Les 2 maux de nos retraites

Les dépenses de retraite représentent 6 % du PIB en Nouvelle-Zélande et 13 % en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Retraites By: Franck Michel - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 2 maux de nos retraites

Publié le 12 janvier 2019
- A +

Par Xavier Fontanet.

Quels sont les taux de cotisation à la retraite (employé plus employeur) en pourcentage du salaire mensuel moyen en Nouvelle-Zélande, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France ?

La réponse est effarante : respectivement 6 %, 12 %, 18 % et… 27 %. Comment peut-on en arriver à des écarts de plus de un à quatre sur ce qui est la plus grosse dépense d’un pays ? En regardant ce que font les autres nations, on comprend tout de suite, car c’est très simple.

Premier facteur, la technologie : répartition ou capitalisation. La capitalisation fait peur à ceux qui ne connaissent pas la Bourse ; c’est dommage, car elle fait fructifier les économies : depuis 1983 (date de la retraite à 60 ans introduite par le président Mitterrand), la Bourse française a été multipliée par 8 et le Dow Jones par 14. La capitalisation coûte beaucoup moins cher que la répartition, puisqu’elle s’appuie sur la croissance de la Bourse. La Nouvelle-Zélande est 100 % capitalisation, la France 100 % répartition ; Pays-Bas et Allemagne mixent les deux.

Deuxième facteur : la durée du travail (mesure plus pertinente que l’âge de départ à la retraite). La Nouvelle-Zélande est championne, avec une durée de plus de 40 ans, comme la Suède ; la France est à l’autre bout de l’échelle avec 35 ans ; les Pays-Bas sont à 40 ans, l’Allemagne à 38. Pour le mix entre répartition et capitalisation, comme pour la durée de travail : la France et Nouvelle-Zélande sont aux antipodes.

Résultat, les dépenses de retraite représentent 6 % du PIB en Nouvelle-Zélande et 13 % en France. La différence c’est, pour la France, 160 milliards d’euros, un chiffre intenable sur la durée. La Bourse fait peur aux Français, on ne s’en tirera qu’en retardant l’âge de départ. La Constitution devrait interdire la pratique des promesses électorales et cantonner le débat aux principes politiques ; on ne tiendra pas rigueur à notre président s’il revient sur son engagement de campagne de ne pas toucher à l’âge de départ, car il y va de la compétitivité de nos entreprises exposées à la concurrence mondiale et de notre prospérité à tous.

Sur le web

Voir les commentaires (67)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (67)
  • Nouvelle-Zélande > 4.800.000 habitants et France > 68.000.000
    soit 15 fois plus
    Peut on vraiment comparer les solutions?

  • Bonjour
    On pourrait faire un système simple, avec minimum vieillesse (750€/mois) pour tout le monde après 40 ans de cotisation et pour le supplément, les gens se débrouillent.

    • Il y en a qui ont voulu se débrouiller en économisant toute la vie professionnelle pour voir enfin qu’on veut leur reprendre ce qu’ils ont mis de côté: taxations sur l’immobilier, prétention à leur faire payer un loyer fictif, etc…

      •  » Spàr ìn d’r Zitt, denn hàsch ìn d’r Not ! » *

        Économise à temps, tu auras dans le besoin…

        Sauf que quand ‘la bise fut venue’, c’est la cigale étatique qui se sert en premier (rien de tel qu’une cigale puissamment armée pour discuter avec une fourmi récalcitrante)

        Bon, en fait, la fameuse cigale se sert déjà avant la bise, et une fois cette dernière venue, tout a déjà disparu…

        * Il est vrai que les proverbes alsaciens ne font pas le poids face à la fumeuse ‘justice sociale’

    • Oui mais le problème n est pas tant de changer de systeme mais bien de la transition entre les systèmes.
      En effet tous les retraites aujourd’hui 16 millions de personnes ne vivent que de la répartition et remettent dans le circuit tout ce qu’ils gagnent

      • Simplement en réduisant drastiquement l’imposition de l’épargne en vue de la retraite, on se donnerait une large marge de manoeuvre. Les fruits de la capitalisation viennent très vite, ils permettraient donc de baisser très vite la demande et la pression sur les cotisations. Mais bien sûr, on retombe sur le problème habituel de baisser les dépenses publiques pour pouvoir baisser les impôts, et d’oser pour une partie aussi faire confiance à l’effet Laffer que la baisse des recettes de l’état est bien moindre que ce que donne le simple calcul, quand on fait les réductions de prélèvements de manière appropriée du moins.

  • De plus le système par capitalisation est accessible à tous, soutien l’économie et permet de réduire les charges salariales.

    • Pour le moment, elle n’est accessible qu’aux fonctionnaires avec l’argent gratuit des autres. Nous les connauds du privé payons, ils ramassent la mise.

    • Soutien de l’économie , les fonds de pension….ouah ,moi qui pensait que c’étaient des fossoyeurs d’entreprise….

      • Ce ne sont des fossoyeurs d’entreprises que quand ils exigent des start-up des taux de rentabilité de 30 à 35% comme c’est devenu le cas depuis la bulle internet de 2000.
        rien n’interdit de faire des fonds de pension qui se contentent de taux de rentabilité durables, raisonnable de l’ordre de 15%. Cela faciliterait aussi l’accès au capital de plus de jeunes pousse et contribuerait à redensifier le tissu entrepreunarial français.
        Mais oui, la solution est évidemment de passer à la capitalisation et d’arrêter la fuite en avant devant une pyramide des âges inexorable et qu’on ne pourra pas dire qu’elle n’était pas prévisible.

    • S’y ajoute un point essentiel : c’est l’individu qui décide, en fonction de ce dont il dispose, de ses modalités de départ et de la date. Ca permet une autre relation au travail, et de garder une activité à temps très partiel si ça arrange le retraité comme l’entreprise, ce qui est souvent le cas.

  • Merci pour ces chiffres . J’aurais cependant aimé avoir les ratios actifs/retraités pour chacun de ces pays.

  • La différence de taux s’explique facilement par la durée de vie après la retraite..quand on travaille plus longtemps la retraite ne coûte pas cher Marco très l’inverse vaut une fortune..capitalisation ou redistribution , bof .

  • Je ne comprends pas : l’article dit qu’en France, la durée du travail est de 35 ans. Il ne me semble pas… Si c’est une moyenne, elle me parait bien basse.

  • Bravo, Monsieur Fontanet pour votre livre « Pourquoi pas nous? » et notamment votre histoire précisément de votre premier calcul sur un antique Commodore de la faillite certaine de la retraite par répartition .
    Pourquoi ne fait-on pas ce qui a réussi ailleurs?
    Bêtise, incompétence, idéologie stupide, ou…. ?

    • idéologie malsaine la retraite par répartition est la création du Maréchal Pétain et concrétise la volonté de contrôler les citoyens et de les asservir à l’état et à ses sbires

    • Pourquoi ne fait-on pas ce qui a réussi ailleurs?

      Parce que plus on attend pour rectifier le tir plus c’est difficile à corriger.

      • @ mc2
        Ah! Pourquoi on ne réforme pas en France? Par conservatisme!
        Oui et ailleurs, une carrière complète, c’est déjà 42 ans de cotisation et plus 40, avec la retraite à 67 ans et plus à 65.
        Qui a cru que la semaine de 35 heures rapporterait la même chose que 40 heures, quel 5ième semaine de congé était gratuite et que la pension à 60 ans serait identique qu’à 65?
        Il n’y a pas de miracle!

  • Pourquoi parle-t’on uniquement des retraites du privé, privé qui représente certes 80 % des retraités mais seulement 20 % du gâteau car les hauts fonctionnaires qui s’occupent de tout, surtout d’eux-mêmes ne parlent pas des « ponctionnaires » qui multiplient par 3 notre dette abyssale en laissant les contribuables payer non les cotisations mais pensions et abondement. 48oo milliards non provisionné c’est pire que le système de pillage de la répartition

  • Encore un article malheureusement trop court de Xavier Fontanet qui est probablement un des meilleurs Manager de France et dont les avis sont honnêtes intègres et pertinents tout l’inverse des cancrelats qui sont à la tête des institutions de ce pays je reste convaincu que le référendum d’initiative citoyenne permettrait de faire passer des lois qui mettent fin cette situation de pillage institutionnalisé en limitant le pouvoir de nuisance des politiciens et des étatiste professionnels
    RIC sur la suppression du statut des fonctionnaires sur l’ouverture à la concurrence de la sécurité sociale sur la mise en place de régime par capitalisation et sur le non-cumul dans le temps de deux mandats pour les politiciens permettrait de faire beaucoup de bien au pays

  • J’ajoute que tous ces systèmes etatistes ruineux et injustes ont tous été mis en place par le régime de Pétain et de Vichy et cela ne doit rien au hasard

  • Reculer l’âge de la retraite dans un pays où l’employabilité des vieux salariés se réduit à néant est d’une hypocrisie sans nom. Cela revient à payer la différence par les aides au chômage et les aides publiques. Stupide et inefficace.

  • « on ne tiendra pas rigueur à notre président s’il revient sur son engagement de campagne de ne pas toucher à l’âge de départ »
    En pleine bronca jaune fluo, c’est vraiment se foutre de la gueule du monde !

  • J’ajoute qu’on commence déjà à lui chercher des noises parce que des petits « malins » cherchent à ruser en introduisant une décote si la retraite est prise avant 63 ans…

    • Âge minimum du départ à la retraite :
      Suisse : 65 ans
      Pays-Bas : 65 ans
      Allemagne : 65 ans
      Royaume-Uni : 65
      Suede : 61 en route vers 64
      Si on ne retarde pas l’âge du départ en France, on sera bientôt comme en Grèce : 67 ou l’Italie : 66…

      • Bonjour RaphSud,

        Je serais plutôt pour un âge de départ libre, pourquoi pas 25 ans si on veut?
        Simplement, il faut verser une pension
        1- proportionnelle à la somme de cotisations encaissées,
        2- inversement proportionnelle à l’espérance de vie restante.

  • Nous devrions nous inspirer de ce qu’a fait le Chili, un mix qui a l’air de fonctionner avec la satisfaction de tout le monde.

  • @ Philippe , parler des privilèges de nos représentants , il faut quand même le faire , certains députés et peut être une bonne partie ne payent pas d’impôt sur le revenu !!! et qu’en plus L’ÉTAT leur redonne de l’argent !!! ils gagnent un peu plus de 5000 euros par mois !!! applaudisser !!! donc nous les citoyens nous payons une rente pour les partis politique , nos députés versent une cotisation pour leur parti et cerise sur le gateau ,deduit sur l’impot sur le revenu !!! je comprend que certains mangent des pâtes…
    Comme dirait cela nous coûte un pognon de dingue !!! pour conclure ** vive la République ,
    Vive la France **

  • @ mc2 , nos politiques sont les meilleurs !!
    vous en doutez ! c’est pas bien ça…prendre un modèle plus efficace , revener sur terre svp…nous avons en France une Elite hors norme que tout le nous envie …

  • @Marc 2728 , après tout certaines entreprises versent des retraites chapeaux à leurs cadres et pourquoi pas a l’ensemble de son personnels lorsqu’ils partent en retraite ?
    j’ai dit une bêtise !! A l’heure actuelle des entreprises approvisionnent pour le 1er janvier en cours entre 4 et 10 millions d’euros annuelle … Ça coute comme dit le jupiter «  » un pognon de dingue «  »

  • La retraite par capitalisation existe en France : PREFON pour les fonctionnaires, PERP et article 83 pour les salaries du privé, Madelin pour les indépendants. On peut cotiser jusqu’à 10% de son salaire, et c’est déductible de l’IR. On sort essentiellement en rente viagère. Les produits sont encadrés de type assurance vie. La rente viagère représente par an entre 4 et 6% du capital placé (suivant age et reversion). On paie deux fois les prélèvements sociaux (sur le salaire qu’on place, et sur la rente à la sortie). C’est surtout interessant quand on paye des impôts dans les hautes tranches, et qu’on est très pauvre à la retraite. Si on ne paye pas d’impot, mieux vaut thesauriser en achetant en bourse (personne ne vous en empêche). Et ça vous paiera des dividendes avant la retraite.

  • @ Jamboree , pour le prefon , c’est vrai deduire sur l’impôt du revenu lorsque vous recever par mois une rente , si je me souviens vous la déclarer sur l’impot du revenu ?? Si c’est le cas vous avez prêté de l’argent et l’on vous le pique gentiment , par malheur 1 an Après la retraite vous aller au paradis !!

  • 10% des retraités vivent à l’étranger soit 1.6 million donc à 1500€ de moyenne par mois, ça fait a peu près 2.4 milliard d’euros par mois (30 milliards annuels) de flux économique et d’impots directs qui ne participent pas au collectif qui verse les pensions ( tva, taxe sur essence, …) faites le calcul !!!!
    L’impôt ne pourrait il pas en tenir compte et corriger cet état de fait?

    • Sans doute, en effet, l’impôt pourrait en tenir compte et cesser enfin de décourager de vivre en France. Mais ça n’était peut-être pas ce que vous vouliez dire ?

      • Pas exactement,
        Pour moi un système collectif ne peut survivre que si tout le monde participe équitablement et honnêtement.
        Je reçois du système, j’accepte en retour de donner .

        • Ben oui, mais en quoi l’état devrait-il mettre son nez dans l’affaire ? Vous pourriez très bien traduire ça par des contrats privés, tontines, etc… Là, c’est « Puisque vous acceptez de recevoir, vous devez accepter de donner ce que l’état décide. »

          • Ca c’est dans un monde parfait ou chacun prend ses responsabilités, mais avons nous chacun les mêmes cartes en main pour décider?
            Un système privé ou individuel sera t il plus juste et equitable?
            L’Etat qui décide , pourquoi pas si il est représentatif de ce que pense la majorité et si son objectif est de maintenir une vie collective agréable.

            • « L’Etat qui décide , pourquoi pas si il est représentatif de ce que pense la majorité et si son objectif est de maintenir une vie collective agréable. » Ca, c’est dans un monde parfait. La France est un pays où le but des Hauts-Fonctionnaires est que personne ne les dépassent en rémunérations vu qu’il sortent de la cuisse de Jupiter, quitte à emmerder tout le monde. Son objectif n’est absolument pas de maintenir une vie collective agréable. Notre Etat ne nous facilite pas les choses, il ne fait pas son travail.

            • L’objectif du système ne devrait pas être d’être « juste et équitable » selon des définitions politiciennes qui visent à répondre aux aspirations des politiciens avant celles des bénéficiaires. Il devrait être d’être honnête, efficace, transparent et respectueux de la volonté de chacun. De plus, la solidarité devrait y être distincte du reste, et consentie.

        • Si je dois donner 3x plus que ce que je reçois, et ce tout au long d’une vie, on peut concevoir qu’au moment de la retraite on considère avoir déjà assez donné. C’est le « équitablement » qui coince en France actuellement.

        • @marvi83
          Bingo ! Vous venez de découvrir pourquoi un système collectif ne peut pas survivre !

  • Effectivement la population est 14 fois plus importante en France,mais si on utilise les pourcentages,tout est comparable.

    • A priori oui, mais a chaque fois que l’on cite des exemples vertueux : suède, nouvelle-zelande, suisse, pays-bas,… ils sont a peine plus grand que l’agglomération parisienne ou qu »un quartier de shanghai 🙂
      La problématique semble un plus complexe des que les habitants augmentent. Peut être la capacité a décider de façon collective?

      • Peut-être l’éloignement entre les décideurs et les décidés ? La subsidiarité semble mieux appliquée dans les populations plus réduites. C’est assez naturel, la subsidiarité est un phénomène récessif : au fur et à mesure que le décideur s’éloigne de ses administrés, il risque de moins en moins à s’attribuer des prérogatives indues sur leur existence…

  • Une notion n’est que rarement évoquée: un pseudo « retraité » par capitalisation n’est pas un oisif mais un actif, c’est une personne qui ne vit pas de l’argent des autres mais qui continue à produire de la richesse et vit de cette richesse produite contrairement à un retraité par répartition qui lui ne produit strictement rien et vit exclusivement de la production des autres.

  • Zelectron , les coûts de fonctionnement de ces dites caisses de retraites ?? les caisses de retraites servent à payer les retraités et ont une autre fonction , résorbé le chomage ? d’emploi infini ??

  • pourquoi faire simple ; une seule caisse de retraite sans distinction de corps de métiers y compris tous les fonctionnaires sans exception …! Pareille pour la Sécurité Sociale ; une seule caisse avec le même taux et droit … Le problème c’est L’ÉTAT , il devra verser ses cotisations Caisse de retraite + Sécurité Sociale , je n’ai pas la certidude que L’ÉTAT veut le faire même certains !!! Regarder la caisse de retraite de nos députés
    ne suffit pas à payer , le complément c’est le budget de la dépense publique qui renfloue la dite caisses de retraite de nos députés , ce qui devoilerai le cout du budget de tous les fonctionnaires et il y en a en France combien cela représente financierement sur la gestion de la dépense publique ???? là, c’est le mystere total .!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

Décembre 2019. Vous vous souvenez ? On ne parlait pas encore de Covid-19 et encore moins d’inflation, de prix de l’énergie et de guerre en Ukraine, mais le pays était déjà au bord de la crise de nerfs, encore une fois dans la rue, encore une fois dans le rapport de force syndical, les blocages, les TGV à l’arrêt et les vitrines cassées, pour s’opposer de toutes ses forces à la retraite universelle à points annoncée par Emmanuel Macron dans son premier programme électoral.

 

Ah, la France et son précieux modèle social !

Du d... Poursuivre la lecture

retraites
4
Sauvegarder cet article

Cocorico. Les retraites seraient à nouveau excédentaires.

Le Conseil d’orientation des retraites (COR) affiche un surplus de 900 millions en 2021 et attend un excédent de 3,2 milliards en 2022. Certains en concluent qu’il n’y a pas péril en la demeure et qu’on peut se contenter de reculer l’âge de la retraite au rythme prévu, en laissant jouer la loi Touraine. La majorité présidentielle veut accélérer le rythme en insistant sur l’importance de travailler plus longtemps (64 ou 65 ans) afin de dégager les moyens permettant de financer d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles