Des supermarchés interdits aux enfants : la France fait tout, sauf ce qu’il faut

S’il est vrai qu’il faut éviter de s’entasser dans des espaces clos, ce n’est pas la présence d’un enfant dans le caddie de sa mère qui va déclencher un nouveau foyer de contamination.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jomjakkapat Parrueng on Unsplash - https://unsplash.com/photos/qaUMOLJwb48

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des supermarchés interdits aux enfants : la France fait tout, sauf ce qu’il faut

Publié le 15 avril 2020
- A +

Par Sabine Lula.

Alors que certains pays d’Europe semblent avoir réussi à limiter la propagation de la pandémie, la France apparaît plus que jamais à l’ouest, et de nouvelles situations absurdes viennent s’ajouter à une liste déjà trop longue.

Le 9 avril 2020, LCI alertait sur le fait que certains magasins et supermarchés interdisaient leur accès aux enfants accompagnés de leurs parents, voire parfois les obligeaient à attendre à l’extérieur.

Certaines personnes membres d’associations rappellent qu’il s’agit ici d’une pratique illégale, et que rien dans la législation du pays ne justifie de telles mesures de la part des supermarchés.

Le confinement prolongé en France, une réponse mal adaptée et dangereuse

Dans un contexte difficile pour la France, qui dimanche 12 avril comptait « officiellement » près de cent mille personnes contaminées – pour un total de 14 393 décès comptabilisés en hôpital et en EHPAD – l’interdiction d’enfants en bas âge dans certains magasins apparaît comme une absurdité de plus, qui s’ajoute à la longue liste des bévues magistrales qui ont été faites dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Alors que, près de trois mois après l’arrivée des premiers cas sur le territoire, nous sommes toujours en pénurie d’équipements de protections basiques, la seule solution proposée par nos dirigeants est un renforcement des mesures de confinement et de distanciation sociale.

Si prendre des précautions et tout faire pour réduire les risques de contamination est un comportement rationnel, il semble impossible que cela soit mis en place à grande échelle en France, comme à Hong Kong par exemple.

Là où le confinement obligatoire devrait être une mesure d’urgence absolue et de très court terme, nos élites semblent considérer que c’est la panacée et que rien d’autre ne devrait être fait. Le confinement est en effet supposé instauré uniquement le temps de rassembler les ressources nécessaires à la lutte contre la maladie.

Mais comme cela a été démontré, les dirigeants sont incapables de trouver des protections aussi basiques que des masques, si bien que les entreprises privées sont indéniablement le meilleur moyen pour la population d’avoir accès à ces précieux moyens de protection ; et ce d’autant plus quand le pays refuse d’organiser des campagnes de tests massifs, et n’autorise les dépistages seulement pour les cas déjà sévères, voire critiques.

Voilà pourquoi certains supermarchés, craignant que le virus ne se répande chez eux, semblent vouloir limiter la propagation. Démarche louable et sensée, mais qu’il ne faut pas non plus rendre absurde. S’il est vrai qu’il faut éviter de s’entasser dans des espaces clos, ce n’est pas la présence d’un enfant dans le caddie de sa mère qui va déclencher un nouveau foyer de contamination.

Gardons en tête qu’il peut être dangereux qu’un enfant – surtout en bas-âge – reste seul et sans aucune surveillance à son domicile pour une durée indéterminée. On risquerait alors une recrudescence d’accidents domestiques graves, voire mortels, qui viendraient alourdir encore le bilan humain désastreux de cette crise, et qui engorgerait les services de santé qui ont autre chose à faire en ce moment.

Lutter contre le coronavirus sans interdire l’accès dans les lieux publics : les bons élèves de l’UE

À titre de comparaison, prenons l’exemple de pays européens ayant adopté des mesures apparemment efficaces, et qui sont aujourd’hui à même d’alléger drastiquement les dispositions liées au coronavirus.

L’Autriche et la République Tchèque ont annoncé une levée progressive des restrictions compte tenu de la stabilisation du nombre de contaminations observé. Ces deux pays ont pour point commun d’avoir réagi de façon très rapide à l’arrivée des premiers cas sur leur territoire ; deux semaines pour l’Autriche, dix jours pour la Tchéquie.

La Tchéquie semble avoir été le bon élève de l’UE, fermant ses frontières dès le 16 mars – alors que les premiers cas y datent du 1er mars – décrétant le port du masque obligatoire dès la sortie du domicile, encourageant les services de livraison plutôt que les sorties pour se ravitailler, et organisant des campagnes de dépistage à hauteur de quarante-cinq mille tests par semaine en moyenne.

Cela a permis au pays de stabiliser à un peu moins de six mille son nombre de cas avérés, et à éviter le débordement des services sanitaires. À tel point qu’il a proposé d’offrir à la France quatorze lits de réanimation à Brno, et que six patients français y ont déjà été orientés. Une grande partie des commerces rouvriront après la période de Pâques, là où la France poursuit son hécatombe.

Le ridicule de la France dans cette crise, un ridicule qui tue

Naviguant complètement à vue, nos élites se concentrent encore et malgré tout sur leur image, bien plus que sur l’efficacité des mesures qu’elles mettent maladroitement en place :

Aucun ridicule ne vaut le maintien des illusions de maîtrise des gouvernants sur la situation.

L’État mettant clairement nos vies en danger, il convient de se détacher un maximum de lui et de ses directives. Chercher l’autonomie, être responsable, ne pas attendre désespérément une « solution » entrant dans les clous de notre protocole législatif et administratif. Bref, ne pas dépendre uniquement de l’État et ses décisions mortifères.

Mais une fois l’épidémie terminée, il ne faudra en aucun cas relâcher sa vigilance. Les conséquences de cette crise sanitaire risquent bien d’être terribles, et de mettre en danger tous les habitants du pays.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • la bonne question serait ,
    « quel est l’intérêt d’amener ses enfants dans un super marché alors qu’une pandémie est en cours », l’incapacité des parents a les faire garder?

    ne serait il pas plus intelligent de les garder hors d’atteinte de la charge virale?,,
    quelque fois je me pose des questions

    • Familles mono-parentales avec enfant en bas-âge : si l’enfant reste à domicile et a un accident, négligence légalement punie ; l’autre solution : ne pas faire de courses et manger l’enfant, mais il paraît que c’est aussi punissable

      • ben voila , monoparentale ====>> probleme

        • Conclusion lapidaire, il y a des familles monoparentales par veuvage ou abandon du père, ces femmes-là assument et parfois mieux que vous. Si vous pouviez éviter de les critiquer à tout bout de champs, ce serait bien.
          Surtout pour dire une énorme ânerie : le parent qui fait les courses seul ramène très certainement la fameuse charge virale chez lui, se changer intégralement au retour ne fait pas partie des gestes barrières ni laver le sac de courses.

          • ah monsieur « bien pensence » a posé son verdict..
            donc vive les familles monoparentales?

            • Ben non, ni problème ni viva. Par définition les violences conjugales ne concernent que les couples.
              Couple ===) problème.
              Raisonnement basique, non ?

    • oui, quand on a la possibilité de les laisser à la maison. Ce n’est pas toujours le cas, pour les raisons exposées par d’autres avant moi. Ou alors on le laisse dans la voiture ? Ça se fait bien pour les chiens… Sans être aussi dramatique que les familles monoparentales, qu’elles soient choisies ou subies, certains parents sont dans l’obligation de travailler et de laisser l’un des deux gérer les enfants à la maison. Ils font comment, ceux-là ?

      Le gros problème aujourd’hui n’est pas l’incapacité des parents à faire garder les enfants (et c’est vrai que quand toutes les crèches et écoles sont fermées et qu’on recommande de minimiser les contacts c’est très facile de trouver une nounou), le problème est plus dans l’incapacité des commerçants, à quelques exceptions près, à assurer une chaîne logistique permettant la livraison à domicile. Ce n’est pas la faute des parents…

  • Merci de cet article.
    N’oublions pas que le Père Ubu et l’Ordre de la Grande Gidouille ont plus d’un siècle. Et constituent la base de la médiocratie administrative de notre cher (dans la bisémie du terme) pays.

  • avec des gugus pareil au gouvernement , nous allons être les derniers à se relever de cette crise ; les seuls pansements qu’ils ont , c’est le confinement et le pognon lâché à tout va ;

    • Il vaut mieux penser le changement plutôt que changer le pansement.

      Hors de portée pour l’état et l’administration français.

  • « Les conséquences de cette crise sanitaire risquent bien d’être terribles, et de mettre en danger tous les habitants du pays. »

    Pas compris : est-ce un sous-entendu sanitaire ou économique ?

  • Que tout le monde arrête de s’inquiéter, le virus ne sera contaminant qu’à partir du 11 mai…

    • Suite du com précédent : Je voulais parler de la date théorique après laquelle les masques devraient-être obligatoire.

  • La Tchéquie le bon élève, ils ont volé les masques destiné à l’Italie lors du transit de l’avion dans le pays, vous avez raisons à l’est il n’y a que des voleurs

  • Un enfant en bas âge touche à tout, s’agrippe partout, met ses doigts dans la bouche etc Puis devient porteur sain de la pandémie.
    Rien de rassurant par ces temps si particuliers.

    • ce qui ne donne en rien une solution pour la personne qui n’a pas le choix.. tu fais comment si tu es seul avec un gamin??

      et le rique c’est les courses..et le risque est partagés sinon vit ensemble( gamin+ mère = mère)..
      au supermarché j’ai vu un vieux, pardon une personne
      âgée d’un age qui ne permet pas de la qualifier comme jeune..tousser grassement mais regarder chaque article d’un rayon..

      voulez vous dire que si un magasin interdict l’entrée aux mouflets vous allez saisir les articles sans précaution..??

      non..
      ensemble de mesures absurdes..

    • Ni plus ni moins que son parent qui va se frotter le nez machinalement au milieu de ses courses, donc après avoir touché tout plein d’objets. Le masque, on en revient toujours là.

  • Je n’aime pas du tout le terme de « distanciation sociale » qui ne veut rien dire sauf peut être en charabia administratif abscons repris à l’envie et sans aucune critique par tous les médias français sans exceptions.
    C’est un peu comme « désocialiser les heures sup ». Je n’ai jamais compris comment une heure pouvait être désocialisée. Un etre humain oui, mais une heure??? . Ou alors il existe des heures socialisées?
    Pour revenir à la distanciation, qui est donc sociale, peut elle etre aussi désocialisée?
    Il y aurait beaucoup a redire sur l’utilisation abusive du mot « social » probablement liée elle même à l’empreinte excessive du « social » en France que l’on pourrait qualifiée « d’ultrasocialisme ».
    « Éloignement physique » c’est beaucoup mieux. C’est le terme qu’utilise nos amis canadiens qui ne sont pas moins sociaux que nous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Avant l’arrivée des vaccins, les gouvernements avaient pour ainsi dire fermé leurs frontières à double tour pour « protéger » le peuple. Mais maintenant que les pays relativement libéraux ont finalement abandonné la plupart de leurs restrictions internes, on pourrait croire qu’il serait plus facile de voyager et/ou d’émigrer. Oh mon tendre fils de l’été…

La levée des restrictions n’est qu’apparente. Au Japon par exemple, les touristes peuvent effectivement venir s’ils acceptent une surveillance digne de Big Brother. Si leur pays n’est ... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles