Coronavirus : les entreprises solidaires

L’effort sanitaire a besoin de toutes les volontés, et les capacités de production et d’innovation des entrepreneurs sont là pour compenser en partie les défaillances du secteur public en matière de santé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Doctors Stock Photo By: sergio santos - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : les entreprises solidaires

Publié le 23 mars 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Les initiatives privées et individuelles se multiplient pour pallier les insuffisances de la production et de l’administration face à la crise du coronavirus.

Très rapidement, et depuis quelques semaines, le gel hydro-alcoolique et les masques de protection sont devenus introuvables pour se protéger du virus, y compris pour ceux qui en ont davantage besoin aujourd’hui pour accomplir leurs missions de soignants.

Ainsi, dès mercredi 18 mars, le géant des spiritueux Pernod-Ricard annonçait une offre de 70 000 litres d’alcool au laboratoire Cooper pour fabriquer le fameux gel nécessaire à la désinfection. Le laboratoire Cooper s’est par ailleurs engagé à reverser l’équivalent du don à des associations en lien avec la santé.

LVMH, le chef de file mondial de l’industrie du luxe dirigé par Bernard Arnault, s’est également impliqué dans le combat contre la pandémie. Lundi 16 mars, elle a commencé à produire du gel destiné aux hôpitaux de Paris et à ceux du Haut-Rhin grâce à trois de ses usines.

Face au scandale de la pénurie de masques à destination du personnel soignant (et pas seulement…), les entreprises et les particuliers font face et s’organisent tout autant. LVMH va offrir 10 millions de masques par semaine, tandis que Bouygues, de son côté, va en fournir un million.

Plus récemment, Decathlon a aussi contribué à aider la recherche dans le domaine de l’assistance respiratoire.

Les petites et moyennes entreprises ne sont pas en reste, et cherchent aussi à aider les Français en leur fournissant d’urgence les masques tant recherchés. Le plus ancien fabricant de jeans français Tuffery en Lozère en fabrique en tissu pour un usage en dehors des hôpitaux. Partout en France, des entrepreneurs prennent des initiatives pour aider ceux qui sont en première ligne face au virus, et malgré la récession qui vient.

L’effort sanitaire a besoin de toutes les volontés, et les capacités de production et d’innovation des entrepreneurs sont là pour compenser en partie les défaillances du secteur public en matière de santé.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Heureusement que des entrepreneurs ont pris le problème à bras le corps, car s’il fallait attendre les décisions de nos pieds nickelés, nous aurions eu les masques une fois l’épidémie terminée.
    Comme c’est aimable de parler de  » compenser en partie les défaillances du secteur public en matière de santé  » alors qu’il s’agit de palier à la défaillance complète, l’irresponsabilité notoire et l’incompétence éclatante de nos politicards plus que médiocres. Gesticulations et enfumage sont les apanages de nos guignols.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans mon dernier article, j’évoquais la façon dont certaines organisations s’habituaient à la médiocrité, et masquaient le déclin qui en résulte par de grands discours visionnaires ou sociétaux. Pour décrire leur situation, j’utilisais l’image du canard, qui paraît calme en surface mais qui, sous l’eau, pédale comme un fou pour essayer d’avancer. L’article a suscité énormément de réactions, beaucoup de lecteurs demandant évidemment ce qu’on peut faire pour résoudre la difficulté. Répondre à cette question, c’est la quête du Graal.

Sans... Poursuivre la lecture

Le 29 août Élisabeth borne a fait la leçon aux chefs d’entreprises présents à l’Université d’été du Medef, est-elle la mieux placée ?

 

Un mea culpa aurait pourtant été préférable

En effet, la prise en otage des Occidentaux par Poutine et son gaz est tout d’abord le résultat de l'inconscience des pays européens qui se sont mis volontairement à la merci d’un dictateur. Les chefs d’entreprises savent depuis longtemps qu’il est très dangereux de ne dépendre que d’un seul client ou fournisseur dès qu’il dépasse 20 % du chiffre ... Poursuivre la lecture

Par Xavier Fontanet.

Tout le monde parle de relocalisation et c’est très bien. Est-ce qu’il y a effectivement l’opportunité de le faire aujourd’hui ? Probablement. Ceci dit ça ne se fera pas par un simple claquement de doigts. D’abord, on ne peut pas qualifier la délocalisation d’erreur ou alors cela signifie qu’on n’a rien compris à ce qui s’est passé. Pour prendre les bonnes décisions il faut commencer par analyser les raisons pour lesquelles notre industrie l’a fait. La première idée simple à faire passer c’est que la délocalisati... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles