La recette de Thomas Piketty : voler les riches pour résoudre la crise

Une tribune publiée dans Le Monde par 7 universitaires dont Thomas Piketty propose une nouvelle fois d’exploiter les plus riches au nom de la « justice sociale ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thomas Piketty imparteix la 25a. edició de la Lliçó d'Economia (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La recette de Thomas Piketty : voler les riches pour résoudre la crise

Publié le 11 avril 2020
- A +

Par Jean-Philippe Feldman.

Le Monde vient de faire paraître le 9 avril la tribune d’un « collectif de sept universitaires », dont l’inévitable économiste Thomas Piketty, intitulée « Il est temps de rebâtir un contrat social et fiscal plus juste ».

L’idée générale est que le financement des mesures contre la crise sanitaire doit avant tout provenir de l’impôt. Le montant en est défini : l’équivalent de 4 % du PIB. Si nous calculons bien, nous arrivons à la bagatelle de 100 milliards d’euros.

Sur qui prélever ce montant ? Sur les corps des fonctionnaires auxquels les sept signataires appartiennent ? Que nenni ! Il s’agirait des « hauts revenus » et des « hauts patrimoines ». Comment ces derniers sont définis, l’article ne permet pas de le savoir. Sont vaguement évoqués « les multinationales » et leurs actionnaires, ainsi qu’un « petit nombre d’individus immensément riches par leur patrimoine et leurs revenus ».

Rétablir la « justice sociale » ?

De quelle manière la « justice sociale et fiscale » serait-elle « rétablie » ? Au terme d’un « débat démocratique sur la redistribution ». En substance, la représentation nationale, par la loi de la majorité, déciderait d’imposer une infime minorité de la population.

Disons-le abruptement : même s’il ne s’agirait pas d’une mesure sans précédent, il s’agirait d’un vol pur et simple. Puisque nos auteurs parlent de « contrat social », on sait depuis John Locke en 1690 qu’un représentant n’a pas plus le droit de violer les droits de l’Homme que n’importe quel citoyen. Si en tant qu’individu vous n’avez pas le droit de voler l’argent de votre voisin, votre parlementaire ne l’a pas davantage. Il est d’ailleurs révélateur que le fait que leur proposition viole les droits de l’Homme n’effleure même pas nos sept fonctionnaires.

Sur tous ces points, la tribune du Monde est dénuée d’originalité : conformément à l’idéologie crypto-marxiste de Thomas Piketty, les méchants exploiteurs doivent rendre gorge.

Ce qui retient bien plus l’attention, c’est l’utilitarisme nauséabond qui exsude du texte. Il est indiqué que « beaucoup plus qu’on ne le pense, nos vies dépendent du personnel médical et des services publics au sens large, des personnels non cadres des activités essentielles ».

Voici ce que nos universitaires osent écrire : « Le confinement a bouleversé les rapports de force [?] et révélé l’utilité sociale[c’est nous qui soulignons] de chacun : notre (sur)vie dépend bien davantage d’une infirmière ou d’une caissière que d’un trader ».

Il est permis de se demander si les auteurs se sont relus avant de faire paraître pareilles billevesées. Il conviendrait donc, à les suivre, de classer les individus suivant leur « utilité sociale » et donc, si l’on comprend bien, de pressurer fiscalement les moins utiles (le privé donc plutôt que le public, les plus riches plutôt que tous les autres, les cadres plutôt que les non-cadres, etc.) !

Nous poserons deux questions saugrenues et méprisantes dans la lignée de ces auteurs : Thomas Piketty est-il plus ou moins « utile socialement » qu’un capitaine d’industrie comme Bernard Arnault ou François Pinault qui font honneur à notre pays ? Ce « collectif de sept universitaires », dont la rhétorique ressemble furieusement à un discours de campagne électorale de Lutte ouvrière, est-il lui-même « utile socialement » ?

Tant que l’on ne reviendra pas à l’idée que l’impôt n’a pour légitimité que de compenser des services rendus par l’État, et non pas de redistribuer les fortunes en flattant les bas instincts des citoyens, à commencer par leur caractère envieux, les spoliations perdureront, et les idées les plus viles et les plus démagogiques continueront de prospérer.

Jean-Philippe Feldman publiera prochainement Exception française. Histoire d’une société bloquée de l’Ancien Régime à Emmanuel Macron (Odile Jacob).

 

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Bienvenue dans le dernier pays communiste au delà du mur du Berlin

  • Piketti est un idéologue qui feint de croire que la redistribution est insuffisante en France alors qu’elle est au plus haut niveau historique et mondial. Si nos gouvernants avaient la bêtise de le suivre, l’augmentation des prélèvements tuerait l’économie qui alimente ce flux. Mais le pire est à venir, nous ne sommes pas à l’abri d’une politique démagogique…

  • « Lorsque la spoliation est devenue le moyen d’existence d’une agglomération d’hommes unis entre eux par le lien social, ils se font bientôt une loi qui la sanctionne, une morale qui la glorifie. » (Bastiat, Physiologie de la Spoliation)

    • Hé bé, j’ai du ouvrir le Larousse pour apprendre que ‘sanctionner’ veut dire autre chose que punir !

      Sanctionner: confirmer quelque chose, lui apporter une consécration officielle ou quasi officielle

  • Dans le monde des entreprises, celles qui apportent le plus d’avantages à leurs salariés sont les grosses du CAC 40, tout simplement parce qu’elles disposent de plus de résultat, plus de moyens, et leurs syndicats plus de pouvoir de négociation. Elles le font parce qu’elles sont bien gérées, pour preuve leur croissance, leur valorisation boursière et le montant des dividendes qu’elles redistribuent à leurs actionnaires.
    Parmi ces entreprises on note les groupes dirigés par Bernard Arnault et François Pinault, dont Piketty et ses disciples entendent confisquer les revenus exorbitants au motif qu’ils sont « socialement moins utiles qu’une infirmière ou une caissière » .
    Ceci naturellement sans demander aux salariés plutôt bien gérés et bien servis par Arnault et Pinault ce qu’ils en pensent et s’ils préféreraient ou non avoir Piketty comme patron à leur place..
    Ceci éclaire au passage sur le mode de fonctionnement du monde social rêvé de Piketty : on ne demande pas l’avis aux gens, on applique les jugements de valeur du commissaire politique qu’il serait naturellement dans le contexte qu’il entend nous imposer.
    Ce type violent (voir ses déboires passés avec la justice) est de surcroît particulièrement nuisible et dangereux.

    • C’est comme ça avec les communistes, ça commence avec des belles paroles sur la justice et ça finit avec des balles dans la nuque…

      • Fin 18éme, la noblesse était tellement sûre de ses droits de nobles que beaucoup ont perdu la tête faute de ne pas admettre que d’autres hommes avaient des besoins, et qu’il fallait en tenir compte. Est-ce que ceux qui ne sont pas nobles du CAC40 peuvent espérer avoir le droit de vivre, et de ne pas être jeter dans le fossé à cause d’une compétition que se livrent les nobles du CAC40….

      • Belles paroles, belles paroles… Oui, belles comme un travesti maquillé du bois de Boulogne. Bourré le samedi soir, on peut certes se tromper…

    • Les entreprises du CAC40 bien gérées ? Euh bénéficiant de plus de capitalisme de connivence et d’aides en sous main, je veux bien, optimisant fortement l’impôt avec la bénédiction de l’état qui a les mains dans le pot à confiture, mais bien gérée…

  • Je serais curieux de savoir ce que Piketty à fait des confortables droits d’auteur que lui ont rapporté ses ouvrages: les a t il donnés aux pauvres, reversés intégralement à l’état, ou places en bourse ?
    Quand au Monde,le « journal de référence », longtemps dirigé par un trotskyste même pas repenti, je ne le lis plus depuis 1974, date à laquelle il nous expliquait que grâce à l’arrivée des Khmers rouges au pouvoir, un période de paix et de bonheur allait enfin pouvoir s ‘installer.

  • La particularité de la France, c’est d’avoir des professeurs d’économie qui n’ont jamais créé un centime de richesse mais qui expliquent ce qu’il faut faire pour dépenser l’argent de ceux qui l’ont gagné

  • « La triste vérité, c’est qu’à force de collectivisme, nous sommes devenus un peuple profondément égoïste ; un peuple qui a remplacé l’empathie, la générosité et la solidarité véritable par un simulacre sordide de justice sociale qui n’a pas d’autre objet que d’organiser le pillage de ceux qui produisent au profit de ceux qui réclament. » – Georges Kaplan

  • Pour une fois je suis d’accord avec monsieur Piketty pour une bonne et simple raison c’est que les riches de demain seront les les hauts fonctionnaires , les agrégés , et la fonction publique en général dotés en principe de statuts et de retraites somptuaires, riches en papier monnaie qui ne vaudra plus rien..
    La crise financière qui arrive sera plus importante de celle de 1929 nous sommes à l’aube d’une période qui va voir la chute impressionnante des actifs ,De l’immobilier , d’une hausse exponentielle des intérêts de la dette , et de la dévaluation mortelle de toutes les monnaies de la planète. Je parle d’hyper-inflation , les biens essentiels vont devenir très rares et la monnaie papier va dévaluer sur toute la planète
    Résultat ? les gros vont maigrir les maigres vont mourir , quand la baguette de pain va valoir 20 euros je veux voir la tête de monsieur Piketty qui ne sait rien produire de réel.
    Les futurs riches vont être ceux qui possèdent la terre , ont payé leur logement, et pourront avoir un potager et des poules. il y en aura pour 10 ans minimum

    • @XHDC-C’est triste de vous lire mais je partage totalement. La pénurie de produits alimentaires (malgré la suffisance du pitre au ministère de l’économie) et l’énormité des dettes souveraines conséquentes des plans de relance, qui ne relancent rien, mais gâchent les investissements futurs et utiles en sauvetage d’entreprises qui n’ont rien à justifier si elles sont mal gérées. L’hyperinflation est possible mais comme aux états -unis, il est actuellement observé qu’une quantité offerte devant une demande réduite avec du chômage non indemnisé fait baisser les prix, relation économique normale; alors qu’en France les prix des produits alimentaires commencent à monter (trop tôt dans le cycle). La France ne valant plus que la 7e puissance économique mondiale (21e par habitant) ne compte plus, elle est bonne pour le marxisme-léninisme-écolo-crétin qui va bientôt penser que comme on indemnise le chômage partiel, on pourra continuer comme cela après. Jusqu’à la fin de nos sous comme disait Margareth Thatcher.

      • oui ,
        certes mais nous vivons pour l’instant sur des stocks
        observez donc la hausse des prix en france sur les produits de base dans les 6 mois qui viennent , imaginez une hausse normale des prix de l’énergie avec le retour de la chine , les usa (premier importateur mondial) a la ramasse ..
        quel que soit ceux qui dirigent quand la baguette vaudra 20 euros.. ils auront un sérieux probleme et une revolution sur les bras qui ne résoudra rien

  • Pourquoi vouloir raisonner Piketty et ses comparses animés par la religion communiste?
    Leur rêve est de convertir la France en un vaste camp où tous seront vétus à la viet version oncle Ho que leurs prédécesseurs encouragèrent et aidèrent à prendre le pouvoir!
    Mais pourquoi également accorder à ce type une considération dont il est indigne?

  • Piketty et ses copains sont socialistes, donc généreux avec l’argent des autres, mais surtout pas le leur.
    Rien de nouveau.

    quant au Monde, on lui coupe ses subventions et on le regarde disparaître.

  • Je verrais bien Piketti dans la jungle africaine par exemple avec un canif et une Quechua !

  • La suite de la tribune et du déconfinement est déjà écrite et tellement évidente :

    – l’état constitue un collectif composé à 100% de « penseurs » et d’activites socialiste et communistes pour réfléchir à un monde nouveau/meilleur

    – on fait porter le chapeau au kapitalisme bouilleur d’enfant/trader/finance sans visage mondialisée appatride etc.. et autres termes tout faits diabolisateurs

    – on s’engage dans plus d’étatisme et de socialisme

    – la population, qui a applaudit ces changement, manifestent pour se plaindre des effets désastreux du socialisme

    – lors des prochaines elections, cette même population vote socialiste pour remedier aux problèmes causés par le socialisme….

    Il faut reconnaitre aux socialistes un talent pour retourner les situations à leur avantage.

    Cette crise met en lumière l’incompétence et la nuisance des pouvoirs publiques, mais tout ce que le pays compte de gauchiste (90% de la population selon mes estimations personnelles) a réussi à faire croire que c’est la faute du capitalisme et du turbo-libéralisme-

    • Ce que vous énumérez là est un tel ramassis de conneries que personne de sensé ne peut y croire…

      Et pourtant, vous avez raison !
      Sur toute la ligne 🙁 🙁

  • Ce Piketty me semble de plus en plus ressembler à Lénine.

  • Le raisonnement de ces universitaires qu’aucun autre journal que le Monde n’aurait voulu publier est à considérer d’un œil neuf. En effet, l’utilisation de l’adjectif « juste » disqualifie d’emblée le propos. C’est tout au plus un argument éculé, certainement pas un motif, encore moins décisoire.
    D’abord, parce que la justice employée comme alpha et omega de toute décision confine à une inspiration théocratique et donc dictatoriale. C’est ainsi que l’Islam devient une masse de gens sous-instruits, stériles, par conséquent. C’est ainsi que la Chine a connu les plus grandes horreurs au nom d’une théorie unique, et n’a dû son salut qu’à une suite de gens lucides; autorité indispensable accompagnée d’une amélioration progressive de la diversité.
    La position de Piketty est d’autant plus retardataire que ls pays autoritaires intelligents (il n’y en a pas beaucoup) associent le relâchement de l’autorité et de la pression sociale quand il s’agit de secteurs d’avenir. Ainsi, les chinois (quine sont pas toujours un exemple utile) créent-ils un secteur considérablement libéralisé pour la confection d’une société écologique sensiblement différente de notre politique environnementale. Piketty, en bon marxiste révolutionnaire, tourne ses yeux vers la peinture en rouge de l’avenir, en motivant le rechampi des doctrines anciennes.
    Il s’agit d’une opinion, non pas dangereuse, mais mortelle, en ce qu’elle favorise le relâchement intellectuel nécessaire à la recherche de structures dynamiques. Prélever encore plus, c’est solliciter les réflexes de défense des possédant, productifs ou non, dont l’imagination est plus fructueuse que celle d’un Etat de fonctionnaires qui n’a pas d’autre ressource que d’aller plus loin dans leur oppression et d’aboutir au massacre des koulaks. Il est étonnant que certains perpétuent ce schéma.

  • ce qui me gène, ce n’est pas M Piketti;
    c’est qu’il y a encore en France quelques personnes qui pensent comme lui.

  • Il oublie ce monsieur Piketty, que beaucoup d’entrepreneurs du secteur textile se sont spontanément mis à faire des masques de protection. La demande (non assurée par l’Etat) sature déjà ces fabricants. Si on part du principe d’un gradient d’utilité au sein de la société : ses entrepreneurs sont bien plus utiles que la production (stérile) de ce noble Piketty.

    • Et l’entreprise dans lequel je travaille fait des dons de masques aux hôpitaux .Gardant pour elle ce qui est nécessaire et suffisant.

  • C’est abject de penser comme le font ces universitaires , ils ont de gros problèmes de frustration…Travaillant dans un secteur fabricant des biens destinés à des clients du medical. Je me sens plus utile que cet abru…et propose d’echanger mes 1800€ contre ses …4000€ …5000…6000?

  • « Si en tant qu’individu vous n’avez pas le droit de voler l’argent de votre voisin, votre parlementaire ne l’a pas davantage. »
    c’est pourtant bien ce qui se pratique en France depuis toujours

  • démocratie + envie..
    ça ne sert à rien.. si ils sont en position de force ils prennent, voila tout..piketty habille le truc.. c’est pas juste que toto a plus que lulu..

  • Ce type là est ridicule avec ses idées soviétiques, ou comment faire encore plus de tout ce qui ne marche pas.
    Le patron de LVMH a fait beaucoup pour cette crise du Covid19 et toi Piketty tu as fait quoi? Rien que dalle!!

    Charité bien ordonnée commence par soi même

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Thomas Piketty récidive

Par George Leef.

L'économiste Thomas Piketty est devenu internationalement célèbre avec la publication en 2014 de son livre Le capital au XXIe siècle. Les gauchistes se sont empressés de l'adopter car il prétendait prouver que l'écart entre les riches et les pauvres continuerait à se creuser (voire s'accélérerait) si les politiques gouvernementales de redistribution des revenus n'étaient pas renforcées. Si les progressistes ont loué le livre, les observateurs du marché libre ont estimé qu'il s'agissait de beaucoup de bruit pour rien - ... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy.

Nourris à l’idée que la domination blanche impose ses règles de fonctionnement dans tous les domaines de la vie (de l’économie à la cuisine en passant par le code vestimentaire) aux populations dominées, ils estiment dans la lignée de l’approche marxiste que les populations souffrant de la domination blanche que l’économie de marché et le capitalisme ne sont que des instruments de pouvoir pour les asservir.

Au passage, certains économistes n’hésitent pas à affirmer que la richesse des pays occidentaux s’est co... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

Plus des deux tiers de la population aisée américaine votent pour le Parti démocrate. Un changement d’électorat qui pousse ce dernier vers des réformes de moins en moins favorables aux classes populaires. Une situation désavantageuse pour les valeurs libérales critiquées par les deux camps.

Pour l’opinion publique véhiculée par les médias, le Parti républicain est celui des classes aisées et des grandes fortunes, et le Parti démocrate, celui des populations défavorisées.

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles