Pénurie de gel hydroalcoolique : le marché plus fort que l’État

La réponse du marché sera bien plus efficace que la réglementation étatique d’encadrement des prix, pour mettre fin à la pénurie.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Savon extra pur by Alvaro (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pénurie de gel hydroalcoolique : le marché plus fort que l’État

Publié le 8 mars 2020
- A +

Par Patrick de Casanove.

Les annonces du gouvernement concernant l’épidémie de coronavirus, abondamment relayées par les médias, ont entraîné une grande inquiétude chez les Français.

Il y a donc eu une augmentation très importante de la demande en gels hydroalcooliques et en masques. Il y a même eu des vols.

Subjectivité de la valeur et mauvaise réponse gouvernementale

La conséquence est que le marché des gels hydroalcooliques connaît des difficultés d’approvisionnement, c’est-à-dire une pénurie, soit le manque de ce qui est nécessaire. Ces difficultés à se procurer ces solutés peuvent elles-mêmes majorer les inquiétudes des populations et engendrer un nouvel accroissement de la demande, créant ainsi un cercle vicieux.

Le manque de gels hydroalcooliques a parfois entraîné des augmentations du prix de vente, ce qui signifie que certaines personnes ont été suffisamment effrayées pour accepter de payer ces produits au prix fort, estimant que le service rendu valait le prix auquel elles les achetaient.

Frédéric Bastiat nous a expliqué que la valeur est subjective.

« Au point de vue économique, la société c’est l’échange. La première création de l’échange, c’est la notion de valeur. » – Harmonies économiques, De la valeur (1850)

« Or une analyse complète de la valeur démontre que chaque service vaut d’abord en raison de son utilité intrinsèque. »Harmonies économiques, Échanges. (1850)

La question à se poser est de savoir pourquoi ces personnes ont-elles été autant effrayées.

Face à cette pénurie, la réponse gouvernementale a été d’encadrer les prix, mesure technocratique qui ne rendra pas le gel plus abondant mais qui, émotionnellement, passe bien dans l’opinion.

L’augmentation des prix n’est pas inattendue car ils sont des informations qui indiquent l’existence ou non d’un déséquilibre entre l’offre et la demande. Quand un prix monte, il signale que l’offre est insuffisante.

Les industriels augmentent la production de gel hydroalcoolique

David Frappart, directeur marketing du laboratoire Cooper, détaille :

« Nous avons mis en place un plan d’approvisionnement renforcé pour nos gels hydroalcooliques. En plus de notre fabricant à Lille, nous avons mis en place une ligne de production supplémentaire près de notre siège social à Melun. »

Avant de poursuivre :

« Nous avons également diversifié nos composants (gels et flacons 125 ml et 200 ml, en plus du traditionnel flacon 75 ml), car c’est toute la chaîne d’approvisionnement sur ces produits qui est actuellement sous haute tension et n’arrive pas à suivre l’explosion du marché. Sur les derniers jours, on peut estimer que le marché ne répond pas à la demande. »

De nouveaux acteurs entrent sur le marché

  • Des professionnels : les pharmaciens ont demandé à pouvoir fabriquer des gels alors que des règlements technocratiques le leur interdisent actuellement.

« La proposition a été envoyée en fin de semaine dernière, informe Carine Wolf-Thal. Le Conseil de l’ordre des pharmaciens qu’elle préside a demandé au ministère de la Santé de prendre un arrêté afin d’autoriser – de façon temporaire – les officines à fabriquer du gel hydroalcoolique. Pour l’heure, sa production est encadrée par des réglementations européennes et nationales, comme tous les autres produits de la famille des biocides, des désinfectants. Donc interdite aux pharmaciens. »

  • Des particuliers pour une autoproduction : il est facile de trouver des informations grand public pour en fabriquer soi-même, autoproduction qui n’en valait pas la peine du temps de l’abondance. L’OMS elle-même édite un guide pour la fabrication locale de gels hydroalcooliques.

Le savon et le marché

L’existence d’autres possibilités sont rappelées, comme le simple lavage des mains à l‘eau et au savon, efficace, essentiel et hélas, négligé. Négligence due en partie à la mise en avant des solutés hydroalcooliques par les médias, ce qui les fait passer pour la panacée.

À la lumière de ces faits, il est permis de croire que la réponse du marché sera bien plus efficace que la réglementation étatique d’encadrement des prix, pour mettre fin à la pénurie et satisfaire la demande accrue en gels hydroalcooliques. La fin de la pénurie entraînera une baisse des prix.


[Mise à jour dimanche 8 mars, 14 h 00] Le gouvernement français a finalement publié hier un décret autorisant les pharmacies à fabriquer elles-mêmes du gel hydroalcoolique selon la recette de l’OMS.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • claude henry de chasne
    8 mars 2020 at 6 h 07 min

    « La question à se poser est de savoir pourquoi ces personnes ont-elles été autant effrayées; »
    exact! les médias ont tout fait pour inquiéter la population , au point de reléguer la reforme des retraites ,le 49.3, les élections municipales comme
    secondaires…

    çà tombe bien non?

    • La petite bête
      8 mars 2020 at 8 h 12 min

      Oui, le traitement médiatique est sans commune mesure avec la réalité. Nous avons des médias, non d’information, mais de propagande: effet de la répétition, vocabulaire anxiogène, non contextualisation des faits, mise en valeur de personnes paniquées etc… Ce qui compte est l’effet créé dans l’opinion. Nous comprendrons mieux les objectifs de cette propagande plus tard, au-delà de la conséquence que vous évoquez.
      J’imagine que si, plusieurs fois par jour, ces médias faisaient le décompte des victimes de la route (5 décès par jour en moyenne), en insistant sur celles, innocentes, qui sont victimes de chauffards, en montrant des familles éplorées, la circulation routière diminuerait sous l’effet de la psychose ainsi créée.

  • C’est la ruée… Mais on ne voit personne se laver les mains dans la rue ou au supermarché.. Un peu la caissière mais, sans masque, totalement inutile.

  • C’ est nouveau aussi ce délire autour du gel hydroalcoolique. Ce sont les messages de préventions qui ont mis le produit en avant, les fabricants n’ en demandaient pas tant. C’ est un produit parfaitement adapté pour la pratique de la médecine, mais c’ est un truc de grosse feignasse à la maison ( et puis c’ est un plus sur des mains déjà propres). Un bon savon et un lavage rigoureux des mains ça le fait mieux pour le Gilet Jaune moyen.

    • jacques lemiere
      8 mars 2020 at 8 h 52 min

      certes mais justement c’est un truc qu’on emmène avec soi quand on sort.. on peut emmener du savon en effet mais trouver un point d’eau etc..
      c’est pratique..sinon parfois incontournable.

      mais …ça n’arrête pas la grippe ou d’autres virus si le virus est « partout »..il faut être très rigoureux.

      il faut quand m^me comprendre que nous sommes dans des mesures pour ralentir l’épidémie et donc pour éviter un arrêt total de l’économie qui en soi causerait des morts..

    • La bien-pensance a parlé, victime comme toujours de ses œillères : comment faites-vous, au sortir des transports en commun par exemple, pour vous laver les mains avec de l’eau et du savon avant de continuer votre balade ?

      • Comme des générations de gens l’ ont fait avant moi. Rien à foutre dans la hiérarchie des préoccupations.
        Mais vous tombez mal avec moi, figurez vous que je suis conducteur de bus, et que je nettoie régulièrement toutes les barres à l’ intérieur. Si ce n’ est pas penser aux autres ça. Sur ce bon dimanche.

    • @stephane
      Comment font vos enfants, à la cantine, après avoir bien manipulé plateau, chaise etc touchés par tous, pour manger leur fruit avec des mains désinfectées ?
      La bien-pensance oublie que la vraie propreté est là. Chez moi, on se lave les mains dès qu’on rentre à la maison, je ne suis pas certaine que tous ceux qui mettent en avant le bon savonnage et pointent du doigt les « feignasses » en fassent autant…

      • On va le répéter: les gosses survivront.

        • … jusqu’à ce que, l’âge venant, ils deviennent vulnérables, surtout si ils pensent ne rien avoir à apprendre de leurs aînés et que ceux-ci peuvent bien crever.

        • jacques lemiere
          8 mars 2020 at 15 h 58 min

          stephane…il y a deux façon de mourir avec une épidémie..on peut mourir de la maladie..mais on peut aussi mourir du fait que l’économie, les hôpitaux s’arrêtent.

          ralentir le taux de contagion ralentit l’épidémie et permet de la rendre gérable.

          une épidémie de maladie non mortelle pourrait tuer si elle foutait tout le monde au lit pendant une semaine…

  • le vinaigre blanc fait très bien l’affaire ; c’est un super désinfectant , d’autant que l’odeur du vinaigre s’évapore très vite ;

    • Oui mais attention aux effets sur la peau… vinaigre blanc = acide acétique

    • Bonjour,
      Pas d’accord avec Véra, je trouve aucun document sérieux prônant le vinaigre.
      Je suis ni énarque, ni pharmacien encore moins ministre.
      Mais, prenez 1 litre d’alcool à bruler (prix ~2€) diluer approximativement avec l’eau du robinet pour ramener de 60 à 80%. J’ai pas testé, mais une cuillère de huile de cuisine ou crème pour la peau pourrait parfaire le produit.

      • L’alcool à bruler c’est du méthanol et de l’éthanol, pas génial pour le contact cutané. On peut distiller de l’alcool avec très peu de matériel, si ces lois indignes n’interdisaient pas la distillation.

  • jacques lemiere
    8 mars 2020 at 8 h 48 min

    il faudrait interdire la production par les particuliers ou à tout le moins la taxer, il ne faudrait pas que ceux ci en tire un quelconque profit.

  • L’OMS publie les info pour que chacun puisse fabriquer ce gel, mais c’est interdit aux pharmaciens ! On marche sur la tête, comme toujours en Socialie.

    • Le gel hydro alcoolique est moyennement efficace selon la biblio scientifique.Eau +savon ,lemieux. De plus le gel hydroalcoolique nuit a l’equilibre bacterien de la peau. Nous avons sur la peau des bacteries qui « occupe » le terrain et empechent l’installation des micro organismes nuisibles.

  • lme rush sur les gels hydroalccoliques est stupide, ceux ci ne sont pertinents qu’en l’absence d’eau ou pour éviter le contact avec des serviettes suspectes hors de ces cas le savon est aussi efficace et moins cher … mais le panurgisme des foules manipulées par les médias est affligeant ….

  • Modéliste amateur, je me nettoie régulièrement les mains à l’essence f, à l’acétone, au diluant cellulosique, à l’alcool ménager parfumé à la pomme et sans doute à d’autre substances mais c’est écrit en japonais sur le flacon. Le coronavirus ne passera pas par mes mains, je vous le dis.

  • Pénurie de gel hydroalcoolique ? Passez à la vodka !

  • se nettoyer les mains à l’acétone !
    au fou ! ! !

  • Nous vivons une époque formidable. C’est jouissif de voir les réglementations allez à l’encontre du but poursuivi, leur inutilité s’affirmer au fur et à mesure, la folie idéologique de nos fonctionnaires mépriser les nécessités pour faire la place avant tout à la théorie dominante, comme sous Lénine, les assassinats en moins, le Goulag en moins. Et la populace marche, demande, réclame, pleure.

  • bloquer les prix ne fait qu’empêcher de nouveaux acteurs d’entrer sur le marché et répondre au besoin : cela entretient juste la pénurie (comme pour le logement, …).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles