Le reconfinement est-il seulement possible ?

Avant d’envisager le reconfinement, les Français pourraient exiger de leurs dirigeants qu’ils remplissent leurs missions afin de l’éviter.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Carp canning Nov., Dec. 2010 029 By: Louisiana Sea Grant College Program Louisiana State University - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le reconfinement est-il seulement possible ?

Publié le 12 mai 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Les bureaucraties aiment les rapports. Il fallait donc que M. Jean Castex, le haut fonctionnaire désigné par l’exécutif pour s’occuper du déconfinement, produise le sien pour asseoir sa légitimité et signaler à ses camarades bureaucrates que lui aussi, à son niveau, il participait activement à résoudre la crise sanitaire que nous traversions tous en adressant au monde ses recommandations.

Du document d’une soixantaine de pages, les commentateurs ont retenu l’éventualité du reconfinement, qu’il fallait envisager en cas de reprise de la pandémie :

« La possibilité d’une réversibilité des mesures doit ainsi toujours pouvoir être offerte et l’éventualité d’un reconfinement en urgence doit rester dans les esprits et être anticipée par les pouvoirs publics ».

Le propos semble, de prime abord, assez logique si on reprend le plan exposé par Édouard Philippe la semaine dernière. Remarquons tout de même au passage que, malgré la multitude d’agences et de bureaux, les capacités d’anticipation des pouvoirs publics depuis le début de la crise se sont révélées inexistantes, et cela malgré la cathédrale de paperasses, circulaires et chartes qu’ils tendent à produire pour donner l’illusion d’agir.

Le retour en résidence surveillée ?

L’État n’a pas anticipé la crise sanitaire, a déclaré le confinement en urgence pour limiter les conséquences de ses propres manquements, et en conséquence a organisé le déconfinement dans l’urgence.

Pourra-t-il de manière plausible organiser un reconfinement ? La population acceptera-t-elle de s’enfermer de nouveau docilement en attendant que l’orage passe ?

Si tout cela semble plausible du point de vue du ministère et de ses armées de fonctionnaires, sur le terrain, tout le monde semblait déjà avoir déconfiné en fin de semaine dernière. Vendredi était férié, et beaucoup de Français en ont profité pour sortir et commencer à reprendre une vie normale. Lundi, malgré les mesures sanitaires strictes qui entravaient la circulation, la routine des transports en commun s’est de nouveau installée.

Les Parisiens se sont retrouvés sur les bords du canal Saint-Martin (avant de se faire disperser), et on raconte que certains commerces « de convivialité » ont même rouvert, bravant ainsi les interdictions et les zones rouges des pouvoirs publics.

De moins en moins de citoyens se sentent concernés par cette avalanche de normes : on a joué sur la peur et la culpabilité pour les assigner à résidence, ils ont désormais besoin qu’on les lâche un peu.

Les conséquences du « confinement strict »

C’est là une conséquence tout à fait dommageable du caractère strict et punitif du confinement comme du déconfinement. À force de produire des normes, des circulaires et des décrets pour quadriller la liberté des individus, très naturellement, ils finissent par les mépriser ou chercher à s’y soustraire pour avoir la paix et vivre normalement. Les périodes de prohibition généralisée génèrent les marchés noirs, les bars clandestins, l’économie parallèle et surtout érode l’autorité de la loi.

Si jusqu’à présent, le peuple français a fait preuve d’une extrême docilité en acceptant les consignes de l’État au nom de la solidarité avec le personnel soignant, il se pourrait que le retour, même relatif, à la liberté de circuler, les rendent un peu plus exigeants vis-à-vis de nos édiles.

Avant d’envisager de reconfiner, les Français pourraient exiger de leurs dirigeants politiques et bureaucratiques qu’ils remplissent la mission d’anticipation et de prospective qu’ils prétendent incarner afin de l’éviter : produire des tests à grande échelle ou des masques, en laissant faire le marché et son corollaire l’innovation, devrait éviter ce lamentable retour à la case départ.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Je viens de sortir de ma grotte pour prendre l’air, j’espère qu’ils vont reconfiner et rapidement, insupportable toutes ces voitures ces gens allant et venant comme des fourmis sans tête.
    Ou vont ils, que font ils, ils est 10h, ils ne bossent donc pas ?
    Non, il n’y aura pas de reconfinage, cela serait un suicide politique alors qu’ils ont déjà la corde autour du cou.

  • La population acceptera-t-elle ? Et que ferait-elle d’autre ? Le risque est surtout que les médias lâchent le gouvernement, et là, avec une comparaison à ce qui marche à l’étranger, il y aurait du changement… Mais en attendant, les briseurs de blocus ne valent pas mieux que ses instaurateurs, à vous postillonner à la gueule dans les queues en affirmant que les masques ne servent à rien, alors pourquoi les gens sensés les suivraient-ils plus ?

  • « en laissant faire le marché et son corollaire l’innovation »

    Je suis sur que l’administration soviétique n’a jamais douté de son efficacité. Contrairement à la population.

    En Frrrance, la population y croit encore, même si elle rejette ses dictas. Esprit gaulois.

  • La petite bête
    12 mai 2020 at 16 h 24 min

    La propagande actuelle montre bien que la question est politique: l’information est biaisée de manière à induire dans l’opinion l’idée qu’il ne faut pas déconfiner complètement et qu’il faudra reconfiner à cause d’une deuxième vague.
    Hier: « l’épidémie repart en flèche en Asie ». Quand on regarde le détail, il s’agit de quelques cas. On ne sait d’ailleurs pas si ce sont des malades ou seulement des testés positifs.
    Ou: « remontée du nombre de décès en France hier ». En fait, il y a un rattrapage tous les lundis car durant le week-end, la remontée des infos se fait moins bien.
    Le bon peuple anesthesié et sans information alternative n’y voit rien et restera masqué et confiné aussi longtemps qu’il le faudra…

  • le seul moyen qu’ils ont de reconfiner , c’est de continuer à mentir et surtout à faire peur ; pour ça , il faut dire qu’ils sont au top ;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans son dernier essai intitulé Adieu la liberté, l'essayiste Mathieu Slama observe que si l’État n’avait pas contraint les citoyens aux mesures sanitaires les plus liberticides, ce sont les citoyens eux-mêmes qui s’en seraient chargés, tant la panique qui s’est emparée des esprits était générale. Les confinements, couvre-feux, attestations dérogatoires, masques obligatoires et autres restrictions n’ont fait l’objet d’aucune vraie protestation en France. Nos voisins ne firent guère mieux. Une étude portant sur une dizaine de pays citée par l’... Poursuivre la lecture

Après la peste et toutes les pires pandémies qu’a pu connaître notre humanité, le monde a fini par revenir à la normale et continuer d’avancer. Les technologies sont passées par là, avec ce qu’elles représentent en termes de poids économique. Nul ne me contestera que de nombreux acteurs du secteur ont pu saisir dans cette pandémie une réelle opportunité de croissance… solutions pour le télétravail, solutions de surveillances de salariés, mise en place du click and collect, solutions sanitaire… solution de télétravail alternative : Netflix et ... Poursuivre la lecture

Une conférence de l’Institut Libéral, depuis la Suisse

Une conférence en ligne est organisée avec Mathieu Slama, qui est essayiste et enseigne la communication politique. Son nouveau livre Adieu la liberté a été publié le 20 janvier 2022, aux Presses de la Cité. La conférence en ligne aura lieu mardi 15 février, à 20 heures.

Pour Mathieu Slama, la crise de la Covid-19 a révélé un nouveau totalitarisme soft soucieux du safe. En cause, une gestion de crise cherchant non pas le bien commun, mais le bien-être de chaque ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles