La location de particulier à particulier bientôt impossible ?

Petit à petit, dans notre pays qualifié d’ultra-libéral, les libertés économiques régressent tandis le capitalisme de connivence progresse sans rencontrer d’opposition.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Il est sciant by la Ezwa (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La location de particulier à particulier bientôt impossible ?

Publié le 7 février 2020
- A +

Par Simone Wapler.

Deux mesures – censées améliorer les rapports entre locataires et bailleurs et fluidifier le marché – sont actuellement à l’étude. Elles ont un point commun : rendre inévitable le recours à un professionnel de l’immobilier.

La première mesure consisterait à créer un fichier national des locataires « mauvais payeurs » consultable par les seuls agents immobiliers, les particuliers et bailleurs qui gèrent en direct n’y ayant pas accès. C’est une initiative privée, émanant de la Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM).

La Confédération nationale du logement est vent debout contre ce projet, hélas pour une mauvaise raison, son président estimant que « la première cause de non-paiement des loyers, c’est la cherté des loyers, ils sont devenus inaccessibles ». Le bailleur s’assure auparavant que son locataire a les moyens de payer en ayant connaissance de ses revenus.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés se pose quant à elle en arbitre sourcilleux : « Si ce projet était effectivement envisagé, il devrait être encadré de très fortes garanties pour les personnes concernées ».

Comme d’habitude on nous propose une mauvaise solution à un problème qui ne devrait pas exister. Car il ne devrait pas y avoir de mauvais payeurs. C’est la loi, très favorable aux locataires au détriment des propriétaires, qui suscite les mauvais payeurs. Les mauvais payeurs sont rares mais le risque est très important pour le bailleur.

Procédures d’expulsion interminables

Lesdits mauvais payeurs sont d’ailleurs peu nombreux et les mauvais payeurs pour cause de vraie détresse sont encore plus rares. Interrogez n’importe quel huissier de justice, il vous confirmerait qu’environ 95 % de ses dossiers d’expulsion ne concernent que des personnes indélicates et non pas des cas de vraie misère (longue maladie, séparation brutale, pensions alimentaires impayées).

Ces cas sont d’ailleurs vite résolus et les logements sociaux sont justement faits pour cela.

Les procédures d’expulsion prennent dix-huit mois lorsqu’elles sont expéditives. Elles commencent généralement seulement après trois mois d’impayés, un magistrat dédaignant le plus souvent de traiter un dossier plus tôt.

Cela fait vingt-et-un mois de vol subi par le propriétaire qui de surcroît continue à payer les charges, les impôts fonciers, les assurances, l’avocat et l’huissier.

Même si les filous sont rares, si le propriétaire tombe sur l’un d’eux son risque est très important. C’est cela le vrai frein. Dans tous les autres pays développés, les expulsions sont rondement menées, les lois défendent la propriété privée et non pas de vagues « droit à ».

Au Québec, qui est coutumier de températures hivernales de -40°C, trois semaines de retard de paiement de loyer suffisent à déclencher la résiliation du bail et une procédure d’expulsion à n’importe quel moment de l’année.

Donc, plutôt qu’un fichier de mauvais payeurs réservé aux professionnels, il faudrait que le droit protège la propriété privée excluant rapidement du marché quelques rares mauvais payeurs.

Dépôts de garantie consignés chez un agent immobilier ou un administrateur de biens

Une mesure inscrite dans le projet de loi du député Nogal envisage de rendre obligatoire la consigne du dépôt de garantie chez un agent immobilier. Il s’agit toujours et encore de réduire les litiges entre propriétaire et locataire.

On voit mal en quoi une telle disposition y conduirait. On peut logiquement penser que, face à un bailleur demandant à celui qui a la consigne de son dépôt de garantie de ne pas le restituer intégralement, le professionnel s’en remettrait à la justice pour trancher un litige auquel il est étranger.

Dans cette affaire, le législateur semble également avoir oublié que les taux d’intérêt sont négatifs. On pourrait imaginer cette conversation téléphonique de la part d’un professionnel consciencieux qui a collecté beaucoup de dépôts de garantie et les met sagement sur un compte de dépôt.

« M. Pierre Richard ?
– Oui
– Je ne vous dérange pas ? C’est à propos du dépôt de garantie que vous avez consigné chez nous.
– Oui ?
– Alors voilà. Nous avons choisi une banque très sûre. Et nous avons un gros montant en dépôts qui dorment puisque nous nous interdisons tout placement ou spéculation.
– C’est très bien. Et alors, où est le problème ?
– Eh bien, notre banque nous répercute les taux négatifs de la Banque centrale européenne. Elle nous fait payer pour conserver ces dépôts. Nous devons donc vous répercuter les frais…
– Attendez. Vous voulez dire que je vais payer pour avoir consigné de l’argent chez vous comme la loi m’y oblige ?
– Oui… C’est cela. Vous comprenez, garder cet argent pour vous nous coûte et nous n’en faisons rien. »

Surréaliste, n’est-ce pas ?

L’État a créé un problème.

Comme l’a dit Jean-François Revel,

« l’État, quand il veut corriger ses erreurs économiques, les aggrave. Il peut se comparer à une ambulance qui, appelée sur les lieux d’un accident de la route, foncerait dans le tas et tuerait les derniers survivants. »

En l’occurrence, le droit accorde désormais une valeur supérieure au « droit au logement » par rapport au « droit de propriété ». Ce faisant, l’État a instauré la défiance et grippé le marché. Alors pourquoi ne pas tout simplement faire machine-arrière pour supprimer la cause ? Pourquoi vouloir créer d’autres problèmes ?

Une autre explication peu reluisante

Si le marché locatif privé fonctionnait à plein régime, il faudrait moins de logements sociaux. Mais ce n’est pas l’intérêt de nos représentants élus, au contraire.

L’idéal, vu du professionnel de la politique, est de faire la part belle au logement social financé par l’argent des autres, celui des contribuables. En effet, tout logement social abrite potentiellement un électeur reconnaissant.

Le propriétaire-bailleur est donc désigné à la vindicte populaire comme un rentier qui en plus thésauriserait mal car il ne prendrait pas de risque. Ainsi, l’impôt sur la fortune a été supprimé pour les valeurs mobilières mais pas pour l’immobilier en devenant IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière).

Si ces projets aboutissaient, ce serait la mort du marché locatif de particulier à particulier. Un « professionnel de l’immobilier » deviendrait un tiers obligatoire avec le surcoût que cela comporte.

Petit à petit, dans notre pays qualifié d’ultra-libéral, les libertés économiques régressent tandis le capitalisme de connivence – qui en l’occurrence consiste à favoriser les agents immobiliers, gérants et autres – progresse sans rencontrer d’opposition.

Voir les commentaires (61)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (61)
  • de façon générale s’engager à respecter les termes d’un contrat , ça me fait penser aux histoires d ’employés licenciés pour des actes qui peuvent paraître insignifiants ou futiles..

    générosité » de pacotille..si vous êtes émus par une personne qui ne paye pas son loyer est mise à la rue..vous pouvez PAYER à sa place ou l’accueillir chez vous..
    ou si un ensemble de personnes craint de ne pouvoir un jour payer son loyer elle peut payer une assurance ..

    c’est très amusant, la situation du logement devrait être un exemple de pourquoi l’action de l’etat ne marche pas… quand l’etat aura totalement spolié les propriétaires de leurs biens… il forcera les gens à vivre à 10 dans des logements vétustes…mais tous pareillement donc ..ouf..ce sera égalitaire.

  • Les gens indélicats ce sont les parasites : ce sont eux qui touchent le plus d’aides, qui ne payent pas leur dû et qui dégradent le plus souvent le bien d’autrui. Des gens comme ça il y a en a aussi dans l’administration et dans le personnel politique. C’est même une institution avec moultes privilèges. La transformation est presque totale, les gens assez honnêtes et travailleurs sont maintenant des hôtes, y compris les gens dans la vraie merde (aléas de la vie).
    Lorsqu’il y aura trop de parasites, leur voracité les poussera bien à s’autodétruire !

  • Investir dans l’immobilier en france est une impasse…
    l’europe est vaste..
    par exemple
    un appartement dans le centre de Budapest est en dessous de 3000 le m2 ..pareil pour Varsovie.. etc.
    Voila vous avez compris

    • C’est en effet tentant, c’est mon cas en Europe du sud, mais difficile à mettre en oeuvre car nécessitant un gros investissement personnel du fait de la barrière de la langue, de la législation et de la fiscalité locale même si ces 2 dernières restent moins contraignantes qu’en France.

  • Avoir un fichier des locataires indélicats seulement consultable par les professionnels, c’est pratiquer une discrimination et reporter lesdits indélicats uniquement sur les propriétaires louant directement leur bien. En contrepartie, le Ministre du logement a envisagé de créer un fichier des propriétaires qui ne rembourseraient pas le dépôt de garantie, sans préciser qui pourrait le consulter. On ne nous dit pas qui tient ces fichiers, les critères d’enregistrement, la durée et qui le finance.
    La séquestration de tous les dépôts de garantie, probablement à la Caisse des Dépôts et Consignation, constitue en réalité l’objectif essentiel de ce texte cat il représente 4 Milliards d’Euros bien venus pour faire face au déficit public.
    Dans le marché de la location, 2 propriétaires sur 3 louent directement sans passer par une agence.
    La complexification progressive de la location, toujours approuvée par les intermédiaires immobiliers dans les opérations de vente et de location, vise à dissuader les propriétaires de gérer directement leur bien.
    Le vrai deal entre intermédiaires immobiliers et pouvoirs public est de récupérer ce marché pour les uns et cet argent pour les autres.

  • Investir pour louer , à Varsovie, Budapest , pourquoi pas à en Afrique ? il faut toujours investir près de chez soi, sinon, c’et la ruine !
    Quant à habiter à Varsovie, Budapest ou . . . en Afrique . . . pas pour moi.

    • Euh Varsovie n’est pas l’Afrique. C’est propre et ordonné. La difficulté, c’est la langue. Quant à aller en Afrique, on l’a déjà en France… donc…

  • On se doute bien que la FNAIM a téléguidé ce projet. Toutes ces odieuses connivences retombent sur les Français lambda, propriétaires, mais aussi locataires puisque les uns dépendent des autres.
    Le but est sans doute que les propriétaires se débarrassent d’un bien qui est source de tant de problèmes, bien qui sera préempté afin de faire du logement social, électoralement lucratif.
    Quand tout le monde ou presque sera locataire de l’Etat – ou de ses représentants locaux – nous aurons atteint le nirvâna socialiste français!

    • D’autant plus qu’à chaque fois que la propriété a des coûts qui augmentent, ils sont à plus ou moins long terme répercutés sur le prix des locations.

      • C’est pour cela que bcp de politiques poussent au contrôle du montant des loyers.
        Sauf qu’à moyen terme, le proprio finira par vendre par manque de rentabilité. Malheureusement, le moyen terme d’un proprio est équivalent du long terme pour un politique donc non quantifiable et sans intérêt électoral…

  • Une société qui ne respecte plus le droit de propriété n’est plus une société capitaliste qui donne la priorité à l’individu, mais une société socialiste qui donne la priorité à l’Etat.

  • Environ 23% du parc immobilier français est loué à des bailleurs privés. Ce parc immobilier comporte 36 millions de logements. Ce qui 8,23 millions de logements loués à des bailleurs privés. Disons (au pif), que chaque bailleur privé possède 2 logements en location, cela fait 4 millions de bailleurs privés.
    Donc l’Etat, pour du capitalisme de connivence avec la FNAIM, se fâcherait électoralement avec 4 millions de proprio. Mouais… je doute.

    • Sur un autre plan, l’Etat n’hésite pas à se fâcher avec 40 (?) millions d’électeurs pour sa réforme des retraites.
      Il suffit d’anéantir, au moins médiatiquement – mais parfois davantage (cf les GJ) – l’opposition. Et de compter sur les medias pour la propagande en mode lavage de cerveau avant chaque élection.
      Intervient aussi la personnalité de Macron. « Il ne doute jamais », a dit l’un de ses proches…

      • Le problème de Jupiter est qu’il usurpe son titre de dieu ,il n’est qu’un français moyen sans super pouvoirs .

      • ben quand vous écrivez « medias pour la propagande en mode lavage de cerveau  » et que je vois la situation quasi constante en France de conflit social, je doute.

      • « Il ne doute jamais » , c’est la raison pour laquelle c’est un crétin.

        • Et encore, si c’était la seule raison, mais c’est surtout un crétin car socialiste masqué . Ce n’est pas pour rien que la pravda hurle contre son libéralisme, nouveau nom du capitalisme de connivence pour mieux cacher la Mère Dochat

          • Masqué, masqué…
            Membre du Parti socialiste de 2006 à 2009, soutiens du socialiste Hollande en 2012, puis membre du gouvernement socialiste de Hollande.

    • Les propriétaires représentent une clientèle captive systématiquement dénigrée par les médias et le monde politique, supposée riche et donc taillable et corvéable à merci.
      Même chose pour la taxe foncière qui devrait augmenter pour compenser la perte de la taxe d’habitation.

      • Qui plus est, je ne pense pas que les propriétaires soient une population qui vote majoritairement à gauche… 🙂 🙂
        Donc un gouvernement de gauche ne prend pas de risque électoral à court terme en tapant dessus.
        Évidemment, les effet délétères apparaitront à moyen terme. Mais il sera facile de stigmatiser ces « méchants » propriétaires et de passer d’autres lois!

        • Mais… LREM n’est pas de gauche…
          C’est vrai que j’ai cru comprendre que selon votre spectre politique personnel, 95% des gens sont de gauche, à moins que je n’ai mal compris.

          • Les atteintes permanentes aux libertés, au droit de propriété ne vous suffisent pas pour comprendre? Si l’on rajoute l’obsession du tout état de quoi est-il plus proche du fascisme ou du libéralisme ?

          • C’est vrai, LREM est ultra-turbo-libéral, nous l’avions tous oublié ; et bien sûr hyper-méga-conservateur.

            • Vous trollez, Jacques…
              A moins que vous ne tentiez de mettre ces fausses paroles à mon actif. Ce ne serait pas la première fois que quelqu’un mente à mon sujet.
              « suppression de la flat tax , suppression de l’isf, réforme des retraites à point , travailler plus longtemps pour gagner moins et c’est prouvé par le conseil d’état , taxe sur le carburant , loi el komeri qui n’est autre que la loi de travail Macron permettant de licencié plus facilement , indemnités au prud’homme limite à 10000 €, privatisation de ADP, privatisation de la FDJ » => ce n’est pas de moi, je vous rassure.
              Le gouvernement Macron n’est pas ultra-libéral, ça c’est sûr et certain (à moins d’être totalement à l’ouest de la gauche, personne ne peut dire ça), mais il n’est pas socialiste ! Sinon, pourquoi il se fâcherait avec tous les travailleurs ? (mystère). Le gouvernement Macron est économiquement libéral, et interventionniste (ce qui ne veut pas dire socialiste, nuance).

              • Victima pauperem 🙁

              • Pantone a bavé: « pourquoi il se fâcherait avec tous les travailleurs »

                Les travailleurs sont fâchés à cause de la pauvreté et du chômage causés par le socialisme mais votre presse de gauche est arrivé à leur faire croire que c’était « la mondialisation » ou encore « les riches », ou comme vous le pensez vous-même le libre marché qui était responsable (sacré « libéral » !). En passant L’ISF c’était 0.31% du budget YOLO ! la France « startup nation » !!!!
                .
                Le socialiste Macron n’a plus un rond, c’est la faillite totale et l’économie est sinistrée. Il est obligé de desserrer un peu le goulag législatif, tripoter la pyramide de ponzi des retraites et vendre les bijoux de famille sinon, ce serait encore pire.
                .
                Ce qu’un troll socialiste comme vous appelle « libéralisation « , ce sont quelques gouttes de mauvaises réformes dans un océan d’étatisme.

              • L’ISF n’a pas disparu, il persiste pour les propriétaires foncier en s’appelant maintenant IFI.

          • Ce n’est pas comme si Macron était un ex membre du PS qui avait soutenu puis gouverné avec le socialiste Hollande avant de créer LREM, c’est vrai. D’ailleurs il a tellement allégé la fiscalité la plus lourde au monde.
            .
            Le taux de prélèvement obligatoire est passé de 45,5% en 2016 à 48,4% en 2018 !
            Non seulement ça augmente encore, mais c’est 20 points de plus que la Suisse et presque 10 point de plus que la moyenne euro.
            Vous êtes à l’erreur ce que Sisyphe est au rocher mon pauvre Pantone.

            • En comparaison, Sisyphe était un minuscule nain…

            • Guillaume,

              Vous écrivez « Le taux de prélèvement obligatoire est passé de 45,5% en 2016 à 48,4% en 2018  »

              Voyons…auriez vous oublié que depuis un certains ministre de l’économie sous Hollande on sait désormais que quand on augmente le déficit moins vite que l’année d’avant, on fait des économies.

              Alors, j’imagine quand augmentant moins vite les impôts que l’année d’avant, on libéralise l’économie!

              Et oui!

          • Bonjour, Pantone.

            Allez vivre quelques années à l’étranger, dans une démocratie libérale tant qu’à faire, et vous vous aperceverez qu’effectivement 95% de notre appareil politique en France se classe à gauche.

              • Ah oui, l’autre pays ridiculement socialiste en faillite.
                C’est le deuxième pour les prélèvements obligatoire juste derrière la France avec 47,2%, 53,2% pour les dépenses de l’état et 100% de dette.

              • Vous avez la frite humide…

              • Intéressant. J’ai alors une question pour vous.

                Pensez vous que c’est vous les Belges qui avez deteints sur nous, Français, ou l’inverse?

                • Votre question trahit une certaine méconnaissance de la Belgique, je le crains.
                  Dites moi, comment est-ce qu’un pays avec 95% de son appareil politique classé à gauche (selon vous) arrive-t-il à abriter 5% des millionnaires du monde alors qu’elle ne représente que moins de 1% de la population mondiale ? (Pour ne pas parler en %, il y a environ 2,2 millions de ménage millionnaires en France).
                  Ya un truc, non ?

                  • Pour vous la gauche c’est quand il ne reste plus un seul millionnaire ?
                    C’est d’une bêtise….
                    Mélenchon le millionnaire est de gauche, Mitterrand était entouré de milliardaires et une bonne partie des millionnaires français ont fait leur fortune soit en étant haut placé dans la hiérarchie d’état soit grâce au capitalisme de connivence.
                    https://www.wikiberal.org/wiki/Capitalisme_de_connivence
                    .
                    Les socialistes pillent et appauvrissent les petits (certains salaires ont 75% de charges) mais aiment beaucoup avoir de l’argent et de puissants amis, ils ne vont pas scier la branche sur laquelle ils sont assis.

                  • @Pantone
                    Bonjour,
                    2,2 millions de ménages millionnaires !? Sur 29 millions de ménages soit 7.5%.
                    Wikipédia parle de personnes millionnaires, pas de ménages.
                    « La France abriterait 9 % des millionnaires (valeur en dollars américains), soit 2,2 millions de personnes pour 50 millions d’adultes, ce qui la placerait au 3e rang mondial derrière les États-Unis et le Japon »
                    2,2 millions de personnes sur 50 millions donnent 4,4%.
                    C’est tellement turbolibéral que nous avions 39 milliardiares en France en 2017. L’Allemagne en comptait 117 en 2017. Singapour en comptait 21. Le R-U en avait 55. Les U.S.A comptaient plus d’un tiers des 1542 milliardaires de la planète.
                    https://www.businessinsider.fr/classement-pays-avec-plus-de-milliardaires-2017

                    Les socialistes ont besoin de la richesse d’autrui pour pouvoir la redistribuer et se servir au passage. Cependant, ils ont sutout tendance à appauvrir toute la population.

                    • Selon un article de Capital de 2019 :
                      « L’étude du Crédit Suisse s’est également intéressée à la situation des plus riches. Premier constat : les millionnaires sont de plus en plus nombreux dans le monde : 47,8 millions, soit 1,15 million de plus en un an. Une augmentation que le Crédit Suisse explique par la hausse de la richesse moyenne. En France par exemple, le nombre de millionnaires a augmenté de 93,8% entre 2000 et 2019 pour s’établir à 2,07 millions. »
                      Le terme turbolibéral est une invention des gauchistes pour décrédibiliser le libéralisme… vous trollez ?
                      Mais votre dernière phrase ? : dites vous que les socialistes créent des riches pour pouvoir les taxer ?

                    • Ma dernière phrase…
                      Je dis que les socialistes créent surtout des pauvres qui sont aussi taxés quand les riches ont disparu.

                      « Le terme turbolibéral est une invention des gauchistes pour décrédibiliser le libéralisme… vous trollez ? »
                      Non, je fais de l’ironie, voire du sarcasme.

                      Cette progression de 93,8% s’est faite malgré le socialisme. Sans ce dernier, la France irait donc beaucoup, beaucoup mieux.

                    • d’accord. Quand moi, je fais ça, c’est du trollage. Quand vous le faites, c’est de l’ironie, du sarcasme. Etrange…
                      Vous vous rattrapez aux branches du bonzaï avec les 93,8% :-).
                      Progression de 93,8% malgré un socialisme tout puissant totalitaire communiste collectiviste ? (ceci est du sarcasme, de l’ironie). C’est pas mal…
                      Je ne défends nullement les politiques françaises ou pas hein… Je relativise simplement quelques absurdités qui sont dites à droite à gauche.

                    • @Pantone
                      Bonjour,
                      « Quand moi, je fais ça, c’est du trollage. Quand vous le faites, c’est de l’ironie, du sarcasme. Etrange… »
                      … non pas tellement. J’ai fait exprès de ne pas mettre de guillemets à turbolibéral pour que vous puissiez jouer la victime.

          • formellement pantone a raison..

            lrem n’est pas de gauche.. si on pense que la gauche et la droite se définissent via la conviction..
            je me défini à gauche d’ailleurs..
            j’ai tendance à penser que c’est JUSTE car je suis d’origine modeste..et que je vois les pauvres d’un œil différent que les voient une personne d’origine aisée…

            peu importe ce qui compte désormais est l’étatisme…

            quasiment tous les parties politiques français voient l’etat comme la solution…et en effet ça doit faire pas loin de 95%…

            • Comme voyez-vous les pauvres ? De votre point de vue et comment pensez-vous que les personnes aisées voient les pauvres ?
              Perso, gauche et droite sont de nos jours des catégories dépassées, des mots dont le sens original ne correspond plus à la réalité.
              Et enfin, je pense aussi que l’immense majorité des politiques français sont étatistes (au sens léger du mot). La précision des termes est importante.

              • je vois les pauvres subjectivement…par rapport à moi…
                oui je pense que c’est non pas dépassé mais vide de sens précis..souvent inutile au débat..

                • Je ne comprends pas bien votre vision des pauvres, j’avoue.
                  Mais au moins, je suis bien d’accord avec ce que vous dites sur gauche-droite. Les citoyens ne s’y retrouvent plus dans ces programmes et promesses qui se ressemblent fort.

  • Quand les lobbys gouvernent on ne s’étonne de rien

  • Pas du tout. Je possède un appartement à Budapest. Pour l’acheter, passer par un avocat (en Hongrie, ce sont les avocats qui officient dans l’immobilier, pas les notaires) parlant anglais (il y en a plein) et utiliser Google Translate pour le reste. Bien que la traduction soit souvent imparfaite, cela suffit pour les cas courants.

  • Je n’ai pas compris …
    De nombreux propriétaires louent un bien sur de longues périodes disons de 35 à 85 ans ..soit 50 ans.
    3% de locataires mauvais payeurs/litiges chaque année
    donc 3% x 10 ans = 30 % .Sur 33 ans = ..100 %.
    Chaque propriétaire sur son « sacerdoce » sera abusé au moins une fois, au pire 1,5 fois ?

    • pas tout à fait..
      d’abord les taux de mauvais payeurs doivent sans doute varier selon les classes de biens. mais admettons.

      ensuite si vous faite l’hypothèse que c’est une probabilité… que cette probabilité s’applique sur tous les bien au hasard..( ce qui est sans doute faux) …

      la probabilité de ne jamais vous faire avoir..c’est 0,97 au bout d’un an…puis 0,97×0,97 l’année suivant ceux qui ne sont pas eus sont ceux de l’année précedente fois O,97
      vous trouvez juste une loi de décroissance façon exponentielle avec le temps..
      au bout de de 33 ans 36,6% ne s’est pas fait avoir.. sauf erreur…

    • Jacques a raison. Et également, un mauvais payeur 1X sera plus enclin à être un mauvais payeur une deuxième fois, les circonstances ou la mentalité risquant plus de se reproduire.
      L’immense majorité des gentils employés pépères avec salaire confortable n’auront jamais de raison de devenir mauvais payeur. Par contre, les travailleurs précaires, les personnes émergents difficilement dans ce système économique, eux, c’est plus risqué.

      • @Pantone
        Bonjour,
        « Par contre, les travailleurs précaires, les personnes émergents difficilement dans ce système économique, eux, c’est plus risqué. »
        C’est sûr que quand j’étais un employé précaire de l’Etat, mon loyer me prenait une bonne partie de ce que mon employeur voulait bien me laisser pour (sur)vivre. N’empêche que sur les quelques 900€ qu’il diagnait me laisser, mon loyer dépassait les 33%. J’ai quitté le logement en ne devant aucun loyer. Honorer mon loyer était ma priorité. J’aurais apprécié les 650€ dont il me délestait tous les mois. (C’est pour ma retraite, la Sécu, les soins, les routes, les hôpitaux, les services publics, etc…, rarement pour mes droits, ma protection personnelle et celle de mes biens). Mon loyer aurait moins été une épée de Damoclès sur ma tête.
        De même, j’apprécierai les 500€ qu’il me soustrait tous les mois.

      • la question n’est pas les mauvais payeurs qui sans doute existeront toujours mais le fait que les propriétaires ne peuvent pas les mettre dehors ..si des gens se soucient du sort des gens qui ne payent pas ( sans d’ailleurs considérer pourquoi!!) qu’ils payent… pas la peine de spolier les propriétaires…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'IREF-Europe

Le manque de logements est accusé de favoriser l’augmentation des loyers, de réduire la mobilité des actifs et d’empêcher l’éradication des logements insalubres. À dire vrai, les besoins de nouveaux logements sont incertains. Un chiffre annuel de 500 000 est régulièrement évoqué, mais jamais atteint. Il est vrai que malgré la baisse de la natalité, le besoin de résidences principales continue d’augmenter du fait notamment de la séparation des ménages, de la mise en couple tardive, du vieillissement, de l’imm... Poursuivre la lecture

Par Vincent Bénard.

Lors du congrès national HLM qui s’est tenu la semaine dernière à Bordeaux, le Premier ministre Jean Castex a, comme tous ses prédécesseurs, fait le constat d’une crise du logement liée à l’envolée des prix de l'immobilier dans les grandes métropoles, et sans la moindre originalité, a promis de saupoudrer quelques millions d’argent-dette pour aider les communes à relancer la construction sociale. Il s’est en outre engagé à faire respecter avec fermeté la loi SRU, qui impose désormais 25 % de logements sociaux par ai... Poursuivre la lecture

Par Adrien Boros. Un article de l'Iref-Europe

Une histoire banale. Elle se situe dans un immeuble modeste d’une ville moyenne. Il s’agit d’un petit logement avec un petit loyer. Ayant été occupé pendant des années, il est aujourd’hui en mauvais état. Au départ du dernier locataire, le propriétaire décide d’entreprendre des travaux lourds de rénovation, dont notamment le remplacement de tous les châssis vitrés par des doubles vitrages, l’isolation des murs, la mise aux normes de l’électricité, etc.

Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles