Derrière Griveaux, les dangereux incompétents

Derrière l'affaire Griveaux, on découvre surtout la propension incroyable de nos élus à faire n'importe quoi, n'importe comment sans jamais en rendre compte.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Benjamin_Griveaux by NickK(CC BY-SA 4.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Derrière Griveaux, les dangereux incompétents

Publié le 17 février 2020
- A +

par h16

L’actuelle tempête politique relative à la pathétique chute de Benjamin Griveaux, candidat à la mairie de Paris, donne encore une fois une bonne indication du niveau déplorable de la politique française.

L’affaire en elle-même montre que, finalement, Griveaux est un homme très commun, qui trompouille sa femme ou fricote à droite à gauche, tout en tenant un discours moralisateur, ce qui – indépendamment de tout jugement moral – n’est pas très cohérent politiquement et risque inévitablement de lui attirer des ennuis. François Fillon est l’exemple le plus récent de ce qu’un décalage entre discours et comportement personnel peut entraîner. Ce n’est en soi pas une nouveauté, et il rejoint ici la longue liste des queutards de la République dont on peut faire des ouvrages entiers. En la matière, il n’y a pas vraiment lieu d’épiloguer, ni même matière à scandale, à vrai dire.

Plus gênante est la capacité de certains à éparpiller des données privées, personnelles.

Au passage, on pourra rire d’un opposant politique à Poutine, ingérable dans son pays, accueilli à bras ouvert en France par cette intelligentsia très spéciale du Camp du Bien pour faire la nique au potentat russe, et qui finit par devenir franchement encombrant pour ce même Camp du Bien… Qui voudrait maintenant renvoyer l’enquiquinant fauteur de trouble en Russie. Poutine doit se tordre les côtes.

Il n’en reste pas moins que cette affaire montre la facilité avec laquelle ces données intimes peuvent ainsi se trouver dans la nature ; je rejoins ici Frédéric Mas dans un récent article de Contrepoints en trouvant parfaitement adapté, indispensable même, qu’on recherche ceux qui sont à l’origine de la fuite et qu’on les condamne sévèrement… À commencer par celle qui fut la réceptrice initiale des vidéos qui s’est montrée, ici, en dessous de tout et au sujet de laquelle peu nombreux sont ceux qui s’indignent, et surtout pas les féministes.

La réaction des politiciens est, comme on pouvait s’y attendre, parfaitement minable : tout comme pour l’affaire DSK en son temps, on assiste à un magnifique bal d’hypocrites qui nous barbouillent les ondes d’un respect à la vie privée alors qu’ils sont les premiers et les plus véhéments à tout faire pour que l’État s’introduise toujours plus loin dans nos données et notre vie privée, en parant cette entité de vertus invraisemblables : capacité de filtrer les gentils des méchants, de séparer les bonnes données privées qu’il lui serait nécessaire de conserver proprement par devers lui, et celles qui lui seraient hors limite parce que, tout de même, faut pas déconner, pouvoir inaltérable et supplémentaire d’assurer que, lui au moins ne fera pas fuiter ces précieuses données privées auxquelles il aura donc un accès privilégié, tout est fait pour essayer de faire comprendre aux citoyens qu’une amélioration du débat public passe inévitablement par… une surveillance accrue des réseaux sociaux, une perte d’anonymat et, finalement, une transparence encore plus poussée.

Ce serait drôle si ce n’était pas la énième resucée du désir inextinguible de contrôle de l’internet de la part de ces politiciens et d’une bonne partie des médias qui voient là l’occasion de faire encore une fois la (fallacieuse) distinction entre le noble métier de journaliste qui vérifie ses sources et fait dans l’éthique subtilement distillée, et le méchant diffuseur d’informations à la morale douteuse qui viole la vie privée.

La réalité est malheureusement bien plus triste : les uns sont aussi souples avec la morale que les autres et leur éthique est à géométrie variable en fonction de la cible ; certains documentaires sensationnalistes, certaines enquêtes, certains papiers relayés par de misérables militants idéologues extrémistes, camouflés derrière leur carte de presse, suffisent amplement à illustrer cette pénible tendance.

Enfin, arrêter la réflexion ici serait un peu court et exonérerait un peu vite ce gros nigaud de Griveaux.

De nos jours, se fourrer dans une telle situation (indépendamment de toute morale, qui n’est pas l’objet de ce point précis) relève d’une incompétence crasse en matière de gestion de ses données personnelles, d’une erreur de jugement calamiteuse et d’une absence coupable de sens commun.

Arrivé à ce niveau de responsabilité – on rappelle que Griveaux aurait filmé cette vidéo alors qu’il était déjà porte-parole du gouvernement de la sixième puissance mondiale – on comprend mal comment on peut se laisser aller à réaliser un tel document numérique, pour le diffuser sur une plateforme, à destination de quelqu’un dont le silence ou la plus élémentaire discrétion n’était en tout cas pas assuré.

Peu importe que la plateforme numérique permet, normalement, la destruction automatique de la vidéo : d’une part, ça se contourne (la preuve) et d’autre part, la création initiale du contenu ne devrait même pas pouvoir traverser l’esprit d’un politicien avec ce niveau de responsabilité, tant les possibilités mal intentionnées de levier par la suite sont nombreuses.

Et même si la sanction morale et pénale de la divulgation des informations doit intégralement retomber sur les diffuseurs, cela ne doit pas faire oublier l’évaporation coupable du bon sens de Griveaux : un logis grand ouvert ne justifie en rien un cambriolage, mais tout le monde s’accorde néanmoins à le fermer à clef.

Les précédents de ce genre de fuites sont nombreux, le nombre de politiciens attrapés sur ce genre de stupidités sont légion, mais non, apparemment, ce n’est pas encore suffisant pour qu’enfin, ils comprennent que certaines choses ne se font surtout pas, non pour des raisons morales, mais pour de simples raisons pratiques, d’un simple calcul risques (ici, énormes) / bénéfices (ici, très faibles).

Un grand pouvoir entraîne, dit-on, de grandes responsabilités. Comment, dès lors, imaginer confier des responsabilités importantes à des gens qui ne comprennent pas les risques qu’ils prennent, dans une situation pourtant aussi limpide, simple à comprendre ?

Cette affaire illustre fort bien une tendance générale : les élus que le peuple choisit sont trop souvent des imbéciles dont on confond la témérité complètement irréfléchie avec une audace et une prise de risque calculée, pour lesquels on confond leur aplomb dans l’idiotie avec la détermination réfléchie de ceux qui ont un plan. La réalité est qu’ils n’ont pas de plan. Ils n’ont qu’une espèce de crânerie, une hardiesse inconsciente qu’ils font passer, lorsqu’ils ont de la chance, pour de l’intelligence ou de la planification.

La politique est impitoyable pour les humbles et pour ceux qui refusent de prendre des risques sans calcul car ils connaissent les conséquences de leurs erreurs sur eux et sur les autres. Elle ne fait donc que favoriser les crânes brûlés et les imbéciles flamboyants qui camouflent leur insolente incompétence par une attitude bravache.

Dans ce contexte, Macron et toute l’équipe derrière lui sont l’aboutissement de décennies à choisir des gens qui déclenchent les bons signaux, les bonnes émotions, mais se révèlent des incapables : ils ont l’air malins, décidés, intelligents. Mais ils sont simplement casse-cous et risque-tout, bravaches, irréfléchis, fonceurs et trop souvent stupides.

epic fail
—-
Sur le web

Voir les commentaires (61)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (61)
  • Enfin un débat qui semble s’orienter dans le bon sens, celui de la définition de la vie privée et de sa gestion par les individus eux-mêmes, avant d’envisager sa protection.

    Qui semble seulement, car s’il faut condamner fermement ceux qui sont à l’origine de la fuite, le premier responsable c’est …. Griveaux lui-même.

  • Excellent comme toujours.
    La première chose que j’ai enseignée à mes enfants en leur confiant enfin un téléphone portable c’était de se méfier des conséquences de leurs communications. La mairie de Paris a failli être confiée à un adulte doté de moins de discernement qu’un enfant de 12 ans.
    La mauvaise nouvelle, c’est que les autres ne sont pas beaucoup plus malins.

    • La question qui me taraude, article après article, révélation après révélation, concernant cette élection à la mairie de Paris est :
      Comment les parisiens peuvent ils être aussi c..$ pour envisager même d’élire des énergumènes de cet acabit ????
      Comment se fait il qu’aucune personne réellement digne de briguer cette responsabilité ne se présente ???
      (Je dois dire que dans le contexte Buzin me parait pour une fois juste « normale » ce qui n’est bien sur qu’un a priori…et pourtant LREM me provoque de l’urticaire)

      • A la voir pleurnicher sur son cher ministère, cette normalité-là fait peur à voir.

        Etat obèse, élite en toc, minables à tous les étages.

      • « normale » ? oui, oui mais Buzin soutient qu’un père n’est pas forcément un homme …enfin, moi, ce que je dis…

      • Le contexte Buzyn pourrait être interprété de pas mal de manière par des « complotistes »… Est-ce que Griveaux était vraiment préssenti ? Est-ce que Buzyn se devait d’arrêter de s’enfoncer avec la crise hospitalière ? Que de questions 😉

  • Je n’arrive à avoir aucune empathie pour cette caste des « occupants intérieurs » dont l’indignation est si délicieusement sélective. Violer nos emails, contrôler nos publications sur les réseaux sociaux, s’immiscer de plus en plus dans nos vies privées pour les contrôler et les mettre au pas, oui c’est bon. Mais toucher à l’un de leurs cheveux sacrés, là non, faut pas déconner quand même, valeurs de la République et touçatouça.

    • Très juste! Moi j’applaudis ce couple, qui n’est en définitive comme Snowden de la caste des lanceurs d’alerte, qui a dénoncé cet hypocrite, inconscient et irresponsable, comme son patron qui s’exhibe avec des travelos!

      • Le problème n’est pas la dénonciation de l’hypocrisie mais les motivations du dénonciateur pour pouvoir le qualifier de lanceur d’alerte et le personnage est aussi glauque que Griveaux

  • Griveaux et cie de dangereux incompétents sans doute, mais je trouve que Guy Millière a trouvé la bonne formule, qui va lpus loin que cela :
    « C’est sans doute parce qu’il est décadent et immoral que Benjamin Griveaux se pensait tout permis. »

    D’autre part, h16, vous êtes favorable à des sanctions pénales contre la personne ayant divulgué la vidéo ; mais vous ne dites pas comment on concilie cela et ce que vous dites en début d’article, quand vous pointez le « décalage » entre le discours moralisateur et la conduite réelle.
    Comment le quidam moyen peut-il s’apercevoir de ce décalage, que beaucoup (dont moi) appellent hypocrisie, si on ne peut pas diffuser les informations permettant détaler cette hypocrisie au grand jour ?
    Sous l’article de M. Mas, j’ai émis l’idée que Pavlenski aurait pu se contenter de dire que M. Griveaux n’était pas aussi propre sur lui qu’il le disait – et réserver la production de la vidéo au cas où l’intéressé lui intentait un procès pour diffamation – et on m’a rétorqué que dans ce cas, personne n’aurait écouté Pavlenski, et Griveaux se serait contenté de nier, sans porter plainte. Il s’en serait sorti indemne, ou presque. Nous n’aurions même pas su que Griveaux était un type très imprudent, capable de diffuser des vidéos cochonnes sur les réseaux sociaux ?
    Et si Pavlenski est lourdement sanctionné pour diffusion de données privées, les Griveaux-bis, ter etc. en seront confortés.
    Non ?

    • « Comment le quidam moyen peut-il s’apercevoir de ce décalage, que beaucoup (dont moi) appellent hypocrisie, si on ne peut pas diffuser les informations permettant détaler cette hypocrisie au grand jour ? »

      Vous confondez « pouvoir » au sens de capacité et « pouvoir » au sens légal. Il y a plein de moyens de diffuser une information sans en avoir le droit. Du reste, le décalage hypocrite, on s’en fiche un peu, puisqu’on sait, tous, que les politiciens mentent, tout le temps.

      • IL y certes plein de possibilite de diffuser une info. Mais combien sont elles utilisable en pratique ?
        C etait deja le dilemne de Snowden (lisez son livre): diffuser les inof sur la NSA sur un site complotiste ets l assurance que personne ne prendra l inof au serieux
        Ici il semble que l artiste russe a mit les video en ligne depuis 1 mois. et il ne s est rien passe jusqu a ce qu un depute fasse un tweet …

      • « puisqu’on sait, tous, que les politiciens mentent, tout le temps. »

        Je vous trouve quand même bien pessimiste (voire cynique) sur ce coup-là. Il me semble quand même que certains sont plus hypocrites que d’autres, et dans le jeu politique, cela peut compter ; on vote pour les « moins pires », bien souvent.

        Cela dit, le cas Griveaux n’est peut-être pas le plus indiqué : beaucoup de gens savaient d’avance que ce monsieur n’avait pas grand-chose de respectable.

        • vu ce qu’en dit Juan Branco dans son ouvrage « le crépuscule » : aucun n’est sauvable !

          « Benjamin Griveaux, lorsqu’il était conseiller ministériel, touchait plus de 10 000 euros par mois au cabinet de la “socialiste” Marisol Touraine pour du “conseil politique”. Cela ne suffisant pas, il partît vendre son “influence” à Unibail (“influence”, terme que l’élite utilise pour “corruption”) pour 17 000 euros par mois. Sa mission? “S’assurer que personne au ministère des finances ne propose d’abolir une niche fiscale favorable à l’entreprise.” Ses moyens ? Les réseaux que l’Etat lui avait confié. Nous étions en 2014.

          Entre temps, il octroyait à son ex-futur ami Attal, Gabriel, 23 ans, aucune expérience professionnelle ni diplôme du supérieur au compteur, un salaire de 6 000 euros par mois dans le même cabinet, où il le chargeait de recruter chargés de missions – et parlementaires socialistes qui serviraient à faire en sous-main la campagne de Macron.

          Attal était, théoriquement, rémunéré pour servir l’Etat, par le ministère de la santé et des affaires sociales. Il avait pour cela voitures de fonction, secrétaires et chefs cuisiniers à disposition. Il mettrait ces moyens au service de son ambition.

          Au même moment, le cabinet Macron explosait les limites imposées par François Hollande en termes de conseillers. Il n’en comptait pas moins de… six en communication. Stéphane Séjourné, ancien lobbyiste, compagnon de Gabriel Attal, propulsé chez Macron après avoir été recruté chez Huchon, et Ismaël Emelien, ancien d’Havas dont la femme y travaillait et qui ferait attribuer des contrats sans appel d’offre à la multinationale pour des montants supérieurs à 300 000 euros sur les fonds de communication du ministère, y organisaient des événements pléthoriques avec les moyens de l’État pour préparer la campagne d’Emmanuel Macron, séduisaient les parlementaires, bref, préparaient eux aussi au détriment du bien commun l’ascension de leur chef.

          Gabriel Attal, 29 ans, est devenu député, porte-parole du parti puis ministre grâce au soutien de Stéphane Séjourné, qui dirigeait effectivement le comité d’investitures d’En Marche et s’occupait des nominations du groupe LREM à l’Assemblée. Séjourné – qui a masqué sa relation et les renvois d’ascenseur qu’il mettait en place avec Attal sous le prétexte commode de l’impossible outing, alors qu’ils étaient pacsés – a été nommé à l’Elysée comme conseiller politique, tandis qu’Ismaël Emelien – qui y a recruté Ludovic Chaker, lui-même en charge du recrutement d’Alexandre Benalla, en charge de la mise en place d’une “garde prétorienne” que les menus excès de ce dernier ont fait tomber – était nommé conseiller spécial. Toujours rémunérés aux frais de l’Etat.

          Griveaux est lui devenu ministre et porte-parole du gouvernement, avant de faire exploser ses dépenses en cabinet. Tous ont trahi leurs familles politiques d’origine, mais aussi leurs fonctions et cet Etat qui les a rémunérés et propulsés aux plus hautes responsabilités. Alors faut-il vraiment se montrer surpris que le système qui les a propulsés se remette en place maintenant qu’ils sont au pouvoir, qu’ils octroient des salaires délirants à leurs propres conseillers après s’être eux-mêmes servis?

          Faut-il s’étonner que Attal et Griveaux, aux poches bien remplies, soient devenus respectivement le plus jeune ministre de la Ve République et (croit-il), le futur Maire de Paris, le tout sans n’avoir rien démontré ni fait de leur vie, en faisant appel aux services de Mimi Marchand via Ramzy Khiroun, dirigeant de facto de Lagardère Active (et donc patron de facto de Paris Match) pour leur peopolisation ? Faut-il s’étonner qu’ils l’aient fait après que leur “boss”, Emmanuel Macron, ait recruté la “papesse du people” sur recommandation de Xavier Niel, son “ami”, qui avait lui-même rencontré et utilisé Mimi Marchand alors qu’ils sortaient tous deux de prison, et qui depuis sert et dessert ses amis et ennemis, effaçant les informations qui pourraient les gêner, propulsant les politiques qui pourraient l’aider ? Ce même Xavier Niel dont la fortune dépends de la régulation de l’Etat, qui, en lui retirant des licences, pourrait le réduire à néant comme il l’a rendu milliardaire ? Ce même Xavier Niel qui a investi dans tous les médias parisiens non détenus par des oligarques jusqu’alors, de Mediapart à Le Monde en passant par l’Obs, pour “qu’on ne le fasse pas chier” (dixit), et pour, avec l’aide de son homme de main Louis Dreyfus, s’assurer que les “bons” journalistes seraient recrutés et promus, les autres virés ou inhibés. Ce même Xavier Niel qui, en janvier 2014, lors d’un déjeuner, m’annonçait l’élection de Macron. Macron qui n’était alors que secrétaire général adjoint de l’Elysée, que personne ne connaissait, et qui ferait bientôt les couvertures de tous les médias de Niel, comme il le ferait de tous ceux de Lagardère (…)

          Tous ces gens remettent en place à leur échelle le système créé par leur aîné, qui consiste à piller les poches de l’Etat après avoir prétendu se mettre à son service. Rappelons que Macron cumulait les millions à Rotschild à à peine trente ans en y vendant réseaux et connaissances de l’ENA, l’IGF et la commission Attali. Réseaux et connaissances censés lui avoir été attribués pour servir l’État, et non pas se servir soi.

          Tous ces gens, par l’élection, pensent avoir été sanctifiés, et par la complaisance que le petit Paris – qui est au courant de toutes ces manoeuvres, les voit et les couvre en direct – leur a octroyé, légitimes pour à leur tour créer leurs réseaux d’affidés.

          Voilà comme se constituent en France les “miracles” que la presse va bêtement relayer. Voilà comment l’on se retrouve dirigés par des gommeux sans talents, exploitant et pillant les ressources d’Etat au service de leur intérêt.

          Voilà comment un pays s’effondre dans la médiocrité. Spectateurs des mouvements des grands, finançant leurs ascensions et subissant leurs coups et petits mots lorsqu’ils ont besoin de se défouler, il ne nous reste plus qu’à, ébahis par leur maîtrise, les féliciter.

          Ces êtres ne sont pas corrompus. Ils sont la corruption. »

          • Je me méfie de Branco : c’est un type d’extrême-gauche, qui a une vision sérieusement biaisée de la politique selon qu’on est de son camp ou non.
            Je l’ai écouté avec attention quand il a sorti ses révélations, mais depuis que j’ai vu son parti-pris, je ne l’écoute plus.

          • Pour corroborer ce point, un parmi tant d’autres c’est engraissé largement sur la bête et en famille : c’est le brillantissime hollande (et pour la famille : sa concubine la royale -pas la Marine Nationale mais la folle du Poitou) qui a acheté recemment une maison à Paris pour 4 M€ (au prix du metre carré, on se demande toujours comment ils obtiennent ces prix-là, mais bon!!!) et a fait 400 k€ de rénovation. On se demande comment ces personnages (hauts fonctionnaires) arrivent à voler autant à l’état pour le travail accompli.
            La majorité des hommes politiques profite largement de ce système corrompu où peu de personnes peuvent accéder, on défend le fromage!!!! tant qu’il y a des cons qui payent, on profite du système.

            Nous devrions être outrés, revoltés…mais on est des anes battés qui continue de voter pour cette forme d’oligarchie.

    • @Jacques c est sans doute parce qu il est décadent et immoral que B Griveaux a gravi tant d echelons. Ce n est pas une conséquence mais un pre requis . Le type est passé par les écuries Strauss Kahn …

      • C’est l’impression que j’ai aussi. Le processus électoral abîme, à n’en pas douter, cependant il me semble déjà sélectionner certains profils à la base.

      • En effet. Le monde politique en France est tellement verrouillé qu’il est sans doute compliqué de parvenir au sommet si on refuse toute compromission.
        (quoique : certains plus que d’autres, à mon avis – je ne place par exemple pas Fillon dans la même catégorie que Griveaux)

        Je trouve plus sain un système comme celui en vigueur aux USA, où une personne pas du tout du sérail peut se présenter aux primaires et se voir investie pour la présidentielle.

  • qui imagine le général De Gaule…

  • 200% ce que je pense.
    Nous sommes dirigés par des personnes dont les seules qualités (!??!?!) sont le toupet, un excès de confiance en soi et souvent un verbe excessif (flot ininterrompu de noms qui me viennt a l’esprit : jv p…, Cécile d., Emmanuelle c., Jf l., Francois h., Raquel g., Jl m., Joachim s.f., Christophe c., Marlene s., ……. et maintenant Benjamin g.).
    Mais, …. pourquoi et comment arrivent-ils la ?
    Parce que les médias leur font de la place et que les Français (notablement sous éduqués depuis une trentaine d’années) préfèrent une grande gueule a un sage.
    Nivellement par le bas.

  • On oublie un peu vite que l’envoi d’une telle vidéo à une personne en dehors de son consentement constitue un délit d’exhibitionnisme normalement poursuivi par la loi.
    La destinataire pourra-t-elle porter plainte ?

    • Sauf que je doute que ce soit le cas. Quelqu’un a-t-il les détails techniques sur la chose ? A quelle occasion précise cette vidéo a-t-elle été faite ? S’il s’agit d’un chat « coquin », la demoiselle savait très bien ce qu’elle faisait.

  • Ce Marquis de la Pignole a voulu se croire au-dessus des lois, inateiganble… Il est l’archétype du macronard à savoir sûr de lui, imbu de sa personne, magouilleur, « nouveau monde », et surtout arriviste aux dents longues. Comme dirait h16, nous ne sommes pas sur le terrain de la vertu, ni de la morale (chacun fait ce qui lui plait dans le respect des lois) mais bien dans la responsabilité donnée à nos gouvernants qui doivent se protéger. Malheureusement ils ont tendance à confondre pouvoir et lupanar en s’autorisant à être « border line » sur leur agissement.
    Au moins il prendra une bonne baffe dans la gueule et cela lui servira de leçon, si il arrive réellemnt à comprendre car on peut être éduqué et con comme un manche.

  • Enérvée la de Malherbe ce matin sur BFM face à Branco,fallait pas toucher à son Griveaux chéri!Elle était plus son avocate que journaliste,on s’en fout de ce qu’elle pense!!!
    Après l’hypocrisie tout le we de la classe politique qui a sorti l’artillerie lourde avec la « démocratie en danger » alors que ce sont eux qui l’ont mise en danger depuis plus de 40 ans de nullité et d’incompétence crasse,les journalistes se parent de la vertu du droit à la vie privée!
    Cette classe politico-journalistique qui fraye ensemble ne supporte pas que la piétaille soit au courant de secrets et petits arrangements qu’ils étaient les seuls à connaître auparavant.
    Que n »aurait-on dit si un ado dans un collège avait fait pareil,conseil de classe, exclusion…et c’est normal,et les parents incompétents,manquements de l’EN il faut plus de moyens(comme toujours)….alors que là c’est le pauvre Griveaux.
    Les réseaux sociaux ont bon dos,ils n’existaient pas du temps d’Edern Hallier sous Mitterand qui faisait sortir des infos que le tout Paris connaissait.

  • Je me rappelle vaguement d’un discours à l’assemblée nationale où Taubira rappelait la loi existante sur le mariage avec le passage sur la fidélité. Tout le monde à l’assemblée avait ricané, y compris elle.
    Mais qui sont-ils pour ricaner lors de la discussion des lois qu’ils votent après avec le plus grand sérieux ? Je pense que fondamentalement ils pensent ne pas être concernés par leurs lois et leurs discours qui ne s’adresseraient qu’à des enfants.

    A côté de ça, en effet les candidats crient au scandale quand on fouille dans leur vie privée alors qu’ils veulent des lois pour permettre au gouvernement de le faire. Mais ce qui me semble important c’est qu’ils mettent aussi en scène leur vie privée, invitant justement tout un chacun à y regarder de plus près. Le buzz des révélations me semble à la hauteur du bourrage de crâne que nous subissons avec les campagnes électorales.
    Enfin la polémique médiatique me semble se construire sur l’affrontement entre l’économie libre du web (ou pseudo-libre, les gouvernements faisant tout leur possible pour la re-centraliser, pour faire émerger des géants qui peuvent leur servir d’interlocuteurs, pour prohiber des comportements individuels non soumis à des autorités professionnelles, corporatistes, spirituelles, ethniques ou autres) et l’économie de plus en plus administrée de l’industrie médiatique traditionnelle. Les journalistes dénoncent en effet la divulgation non contrôlée des vidéos en question, mais, se positionnans eux-mêmes comme défenseurs de la même moraline que les candidats aux élections (et grands influenceurs des résultats), ils sont les vrais acteurs de le pression morale qui ont poussé au retrait de la candidature.

    Pour moi c’est là que ça se joue : l’industrie médiatique traditionnelle profite de cette affaire pour essayer de peser sur les politiques dans le but de continuer à être protégée de la concurrence, recevoir des subventions, bénéficier d’un système de licence sur les moyens d’exercice de la liberté d’expression jusqu’à espérer le voir généralisé.

  •  » les élus que le peuple choisit sont trop souvent des imbéciles  »
    certes mais les ministres ne sont pas des elus

  • Ah ah l’ère du numérique, même à des enfants de 12ans on leur explique.
    Je crois qu’on va soit beaucoup rire de leur connerie soit beaucoup pleurer de leur incompétence

    • Trop tard, c’est déjà commencé, au point même que ça devient lassant .

    • LOL ! J’ai sur mon bureau depuis des années un tapis de souris qu’on distribuait dans les lycées et collèges pour sensibiliser les jeunes aux dangers d’Internet. Ca s’appelle d’ailleurs « Ze monstres du Net ». On y lit le conseil suivant, à la rubrique « Tchats » : « je n’utilise ma webcam qu’avec ma famille et mes amis ».

  • Peut-être a-t-il confondu l’ère du numérique et l’aire du nu.mérique ?
    Depuis plus de 40 ans la classe politique cultive l’art de l’hypocrisie et celle de la contradiction.
    Aujourd’hui, le temps de la récolte est venue et un de ces polytocards se les prend dans les dents en plein élan.
    L’hypocrisie et la contradiction fleurissent au grand jour éclairant ces sombres abrutis d’une lumière inhabituelle.
    Ne pleurons pas pour lui, il aura les moyens de se faire une belle dentition, telle que le sans-dents moyen ne pourra jamais l’imaginer.

    • C’est depuis toujours, pas seulement depuis 40 ans, que les personnes qui règlementent la vie des autres considèrent qu’ils ne sont pas concernés par leurs propres règles.

  • Que les politiques hurlent de ne pas pouvoir faire comme mitterrand (qui logeait sa maitresse et sa fille adulterine a l elysee sans le cacher) ca se comprend
    Que les journalistes hurlent avec, normal. avant il y avait les gens qui savaient et le vulgum pecum qui lui ignorait tout. C est exaltant de se sentir superieur. Pensez a F Giroud ecrivant un livre aux edition Mazarines qui raconte un president ayant un garcon adulterin. Il y en a qui devait se gondoler en 1983 …

    Pour le reste, je trouve tres bien que Griveaux soit mit devant ses contradictions : je joue le pere de famille modele cote pile et j envoie des videos X a des jeunes femmes cote face. Et quand on pense qu il etait deja ministre a l epoque 🙁

  • Je ne résiste pas à vous faire partager cette vidéo d’une humoriste par le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=9Z1-0kGcljA
    Elle y explique que l’ancien porte parole du gouvernement s’essayait au langage des signes pour expliquer aux citoyens l’action politique actuelle.

  • Et au fait, quid de ceux qui ont envoyé des menaces de mort à la jeune Mila ? Il ne semble pas qu’on les recherche aussi activement que les responsables de la « fuite Griveaux ». Pourtant, les menaces de mort sont passibles des tribunaux, si je ne me trompe ?

    • bah la pauvre gamine a osé blasphémer , horreur et damnation ! Personne ne s’est manifesté pour la défendre : les féministes ont les foies, les LGBT ont la trouille, nos gouvernants sont paniqués… a minima ! et surtout les élections approchent (il y a toujours des élections en vue dans ce pays !) alors ceux qui ont proféré des menaces de mort à l’encontre de Mila ont la vie devant eux ! Pleine et belle, personne n’ira les enquiquiner de si tôt !

  • Allez Benjamin, reprends-toi en main !

  •  » les hommes politiques , c’est comme les couches , on doit en changer souvent ….et pour les mêmes raisons… »( sir Georges-Bernard Shaw )

  • comme le dit si bien H16 ce qu’il faut retenir c’est que depuis des décennies on a des branques aux commandes , et que cela satisfait la majorité des français …quelque part on a ce qu’on mérite et c’est bien là le problème…n’empêche que Grivaux c’est une sacré burne ^^

  • .la vie privée de griveaux…il a envoyé une vidéo à la nana, non?

    volontairement , non?
    alors illégal..peut être…
    mais violation de la vie privée on est à la limite… c’est la vie privée de la nana..elle a théoriquement le droit de le rendre public.. je me demande si il est illégal d’en parler d’ailleurs..je ne connais pas le détail de la loi…

    pour des raisons obscures , le cul semble à part, et les images semblent à part, mais si griveaux avait tenu des propos odieux racistes ou antisémites et envoyé un mail ou une vidéo à une personne…
    je ne suis pas certain que les réactions auraient été les mêmes et pourtant…

    d’ailleurs on n’arrive simplement pas à ne pas se foutre non pas de l’immoralité de griveaux mais ou bien de sa stupidité ou bien de son sentiment d’impunité…

    et là peu importe le moyen..l’information est véritable..la démonstration de la nullité de griveaux est patente…
    sa réaction est d’ailleurs mauvaise..

    • Oui, ce que l’on a partagé par définition devient public.
      Mais ce n’est ni ce que dit la loi, ni ce qui est communément admis, et c’est bien là le problème.

  • je lis dans un article de presse ;.. » Sa compagne, Alexandra de Taddeo, a également été placée en garde à vue pour « atteinte à l’intimité de la vie privée » et « diffusion sans l’accord de la personne d’images à caractère sexuel ». »
    si vous dites que vous avez couché avec une personne..et que c’est exact vous êtes donc susceptible d’etre inculpé?

    • on admire avec quelle célérité la Justice s’empare d’affaires d’importance !!! Il y a des voyous qui doivent bien rigoler !

  • Bravo!
    Excellente analyse!

  • Je pense que cette polémique vie privée, vie publique, jusqu’où pouvons nous aller dans les médias traditionnels ou sur le net et bla et bla c’est exactement ce qu’attendent les auteurs de ce méfait, pour noyer le poisson. Quitte encore à succomber à la paranoïa, à la théorie du complot tant pis; à qui profite ce lynchage ? Voila un candidat en complète perdition que la présidence avait adoubé du bout des doigts, et maintenant à 2 mois de l’échéance on place une remplaçante dont le profil colle au combat du moment, une lutte maintenant 100% féminine, une universitaire médecin qui sied mieux à la sociologie des bobos de la capitale et permet de chasser sur les terres de Villani, en prime on charge la mule russe et le net, que du benef. Oui c’est l’affaire Fillon mais généré en interne et ester dans le cadre de la boutique journalistique et sociologique c’est regarder ailleurs et quelque part accepter de rentrer dans la manipulation.

  • Cette pratique explique peut-être que B. Griveaux restait sourd aux revendications des gilets jaunes.

  • Une tempête dans un verre d’eau ! Nous connaissons toutes et tous les turpitudes – à tous niveaux – de cette gente « politique » ainsi que la coupable mansuétude, voire hypocrisie… de ladite mainstream presse…
    Malgré cela, et avec les règlements de comptes habituels, les français éliront pourtant, et pour de trop longues années, des incompétents aux élastiques et inadaptés comportements… !
    In fine, la « leçon » donnée aux – jeunes et… « jeunes » – ne va évidemment ni dans le bon sens, surtout pas dans le sens commun… !

  • une fois n’est pas coutume. Deux propos que je crois mal comprendre :

    1) « À commencer par celle qui fut la réceptrice initiale des vidéos qui s’est montrée, ici, en dessous de tout et au sujet de laquelle peu nombreux sont ceux qui s’indignent, et surtout pas les féministes. »

    en quoi est-elle en dessous de tout ?

    2) « Macron et toute l’équipe derrière lui sont l’aboutissement de décennies à choisir des gens qui déclenchent les bons signaux, les bonnes émotions »

    quels bons signaux et quelles bonnes émotions ?

    merci

  • En utilisant la vulgarité (trompouille sa femme, fricote à droite et à gauche, queutards), vous transformez insidieusement la victime (Griveaux) en coupable. Sans le dire expressément, bien sûr. La tonalité de votre article ne vous grandit pas. Il faut choisir son camp, très clairement : pour ou contre les assauts de violence médiatiques qui détruisent la démocratie.
    Sinon, vous n’êtes pas un libéral, mais un éditorialiste opportuniste caressant son lectorat dans le sens du poil.

    • Oh non ! L’idée qu’il faut choisir son camp et si les coupables sont d’un côté, alors de l’autre on a forcément des victimes, cette idée est le dada de la presse et des politiciens d’aujourd’hui, mais ne vaut pas un coup de cidre. Chacun peut et doit juger par lui-même si l’un ou l’autre des protagonistes est victime ou coupable, mais la violence médiatique est parfaitement anecdotique et négligeable par rapport à la complaisance des mêmes médias envers le mensonge et l’hypocrisie. Le libéralisme, ça n’est ni la démocratie (dont se vantaient la quasi-totalité des pays du bloc de l’Est), ni le respect d’une « liberté de dissimulation ».

    • Moi je suis contre les assauts de violence médiatiques qui détruisent la démocratie, c’est à dire : le bourrage de crâne des campagnes électorales, les mises en scène des candidats de leur vie privée, leurs discours moralisateurs et culpabilisants.
      Plus globalement je soutiens la fin des subventions données à l’industrie de la presse, la redistribution des licences d’exploitation des fréquences audiovisuelles aux FAI et l’interdiction à ceux-ci de se mettre en concurrence avec leurs propres clients.
      Un candidat se prend les pieds dans le tapis du copinage avec l’industrie médiatique… le problème c’est ce copinage, ça entraîne des dérives, des dérives dans tous les sens.
      Vous auriez déjà dû considérer comme scandaleux le bourrage de crâne d’avant la publication de la vidéo, il faut choisir son camp en effet.

    • Si ça se trouve, actuellement, sur Pornhub, il y a Roger, humble villageois de Montcul, en train de se masturber, et que Georgette, du même village, va diffuser la vidéo sur son compte twitter… Même scenario, mais pas même peine dans ce cas, car Roger va très certainement pas porter plainte (car bon, ça lui donne une réputation à Roger dans Montcul du coup…)

    • en coupable de quoi???..il n’est coupable de rien sinon d’avoir éventuellement trompé sa femme..

      et je le répète il a donné une vidéo de lui en train de se masturber à une femme qu’il ne connait pas ..elle n’a pas été volée..ce n’est pas le fruit d’une violation de la vie privée de ce « couple »..

  • * C’est d’abord 1 histoire digne d’1 roman de Stendhal, Balzac ou d’Emile Zola… les bas-fonds de la politique ! Qu’il aille se cacher et j’espère qu’il ne sera pas recyclé ni dans la politique, ni dans la Nomenklatura FR ! Municipales : Quoi,beaucoup de listes LREM dissimulées sous une étiquette passe-partout ? Ils vont se ramasser des veste et ce ne sera pas volé !
    https://fr.blastingnews.com/politique/2020/02/municipales-beaucoup-de-listes-lrem-dissimulees-sous-une-etiquette-passe-partout-003067487.html?fbclid=IwAR08iM77_p1V_I76kxGoo5UN0DrmQ5Grk-DbpLfNW4_f1N2E-q2Sa97GREg
    * Des télés serviles essaient de jeter l’opprobre, se retournent contre les internautes pour sauver la face de leurs Municipales à grand renfort de médias comparses : Voilà ce qui se passe sur les chaines de désinformation pour ceux qui osent s’opposer à l’enfant roi, quand ils ne sont pas tout bonnement blacklistés. Et après ça, ils pleurent d’être maudits sur les réseaux sociaux. A qui la faute ?
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=210398066776543&set=a.109875996828751&type=3&theater&ifg=1

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Gergau[1. Professeur d'économie, Kedge Business School.], Abdul Nour[2. Visiting Associate Professor of Politics, New York University Abu Dhabi.] et Abel Françoi[3. Professeur de sciences économiques, Université de Lille.]. Un article de The Conversation

Le gouvernement français a prévu d’organiser les 20 et 27 juin prochains les élections régionales et départementales après des hésitations quant à leur maintien ou report éventuel, dans un contexte sanitaire compliqué.

Le débat sur la pertinence du maintien de ces él... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

De « grands stratèges » proposent de créer un grand ministère de l'Écologie incluant l'agriculture.

Étonnamment, c'est le cas du député paysan de la Creuse LaREM Jean-Baptiste Moreau, et aussi de M. Gilles Luneau dans « Arrimer l’agriculture aux engagements climatiques de la France », dans Le Monde du 26 juin 2020 (date sur la toile). Pitié...

(Source)

L'opulence de Paris

Cet « arrimage », ou plutôt ce phagocytage, a été réalisé à la Mairie de Paris : parmi les 37 adjoints figure, en 26e position, ... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

La très faible participation lors du deuxième tour des élections municipales n’a pas suscité beaucoup d’émoi. Il faut dire qu’elle avait une explication toute trouvée dans les circonstances assez exceptionnelles dans lesquelles celles-ci ont eu lieu : un premier tour dont le maintien a suscité de nombreuses polémiques, la peur toujours présente de l’épidémie, le long intervalle entre les deux tours, le manque de couverture médiatique d’un sujet passé au second plan…

D’autant plus que cette désaffection arran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles