Il n’y a pas d’effet Notre-Dame pour le président de la République

Les Français attendent une parole présidentielle qui soit autre chose qu’un catalogue de décisions technocratiques sources de divisions surtout si elles ne sont pas justifiées par une ambition collective.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by #G7Charevoix (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il n’y a pas d’effet Notre-Dame pour le président de la République

Publié le 1 mai 2019
- A +

Par Vincent Feré.
Un article de Trop Libre

Le verdict des sondages est sans appel : il n’y a pas d’effet Notre-Dame pour le président de la République. Il n’y avait pas davantage eu d’effet Coupe du monde en 2018. Comparaison n’est pas raison mais en 1998, dans l’euphorie de la victoire du Mondial, la cote de popularité de Jacques Chirac avait bondi et le pays avait célébré la France « black, blanc, beur » ; en 2015, François Hollande lui-même avait un temps bénéficié de l’effet Charlie dans une France unie par la défense des valeurs de la République.

Amer constat : aujourd’hui, les moments d’émotion nationale ne contribuent plus à ressouder la nation derrière le chef de l’État. S’ils ont salué les mots d’Emmanuel Macron le soir du drame – « cette cathédrale, nous la rebâtirons tous ensemble » -, les Français continuent de lui témoigner leur défiance, aussi bien pour reconstruire Notre-Dame que la France !

Or, rien ne se fera sans le concours du peuple et de ses dirigeants. La cathédrale de Paris ne symbolise-t-elle pas d’ailleurs un temps, le « beau XIIIe siècle », où société et pouvoir poursuivaient la même fin ? Une leçon pour le XXIe siècle ?

Notre-Dame ou la nostalgie d’une finalité commune

L’émotion ressentie par les Français devant l’incendie de Notre-Dame renvoie peut-être dans leur inconscient à la nostalgie d’un Moyen-Âge évidemment largement mythifié, celui du « beau XIIIe siècle », le siècle de Saint-Louis où le bon gouvernement royal s’emploie à faire advenir le règne de Dieu ici-bas, en faisant de la cité terrestre l’image même de la cité céleste, où la cathédrale, ce vaste chantier qui mobilise l’ensemble de la communauté urbaine signifie l’élan de tout un peuple vers Dieu, l’art gothique étant, comme l’a montré Erwin Panofsky, un puissant effort pour rendre visible l’ordre divin qui préside à toute création. Notre-Dame de Paris témoigne donc d’une civilisation, celle du XIIIe siècle, où la société et le pouvoir travaillent ensemble à un projet commun qui les dépasse : l’édification d’un royaume chrétien.

Pourquoi alors ne pas voir dans l’effondrement de la charpente et de la flèche de l’édifice médiéval l’image d’une fragilisation de la communauté nationale d’aujourd’hui, le symbole de L’archipel français récemment analysé par Jérôme Fourquet, celui d’une nation éclatée qui ne se reconnaît plus dans le pouvoir politique dont le délitement n’est peut-être lui-même que le miroir de celui de la société.

Notre-Dame en tout cas est à reconstruire – cinq ans suffiront a dit le président de la République – ainsi que la France, et il y faudra sûrement davantage qu’un quinquennat !

La nostalgie n’est pas un projet

« Nous rebâtirons Notre-Dame parce que c’est ce que les Français attendent, parce que c’est ce que notre histoire mérite » a déclaré Emmanuel Macron. Personne ne songe à nier l’importance du passé pour construire l’avenir, mais si Notre-Dame « c’est notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, le lieu où nous avons vécu tous nos grands moments », sa reconstruction ne saurait tenir lieu de « destin profond » pour la France.

Déjà d’ailleurs les Français se divisent à son sujet : reconstruction à l’identique ou pas ? Dépense prioritaire, vraiment ? Les polémiques n’ont pas tardé. Et le président de la République qui a cru pouvoir instrumentaliser l’émotion nationale en a rapidement été pour ses frais : « Emmanuel Macron en fait-il trop ? » titrait le JDD une semaine après les faits.

La méditation du passé glorieux d’un pays, son instrumentalisation, ne peuvent donc pas suffire pour bâtir son avenir ; Ernest Renan l’avait d’ailleurs bien vu en définissant ce qu’est une nation dans sa célèbre conférence de 1882 : « Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel […] L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. »

Mais cette volonté, pour exister, doit reposer sur des finalités communes dépassant les intérêts individuels. Ce sont elles qu’il faut aujourd’hui inventer et si personne n’imagine qu’elles puissent être celles du XIIIe siècle, le politique doit néanmoins proposer aux Français un destin collectif, un projet mobilisateur qui, à l’image de la cathédrale du siècle de Saint-Louis, soit celui du peuple tout entier uni derrière le pouvoir qui préside à sa destinée. La sortie du Grand débat en sera-t-elle l’occasion ?

Grand débat et grand projet

Symbole encore et mauvais présage : la prise de parole du président de la République pour marquer la fin du grand débat initié pour désamorcer la crise des gilets jaunes a été empêchée par l’incendie de Notre-Dame ! La reconstruction de la France serait-elle différée pour cause de reconstruction de la cathédrale de Paris ?

Plus sérieusement, les Français attendent une parole présidentielle qui soit autre chose qu’un catalogue de décisions technocratiques sources de divisions surtout si elles ne sont pas justifiées par une ambition collective, dans la logique des institutions de la Cinquième République ; leur annonce relève d’ailleurs de Matignon plutôt que de l’Elysée. Comme l’a souligné Gérard Larcher, Emmanuel Macron « ne pourra que décevoir » si la conclusion du Grand débat se réduit à « une déclinaison de mesures catégorielles » – la réindexation des retraites – ou « démagogiques » – la suppression de l’ENA -.

Or, depuis le début de son quinquennat et pendant le Grand débat encore, le président de la République s’est acharné à éclipser son Premier ministre et beaucoup de ses actes et de ses déclarations l’ont conduit à dresser les Français les uns contre les autres. Gouvernant seul, il a renoncé au rôle d’arbitre qui constitue pourtant l’essence même de la fonction présidentielle (article 5 de la constitution de 1958).

S’il veut reprendre la main, le chef de l’État ne peut toutefois pas se contenter d’arbitrer, il doit surtout redonner aux Français des perspectives pour eux-mêmes et le pays, les convaincre enfin que si « la France est leur patrie, l’Europe est leur avenir » (Mitterrand). « Mener les Français à la réalité par les songes, c’est ce qu’ils aiment » écrivait Chateaubriand.

C’est aujourd’hui la tâche du président même si la gravité de la crise collective, la profondeur de la défiance à son égard lui imposent « de rassembler tous les réformateurs, en ayant la modestie d’écouter les avis divergents » pour reconstruire l’unité nationale. N’est-ce pas après tout la finalité profonde de l’institution présidentielle qui à l’image de « l’office royal consiste à pourvoir par tous les moyens aux besoins de tous les sujets, à faire passer l’utilité publique avant l’utilité privée », selon la définition qu’en donne Philippe-Auguste dans son testament ordonnance.

Le « beau XIIIe siècle » encore, comme source d’inspiration ?

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Confondre l’intérêt journalistique et l’intérêt des communicants politique
    Avec l’intérêt d’une population, c’est déjà montrer qu’on ne connaît pas la population.
    La capacité incantatoire des élites relayée at nauseam par les chaînes en continu n’arrivent qu’à faire
    Naître le soupçon de manipulation politique..
    Pas de responsable implique le contribuable ça ça a été bien compris

  • Nous n’avons pas besoin d’une assistante sociale à l’Élysée,
    toujours pas d’Homme d’État dans la salle ?

  • « Mener les Français à la réalité par les songes, c’est ce qu’ils aiment »

    mais nos politiques n’ont aucune idée de ce qu’est la réalité : ils vivent complètement en dehors !

  • Je sens, bien au contraire, un effet, Notre Dame pour Macrouille. Quand il va être établi qu’aucune explication censée n’explique l’incendie accidentel, qu’il sera établi que le délais de cinq ans est une incantation d’immature ayant épousé sa mère adoptive, alors le léger ratatinement actuel, se transformera en un phénoménal coup de pied au train !

  • macron , écouter les avis divergents ? vous voulez rire , il n’est même pas foutu d’écouter l’avis des experts sur la reconstruction de ND ,( il sait mieux qu’eux ) , alors écouter les Français , autant dire que ça lui rentre dans une oreille pour ressortir illico presto par l’autre ;

  • Par son immaturité, pour ne pas dire plus, M. Macron a un peu trop tiré sur la corde qui a fini par s’effilocher gravement et ressemble maintenant à peine à une ficelle!

  • Qu’il n’y ait pas eu « d’effet Notre-Dame  » n’est pas surprenant, mais inquiétant ; car les Français depuis quelques semaines, manifestent leur colère à « jupiter » et sa clique de menteurs qui les méprisent. C’est l’expression d’une haine qui ne cesse de grandir et nul parole de ces polichinelles élyséens ne les fera fléchir.
    Notre-Dame risque d’être un détonateur…

    • Le président n’a pas fait mieux que le ministre, et auparavant le conseiller de Hollande. Quand on est incompétent on reste un incapable!

  • Comme le disait l’Inspecteur Bourel dans les 5 dernières minutes, à qui profite le crime ?
    Une heure avant la conférence de presse de Macron, cet incendie tombe à pic. Surtout que tout le monde a vu l’inanité de son intervention. C’est sur que n’ayant rien à dire, il avait tout intérêt après cette phase de « teasing » que son intervention soit reportée.
    Notre-Dame qui était sécurisée et protégée comme aucun autre monument, ne s’est pas embrasée comme une allumette sans cause. Des bois aussi vieux ne brûlent pas aussi facilement.
    Que vont nous dire les analyses à venir? Et si d’aventure Notre-Dame avait servie à des manœuvres politique, il y aura, de facto de la démission dans l’air.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles