pas suffisant …d’où il vient fait rire..mais fondamentalement le problème est qu’il dit des conneries…

      d’une certaine façon doit sa carrière à l’etat.. car la culture est « aidée par l’etat..il pourrait avoir la décence comme tout journaliste du secteur public de ne pas parler du rôle de l’etat dans un domaine car il a des conflits d’intérêts…
      on peut meme ajouter que artistes d’état + journalisme d’état ça fait un bel effet cocktail..

      • non , pourquoi il écrit des conneries serait plus adapté

        • car ça ne prouve pas à qui ou quoi il doit sa carrière…le cinéma français fait malgré tout des films destinés à être vus.. ça aide à mettre un pied sans doute onpeut le SUPPOSER mais pas à percer..

  • Quelques précisions que j’avais envoyé à Médiapart mais qui n’ont pas été reprises, cela va de soit, l’information c’est ainsi.
    1) Notre pays n’est pas néo-libéral, mais étatique avec des dépenses publiques à hauteur de 57 % de la création de richesse, 46 % de prélèvements obligatoires (1.070. Mrds), les dépenses de santé représentent 11,3 % du PIB soit 260 Mrds avec 1,168 million d’agents travaillant dans la fonction publique hospitalière dont administratifs 32%, et sa cohorte de 5,7 millions de fonctionnaires qui établissent règlements, normes, cerfas et gèrent notamment les stocks de matériels médicaux. Nous serions déjà communistes.
    DREES- Personnel hospitalier public total 812.157 dont 260.295 administratifs soit 32 %, contre 22 % en Allemagne !
    https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/panoramas-de-la-drees/article/les-etablissements-de-sante-edition-2019#Fiches-thematiques
    2) « la folle idée que la santé devait être rentable, puisque tout désormais devait être marchandise, jusqu’à la vie des hommes. » dit-il
    C’est une affirmation non démontrée. Il aurait été judicieux que M. Lindon se renseigne en deux clics sur internet pour constater qu’il a tord.
    « La France a, quant à elle, enregistré le deuxième niveau le plus élevé de dépenses courantes de santé (260 milliards d’euros).
    Cette année-là, en comparaison du PIB, la France est le pays qui a le plus dépensé dans sa santé (11,3%). Viennent ensuite l’Allemagne (11,25%), la Suède (11%), l’Autriche (10,4%) la Belgique (10,3%), le Danemark et les Pays-Bas (10,1%). »
    Données : Eurostat février 2020 (données de l’année 2017) https://www.touteleurope.eu/actualite/les-depenses-de-sante-en-europe.html
    3) »l’ensemble du secteur public qui subit depuis des décennies les coups de boutoir des présidents qui se succèdent avec toujours la même obsession : réduire la place de l’État dans l’économie » poursuit-il, alors que s’il avait fait des clics sur internet il aurait découvert un monde qui ne lui est pas familier celui de l’INSEE monopole étatique de la statistique publique, il y aurait lu que, je cite : « En 2007 les dépenses publiques étaient de 991 Mrds € et de 1.349 Mrds € en 2019 »
    : Sources : INSEE, Eurostat, Presse pour 2020 – Mise à jour : 28 avril 2020.
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381414#tableau-figure1
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/4131414?sommaire=4131436 tableau T_3201
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381414
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/4277808?sommaire=4318291
    4) « Tandis que les budgets des ministères régaliens sont comprimés et les salaires de leurs fonctionnaires bloqués, la grande braderie est ouverte…la fête continue. Deux entreprises publiques, la Française des jeux (FDJ) et Aéroports de Paris (AdP), sont très rentables ? Vendez-les ! »
    Selon le rapport du Sénat http://www.senat.fr/rap/a18-148-8/a18-148-81.html l’on apprend que les participations de l’état représentent 110 Mrds et les dividendes versés en 2018 :2,5 Mrds, ce n’est pas avec cela qu’on appauvrie la France qui perçoit 1.070 Mrds € en prélèvements obligatoires et dépense 1.349 Mrds M Lindon, respectivement les dividendes représentent donc 0,23 % des prélèvements obligatoires et 0,19 % des dépenses de l’Etat.
    5) « Dans les hôpitaux, la situation est dramatique. On manque de tout, de masques, de gel, de tests, de respirateurs, de lits et de personnels en réanimation. » La faute à qui ? La France dépense 260 Mrds pour la santé ! L’argent rémunère trop d’administratifs et non les moyens sanitaires et les rémunérations des soignants. Comme tout un chacun a pu le constater il s’agit de l’incompétence généralisée de l’administration hospitalière et des hommes-de-l’état.
    L’Allemagne dépense 11% de son PIB pour la santé, la France 11,3 % on devine assez bien que l’argent ne va pas là où il devrait. Le site de la fonction publique https://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/chiffres_cles/pdf/Depliant_CC2018.pdf détaille, je cite : « 1,168 million d’agents travaillent dans la fonction publique hospitalière (FPH), soit 21,3 % de l’emploi public : 88,0 % dans les hôpitaux, 8,5 % dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées et 3,5 % dans les autres établissements médico-sociaux. »
    6) « Déjà insupportables, les inégalités ont explosé avec la pandémie. Confinés dans des logements exigus ou contraints d’affronter les périls, les plus fragiles vivent des jours terriblement difficiles. » Combien de plus fragiles accueille t-il sous son toit avec ses cachets d’acteurs, quelle a été sa solidarité personnelle dans cette crise sanitaire ?
    7) « L’État ne pouvant pas tout, il me paraît impératif d’innover. Comment ? En demandant aux plus grosses fortunes une solidarité envers les plus démunis. Cette idée, juste et légitime, pourrait prendre la forme d’une contribution exceptionnelle, baptisée « Jean Valjean », Celui qui taxe est l’Etat justement, ne serait-il pas au courant ?
    L’INSEE explicite que les 1 % les plus riches dispose d’un patrimoine moyen supérieur à 803.300 €, où va-t-on trouver ces détenteurs de patrimoines supérieurs à 10 millions ?
    Et bien chez les chefs d’entreprises, comme cela, ils vendront 5 % de leur entreprise tous les ans pour payer cet impôt people contribution « Jean Valjean ».et paieront en outre l’impôt (12,8 %) de plus value si elle existe, les prélèvements sociaux de 17,2 % et les tracasseries avec l’administration fiscale sur la valorisation contestable.
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/3549498?sommaire=3549502
    8) « D’après les économistes que j’ai pris soin de consulter, cette contribution devrait représenter environ 36 à 37 milliards d’euros, qui seront distribués aux quelque 21,4 millions de foyers trop pauvres pour être assujettis à l’impôt sur le revenu…leur distribuant sans délai et sans prélèvement, la somme de 2 000 €… »
    Sauf que 2.000 € fois 21,4 millions de foyers cela représente 42,8 Mrds, pas très fort les économistes consultés non-cités !
    L’Etat ponctionne déjà 46 % de la création de richesse nationale en prélèvements de toutes sortes soit 1.070 milliards et emprunte de surcroît plus de 200 milliards par an.
    9) « ils seraient évidemment les bienvenus après avoir refusé de financer notre système de santé national et plus généralement notre service public. En un mot, leur pays. »
    Le délire a envahi l’acteur, où a-t-il observé qu’il y avait des français/étrangers qui se faisaient soigner dans des hôpitaux français ? Combien ? Où ? Des chiffres et des sources.
    Ces français justement n’auraient-ils pas contribué à un moment quelconque aux taxes sociales et autres contributions à des sommets qui représentent pour la plupart des fortunes, et démériteraient-ils plus que des migrants ou autres, sans sectarisme dans mon propos ?
    Je suis gêné pour cet acteur qui n’a pas su rester à sa place, mais il n’est pas seul, ils seraient 200 qui réclament plus de frugalité pour les autres depuis leur villa vue mer de plusieurs centaines/milliers de mètres carrés où l’on s’y rend en jet.

    • C’est encore un coup de cet abruti communiste de Plenel qui ne sait que mentir, car en tant que journaliste il sait bien quels sont les données de la santé en France (du moins on l’espère).

    • Vos 11.3 % se transforment en 26% du PIB marchand.
      Juste pour souligner l’importance de la ponction : l’oie est assommée, c’est pour cela qu’elle ne crie plus.

    • L’hôpital français est géré à la soviétique c’est l’origine de tout ses maux

  • La taxe Arsène lupin, le plus grand des voleurs. À chacun sa culture.

  • c’est l’acteur le mieux payé en France ; sa fortune connu serait de 96 millions d’euros ; nous allons donc lui demander de bien vouloir se délester de 10% de cette somme , qu’il donnera de bon cœur , j’en suis sure , à une association qui s’occupe de la pauvreté ;monsieur lindon , à vot bon cœur !

  • En Wallonie, le PTB ( parti des travailleurs de Belgique, marxiste tendance Staline ) qui représente un peu moins de 20 % des intentions de vote, propose une « taxe one-shot » de 5 % sur toutes les fortunes de plus de 3 millions d’€ https://www.ptb.be/le_ptb_veut_le_maintien_de_tous_les_revenus_via_une_taxe_corona_sur_les_grosses_fortunes

  • Il est a retenir de cet article que la France n’est absolument pas une puissance de premier ordre comme le laisse penser le locataire de l’Elysée, mais qu’elle se situe a la 10 et 23 place pour le PIB.
    Pas de quoi pavaner pour cette dictature

  • Je crois qu’une « taxe Lindon » sur ce genre de co..eries citoyennes serait infiniment plus profitable.

  • Le dindon est un animal stupide qui se promène avec ostentation !
    Le Lindon en est un cousin proche.

  • L’enfer, fiscal en particulier, est plus que jamais pavé de bonnes intentions…
    Que pouvions nous espérer d’une tribune probablement commanditée et relayée par Mediapart sinon la mise en scène d’un benêt pour porter un message visant une fis de plus à spolier les quelques «  salauds de riche » qui reste sur le territoire qui sont des pauvres en devenir car bien souvent représentant des classes moyennes .

  • « si l’on accepte le classement établi en 2018, par le Fonds monétaire international, la France se situe au dixième rang mondial pour son PIB »

    Non, on ne peut pas accepter ce classement. Il s’agit d’un calcul artificiel fonction d’une parité de pouvoir d’achat arbitraire qui ne reflète pas la réalité financière brute des pays. La méthode conduit par exemple à prétendre que la Chine aurait un PIB supérieur à celui des USA, ce qui est parfaitement absurde (au-delà du fait que la Chine publie un PIB mensonger depuis de nombreuses années, à ce jour probablement surévalué d’un tiers).

    Le calcul en PPA n’est pas pertinent pour comparer les pays. Seul le PIB nominal permet d’établir un classement utile (faute de disposer d’une VA marchande standard).

    En 2018, la France dispose du 6e PIB mondial, décrochée loin derrière l’Allemagne (4e) et récemment dépassée par la GB (5e), en passe d’être rattrapée par l’Inde (7e) mais encore loin devant l’Italie (8e) et le Brésil (9e).

    • Quant à la taxe sur le patrimoine, elle méconnaît le principe de réalisme fiscal. Toute taxe sur le patrimoine détruit son assiette si elle est supérieure aux revenus disponibles. Le patrimoine étant d’abord constitué de capitaux investis en soutien de l’emploi, cette taxe augmenterait massivement chômage et pauvreté. L’ISF est une des principales raisons expliquant le déclassement progressif de la France dans les classements mondiaux, par destruction du tissu productif des grosses PME familiales, principales victimes des taxes patrimoniales. Pourtant, ce sont précisément ces PME familiales qui font le succès de l’Allemagne. Aujourd’hui, le marxiste de service propose de faire pire encore que l’ISF. Plus de 6 millions de chômeurs en permanence dans ce pays ne suffisent donc pas à son bonheur collectiviste ? Faudrait-il donc passer à un chômage structurel de 10 ou 12 millions de Français pour satisfaire l’appétit sans fin des socialo-étatistes ?

      Sauf à détruire l’assiette des taxes et réduire le rendement des impôts, on ne peut pas taxer autre chose que les flux de revenus nouveaux. On ne sait pas qui le petit Vincent a pris soin de consulter, mais certainement pas des économistes.

      • Contrairement à l’Allemagne, un solide tissu de PME familiales manque à la France parce qu’une PME est, du fait des droits de succession, pratiquement intransmissible à ses enfants. La plupart des patrons préfèrent donc vendre leur boîte quand ils partent à la retraite, avec les conséquences néfastes sur le fonctionnement de l’entreprise à plusieurs niveaux.

    • Si l’on retranche les 46% du PIB pour ne retenir que le PIB marchand, je doute fort que la France soit 6 ième.
      L’Inde ne doit pas être très loin.

      • Si vous disposez une stat fiable et comparable sur les VA marchandes mondiales, elle remplacera avantageusement les PIB.

        Selon Eurostat, le secteur « Administration publique, défense, éducation, santé humaine et action sociale », généralement représentatif du secteur public, représente en moyenne 18,7% de la somme des VA comptées dans le PIB européen en 2019. Au détail :
        France : 22%
        Norvège : 24% (financé par le pétrole)
        Pays-Bas : 21%
        Danemark : 21%
        Suède : 21%
        Finlande : 20%
        Allemagne : 19%
        Portugal : 19%
        Suisse : 19%
        RU : 18,5%
        Espagne : 18%
        Italie : 16,5%
        Pologne : 14,5%
        etc.

        Seulement, d’un pays à l’autre, la santé humaine est plus ou moins publique ce qui complique les comparaisons.

        La France est évidemment en tête du classement.

        • D’accord avec votre propos. En tête pour les dépenses de santé sans être en tête pour la VA. C’est catastrophique.

    • On parle bien du PIB qui inclue les dépenses publique (y comprit les dettes)? Seul devrait être comptabilisé le PIB marchant.

      • Tout à fait, seul le PIB nominal permet d’établir un classement utile (faute de disposer d’une VA marchande standard).

  • Un bouffon qui se complait à vivre avec l’argent des impôts de payeurs qui pour la plupart n’en peuvent plus.

  • Ah, encore une belle âme, représentant d’une « industrie du cinéma » archi-subventionnée, qui vient nous donner des leçons de morale.
    Fonde et administre un hôpital gratos sur tes propres deniers, Vincent mon histrion; ça te permettra de savoir rapidement si tu es autre chose qu’une belle gueule vide. Je ne retiendrai pas mon souffle.

  • EXCELLENTE réponse à cet artiste qui comme tant d autres devrait s abstenir de parler de ce qu il ne connait pas. Je vais être médisant mais il le vaut bien et donc je ne serais pas surpris qu il ait touché un « cachet » pour sa prestation bien mal jouée

  • et donc au final c’est encore nous les « lindons » de la farce

  • Lindon rime avec Salomon responsable depuis Huit ans de la sécurité sanitaire de la France, ça rime aussi avec c.., Faut il y voir un prémonition ?

  • La richesse peut s’acquérir de plusieurs manières, par le travail, par la filouterie, par la chance d’être bien né.
    La pauvreté ne peut pas s’acquérir, on l’est et on peut le devenir par la malchance, la maladie, la paresse etc…
    En France on profite d’un système social où personne ne meurent de faim grâce aux nombreuse taxes pour le financer, et rajouter des taxes aux taxes comme on le fait dès l’apparition d’un nouveau problème est stupide car les gestionnaires sont mauvais.
    Bruno Le Maire d’un ton condescendant disait l’autre jour que la France est le seul pays à avoir donner généreusement pour la crise sanitaire en oubliant de préciser que c’est nous le peuple qui allons payer cette manne financière et pour longtemps.
    L’argent en France a toujours été un problème. Les méchants riches et les gentils pauvres.
    Nous avons par contre le chic pour trouver le nom pour chaque taxe, carbone, véhicules polluants, foncières, habitations, sècheresse, enfin je ne vais pas faire la liste car il y en a pas moins de 252.
    C’est dire que la taxe Jean Valjean ne ferait que rajouter au millefeuille et ne réglerait rien comme d’habitude.

    • « en oubliant de préciser que c’est nous le peuple qui allons payer cette manne financière et pour longtemps »
      C’est une certitude

  • « Je pense ici, surtout, à nos compatriotes domiciliés fiscalement à l’étranger, évidemment conviés à manifester leur solidarité. »
    Il pense sans doute à tous ses amis du spectacle ou du sport ( où les 2 à la fois, suivez mon regard)qui se sont exilés pour payer moins d’impôts mais qui incitent les autres à faire ce pourquoi il se sont d’eux même dispensé.

    • Ils détournent l’attention de leur situation. Pas très courageux ces hypocrites.

    • @chicotier
      Bonsoir,
      « Je pense ici, surtout, à nos compatriotes domiciliés fiscalement à l’étranger, évidemment conviés à manifester leur solidarité. » »
      Florent Pagny donne dans une vidéo une très bonne leçon de fiscalité française. Il y explique lui, en tant que français, même à l’étranger, est soumis au fisc.
      ici :
      « https://www.youtube.com/watch?v=qAMCwAUKilQ »

  • Excellents commentaires ici!
    Effectivement le Lindon qui vit près de la mangeoire des avances sur recettes et reçoit des dividendes provenant d’actifs familiaux certainement très « structurés » soigne sa valeur marchande pour les talk shows en faisant du « virtue signaling » qui donne la nausée.
    Sur le fond, hélas, le socialisme/étatisme est le seul système qui triomphe chaque fois grâce à ses propores échecs.
    Vous prelevez par la contrainte des milliards pour la santé, ensuite vous merdez, ensuite vous exigez encore plus d’argent, en attendant le prochain échec qui va encore renforcer votre système.
    Et ça marche!

  • Juste une réflexion à rajouter à l’édifice. Il y a de plus en plus de « compatriotes » (comme il dit) qui sont fatigués de la FRRRRANCE et des FRRRANCAIS dont ils se sentent de moins en moins fiers et solidaires. Au bout du compte, aujourd’hui changer de nationalité ne me dérangerait plus.

  • La notoriété ne rend pas clairvoyant, elle permet simplement de se faire entendre. Lindon en profite pour étaler ses idées et comme elles sont de gauche, elles sont diffusées par les médias.

  • Lindon ne fait qu’étaler sa connerie comme dirait Coluche! Quand on est ignorant on la ferme, si les hôpitaux sont dans cet état c’est bien à cause de l’état, qui avec cette crise a montré son incompétence et sa gabegie! Vu le fric de dingue dépensé, nous sommes un des pays qui dépense le plus dans la santé, pourtant nous sommes un de ceux qui ont le moins de médecins et d’infirmières, ainsi que de matériel moderne: scanners, IRM.

  • 36 à 37 milliards d’euros, qui seront distribués aux quelque 21,4 millions de foyers

    Cela va faire 1680 Euros par foyer, pas de quoi faire la nouba. Et la caisse va très vite se vider par le fuite des fortunes.
    Et pourquoi donc 10 millions comme franchise? Ne disposerait-il que de 9 millions?

  • J’ai remarqué un truc bizarre, ils y a des millions d’artistes dans le monde mais seuls les français ont un visage qui ne respire pas l’intelligence, sans doute qu’il s’agit de mauvais comediens. leurs films sont à leurs images… Qu’ils sont mauvais.
    Mauvais temps aujourd’hui comme hier et demain, je suis sans doute morose et injuste.

  • Ce n’est pas parce que l’on a une certaine notoriété qu’il faut se permettre de jouer à la politique, nous avons suffisamment d’acteurs dans les partis… Lindon n’y connaît rien, le problème réside dans la gestion d’un budget déjà pléthorique, pas dans les recettes ç!

  • Quand on vit soi même de subventions ( intermittent du spectacle)
    et qu’on n’a aucune connaissance en économie, on se fait modeste et discret…

  • J’avais vu la vidéo, poussé par ma famille, qui, comme la moyenne des français adore ce genre de niaiseries. Je n’ai pas pu regarder plus de 2 minutes, enchaînement d’idées plus débiles les unes que les autres.
    Enfin, L’ISF puissance 10 est en bonne voie pour 2022

    • c’est insupportable enfilement de perles éculées donne la nausée, c’est une insulte à l’intelligence, la mort du bon sens en direct.

    • C’est pourtant le genre de propositions qui ressortira du groupe des 150 citoyens de comptoirs sur la transition écologique 😀

  • Et moi, je propose que ceux qui disposent d’un Grand Kapital « temps libre » contribuent environ un petit 2,5 % …
    Petit calcul:
    Une vie de 85 ans = 24 h x 365 j X 85 = 745.000 heures d’existence.
    A 35 h/sem soit 1.600 H/an = 64.000 h /745.000= 8,5 % de vie consacré au travail .
    Un cadre/ Chef d’entreprise/Indépendant etc.. = 12 h/J X 240 J =2.800 h/an X 45 ans = 126.000 h travaillées / 745.000= 17 % consacré au travail.
    Dans un souci de réduction des inégalités, je suggère de pousser les % des plus riches « en temps libre » à de 2,5 % .
    Soit à 10% de leur temps d’existence..cad: un modeste 1.860 H/an….

  • Vincent Lindon est un excellent comédien c est incontestable, c est un citoyen également et il a le droit de s exprimer librement mais tout comme Yves Montand et Jean Ferrat qui se revendiquant communistes mais milliardaires et de surcroît moralisateurs toujours prêts à partager l argent des autres avec les pauvres. M. Lindon ainsi que tous ses pairs dont beaucoup sont exilés fiscaux sont très très mal placés pour moraliser et le proverbe chinois en conclusion est rempli de vérité et de sagesse.

  • Que quelqu’un lui donne le Code des impôts à interpréter !

  • Guerre = paix, esclavage = liberté, taxe = générosité, avec lindon 1984 est au tournant

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis longtemps, circule l’idée de soumettre à l’impôt sur le revenu, non seulement les résidents français, comme c’est le cas actuellement, mais aussi les personnes de nationalité française vivant à l’étranger.

Un récent rapport d’information a été écrit sur ce sujet par la commission des Finances de l’Assemblée nationale. Sans avaliser un tel projet, cette commission préconise certaines mesures pouvant conduire à une taxation de certains revenus, et notamment, de plus-values pour les personnes quittant la France.

Un prétendu pac... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture

Poser la question c’est y répondre : il n'en reste rien ou presque après 40 ans !

Mais quelles étaient ces grandes réformes structurelles du premier Président de gauche de la Ve République élu en 1981 ? Quatre réformes nous semblent emblématiques :

Les nationalisations des entreprises et des banques La retraite à 60 ans La réduction du temps de travail L’impôt sur les grandes fortunes (IGF)

 

Nous passons volontairement sur les réformes économiques conjoncturelles comme l’augmentation du SMIC de 10 %, le premier bl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles