Le droit au blasphème devrait être garanti par la Constitution

La dérive liberticide inquiétante qui contamine la société française de la base au sommet doit être endiguée coûte que coûte.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
liberté d'expression By: Taymaz Valley - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le droit au blasphème devrait être garanti par la Constitution

Publié le 22 janvier 2020
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Je découvre avec effarement cette affaire #JeSuisMila, 16 ans, en danger de mort pour avoir critiqué l’#homophobie et la #misogynie dans l’#islam et « toutes les #religions » [TÉMOIGNAGE]. Elle a est dû être déscolarisé et a déménagé en urgence! https://t.co/xaymNQWtFT  —

Francoise Laborde (@frlaborde) January 22, 2020

À quelques semaines de la commémoration des attentats dans les locaux de Charlie Hebdo, c’est une autre affaire touchant à la liberté de critiquer les religions qui défraye la chronique sur le web. Une jeune internaute de 16 ans a reçu des milliers d’insultes et de menaces de mort après avoir posté une vidéo où elle insulte l’Islam. Ce sont en effet des dizaines d’incitation à l’agression qui ont obligé Mila à quitter son école et même à déménager pour se protéger de la multitude en colère.

Si le contenu de la vidéo de la jeune fille ne vole pas bien haut, et se contente d’aligner des grossièretés proférées sous le coup de la colère, la réaction des internautes outragés nous montre une absence de familiarité étonnante avec le principe de la liberté d’expression. Qu’elles portent sur les religions ou d’autres opinions politiques, les opinions peuvent heurter et choquer, mais l’État de droit devrait protéger correctement le libre exercice de la parole dans le débat public, tout comme il protège la liberté de religion dans le cadre de la laïcité.

Silence assourdissant du gouvernement

Plus étonnant est le silence assourdissant des pouvoirs publics et des associations subventionnées face au déchaînement d’insultes homophobes et lesbophobes consécutives à la vidéo. D’habitude assez vocaux quand il s’agit de tempêter contre l’homophobie des Gilets jaunes ou des supporters de foot, les membres du gouvernement et les entrepreneurs identitaires progressistes officiels ne semblent pas pressés de réagir face à cette nouvelle manifestation de populisme numérique. C’est ce silence assourdissant que l’extrême droite est en train de combler en se faisant le défenseur exclusif d’une liberté individuelle qui devrait être un socle commun à toutes les sensibilités politiques démocratiques.

C’est aussi que le gouvernement non plus n’est pas très familier avec le principe de la liberté d’expression. L’adoption discrète mardi d’un amendement à la loi contre la haine, repéré par la Quadrature du Net, pourrait ainsi donner à la police toute latitude pour censurer les plateformes sans l’intervention d’un juge.

En obligeant toutes les plateformes à retirer les contenus jugés en contradiction à la lutte antiterroriste au bout d’une heure, la loi acterait l’institutionnalisation de la censure automatisée fournis par Google et Facebook. Quand on relève le nombre de protestations quotidiennes contre les pratiques des deux géants de la tech dans le domaine, l’inquiétude est encore plus grande.

Plutôt que de rappeler une nouvelle fois que la liberté d’expression devrait être sacrée, sacrons le droit au blasphème pour rappeler une chose essentielle à nos concitoyens comme à nos dirigeants : ce ne sont pas les opinions neutres qui méritent le plus d’être tolérées, mais celles avec lesquelles nous sommes en désaccord, qui peuvent éventuellement nous heurter et nous faire réagir.

Réduire au silence les propos désagréables ne sert à rien et la tolérance civile suggère, plutôt que de tout interdire, de dégonfler les fanatismes et de laisser s’exprimer toutes les voix des citoyens. La dérive liberticide inquiétante qui contamine la société française de la base au sommet doit être endiguée coûte que coûte.

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • silence assourdissant du gouvernement …..qui la met également en veilleuse quand les Français sont menacés via des clips où vocifères des individus dont on se demande ce qu’ils font dans notre pays à part le critiquer et vivre de l’argent des autres ; bravo à l’extrême droite qui semble être le seul rempart contre ceux qui veulent nous imposer leur religion ;

    • Je ne vois pas… c’est bien une extrême-droite qui menace cette personne.
      Ici c’est une extrême-droite islamiste qui menace quelqu’un relativement à l’expression d’une opinion sur l’islam, mais les menaces des extrêmes-droites sur d’autres opinions ne sons pas rares. Alors elles ne sont pas rares non plus avec les extrêmes-gauches (et sans doute pas non plus en dehors des extrêmes) mais je ne comprends pas votre commentaire.

      • Seuls les muzz réclament le doit de ne pas être blasphémés, c’est dire !

        • Ici il est question des islamistes, une extrême-droite qui veut légitimer son programme sur la religion musulmane. Je me suis déjà retouvé accusé de blasphème par des catholiques. Mais je dirais peu importe : il y a un climat général actuellement où les personnes qui se sentent blessés par n’importe quoi exigent réparation. Et le caractère minoritaire si ce n’est marginal des revendications de plus en plus délirantes est inversement proportionnel à leur exposition ; tout le monde semble vouloir appartenir à une catégorie de victimes afin d’avoir le droit de contraindre la liberté d’expression des autres.

  • Pas la liberté de blasphème, on ne va pas se limiter : la liberté d’expression devrait être garantie, comme elle l’et aux États-Unis. J’ai le droit de savoir que la personne en face de moi est un gros… bref.

    Quant aux menaces contre cette personne, le gouvernement peut répondre qu’il « agit », avec la loi Avia en cours de discussion.
    Tout en ignorant que les menaces dont elle fait l’objet sont déjà couvertes par le Code Pénal, et que leurs auteurs risquent jusqu’à 3 ans de prison et 45000€ d’amende d’après la loi telle qu’elle existe aujourd’hui. La loi Avia va juste mettre un couvercle… ce qui, tous les cuisiniers le savent, est excellent pour faire monter la pression.

    • Tout pareil.
      La liberté d’expression est en France déjà constitutionnelle en principe. On remarque que la loi précise des exceptions, notamment « Outrage aux bonnes mœurs et à la décence publique » qui permet d’inventer hélas n’importe quoi.
      Il faudrait donc plus clairement garantir cette liberté, enlever tout système de licence sur ses moyens d’exercice (la liberté de la presse doit être entièrement reversée dans la liberté d’expression au niveau individuel et dans tout cadre associatif et collectif), enlever les exceptions floues qui peuvent servir à tout interdire. Mais s’il faut vraiment expliciter les choses, on pourrait en effet autoriser toutes les dissidences (pourquoi se cantonner aux dissidences religieuses ?).

      • « La liberté d’expression est en France déjà constitutionnelle en principe.

        Pas vraiment, la constitution de 1958 est très décevante.
        C’est très technocratique, les droits des citoyens sont vagues et laissent de vastes espaces pour l’interprétation, ceux des élus et de l’état sont beaucoup plus précis.
        La DDHC de 1789 est bien mieux avec les fameuses libertés de propriétés et d’expression en plus de larges protections contre les abus d’états mais elle n’est intégrées au droit positif français qu’indirectement dans le préambule de la constitution ou il est mentionné que le « Peuple français y est solennellement attaché ».
        .
        Valeur juridique réelle ?
        J’hésite entre nib, zilch, void et nada au vu des violations flagrantes.

    • certains découvrent que des propos sur twitter entraînent une déferlement de menaces : il était temps ! Cela fait quelques années que cela existe !

  • eh!! critiquer les lois sur le blasphème est un blasphème..

    non conserver la limité entre l’acceptable et l’inacceptable au niveau de la violence physique et des menaces physiques.

    sauf que c’est foutu ..tous les gens adeptes d’idéologies autoritaristes ne rejettent pas l’idée de violence..

  • « Plutôt que de rappeler une nouvelle fois que la liberté d’expression devrait être sacrée, sacrons le droit au blasphème  »

    Voila une expression bien simpliste. Ce n’est rien de moins que le mode inversatoire que pratique les communautaristes.
    Alors que les uns généralisent tout propos critique comme une insulte ou un outrage, Contrepoints.org propose en réaction d’ôter l’encadrement habituel contre les insultes, diffamations et dénigrements ! Comme le jeu du + 1/2.

    Je rappelle que blasphème est défini comme « insulter ou porter outrage aux fondement d’une religion ».
    Sûr qu’avec une telle prescription, les choses sont parties pour s’arranger entre gens de bonne volonté sous la protection de la « main invisible » !

    Plutôt que de sacrer des droits, il faudrait plutôt se rappeler que l’origine du problème est justement d’avoir accepté la revendication de droits individuels spécifiques qui se sont transformés en droits communautaristes particuliers, contre la (grande) majorité de la société.

  • Il y a belle lurette que le blasphème est exclusivement une notion religieuse, en conséquence de quoi la Loi d’une république laïque ne peut que l’ignorer.

    • Et puis, blasphémer, c’est déjà y croire… Si je pars dans une diatribe anti-calotte (il ne faudra pas qu’on me pousse très fort), ce ne sera du blasphème QUE pour des croyants, PAS pour moi. À la limite, je n’aurai même pas conscience de blasphémer. À la limite… 😉

    • Vous aurez remarqué que le slogan immédiatement mis en place : « je suis Charlie », a eu pour effet de taire tous débats sur le sujet du blasphème et la Laïcité chez les politicards et les journalopes. « Soumission » (Michel Houellebecq) n’est pas un roman d’anticipation. C’est un état des lieux.

  • Si dieu a un problème, qu’il viennent porter plainte au tribunal avec sa carte d’identité !
    Sinon aussi on peut porter plainte au nom du père noel, de superman et des tortues ninja.

  • L’erreur de Mila est de ne pas avoir choisi Davos pour s’exprimer.

  • La notion de blasphème est simple a comprendre. Un exemple suffit. Un groupe de tarés graves, de cons plus ou moins dangereux emmenés par un gourou qui se dit plus ou moins prophète décrète subitement que pisser dans un violon est un acte sacré. A partir de la, celui qui refuse de pisser dans le violon commet un délit de blasphème. et est passible de la peine de mort.
    Les autres problèmes en découlent du fait que les musulmans condamnent la musique, et d’autres l’apprécie, et qu’il n’est pas aisé pour les femmes de pisser dans les violons. CQFD

    • Excellent exemple. Pensez vous alors qu’il faille réagir par un droit à pisser dans un violon ?
      Le problème n’est pas de pisser dans un violon, c’est de faire accroire que c’est important.
      Comme dit Tuxejoe plus haut : « blasphémer, c’est déjà y croire ».

      PS: Les monthy python il y a 50ans, ironisaient déjà :
      « Je veux être une femme. A partir de maintenant, je veux que vous m’appeliez tous Loretta.
      Quoi??
      C’est mon droit en tant qu’homme.

      Hé, j’ai une idée. Supposons que vous conveniez qu’il ne peut pas réellement avoir de bébés, qu’il n’a pas d’utérus qui n’est la faute de personne, pas même des Romains, mais qu’il peut avoir le droit d’avoir des bébés. »

      • Vous avez parfaitement raison. Un homme qui désire porter un enfant et s’aperçoit qu’il ne peut pas est bien victime d’une injustice et d’inégalité.
        Les hétéros doivent se sentir responsable et coupable de cet état de fait.
        Élargissons le débat :
        De ce pas, je fais un procès a l’État, encore majoritaire a la française des jeux, pour n’avoir pas gagné au Loto !

  • « C’est ce silence assourdissant que l’extrême droite est en train de combler en se faisant le défenseur exclusif d’une liberté individuelle qui devrait être un socle commun à toutes les sensibilités politiques démocratiques. »
    « Extrême-droite »… « défenseur de la liberté individuelle » Ne faudrait-il pas chnger de vocabulaire et de grille politique, celle qu’on nous impose depuis 35 ans?

  • Droit au blasphème ? C’est pas pareil que la liberté d’expression…
    Tiens, en parlant de liberté d’expression, je vois que les commentaires sur l’article Greta de la semaine (épouvantail tellement pratique pour remplir CP) sont fermés. ooooohhh, ben alors ??? CP a peur des insultes à l’égard d’une jeune fille de 16 ans ?
    Lol.

    • Parce que selon vous, la liberté d’expression c’est juste pour dire que la boite de petit oubliée dans l’armoire est gonflée.

  • Les gens qui ne sont pas croyants n’ont pas le droit de demander le droit de blasphémer.

    Lorsque l’on croit en Dieu , il fait partie de nous-même et si quelqu’un blasphème, c’est mille fois plus grave que si la personne vous insultait
    Un athée qui blasphème ne s’attaque pas à Dieu puisqu’il pense que Dieu n’existe pas. S’il blasphème c’est pour humilier ceux qui croient en Dieu.
    Le respect des religions est assuré par la Constitution Blasphémer c’est attaquer frontalement les croyants.

    • L’individu a tous les droits tant que ces droits ne restreignent pas ceux d’autrui. Refuser à un individu la possibilité de blasphémer, c’est décider vous de restreindre ses droits, à lui. Point barre.

      • Ce soir j’ai été au lancement d’un think tank socialiste (à force de lire que je suis socialo, fallait bien que j’aille voir). J’étais en désaccord sur 60% de ce qui était dit et j’ai demandé à la fin « ok, mais l’Etat est déjà trop fortement présent, et quid de la liberté ?  »
        Le président du parlement wallon a répondu que « si quelqu’un a le pouvoir de m’opprimer, alors je ne suis pas libre ».
        Là est une question fondamentale : laisser la possibilité d’être opprimé, c’est-à-dire laisser la liberté d’oppression; ou enlever cette possibilité en ne laissant pas la liberté d’oppression.
        PAs facile…

        • Pantone a écrit : « à force de lire que je suis socialo, fallait bien que j’aille voir »

          C’est vrai, ce n’est pas comme si toutes vos sources étaient des journaux socialiste.
          Au moins vous avez appris quelques petites choses ici, le ver de la liberté est dans le fruit collectiviste.

        • « Think tank », ça m’évoque irrésistiblement la Hongrie et 1956…

    • gasparov a écrit : « S’il blasphème c’est pour humilier ceux qui croient en Dieu. »

      Le problème est que la notion de blasphème est sans limite pour les croyants radicaux. Une simple critique justifiée ou une discussion sur l’existence de Dieu devient facilement un blasphème.
      .
      Vous avez essayé la tolérance ?
      J’entends les pires insultes sur mes convictions libérale et sur les penseurs libéraux ça ne me viendrait pas à l’idée de limiter ou d’interdire la parole des gens là-dessus.
      Aurais-je mieux intégré les préceptes chrétiens que vous ?
      .
      gasparov a écrit : « Le respect des religions est assuré par la Constitution »

      Non, la constitution de 1958 mentionne que l’état ne doit pas interdire ou limiter une religion, ça ne veux absolument pas dire que les individus doivent les « respecter » dans le sens ne rien dire d’offensant.

      • « Non, la constitution de 1958 mentionne que l’état ne doit pas interdire ou limiter une religion, ça ne veux absolument pas dire que les individus doivent les « respecter » dans le sens ne rien dire d’offensant. »

        … ni faciliter d’une façon ou d’une autre son exercice, de la religion, quelle qu’elle soit.
        À ce propos, elle a toujours cours, en Alsace, cette « exception culturo-territoriale » qui fait qu’une partie des deniers du culte provient des impôts (en simplifiant et de mémoire) ? Perso, si c’était le cas et que je vive là-bas, j’en viendrais à réclamer une sorte de statut « d’objecteur de conscience »…

        • En Belgique: Art. 181 de la Constitution :
          § 1er. Les traitements et pensions des ministres des cultes sont à la charge de l’État; les sommes nécessaires pour y faire face sont annuellement portées au budget.

          En Allemagne, si je ne me trompe, chaque citoyen décide à quel culte va son « impôt religieux ». J’aimerais bien ce système.

  • Qu’elle soit menacée de mort par des milliers de tweets rien d’étonnant. Ce qui est en revanche éclairant (mais pas étonnant pour moi) c’est qu’alors qu’elle était publiquement menacée de mort ces dizaines de bons camarades de son lycée « petits blancs » écolos génération Greta, « anti discriminations » et sans doute aux premiers rangs pour dénoncer les « violences policières » …et qui ont diffusé ses informations personnelles : lycée où elle étudie, adresse personnelle pour celles-ceux qui connaissaient etc. de bons copains-copines de classe…ce qui en dit long…la génération actuelle celle du « name and shame » c’est génération liberticide ..

  • Frédéric Fromet à l’antenne de France Inter, vendredi dernier, dans l’émission de Charline Vanhoenacker « Par Jupiter », a chanté:

    « Jesus, jésus, jésus est pédé membre de la LGBT du haut de La Croix pourquoi l’avoir cloué, pourquoi ne pas l’avoir enculé »

    Bien entendu, il y a eu des protestations !

    Du coup la directrice de la radio publique, Laurence Bloch, et le chanteur, ont présenté mercredi leurs excuses et regrets auprès de la ligue LGBT pour avoir présenté le Christ comme homosexuel, « au nom de la lutte contre l’homophobie ».

    Voilà voilà voilà….

  • « Sans Dieu, voici les progrès de l’homme révolté »

    Dans les pays libéraux : des gens riches, bien soignés, scientifiquement et technologiquement à la pointe, pas d’homosexuels jeté du haut des building, pas de femmes lapidées, pas de mariage forcé des enfants, pas de castes d’intouchables, pas d’esclavage comme en Afrique du Nord etc. etc.
    Le bilan est plutôt bon.
    .
    Je reconnais que le rôle de la religion chrétienne a été fondamental dans l’évolution de la culture occidentale et je préférerais beaucoup plus de chrétiens que de musulmans ou d’idolâtre de Gaïa la pure, si c’est le manque de foi chrétienne qui fait se multiplier ses catégories de nuisibles, mais sinon ça marche aussi sans Dieu.
    .
    Et l’éternité vraiment non merci, c’est trop long, j’aimerais bien me reposer.

  • J’aime beaucoup cette argumentation qui résume assez bien mon approche de la question :
    http://sboisse.free.fr/societe/la-religion-c-est-de-la-merde.php

    • Cet article était ma position très exactement jusqu’à 40 ans et je faisais partie des athées de combat à aller emmerder tout ce qui ressemblait de près ou de loin a un bigot.
      À force de lecture historique, économique et scientifique, je suis passé de socialiste à libéral, de réchauffiste à sceptique et d’athée de combat à quelqu’un de beaucoup plus modéré sur la religion chrétienne en particulier.
      .
      L’article fait totalement l’impasse sur tous les apports essentiels de la religion chrétienne sans laquelle la civilisation occidentale (y compris le libéralisme et le capitalisme) n’aurait pu émerger, ensuite les contraintes sociales n’ont pas besoin d’une religion pour exister, si vous n’êtes pas conforme aux codes culturel majoritaire, voir étatique, vous pouvez être « cancellé », voir massacré dans des goulags ou des camps et pour finir même les scientifiques les plus enragés (dont je fais partie) sont forcément croyants a un niveau ou un autre parce que l’univers est inconnaissable.
      Croire à un Dieu n’est pas forcément beaucoup plus stupide que croire au réchauffement tant les preuves sont faibles et Dieu sait quelles autres couleuvres j’avale encore à l’insu de mon plein gré. Quant à ceux qui ne sont pas hyper scientifique (la majorité), c’est festival à commencer par l’homéopathie qui n’a rien à envier aux grigris et autres eaux bénites.
      .
      D’une manière pragmatique, je regarde le monde occidental sans Dieu et je m’aperçois que ce vide est remplacé par des choses qui me semble bien pires. L’écologisme, l’étatisme, le socialisme, l’islamisme, le féminisme 2.0, la destructuration totale de la famille qui est l’élément fondateur et formateur de l’individu etc.
      .
      Bref, je continue à emmerder les bigots liberticides, mais j’ai un discours bien plus modéré sur la religion chrétienne en général. La nature a horreur du vide, l’homme est et sera toujours fondamentalement croyant.

  • rien à foutre de ces histoires de religion, vive les athées (ou agnostiques)

  • juste une question : mohammed aurait dit de la religion catho que c’était caca, aurait fait autant de vagues? ….cette histoire me conforte dans l’idée que l’Islam est dangereux à tous points de vue

  • Il y a 6000 religions sur terre avec d’innombrables « preuves », laquelle est la bonne sachant qu’une bonne partie promet la vengeance des dieux aux incroyants ?
    Ce serait ballot d’être accueilli au paradis par un Vishnou ou la Grrande Racine sacrée très peu satisfaits de votre attitude hostile.
    .
    Pour le reste, je ne tape pas sur les ambulances… J’aimerais bien aider un peu les chrétiens, plutôt eux que l’islam qui ne produit plus rien depuis 700 ans, mais faites un effort aussi.

  • C’est intéressant ce que vous écrivez, mais je mets 3 limites à cette conclusion menant au design intelligent ou à Dieu.
    – notre univers est régi par des lois physiques que nous découvrons petit à petit. Donc le cadre est figé, à nous de le découvrir. Mais il n’est pas impossible (mais pas démontrable) que d’autres univers existent avec d’autres lois la physique. Un univers où n’existent pas certains muons ou quarks, etc, obligeant la matière est être autrement. Un univers où la force électromagnétique n’existe pas, où le temps est différent, etc.
    – Les chercheurs que vous citez disent que même avec des milliaaaaards d’années, le hasard n’aurait pas eu le temps de faire ce qu’il est dit avoir fait. Ben il a peut-être réussi au 36ème coup… En probabilité, le premier essai a autant de chance de réussir que le milliardième. Et rien ne dit que il n’existe pas aussi des milliards d’univers où des milliards de possibilités sont testées.
    – Dernier point : les chercheurs disent que le hasard n’aurait pas pu inventer des choses fonctionnelles comme l’ARN ou certaines molécules. Je réponds : quid des centaines d’isotopes instables et/ou impossibles ? Ils ne sont pas fonctionnels. Et niveau biologie : les maladies, les cancers, les troubles diverses, les erreurs génétiques, les bébés morts-nés, les tares, etc.. c’est n’est pas très parfait. Fonctionnel certes, comme faire un marathon avec des sabots en bois.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Parler aujourd’hui de l’utilité de l’immigration suscite souvent une réaction violente : ce serait, au mieux, de l’inconscience, une "trahison de l’identité nationale" ou, au pire, une complicité avec l’islamisme ! Pourtant l’histoire a prouvé l’utilité économique et démographique de l’immigration et une récente étude de l'OCDE vient d'en confirmer l'impact positif pour les finances publiques des pays concernés.

Les sentiments anti-immigration sont largement utilisés dans l’actuelle début de campagne président... Poursuivre la lecture

Par Malik Bezouh.

Poursuivi pour « offense aux préceptes de l'islam et aux rites musulmans », l'islamologue Saïd Djabelkhir, âgé de 53 ans, a été condamné le 22 avril 2021 à 3 ans de prison par un tribunal algérien.

Une sinistre affaire qui n’est pas sans rappeler celle de Slimane Bouhafs, cet activiste algérien converti au christianisme et qui a connu, en août 2016 les affres de l’incarcération dans une prison algérienne. Son crime : avoir porté « atteinte à la religion musulmane » en manquant de respect à la personne du prophè... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

C’est reparti ! Une femme policier a été tuée par un islamiste, après d’autres Français. Vite, certains politiques proclament qu'il faut arrêter l’immigration. Que la colère monte contre les assassins, c’est normal. Ce qui l’est moins, c’est d’utiliser un mot qui ne veut rien dire pour exploiter électoralement cette colère.

Commençons d’abord par déblayer le sens de ce mot, qui est variable suivant l’interlocuteur et son opinion politique, et ensuite voyons si l’arrêter ne déclencherait pas d’autres graves co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles