L’étourderie des politiciens, c’est mauvais pour nos impôts

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Brain wallpaper by Media News (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’étourderie des politiciens, c’est mauvais pour nos impôts

Publié le 3 mars 2019
- A +

Par Nicolas Perrin.

L’étourderie semble être un phénomène plus assumé que subi pour nos dirigeants. Comme nos politiciens de carrière ne s’assistent que rarement pour se remémorer leurs oublis, tentons de les aider.

J’espère que vous n’avez pas raté cette heureuse nouvelle tombée début février : Gérald Darmanin renonce (temporairement) à la mairie de Tourcoing et reste donc au gouvernement, hourra ! Voilà de quoi réjouir les contribuables de France et de Navarre !

Le ministre de l’Action et des Comptes publics ne rappelait-il pas en effet fin novembre :

Avec ce début d’année glacial (il faisait même tellement froid que l’autre jour, j’ai croisé un socialiste qui avait les mains dans ses propres poches), vous vous disiez peut-être que Gérald Darmanin allait sans doute conserver la même frilosité vis-à-vis de toute augmentation de la fiscalité

Raté ! Depuis cette déclaration ferme et musclée, notre ministre s’est mis à penser à bien d’autres choses, et sa nouvelle idée vous réjouira peut-être un peu moins que la précédente.

Alors certes, techniquement, baisser le plafond global des niches fiscales (10 000 euros, ou 18 000 euros  pour les investissements outre-mer et/ou dans le cinéma) ou passer ces dernières sous conditions de ressources, cela n’est pas créer un nouvel impôt. Mais il n’y a pas besoin d’être docteur en sciences politiques pour comprendre que cela revient à une hausse de la fiscalité.

En novembre, on pouvait rêver d’un Gérald Darmanin proposant de supprimer des niches fiscales tout en baissant le niveau des impôts. Mais nous sommes en France et, à défaut de construire une nouvelle usine fiscale, un ministre du Budget se doit au moins de jardiner en posant du barbelé autour des niches. Pourquoi faire simple quand on peut faire alambiqué ?

Il reste cependant un espoir. Oui, car voyez-vous, Gérald Darmanin, la dernière fois qu’il avait pris un engagement (au sujet du non-cumul des mandats), avait bien fini par le tenir, mais il avait tout de même fallu attendre… un an et demi pour qu’il mette ses actes en accord avec sa parole.

Chérir les causes dont on déplore les effets

Le président n’aide pas vraiment son ministre puisque Emmanuel Macron trouve que cela serait une « très bonne » idée de « réguler » certaines plus-values immobilières, comme on l’apprenait début février. Rappel : « réguler », dans la bouche d’un politicien français, voici ce que ça veut dire :

Raison invoquée par le président : le fait que les propriétaires « n’ont pas travaillé pour ça » (la plus-value) constitue « une injustice ». Mais dans ce cas, pourquoi diable arrêter ce raisonnement à l’immobilier et ne pas l’étendre à toute plus-value, quelle que soit son origine ? Actions de sociétés, obligations d’État, ou que sais-je encore… Il faudrait aussi que l’État renonce à faire son beurre sur ceux qui espèrent ne plus jamais avoir besoin de travailler de leur vie et songe à fermer la Française des Jeux.

Contrairement à ce que raconte le président, qu’elle tienne de l’investissement ou du jeu, une plus-value n’est pas injuste par principe : elle constitue une récompense du risque porté par l’investisseur/joueur, lequel peut également essuyer une moins-value de 100 %.

Le marché immobilier comme l’explique Vincent Bénard, est l’un des secteurs les parmi les plus réglementés qui soient. L’évolution des prix sur ce marché dépend avant tout des actions menées par l’État.

Sans même évoquer le fait qu’il contraint la BCE à maintenir des taux d’intérêt artificiellement bas de par son incapacité à dégager le moindre excédent budgétaire, l’État est en effet le responsable numéro un de la flambée continue des prix sur le marché de l’immobilier.

Notez que la responsabilité étatique dans l’évolution des prix sur ce secteur vaut à la hausse mais également à la baisse. C’est en particulier le cas dans certains quartiers où l’État n’assure plus depuis belle lurette la sécurité des habitants, laissant les propriétaires avec leurs seuls yeux pour pleurer… et leur bulletin de vote pour témoigner de leur écœurement.

Diminuer la dépense publique : reparlons-en l’année prochaine

Pendant ce temps-là, dans le bureau voisin de celui de Gérald Darmanin, Bruno Le Maire a lui aussi des idées. Enfin si on veut. Début décembre, le ministre de l’Économie et des Finances nous expliquait exactement la même chose que le ministre du Budget, sauf que lui avait « pris une décision » :

Le budget 2019 a été dument ausculté par le président du mouvement Objectif France, l’entrepreneur Rafik Smati.

À la décharge du ministre, il est vrai que certains de ses collègues se donnent tellement de mal pour distordre la réalité qu’ on a vite fait de perdre le nord.

Heureusement, certains veillent et n’hésitent pas à rappeler la différence entre la baisse et le ralentissement de la hausse à ceux qui se croient « trop intelligents, trop subtils ».

La nuance serait-elle trop subtile pour notre ministre énarque ?

Personne ne nous l’avait promis, mais la France est triple championne du monde !

L’OCDE nous apprenait mi-janvier que l’on a encore gagné une coupe du monde :

La France championne du monde de la pression fiscale (46,2 % du PIB), de la dépense publique (56,6 % du PIB) et maintenant de la dépense sociale (31,2 % du PIB) : combien d’étoiles sur le maillot d’Emmanuel Macron d’ici la fin de son mandat ?

Il est vrai que les trois performances sont liées.

Lié aussi, semble-t-il, le chômage.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • C’est un grand malade ce darmanin , il ne faut rien attendre de ce guguss , encore un , bien trop payé pour pour un résultat nul !!! ils font bien la paire ces deux là : darmanin le maire !!! avec ça, la France est sauvé !!!

    • Et dire que les ministres, chaque année, est reçu par le premier ministre pour une évaluation de l’efficacité et du dynamisme de ses activités au cours de l’année écoulée. Cette évaluation et les résultats observés pour chaque ministre restent malheureusement en interne. Personne à l’extérieur ne les connaît, alors même que le Parlement est chargé par la Constitution de contrôler les activités du gouvernement. Normalement, ce serait au bureau de l’Assemblée Nationale et au bureau du Sénat de faire ce travail d’évaluation dont les résultats seraient portées à la connaissance du public qui pourraient en débattre et faire des propositions obligatoires d’aménagements ou de sanction. Il y a bien un « contrôle » exercé par la Cour des Comptes, mais les rapports que celui-ci rend publics restent « lettres mortes ». Ainsi va et va encore aller longtemps encore « l’enfumage » des Français par « le politique ».

  • Bah , les ministres sont en concurrence avec leur collègues ,ils ne se parlent jamais même lors des réunions de famille ,seul Jupiter et son fou ont la’parole d’où cette cacophonie.
    La taxation des plus-values sur la résidence principale..n’etait pas une mauvaise idée pour limiter la spéculation immobilière..mais comme dab, ces gens sont incapables de communiquer sur des sujets qu’ils ne comprennent pas.
    Pour les niches….a mon avis c’est un malentendu et une confusion ,Jupiter parlait de son chien et d’encadrer ses dépenses de nourriture et de logement…mais la’parole de Jupiter est tellement trop subtile pour ces gens ayant le cul entre deux chaises !

  • « Les propriétaires n’ont pas travaillé pour ça ».
    L’État non plus, il est donc encore moins légitime qu’eux pour en profiter.

  • Darmanin est un converti au « macronisme » qui a fait fi de ses croyances antérieures.
    Et comme tout converti, il fait du zèle, d’où ses incohérences pour plaire à son nouveau maître à penser.
    Cela devrait restropectivement faire froid dans le dos de Bertrand, Sarko and co!

  • Pourquoi faire simple quand on peut faire alambiqué ?

    Meuh, simple, c’est pour mieux nous saouler.. d’impôts :mrgreen:

  • Preuve de plus, s’il en fallait, que ces types se foutent de la gueule des citoyens!

  • Les niches fiscales relatives aux territoires d’outre-Mer, quelques soit leur statut, n’ont que des effets pervers gravissimes, une analyse rapide, quelques heures dans les bilans, de ces questions ne laisse aucun doute. la corruption et le népotisme sont toujours très proche dans ces histoires. ça va être difficile de faire lâcher l’os aux voyous. Les populations de ces pays ont tout a gagner d’un grand nettoyage, mais elle en ignorent les réalités.

  • Donc quand on vend sa résidence principale après l’avoir améliorée et bien entretenue, qu’elle a donc pris de la valeur, on n’a quand même pas le droit au total retour sur investissement ?!
    Et quand la résidence principale perd de sa valeur parce que l’Etat ne remplit pas sa fonction régalienne de sécurité, le propriétaire qui revend à perte peut-il envoyer une facture pour règlement compensatoire à l’Etat ?

    • @ RaphSud
      Ben non! L’état prend, il ne rembourse pas facilement!
      La France n’a plus le sou! Ils peuvent bien vendre Versailles mais qui achèterait ça, surtout sur le sol français?

  • mikilus , c’est bien pour ça que ce President et gouvernement ne veulent pas s’attaquer a la fiscalité et surtout aux niches fiscales pour que les citoyens ne découvrent des arrangements au détriment des contribuables
    Tout sujet polémique est vite oublié par des infos qui les neutralise … la fameuse expression : je sais !!! leurs privilèges, ils veulent les garder !! ex: le chomage des élus lorsque ceux ci sont battus mais vous si vous êtes au chomage, vous êtes un profiteur et feignant ..On ne joue pas dans la même cour ,
    chez ces gens là !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles