Coronavirus : le confinement prolongé jusqu’à l’état de surveillance total ?

Jusqu’à quand se prolongera le confinement ? Certains scénarios parlent de l’étendre jusqu’à fin juin. Ce sera trop tard pour nous en remettre économiquement, mais le temps qu’il faut pour nous transformer en prison de haute sécurité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
surveillance source https://unsplash.com/photos/LfaN1gswV5c

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : le confinement prolongé jusqu’à l’état de surveillance total ?

Publié le 9 avril 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Emmanuel Macron devait s’adresser aux Français ce soir sans doute pour leur apprendre ce qu’ils savaient déjà : le confinement censé se terminer le 15 avril va se prolonger, car la crise du Coronavirus est loin d’être finie.

Le confinement, qui accompagne l’état d’urgence sanitaire, ne met pas seulement en suspens toute l’économie du pays, il est en train d’acclimater les mentalités à la société de surveillance généralisée.

Dénonciations et commérages

Les centres d’appel d’urgence de la police et de la gendarmerie sont aujourd’hui submergés par les dénonciations et les commérages. Certains individus estiment de leur devoir de dénoncer leurs voisins qui sortent un peu trop, font du jogging aux heures indues ou encore ne respectent pas suffisamment les distances de sécurité ou les « gestes barrières ». Heureusement, les vocations de supplétifs de police sont encore très minoritaires dans la population, comparées aux actes de générosité de nos concitoyens. Pourvu que ça dure, même si la totalité soviétoïde de tels comportements n’est pas encourageante.

Les politiques ne sont pas en reste, et se multiplient les initiatives autoritaires et les coups de menton afin de discipliner les comportements et nettoyer l’espace public des attitudes déviantes. À Biarritz, on interdit de s’asseoir plus de 5 minutes sur les bancsÀ Béziers, on va même jusqu’à les enlever. À Sceaux, c’est le port du masque qui est devenu obligatoire sous peine d’amende. Paris de son côté interdit désormais le jogging de 10 h à 19 h. Toutes les mesures les plus liberticides sont bonnes pour mimer la lutte contre la propagation du coronavirus. Peu importe l’efficacité de l’action publique, l’important, c’est que ça se voit.

Des amendes comme s’il en pleuvait

L’administration n’est pas en reste. La pandémie elle-même l’avait désarçonnée. La conception bureaucratique de la rationalité ne prépare pas à l’incertitude, qui oblige à l’innovation, à la prise de risques et à la réactivité. Son univers est fait de normes, de règlements et de routines.

De ce point de vue, heureusement que les vacances sont arrivées, pour permettre aux gendarmes de sortir et de contrôler les allées et venues des citoyens qui oseraient sortir du sacro-saint confinement. Comme pour les milliers d’amendes distribuées aux badauds pour les inciter à rentrer chez eux, on observera que l’État est plus à l’aise quand il s’agit de faire payer les contrevenants que quand il s’agit d’acheter les masques qui nous auraient empêcher de vivre la situation kafkaïenne que nous subissons aujourd’hui.

Certaines mesures particulièrement spectaculaires ont été prises pour punir les individus resquilleurs. On pense à cet hélicoptère qui traque les randonneurs dans les Vosges. On a parfois l’impression désagréable que l’État français invente des délits pour le plaisir de pouvoir les sanctionner facilement et de créer de nouvelles amendes.

L’impression est renforcée quand on voit sa promptitude à sanctionner les citoyens ordinaires devenus subitement délinquants avec le confinement, comparée à sa grande mansuétude quand il s’agit d’intervenir dans les territoires perdus de la République pour punir les réfractaires. Le paternalisme oui, mais pas pour tout le monde.

Tracer les citoyens

Le gouvernement veut cependant faire évoluer les choses, et cherche à mettre en place le traçage numérique afin de desserrer l’étau mortifère du confinement. Il ne s’agit encore que d’annonces et de promesses de sa part, qui veut mettre en place une application mobile visant à identifier les chaînes de transmission du virus. Entre l’idée et la pratique, il y a là encore un fossé qui n’a pas encore été franchi. Rien n’est à ce jour fait, et si d’aventure, la mesure était adoptée, qu’est-ce qui nous garantirait réellement de ses usages liberticides par l’État ? La surveillance s’étend au numérique.

Jusqu’à quand se prolongera le confinement ? certains scénarios parlent de l’étendre jusqu’à fin juin. Ce sera trop tard pour nous en remettre économiquement, mais le temps qu’il faut pour nous transformer en prison de haute sécurité.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Dans les forêts des Vosges, il doit y avoir une personne au km2. A Paris, c’est 20000 hb/km2. Comme les règles sont faites par des parisiens pour des parisiens et ensuite étendues à tout le pays, on aboutit à des âneries de première grandeur.
    Dans les Ardennes, encore moins peuplées, on n’est pas encore surveillé par hélico. On peut y faire 10 km à pied sans rencontrer âme qui vive. En matière de distanciation, qui dit mieux?

  • chez moi nous somme 110 sur 2 000 ha..(a l’orée d’une foret de 40 000 ha) mais le confinement est respecté,,,, on a tous un papier dans la poche mais on ne rencontre jamais personne.. arff

  • Sinon, on peut aussi faire quelques projections…le nombre de contaminés diminue régulièrement et le nombre de cas résolus est peu ou proux égal au nombre de cas 11 jours plus tôt.

    On peut donc en déduire que:
    – au 15avril : 95000 cas / 63000 cas résolus (~66%)
    – au 30 avril : 107000 cas / 99500 cas résolus (~92%)
    – au 5 mai : 108500 cas / 104500 cas résolus (~96%)
    – au 10 mai : 109000 cas / 107000 cas résolus (~98,1%)
    – au 15 mai : 109400 cas / 108300 cas résolus (~99%)

  • C’est tout à fait vrai, les règles sont faites par des parisiens pour des parisiens! La connerie des « zélites » s’étale au grand jour, et même certains parisiens idéalisent tellement la campagne qu’ils n’y supportent pas,ni le son des cloches du village, ni les odeurs et bruits des animaux, ni les bruits des machines agricoles indispensables à certaines époques de l’année. Si la campagne correspondait à leur idéal fantasmé, ils crèveraient de faim devant leurs assiettes vides!

  • L’aspect « punition » et arbitraire de l’Etat est de plus en plus évident.
    Notez que ceci avait déjà été observé lors de l’épisode des gilets jaunes, avec le même « deux poids, deux mesures ».
    Arbitraire de l’Etat, mesures liberticides, dénonciations… ça ne rappelle rien?
    A l’époque où le gouvernement a commencé à encourager les dénonciations fiscales, je me rappelle avoir dit que les contempteurs des heures les plus sombres n’allaient pas tarder à nous les faire revivre. Je pense que nous y sommes. Il n’y a plus qu’à entériner tout ça dans la durée.

  • L’hélicoptère est aussi de sortie en Corrèze !

  • Très inquiétant pour la suite, surtout avec la bande d’affreux jojos au pouvoir actuellement. Entre incompétence, mauvaise foi et cynisme…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise du covid a amené des restrictions des libertés.

La question qui se pose est de savoir pourquoi celles-ci ont été soutenues par une partie non négligeable de la population. Contrepoints s'est entretenu avec Samuel Fitoussi, auteur d'une note pour l'Institut Sapiens sur les erreurs de gestion systémiques pendant la crise sanitaire. Il a étudié l’économie à Cambridge et à HEC.

 

Contrepoints : Irresponsables par nature : vous revenez sur la séquence ahurissante des auto-attestations, dont les plus fervents défe... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Par Christian Britschgi.

Les gouverneurs opposés aux confinements ont remporté facilement la victoire lors des élections de mi-mandat.

Dans tout le pays, les dirigeants républicains qui se sont fait connaître en s'opposant aux fermetures d'entreprises et d'écoles ont été réélus avec des marges beaucoup plus confortables que lors de leur première campagne avant la pandémie.

Lors d'un débat en octobre contre son adversaire, le représentant Charlie Crist (D-Fla.), le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré :

Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles