Fiscalité de l’héritage : Terra Nova, à la pointe des idées… de 1848 !

Terra Nova, le « think thank » de la gauche moderne a récemment proposé d’alourdir la fiscalité de l’héritage… proposition de Marx et Engels dans le Manifeste du Parti Communiste de 1848 !

Par PABerryer.

Terra Nova, le think thank de la gauche moderne, celle qui a abandonné les classes populaires au profit des minorités, a récemment proposé d’alourdir la fiscalité de l’héritage, proposition qui figurait en troisième position de programme proposé par Marx et Engels dans le Manifeste du Parti Communiste de 1848 !

Cette proposition, qui se voudrait innovante malgré ses 171 ans, est tout autant une ineptie économique qu’une faute morale.

Terra Nova part du constat que le vieillissement de la population entraine l’apparition d’héritiers vieillissants, qui héritent à un âge où ils sont le moins enclins à faire usage de leur capital.

Si ce constat est juste, le reste du propos est à l’opposé de ce qu’il faudrait faire car le but est d’utiliser l’argent récolté pour financer la dépendance des personnes âgées.

La proposition de Terra Nova est une ineptie économique

C’est d’abord une ineptie économique. La première conséquence du vieillissement de ces héritiers est que les jeunes générations ne peuvent bénéficier d’un apport de capital au moment où elles en ont le plus besoin. Entre 1950 et 2000 l’âge moyen est ainsi passé de 40 à 50 ans et continue d’augmenter. En augmentant la taxation de l’héritage cela ne fera qu’aggraver le problème. Avec Terra Nova tout le monde se doit d’être pauvre.

Ensuite, le but est de financer la dépendance. Si le but en soi est tout à fait louable, la façon de traiter le problème revient à l’aggraver. À court terme le gain sera intéressant mais la captation de capital induira un appauvrissement des générations suivantes et une baisse de rendement de l’impôt.

Le problème avec le socialisme est qu’il dure jusqu’à épuisement de l’argent des autres. La baisse du coût du travail et la réforme du système de santé seront plus à même de répondre au défi de la dépendance en rendant davantage attractifs les métiers qui y sont rattachés tout en rendant plus efficaces les dépenses de santé.

Enfin, Terra Nova s’attend à ce que le problème soit pris en charge par l’État. Si il est un acteur économique qui ne se préoccupe pas du profit et de l’efficacité c’est bien l’État français ! Cet État est financièrement aux abois et l’argent récolté servira bien plus à remplir le tonneau des Danaïdes qu’à financer la dépendance.

En appliquant les solutions de Terra Nova, ira-t-on vers des héritiers plus pauvres et des personnes âgées euthanasiées plutôt que soignées ?

Terra Nova et ses propositions moralement perverses

La proposition de Terra Nova s’enracine profondément dans la pensée socialiste, en reprenant Marx et Engels. Outre la permanence des idées communistes au sein de l’intelligentsia française, idées sur lesquelles un siècle de mise en application ne lui a pas ouvert les yeux, c’est le caractère immoral de cet idéal qui resurgit dans cette proposition.

Derrière l’idéal se cachent l’envie, la jalousie, la concupiscence, incitant à la colère. Ces immoralités, cachées sous des torrents de bons sentiments, sont les fondements du socialisme. Terra Nova ne fait qu’exciter à nouveau la haine du riche, l’envie vis-à-vis des possédants envers lesquels la colère du peuple serait légitime et la spoliation morale.

C’est du populisme de bas étage : rien ne permet, ici, de différentier un démagogue comme il y en a tant de par le monde et Terra Nova.

Que faire ?

Telle une horloge cassée qui indique l’heure juste deux fois par jour, Terra Nova a fait un constat pertinent. Il existe cependant une solution plus simple et bien plus pertinente pour répondre à ce problème : la suppression pure et simple de tous les frais de donation en ligne directe.

Économiquement cela sera extrêmement bénéfique en permettant au capital de circuler et de se transmettre plus facilement. Les enfants pourront commencer à hériter à un âge plus tôt que maintenant et se constituer un capital à un moment plus pertinent pour eux.

La facilité pour la constitution d’un capital permettra à l’économie de trouver là une nouvelle source de financement et, partant de là, l’amélioration de la situation économique aura un impact positif pour les finances publiques.

L’augmentation de la richesse individuelle permettra de financer la dépendance des générations actuelles quand le temps sera venu et si les progrès de la médecine n’auront pas été suffisants. Tout le monde sera gagnant même l’État.

Moralement, enfin, cette solution est la plus juste car elle permettra d’apaiser les tensions dans les familles. Tous nous avons connu ou entendu des témoignages de familles qui se sont déchirées au moment de la succession. L’héritage sert de détonateur pour régler de vielles querelles ou blessures. En permettant aux parents de donner de leur vivant, ils peuvent organiser leur succession et apaiser les possibles rancunes existantes.

Cela ne peut être que bénéfique pour la société, d’autant plus que le renforcement de la famille est une façon de mieux résister au despotisme de l’État moderne. Cela est d’autant plus vrai que la famille a toujours été une cible de choix des États totalitaires…

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.