Voter en temps de pandémie : l’enseignement des municipales de 2020

La question posée est celle de l’impact de la tenue d’un scrutin en période de pandémie sur la mobilisation électorale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Glen Carrie on Unsplash - https://unsplash.com/photos/wzKHNVTZmZo

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Voter en temps de pandémie : l’enseignement des municipales de 2020

Publié le 20 avril 2021
- A +

Par Olivier Gergau1, Abdul Nour2 et Abel Françoi3.
Un article de The Conversation

Le gouvernement français a prévu d’organiser les 20 et 27 juin prochains les élections régionales et départementales après des hésitations quant à leur maintien ou report éventuel, dans un contexte sanitaire compliqué.

Le débat sur la pertinence du maintien de ces élections enfle dans le pays autour de plusieurs questions portant essentiellement sur la faisabilité du scrutin et de la campagne électorale, alors que les questions relatives à la participation électorale et aux choix de vote sont largement ignorées.

L’étude qui vient d’être publiée dans la revue PloS One apporte pourtant un éclairage important sur les effets de la pandémie de Covid-19 sur les dernières élections municipales de 2020.

La question posée est celle de l’impact de la tenue d’un scrutin en période de pandémie sur la mobilisation électorale.

Quelques études ont été menées depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Les analyses traitant des effets de la Covid-19 et des politiques qui y sont associées portent sur quatre pays uniquement et étudient la mobilisation de l’électorat et les suffrages obtenus par les certaines catégories de candidats.

Ainsi, les travaux des chercheurs Leonardo Baccini, Abel Brodeur et Stephen Weymouth ont montré comment le nombre de cas locaux de Covid-19 avait affecté négativement le vote en faveur de Donald Trump ; et ce quelles que soient les réponses publiques locales à l’épidémie. Pour l’Espagne, il apparaît que la participation électorale lors des élections locales du Pays basque a été réduite par la présence de la Covid-19.

Cela est confirmé pour les mêmes élections, mais à l’échelle de l’ensemble du pays, sans pour autant que cela s’accompagne de changements significatifs dans la distribution des suffrages. Les élections locales en Bavière de mars 2020 ont fait également l’objet de deux études. La première conclut à un effet d’accroissement de la participation et un vote en faveur des candidats sortants en lien avec la mise en place de l’état d’urgence sur le territoire. La seconde montre que la crise a essentiellement bénéficié au parti dominant dans la région et à ses candidats.

Avec des méthodes et des matériaux variés, elles montrent donc des résultats ambigus sur la participation comme sur les choix de vote. L’ONG IDEA a ainsi comparé 36 scrutins avant et après la pandémie : dans 12 cas, la participation a augmenté, et dans 14, elle a diminué.

Le cadre des élections municipales de 2020

Le cadre des élections municipales françaises de 2020 offre quant à lui des éléments de réponse très intéressants, car le premier tour a eu lieu au tout début de la pandémie, c’est-à-dire lorsque le risque associé à la maladie ainsi que le risque de contamination étaient très difficiles à estimer pour les électeurs potentiels.

Deux informations étaient alors disponibles au moment du vote : d’une part, un risque plus élevé pour les personnes âgées et l’existence d’un certain nombre de clusters de contamination d’autre part sur le territoire. La distribution par âge des populations communales permet alors d’approximer le premier risque, les communes comportant une population plus âgée ont un risque accru associé à la maladie.

La distance par rapport à ces clusters (voir carte n°1), quant à elle, permet d’approximer le second risque : dans les villes plus proches des clusters, on peut supposer que le risque perçu d’être infecté est plus élevé que dans les villes plus éloignées.

vote pandémie
Carte n°1 : Principaux clusters Covid-19 à la veille du premier tour des élections municipales du 15 mars 2020.A.Noury et coll.

 

Les conclusions de notre étude indiquent clairement que le développement de la pandémie a dégradé la participation électorale, tout autre facteur explicatif de cette dernière pris en compte.

Il y a d’abord un effet global se manifestant par une baisse généralisée de participation d’environ 20 %  ; et ce, pour l’ensemble des communes et sans qu’il soit possible de distinguer l’effet pur de la pandémie.

Il y a ensuite un effet localisé lié à la composition de la commune. Ainsi, les communes « âgées », c’est-à-dire dont la proportion de plus de 65 ans est supérieure à la médiane nationale, ont vu leur participation augmenter avec la distance aux principaux clusters de l’époque.

En moyenne, les communes situées à moins de 100 km des clusters ont connu des taux de participation plus faibles de l’ordre de 1,6 à 1,9 point de pourcentages par rapport aux autres communes, comme on peut le voir sur le second graphique.

Pour les communes « jeunes », l’effet de la distance est inverse. Plus celles-ci sont éloignées d’un cluster, plus la participation diminue dans un radius de 250 km autour de ces derniers. L’étude constate également que la participation a fortement varié en fonction du nombre de listes en compétition ; les électeurs se déplaçant plus massivement là où l’enjeu du premier tour était important, c’est-à-dire là où il n’y avait que deux listes engagées.

Les effets de la participation

Ces résultats posent la question des effets de la participation, et donc de la pandémie, sur les choix électoraux exprimés. En effet, l’abstention plus importante d’une partie de l’électorat peut avoir des conséquences sur le scrutin. La sincérité de ce dernier a donc potentiellement été la plus affectée dans les communes proches des clusters par un double phénomène :

  • une participation accrue dans les communes à profil « jeune »
  • une participation moindre dans les communes à profil « âgé ».

Il apparaît dès lors important de garder en tête que la pandémie affecte les électeurs différemment en fonction de leur profil et, assez logiquement, en fonction du risque encouru pour aller voter.

Organiser les prochaines élections est tout à fait possible, même si des éléments nouveaux ont été proposés lors des débats parlementaires, comme le vote par correspondance, sans être retenus par le législateur. Il faut néanmoins savoir que la manière dont les futurs scrutins seront organisés aura des répercussions sur la participation et donc sur le résultat final.

Un déplacement d’une semaine du scrutin n’aura qu’un impact extrêmement marginal. Car l’épidémie, toujours en cours, a eu et aura des effets sur la participation.

Sur le webThe Conversation

  1. Professeur d’économie, Kedge Business School.
  2. Visiting Associate Professor of Politics, New York University Abu Dhabi.
  3. Professeur de sciences économiques, Université de Lille.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • On nous a dit, vaccinez vous et vous serez protéger.
    Soit, mais depuis quelques temps, une petite musique laisse entendre que ce n’est pas tout à fait vrai.
    De quoi dissuader les « mauvais électeurs » plutôt âgés de rester chez eux!
    Et d’avoir un doute sur leur organisation idéale et honnête!
    N’oublions pas que Macron aura tout essayé pour reporter ad vitam æternam toutes les élections sauf la sienne!

  • On entend encore la France brailler en tous sens pour ou contre le maintien du scrutin en 2020….peu importe pourvu qu’on braille….

    • « On entend encore la France brailler »

      Brailler ou braire (vieux françois).

      Dans le Nord, ça veut dire pleurer pour un bébé. Ailleurs c’est le cri de l’âne.

      Dans tous les cas c’est assez approprié mais n’est pas limité aux élections …

  • il n’y a pas tant de pandémie qu’une crise politique majeure !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Édouard Fillias est un entrepreneur, auteur et ancien homme politique français. Il a fondé en 2001 l'association française Liberté Chérie (initialement baptisée Liberté, j'écris ton nom), et a été président d'Alternative Libérale, parti politique français qu'il a également fondé avant d'être désigné candidat pour la présidentielle de 2007 sur la ligne d'un « libéralisme grand angle ».

En campagne, il a défendu la fin du monopole de la sécurité sociale pour l'assurance maladie et les retraites, la réduction du rôle de l’État et la défen... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles