Gilets jaunes : 6 causes d’un désastre annoncé

Il n’existe pas de société sereine sans discipline et respect. Le contrat social a volé en éclats avec les Gilets jaunes, mais la tradition de la casse n’est pas nouvelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
gilets jaune drapeau bbr sur les champs elysees nov 2018 By: KRIS AUS67 - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes : 6 causes d’un désastre annoncé

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 décembre 2018
- A +

Par Hector Allain.

Le père Noël risque cette année de s’habiller en jaune. Si l’insurrection populaire est une tradition française, le mouvement des Gilets jaunes est inquiétant. Les analyses des médias passent malheureusement à côté de l’essentiel. La crise actuelle est avant tout celle d’un système et d’un mode de pensée périmés. C’est la raison pour laquelle elle risque de se prolonger.

La baisse du pouvoir d’achat vient d’un déficit de travail

Quel politique aura le courage de le dire ? On ne crée pas de la richesse — et donc du pouvoir d’achat — en regardant le foot à la télé. La crise de la France est celle de la paresse. 64 % de la population âgée de 15 à 64 ans travaille dans notre pays, contre 79 % en Suisse, 75 % au Royaume-Uni ou en Allemagne. Nous travaillons également 15 % d’heures en moins par an par rapport à la moyenne de l’OCDE et notre fonction publique, largement sous productive, occupe près de 20 % de la population active. Soyons concrets : l’essence et les produits alimentaires coûtent plus cher car nous nous disputons ces biens avec des pays qui travaillent davantage que nous. Leur pouvoir d’achat s’accroît et le nôtre diminue.

L’ignorance des réalités économiques crée de la violence

L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence — Averroès

Nous sommes le bonnet d’âne en matière de connaissance économique selon l’OCDE. Les Gilets jaunes reflètent cette inculture, leur programme étant une somme d’aberrations, un concours Lépine de l’ignorance. Les insurgés veulent tout et son contraire. Moins de taxes et plus de dépenses publiques avec par exemple le maintien de lignes de chemin de fer non rentables. Plus d’écologie et du diesel moins cher. Davantage de jobs mais le droit de casser l’appareil productif. Un smic à 1 300 euros et des emplois pour tout le monde.

L’équation économique de la France est malheureusement simple à comprendre : peu de gens travaillent car le travail est lourdement taxé. Les taxes sont lourdes car il faut financer beaucoup d’assistés et de transferts sociaux parmi les plus généreux au monde.

Le plus effarant est qu’une majorité de la population soutient les Gilets jaunes. Si l’école enferme les esprits dans l’ignorance, les médias ne joue pas leur rôle d’information. À quelques rares exceptions, les chroniqueurs ne posent jamais les bonnes questions et ne fournissent aucune donnée de contexte. Personne ne recadre les inepties économiques d’un Mélenchon. Le peuple français s’est enterré dans ignorance. Son absence de perspective est avant tout intellectuelle.

L’efficacité des services publics décroît et ne va pas s’améliorer

Une lettre met presque une semaine pour arriver d’un point à un autre en France, contre 2 jours dans les années 1980. Les performances de la SNCF sont en chute libre malgré des coûts exorbitants. Les causes de cet enlisement sont multiples. Les fonctionnaires ont vieilli. Les organisations se sont empâtées et elles sont centrées sur leur propre finalité plutôt que sur les clients-citoyens.

Quelle entreprise survivrait sans se réformer ? Sans licencier des salariés sous- performants ?  Sans réallouer les effectifs d’un service à l’autre quand la technologie permet des gains de productivité ? Aucune, mais c’est le chemin que l’administration française a choisi depuis 30 ans. L’État français, contrairement à ses concurrents anglais ou allemands a raté la transformation digitale. Le service aux administrés a encore empiré avec les tentatives de digitalisation.

De par son poids, l’administration entraîne l’économie française vers le bas, et avec elle le pouvoir d’achat.

Macron fonctionne avec un logiciel économique du passé

Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Macron est un super Hollande, un Hollande en version numérique et holographique, mais un Hollande traditionnel dans sa pensée. Le jeune disciple fonctionne à l’instar de son maître, avec un système d’exploitation étatiste conçu au XXe siècle. Le service militaire nouvelle formule, la réforme des 80 km/h, le prélèvement à la source sont des exemples de réformes technocratiques, frustrantes et inutiles.

En juillet 2017, j’avais dans ces colonnes émis des doutes sur l’action de Macron. Le nouveau Président a réformé un peu le travail dans le secteur privé. Il a laissé de côté la réforme de l’État et de l’assistanat, ces 2 points concentrant les blocages de la France. Pour le moment, l’action du Président a visé à côté de la cible.

Les Français vivent dans un monde virtuel

Le temps passé devant les écrans augmentent en permanence. Les Français vivent dans un monde virtuel fait de rêves, d’argent facile, de jolies filles et de fake news. Le capitalisme n’est pas exempt de critiques dans ce divorce avec la réalité. La publicité traditionnelle et numérique est d’une efficacité redoutable pour créer des frustrations et susciter l’acte d’achat. Avec l’extinction des idéaux, qu’ils soient religieux ou politiques, le consumérisme n’a plus de contrepouvoir. Symptomatiquement, les casseurs ont pillé des boutiques de luxe. Même les casseurs d’extrême gauche rêvent de s’habiller en Chanel et en Vuitton.

Une autre promesse mensongère existe, celle que l’État promeut depuis des années. Avec plus de 50 chaînes de télévision, des millions investis dans les campagnes de publicités diverses et variées, des écoles républicaines fortement politisées, l’État est le premier émetteur d’idéologie dans ce pays. Il faut ajouter à cela la presse écrite largement subventionnée et les artistes qui vivent payés par l’État grâce au régime des intermittents. Ce fantastique dispositif de propagande nous décrit un État ultra protecteur, tout-puissant, garantissant la paix et le bonheur du citoyen, de la naissance à la mort. Une vision imaginaire qui ne peut que décevoir cruellement.

L’absence de sanction mène à la violence

Il n’existe pas de société sereine sans discipline et respect. Le contrat social a volé en éclats avec les Gilets jaunes, mais la tradition de la casse n’est pas nouvelle. Depuis longtemps, on a supprimé les sanctions à l’école, on ne punit plus les délits mineurs. L’absence de discipline est la résultante directe de l’effondrement des services publics, que ce soit l’éducation et la justice.

Il s’est développé également une idéologie permissive, notamment vis-à-vis de l’extrême gauche. Les syndicats ont légitimé des pratiques ultra-violentes, en toute impunité et dans le silence médiatique. Les Gilets jaunes constituent une version low cost et 3.0 du syndicalisme, ils ont été formés à leur école. En plus stupides et en plus violents.

L’exacerbation des frustrations nourries dans la virtualité allume un incendie majeur mais les pompiers n’ont pas le droit d’agir, par crainte, par inefficacité et par choix politique.

Macron a dû lire Machiavel pour entrer à l’ENA. Il semble avoir oublié l’essentiel. Un prince doit prendre les bonnes décisions, celles qui créent de la richesse en minimisant les mécontentements du peuple. Il doit aussi savoir imposer le respect grâce à la force. Macron ne sait faire ni l’un, ni l’autre, pour le malheur de ce pays.

Hector Allain est l’auteur de À la découverte du fabuleux miracle français

Voir les commentaires (242)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (242)
  • L’essence coûte plus cher car nous la disputons avec des pays qui travaillent plus ?
    Autant sur le fond de la réflexion je suis plutôt d’accord autant sur les arguments je ne vois pas le rapport
    Ce sont les taxes et le coût du travail qui renchérissent les prix en France

    • Oui, justement. Parce que nous travaillons moins le coût social du travail est supérieur, d’où les taxes et autres prélèvements.

      • Peut-être que si nous n’étions pas champions du monde de la redistribution et de la délégation à l’état de toutes les « assurances » qu’il ne sait pas faire marcher, le coût social du travail serait moindre.

        • Effectivement, en France le travail est tellement détesté par les socialistes qui nous gouvernent depuis 40 ans qu’ils en ont fait l’inverse de l’Ecole : C’est quand on travaille bien qu’on est puni par les impôts.

        • @ MichelO
          Oui, évidemment!
          En France vous comptez sur l’état pour tout! À force de démagogie, les politiciens (associés à l’administration officielle), sous l’égide du président, sont chargés de tout, dans le pays, déchargeant ainsi de toute responsabilité personnelle, tous les citoyens qui trouvent là tous les responsables de leurs ennuis ou leurs malheurs! Eux-mêmes, ces citoyens, n’y sont évidemment pour rien!
          C’est un axiome de départ aussi ridicule qu’intangible!

          Il n’est pas difficile de faire un tour des pays européens pour se rendre compte que plusieurs ont fait une cure d’austérité, de rationalisation et d’ouverture économique plus libérale qui les a remis d’aplomb, ce dont ils se félicitent aujourd’hui.
          Travailler 35 H/semaine (moins d’1, 1/2 jour par semaine, c’est peu, quand on voit l’âge de la retraite portée de 65 à 67 ans, ailleurs, pour le moment. Mais travailler de 20 à 60 ans et vivre encore jusqu’à près de 100 ans, c’est impayable si on offre en plus l’instruction, l’assurance-maladie et la retraite. (Du temps d’É.Zola, un mineur de fond survivait bien moins de 10 ans à sa « retraite », à bout de souffle!)

    • l’essence coûte relativement plus cher à un français qu’à un habitant d’un pays plus productif.. oui sans doute trop raccourci.

      • @ jacques lemiere
        À l’achat d’1 L d’essence, vous donnez 1 € à l’état! Mais chacun fait ce qu’il veut de son pognon!

    • les taxes sont rendu obligatoires pour assumer l’etat obèse , les 35 heures, les RTT, la 5eme semaine de congés, la secu pour tous,la retraite pour tous,les aides pour tout etc..

      • je suis presque d accord mais pas sur le « pour tous » car ce sont toujours les mêmes qui sont mis à contribution et qui ne bénéficient jamais des aides et autres avantages annoncés par des politiques dépassés car, plus préoccupés par leur train de vie que par le notre , ils n’ont pas les capacités de créer une entreprise et donc encore moins pour gouverner un pays. Pour ma part, je ne demande pas d’avantages pour moi mais je demande à ce que l’Etat arrête de me ponctionner et de me demander des efforts qu’il ne fait pas lui même.

    • C’est le plus basique des phénomènes basiques de marché. Quand un bien est convoité par plusieurs acheteurs, celui qui peut mettre le plus sur la table l’emporte et fait monter le prix de marché par la même occasion.
      A 25 % de travail en moins sur toute sa vie active, le français moyen doit s’attendre à bénéficier de 25% de moins que celui qui est plus travailleur. Il n’y a pas de trésor caché. Certes une fiscalité/réglementation délirante entraine des distorsions et sans doute un peu de découragement (et des stratégies d’évitement) de ceux qui produisent, mais la principale composante de notre déclassement est bien dans ce travail insuffisant. Croire qu’il suffirait de quelques manipulations sur les taxes ou sur la monnaie et le crédit est une erreur profonde. Si on veut avoir plus à consommer il faut travailler plus. Il ne faut pas non plus compter sur une supériorité intellectuelle qui nous permettrait de produire plus avec peu d’efforts. Les autres pays ont aussi compris qu’il fallait miser sur la matière grise et dans au moins une partie du monde (le monde asiatique) l’évolution est très rapide.

      • @ JCB
        Nos efforts sont ruinés par l’abus de prélèvement. Vous voulez que les Français travaillent toujours plus pour être soumis à des prélèvements toujours plus grands? Vous rêvez. La logique étatiste de la France est une logique de pays sous-développé où les gains apportés par toute innovation, par tout effort d’amélioration sont toujours destinés à être confisqués et annulés par le poids de prélèvements obligatoires qui dévalorisent le travail et rendent vains les efforts.

        A cause de ce système mafio-bureaucratique désastreux, la France est sortie de l’histoire : elle est devenue un pays en voie de sous-développement où le paiement du travail, quelle que soit sa qualité, est destiné à être toujours ramené au niveau d’un travail médiocre susceptible de n’assurer qu’une médiocre survie. Ce système social désastreux a fait passer le goût du travail car les efforts fournis depuis 40 ans sont systématiquement ruinés pour ceux qui refusent les codes de comportement maffieux.

        De ce point de vue, le pays, en 40 ans a été, non pas démoralisé (car les gens ne sont pas dépressifs et il garde le moral avec toujours la capacité de mourir debout), mais il a été a-moralisé dans le sens privatif de la dépréciation des valeurs morales.

        L’abus de prélèvements obligatoires détruit les valeurs morales que sont la conscience professionnelle ainsi que la fierté de gagner sa vie et de réussir grâce au courage de travailler. Alors que personne ne vienne dire que les gens sont paresseux et refusent de travailler, ils refusent juste de travailler pour rien.

        Et le problème, c’est que c’est eux-mêmes qui veulent l’abus de prélèvements pour les autres qui finit par les atteindre. Parce qu’ils sont analphabètes en matière d’économie et qu’ils sont maintenus dans l’ignorance par un système qui entretient leur confusion et leur ignorance. L’éducation pour tous n’existent pas en France. L’éducation nationale donne une éducation illusoire qui prive les Français de la lucidité qui leur manque pour reprendre leur place dans l’histoire.

        • « De ce point de vue, le pays, en 40 ans a été, non pas démoralisé (car les gens ne sont pas dépressifs et il garde le moral avec toujours la capacité de mourir debout), mais il a été a-moralisé dans le sens privatif de la dépréciation des valeurs morales. »
          Démoralisé aussi, si si, jusqu’à en être dépressif et suicidaire:
          http://www.doctissimo.fr/psychologie/news/la-france-pays-le-plus-touche-par-la-depression
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide_en_France

        • Vous m’avez mal lu. Bien sur que notre fiscalité délirante est un fléau mais même avec la fiscalité la plus raisonnable, un pays dont la population plébiscite les 35 heures, la retraite à 60 ans et les emplois de fonctionnaire (ou a défaut de bureaucrate dans une grande entreprise) ne pourrait s’attendre à un niveau de vie confortable. Il n’y a pas de miracle, les biens à consommer ne tombent pas du ciel.

          • N’importe quel pays qui offrirait les 35 heures, la retraite à 60 ans et les emplois de fonctionnaire à la française les verrait plébiscités tout pareil.
            Le délire dans la fiscalité, c’est qu’elle confisque la majeure partie de ce qui dépasse des 35 heures, des 60 ans, et de la prise d’initiatives pour qui n’est pas fonctionnaire.

            • Mon cher MichelO vous oubliez que 2 pays européens ont vu leurs socialistes proposer les 35 heures en référendum. L’Espagne et la Suisse, et tous deux ont refusé! Comme quoi la bêtise est une spécialité typiquement française!

              • @ Virgile
                Confirmez-moi que vous n’auriez jamais accepté qu’un étranger vous révèle votre conclusion!

              • @Virgile Un point pour vous. Néanmoins, sans doute les offres suisses et espagnoles étaient-elles présentées de manière moins alléchante que ce que je voulais dire.

                •  » Un point pour vous. Néanmoins, sans doute les offres suisses et espagnoles étaient-elles présentées de manière moins alléchante que ce que je voulais dire.  »

                  En Suisse c’était pareil. L’initiative pour la semaine des 36 heures ( petit détail par rapport au 35 heures françaises ) c’était 36 heures sans baisse de salaire. L’initiative socialiste pour la retraite à 60 ans a tout autant été balayées par les suisses. Quand au statut des fonctionnaires; je doute que les suisses auraient accepté le même model que celui des français vu que par référendum les suisses ont aboli le statut de fonctionnaire pour le personnel de la confédération. Le statut de fonctionnaire existe encore au niveau cantonal ou communal dans certains cantons et communes de Suisse.

          • voila , tres bien vu

    • Oui, Oui les gilets jaunes disent de c…ies, ce qui n’emperche pas leur malaise d’être bien REEL.
      Oui la France est le seul pays communiste d Europe occidentale. et alors ?si ça nous plait d’avoir un pays égalitaire, tout du moins à vocation …
      Ce trait est culturel et vient de très très loin dans l’histoire, c’est tout bonnement la France Monsieur.
      De même que les pays anglo- saxons ont l’inégalité dans leur culture.
      .
      Action réaction est une loi de la nature, une vraie celle là.
      A votre avis à quoi réagissent les gilets jaunes ?
      Allez, je vous aide, parce que dans votre logiciel comme on dit de nos jours , soit dans votre conditionnement idéologique pour interpréter le monde car il y en a toujours un , même chez ceux qui se croient réalistes et objectifs, vous êtes incapable de remettre en cause le capitalisme et la monnaie qui va avec.
      Prenez tous vos titres de l’article et remplacez gilets jaunes ou France par capitalisme et ça fonctionne aussi.
      Les gilets jaunes réagissent tout bonnement à la VIOLENCE du capitalisme, au’ libéralisme’ econo financier.

      • C’était bien parti, puis j’ai cru au second degré, mais finalement non… Dommage.
        Vous avez tout à fait le droit de croire à un monde de bisounours, mais j’ai du mal à comprendre pourquoi vous vous sentez investi (comme tous ceux qui ont plombé la France ces dernières dizaines d’années) d’une mission, celle de nous éduquer (je devrais plutôt dire rééduquer, ça serait plus exact) nous autres qui croyons que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, que l’inégalité est dans l’ordre des choses, que chaque individu est unique (comme la nature le prouve dès le départ) et qu’il faut que chacun profite de ses qualités plutôt que de s’inquiéter de ses faiblesses.
        Une bonne partie du problème vient de cette conception conflictuelle de la société inculquée par ce socialo-communisme qui fait la pluie et le beau temps en France depuis qu’un traître à la patrie dirigeant un parti anti-français est devenu ministre au lieu de pourrir en taule ou exilé sur une île lointaine comme son image dans le miroir.
        La société française n’a jamais été apaisée depuis, il y a eu une parenthèse pendant laquelle les « riches » pouvaient vivre tranquilles parce que les pauvres avaient l’espoir (réel) de sortir de leur situation, mais depuis que ce n’est plus vraiment le cas, on a ressorti la vieille rengaine, sans oublier pour autant de se mettre du bon côté (pour soi) à chaque fois qu’on portait ce discours.

        • @durru
          Merci de ce commentaire intéressant et désolé de vous décevoir pour le second degré 😉
          Pourquoi se sentir investi de la mission de « vous » rééduquer ? (lol)
          Parce que j’ai les moyens de le faire. L’idéologie libérale, économique, capitaliste, financière, dirige le monde et le mène à sa perte avec MOI dedans. Simple réaction de survie de ma part.
          .
          « Vous avez tout à fait le droit de croire à un monde de bisounours. »
          Je sais qu’il n’en ai pas un mais je le crois possible, en effet. Tout ce que nous vivons, hors météorites, tremblements de terres ou pandémie etc.., est de notre fait à nous, humains, tout est absolument culturel et donc modifiable à souhait.
          .
          « nous autres qui croyons que la vie n’est pas un long fleuve tranquille »
          Il ne l’est pas en effet, dans le monde tel que Nous acceptons de le conserver.
          Le croire immuable n’est il pas un tort ?
          .
          « l’inégalité est dans l’ordre des choses » Tout dépend de quelle inégalité on parle.
          Il est certain que la personne en fauteuil roulant ne courra jamais le 100m, quoique l’Homme travaille à résoudre ce problèmes, c’est bien le signe que l’on ne souhaite qu’une chose au fond, aider son prochain car il n’y a rien de plus satisfaisant que d’aider.
          L’inégalité de ressources financières est par contre à fortement limiter.
          J’ai toujours peine à croire de devoir expliquer cela à des adultes alors qu’un enfant de 3 ans le sait avec le cœur.
          Les pauvres en Angleterre se nourrissaient mieux pendant la seconde guerre mondiale grâce aux tickets de rationnement, par exemple.
          Ne seriez vous pas plus heureux si la condition de gilet jaune n’existait pas, ne seriez vous pas plus tranquille ?
          Soyons bien clair, je ne parle pas d’exterminer les gilets jaunes mais de faire en sorte que personne n’ait a souffrir de fin de mois difficiles.
          Ce n’est pas comme si c’était impossible…environ 40 000 Euros annuels de PIB par Français actif et inactifs…

          (Je n’ai pas saisi a qui vous faites allusion pour le traitre)

          « il y a eu une parenthèse pendant laquelle les « riches » pouvaient vivre tranquilles parce que les pauvres avaient l’espoir (réel) de sortir de leur situation »
          J’imagine que cela coïncide avec les 30 glorieuses ?
          Où le capitalisme à la papa n’avait pas l’agressivité du capitalisme actuel, où la croissance réelle , désirée et nécessaire rendait supportable les inégalités justement par cet espoir REEL de s’en sortir.
          De nos jours c’est plutôt la décroissance pour une part importante des populations, dans tous les pays occidentaux à part quelques îlots atypiques, tels la Suisse: 1er de la classe non généralisable, on a jamais eu une classe avec que des 1er de la classe. Tout le monde ne peut être le gagnant de la compétition économique.
          C’est bien le signe que cette compétition est une absurdité sans nom, c’est bien le signe que ce mode de vie génère intrinsèquement des perdants, des pauvres, des inégalités, de la souffrance, alors que le monde est ABONDANCE, on n’arrive pas a vendre tout ce que ‘lon produit faute de gens solvables.
          C’est magnifique le capitalisme ! (second degré 😉 )
          .
          « chaque individu est unique » Absolument et Il n’y a aucune contradiction avec le fait que chacun puisse vivre dignement , hors de la souffrance pour sa survie.
          Bien a vous.

          • Désolé de ne pas avoir vu votre réponse plus tôt.
            1. Voir plus bas (Mic0741), toutes les tentatives (je dis bien toutes) jusqu’à présent de changer la nature humaine se sont soldées par des échecs sanglants. De loin les pires désastres humains de l’histoire.
            2. Vous vous retrouvez, il me semble, tout à fait par hasard, sur un site libéral, sans comprendre les concepts les plus basiques. De quel libéralisme peut-il être question dans une société où la moitié des richesses sont accaparées par l’Etat ? De quel libéralisme parle-t-on dans un pays où les normes et réglementations poussent comme les champignons ? Non, désolé, la France est un des pays les moins libéraux des pays développés.
            3. Vous dites : « l’inégalité des ressources financières est à fortement limiter ». C’est le concept de base des sociétés communistes, qui ont toutes (sauf la Chine, qui a changé de paradigme avec Deng et son « Enrichissez-vous ! ») explosé en vol. Et vous savez pourquoi ? Pas à cause des méchants capitalistes, mais à cause de leurs méchants peuples, qui n’en pouvaient plus de vivre du jour au lendemain, sans perspective aucune. Celui qui voulait s’en sortir et faisait des efforts était traité (financièrement) comme le dernier des glandeurs, ou presque. Alors, pourquoi faire des efforts ? Le mot d’ordre vers la fin du régime (avant ’89) était : « eux font semblant de nous payer, nous on fait semblant de travailler ». Limitez l’inégalité des ressources financières, et le seul résultat que vous allez obtenir sera un appauvrissement général de la population. On est déjà en très bon chemin, avec la moitié de la population qui gagne moins de 1800€/mois.
            4. Quel est le traître ? Mais je vous ai donné toutes le billes. Maurice Thorez est son nom, maudit soit-il pour l’éternité. Il n’a pas été seul, circonstance atténuante…
            5. Les Trente Glorieuses ont été cette époque bénie où les investissements coulaient (le plan Marshall, ça vous parle ?), où les actifs étaient pléthore et les inactifs (notamment les retraités) pas trop nombreux, du coup un « modèle social » a été inventé de toutes pièces, démagogique à souhait. Et personne n’a voulu voir le loup. Car si à l’époque il y avait 4, voire 5 actifs pour financer une retraite, nous sommes aujourd’hui à 3 actifs pour deux retraites. Et vous voulez croire à un « capitalisme à papa » ? Eh ben… C’était juste de l’insouciance.
            Quelle est l’absurdité de vouloir faire mieux que nos aînés ? Cela a toujours fonctionné comme ça, depuis les débuts de l’humanité, sinon on en serait pas là, mais dans un arbre à cueillir des bananes.
            6. Ce que vous décrivez n’est pas le capitalisme, et encore moins le libéralisme. C’est un capitalisme de connivence où le pouvoir politique s’accapare une part de plus en plus importante de la richesse pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa clientèle.
            Juste pour info : aux Etats-Unis, 56% des citoyens se sont retrouvés pour au moins un an de leur vie parmi les 10% les plus riches. En France, plus de 60% des grandes fortunes sont des héritiers, et en Europe, un tiers des plus riches proviennent de familles qui l’étaient il y a des centaines d’années.
            C’est magnifique le capitalisme. Au premier degré.

            • Désolé de ne pas avoir vu votre réponse plus tôt.
              1. répondu a (Mic0741),

              2. Non pas par hasard…
              Remettez vous en cause la création monétaire, l’argent dette qui NOUS asservi aux banques actuellement.
              Voyez vous cet asservissement ?
              Cela ne vous révolte-t-il- pas de devoir courir de plus en plus vite pour rester sur place?
              (croissance perpétuelle et accéléré nécessaire et impossible,sous peine de ne plus disposer d’argent pour échanger)
              Une fois cela levé, on pourra parler de libéralisme, de liberté de ce que vous voulez.

              La France n’est effectivement pas un pays libéral, bien que la liberté y soit grande.

              La monnaie actuelle et le capitalisme ne tiennent que sur l’asservissement des hommes et de la nature à leur service.
              Je ne comprends absolument pas que l’on puisse envisager ce que vous appelez le libéralisme dans ce cadre d’asservissement.
              C’est tout bonnement illusoire.

              Le reste n’a que peu d’importance.

      •  » Les gilets jaunes réagissent tout bonnement à la VIOLENCE du capitalisme, au’ libéralisme’ econo financier.  »

        Comment pourraient-ils réagir à la violence du capitalisme et du libéralisme financier puisque vous dites vous même que la France est un pays communiste? Faut vraiment être doué pour se contredire à ce point dans un seul commentaire

        • « Comment pourraient-ils réagir à la violence du capitalisme et du libéralisme financier puisque vous dites vous même que la France est un pays communiste? Faut vraiment être doué pour se contredire à ce point dans un seul commentaire »
          Ah Ah Ah, ce n’est pas moi qui le dit mais vos congénères a longueur de « commentaires ».
          Il ne vous aura pas échappé que la Chine réussi a concilier ce qui vous semble une contradiction, alors pourquoi pas la France à un degré moindre , vu que plutôt socialiste.
          Et il ne vous aura pas échappé non plus que le socialisme est un aménagement du capitalisme, et donc en a besoin pour exister.
          Donc absolument aucune contradiction dans mes propos.
          Votre commentaire ne fait que révéler la limitation, le réflexe idéologique, de votre propre esprit.

      • Votre problème est essentiellement que vous voudriez changer la nature humaine. Or dans tous les pays qui ont tenté le socialisme, l’idéal recherché a échoué lamentablement.
        Prouvez moi que la France crée moins d’inégalité que dans n’importe quel pays, sous n’importe quel régime politique.
        Vos idéaux socialo-communistes relèvent du rêve, et aboutissent, en France, à un délabrement et un appauvrissement que vous ne pouvez pas nier. Ce qui crée la situation de désespérance actuelle du peuple.
        Le problème fondamental des socialo-communistes est de haïr ceux qui réussissent mieux qu’eux. En fait c’est un idéal de haine.

        • @Mic0741
          désolé j’avais raté
          Alors non vous n’y êtes pas du tout, je ne veux pas changer le nature humaine.
          Je me demande bien ce qui vous fait dire ça ?
          Par contre l’homme est AUSSI le fruit de son environnement.
          C’est l’ environnement, certaines règles du jeu actuel que je veux changer et que l’on peut changer.
          Je veux changer la monnaie.
          Supprimer l’argent dette actuel et le remplacer par un argent permanent.
          Tout le reste de votre réponse est le déroulé classique du libéral, excusez moi, mais presque pavlovien, même si vous pensez être sincère et avoir raison.
          Jesus Christ a t il un rapport avec l’inquisition ?
          et bien idem pour le communiste a t il un rapport avec les dictatures qui en ont découlé ?
          Je ne prône pas le communisme mais votre argumentaire n’est pas objectif, vous agitez des épouvantails.

          • Il n’y a pas d’épouvantail à rappeler ce qui s’est effectivement passé (des dizaines de millions de morts, tout de même) à chaque fois que des individus se revendiquant de l’idéologie communiste ont pris le pouvoir.
            Vous ne pouvez d’aucune manière accuser le libéralisme d’une telle catastrophe humaine.
            Refuser la réalité fait aussi partie de la volonté de changer l’homme…

            • On s’en fout un peu, ce n’est pas le sujet, c’est toujours les libéraux qui ramènent les cocos dans la discussion pour évacuer tout contradicteur pas dans le droit fil libéral.
              La ficelle est un peu grosse, je peux aussi vous parler de Pinochet qui a instauré une économie libérale, donc libéralisme = dictature sanguinaire de droite ?
              Voyez, je suis un peu plus objectif que cela…
              « Refuser la réalité fait aussi partie de la volonté de changer l’homme… »
              Accepter tout sans rien changer s’appelle du moutonage et ça veut être libre, gros LOL
              Répondez plutôt sur l’argent dette quand vous aurez compris.

              • Je vous ai répondu sur l’autre fil au sujet de la monnaie et je ferme le pseudo-sujet. Vous ne voulez pas lire les arguments qui ne rentrent pas dans votre schéma, tant pis pour vous.
                Je vous attendais avec Pinochet, évidemment. Le seul dirigeant « sanguinaire » ayant appliqué des politiques (économiques) libérales. Vous n’avez pas d’autre exemple, de toute façon.
                Et pourtant… Même si un seul mort est un mort de trop, combien de victimes au Chili ? Rien à voir avec n’importe quel régime communiste. Chili est aujourd’hui le plus prospère pays de l’Amérique du Sud. Et Pinochet a quitté le pouvoir tout seul, comme un grand…
                Pourquoi j’ai évoqué les régimes communistes ? Je vous cite : « le communiste a t il un rapport avec les dictatures qui en ont découlé ? ». Et la réponse est oui. Voilà pourquoi.

    • PS: les gilets jaunes sont des Français qui n’ont pas dévoyés le mot égalité ornant le fronton des Mairies.
      Egalité de droit ET une bonne dose égalité de résultats ou d’égalitarisme.
      .
      En parlant de réalité, implicitement vous entérinez tous les méfaits et la violence, le pouvoir non démocratique du capitalisme.
      Ce n’est pas une réalité intangible , c’est une construction de main d’homme, c’est culturel et ça se démonte.

  • loi voté pour la Sécurité Sociale 82 députés votants …435 manquants .. ras le bol des fainéants comme ils disent !!!

    • Parce que l’essentiel des lois n’est pas voté en assemblée plénière à la fin, mais dans les commissions (et dans des salles autour de l’hémicycle).

      Le vote final ne fait que « confirmer » toutes les décisions qui ont été prises pendant les travaux en commissions.
      Et donc, la présence massive des députés lors du vote final n’est pas nécessaire. Il suffit juste à la majorité d’assurer un service minimum.

      • Et le peuple aurait choisi ce type de vote? Faire la politique derrière des portes closes avec un nombre d’èlus limités qui ne sont pas autorisés à donner leur libre arbitre car le parti est plus important que leurs èlecteurs nullement informés que leur vote sert aussi à les trahir, car la majorité des lois auront engendré plus de misère. Autrement il n’y aurait pas de gilets jaunes pour en finir avec cette Constitution. Le service minimum, voilà encore du mèpris pour les 80% des citoyens. La corruption sans limite avec au bout la menace pour ceux du bas…

  • Macron doit imposer le respect par la force: je ne pense pas que ce soit par la force. Le respect pour moi se mérite par l’exemplarité. Des affaires Ferrand à Benalla, aux insultes proférées envers le peuple de France comment voulez-vous que cela se termine bien ? Bien sur que la France doit être réformée. Mais le primum movens était de serrer la ceinture de l’état, de dégraisser tous les postes de dépenses accessoires. 16 ministres au maximum.Fini le CESE et toutes le commissions Théodules. Stop les 75 milliards de subvention aux associations (on peut en garder 25 pour de nobles causes). Stop aux niches fiscales pour 108 milliards d’euro par an (qui signe toutes les interventions de l’état sur une multitude de sujets). Il y a tant à économiser au lieu de faire fleurir les taxes ! (« Faire printemps »)

    • Quelles nobles causes ?
      Et les 500+ députés, alors qu’il n’y en a que 50 qui votent ? et les retraites des parlementaires et ministres ? On va en faire des économies, effectivement…

      • Ce n’est pas parce qu’il n’y a que 50 votants à la fin que les autres ne travaillent pas.
        L’essentiel des travaux ont lieu dans les commissions. Pas en assemblée plénière.

        • Désolé, mais d’un point de vue d’image et de communication, qu’une loi soit votée par 50 députés est une catastrophe.

        • Quand on voit le débit d’inepties qui sortent de leurs bouches dès qu’ils l’ouvrent, on peut légitimement douter de leur compétence à travailler correctement pour mettre en place des bonnes lois.
          Et ce n’est pas la députée LREM, à priori spécialiste dans le domaine juridique, venue débattre sur un plateau télé des revendications des gilets jaunes sans même connaître le montant du SMIC. Et en pensant que c’est un détail, tout en sortant des arguments chiffrés très précis…

    • Le probleme c’est que reformer l’etat c’est impossible en l’etat, les fonctionnaires en surnuméraires ont un statut qui leur garanti leur salaire a vie. Déja, pour les virer faut les payer cher , avec quoi?et ils conserveront leurs retraites
      les collectivités locales portent a bout de bras des myriades d’entreprises et d’associations dont les emplois sont payés par les contribuables.;
      La retraite pour tous, y compris ceux qui n’ont jamais cotisé, la secu pour tous etc..
      Les aides de toutes nature ,prime de rentrée de classes , allocations familiales , logement , énergie etc..
      Par quoi voulez vous qu’il commence.?. il fera comme les autres
      il laissera pisser en attendant la fin du mandat ..
      Un jour il faudra comprendre que nous ne valons pas mieux que la Grèce avec un socialisme qui nous a mené dans ce trou
      nous ne ferons pas l’économie d’un chaos, politique ,et social

      • Il y a je crois 500 000 fonctionnaires qui partent en retraite chaque année… et que l’on remplace.
        Il suffirait de ne pas remplacer tous ceux qui sont dans des administrations inutiles (quand elles ne sont pas nuisibles). Vous verrez, ça en fera du monde, et des économies.
        Mais franchement, vous voyez un énarque, dont les copains sont directeurs d’administration, diminuer le nombre de fonctionnaires?

        • 500K/ an suppose un renouvellement du cheptel tous les 11 ans?
          Cela n’invalide pas votre argument mais minimise un peu l’effet escompté.

        • Déjà essayé, ça a échoué (Sarko).

          Non, il faut être plus radical et directement supprimer les services inutiles.
          Ceux qui génèrent la paperasse inutile et nuisible.
          Et les réaffecter dans les services qui en ont vraiment besoin : police, justice.

          • Si vous voulez etre radical, il faut un ordre aux réformes. SUPPRIMER DES LOIS et de la PAPERASSERIE. Les fonctionnaires ne font que les appliqués, plus ou moins mollement. Une fois les lois supprimées, vous pourrez, sans problème, supprimer des fonctionnaires. Mais pas l’inverse, ce serait comme de mettre la charrue avant les bœufs.

  • Bonjour, je partage votre analyse sur certains points, pas sur d’autres.
    Je ne pense pas que les Français soient fainéants. Ils sont profiteurs. Normal, quand ne rien foutre à la maison rapporte plus que se lever pour aller bosser, ce n’est pas une question de fainéantise, mais d’intelligence. Cependant, j’en conviens, un peu d’amour propre et de sens de l’honneur, sens de l’honneur qui est le fondement de la société française d’avant l’invasion (, et sa culture sans honneur, bref…), mais qui a largement disparu, permettrait sans doute d’aider le travail plutôt que l’assistanat.

    Je ne vois pas en quoi c’est effarant qu’une majorité de français, qui sont écrasés par les taxes, se soutiennent eux même, en seplaignant d’etre écrasé par les taxes. Ce que je trouve effarant, c’est qu’une partie des français, dont une immense partie de l’immigration africaine, qu’on ne voit pas sur ces photos, a part, je suppose, encagoulé en train de piller des magasins, ne soutienne PAS ce mouvement populaire qui hurle son ras le bol d’etre taxé. Même si les réponses attendues sont pour moi totalement catastrophiques, et nous mènent droit à une dictature du prolétariat.
    Au fait, quelle est votre définition des fake news ?
    « Symptomatiquement, les casseurs ont pillé des boutiques de luxe. Même les casseurs d’extrême gauche rêvent de s’habiller en Chanel et en Vuitton. »
    Comme d’habitude, comme tout les autres journalistes, vous assimilez rapidement et facilement casseurs à gilets jaunes et extrème gauche, mais vous omettez racaille des banlieues venus faire leurs courses de noël. Et si on parlait du coût de l’immigration dans notre pays ? Pour moi, l’immigration africaine (je ne fais pas l’amalgame avec l’immigration asiatique, remarquable d’intégration et de respect), et surtout le manque de courage politique pour la traitée, ont entraînée la destruction de notre pays, d’abord par la destruction de ses valeurs, en particulier le sens de l’honneur, puis par le poids économique, et l’abêtissement de la population. Bref. Nous en apercevons maintenant les simples prémices, je le crains.
    « Le contrat social a volé en éclats avec les Gilets jaunes »
    Vous vous faite honte. Le contrat social a volé en éclat, en grande partie, lors des émeutes de 2005, les plus graves depuis mai 1968. Mais c’étaient des émeutes d’immigrés africains, c’est sans doute mal de le rappeler.

    Voilà, pour le reste, 90 à 100% d’accord avec vous 🙂

    • La France est le seul pays au monde où un individu peut rationnellement décider de ne pas travailler, et vivre quand même.

    • Vous avez raison pour les émeutes de 2005. Malheureusement ce n’est pas fini, notre cher président va signer le Pacte pour des migration plus sûr, au Maroc. Et là çà va être autres choses, le mouvement GJ vous paraîtras comme une plaisanterie économique.
      Jeter un oeil sur les 40 pages de ce Pacte ( texte officiel de l’ONU en français) :
      https://www.docdroid.net/DpfDrl9/pacte-mondial-pour-des-migrations-sures.pdf
      Alors, elle est pas belle la vie. Voilà, çà c’est un sacré challenge économique pour nos incapables. Et là y a de quoi discuter. La France est morte.

      • Merci pour le lien. Effectivement, on tient notre 7ème cause d’un désastre annoncé, si ce texte est signé.
        On demande aux français de faire un effort pour régler les problèmes d’environnement dans le monde, avec ça, on va leur demander de régler le problème de la pauvreté dans le monde. FORCEMENT, ca va bien se passer.

      • oui, ce pacte (que macron qualifie déjà de « traité », c’est tout dire) est une honte, une forfaiture. Il place les Autres au dessus des nationaux, et met en place la primauté de l’islam. Oui, lisez-le, et pleurez…

  • Moins on travaile et plus on est payé à rien faire……….On taxe le travail pour payer l’ oisiveté. Il ne sagit pas de revenir à la semaine de 50 heures mais de revenir à des normes équivalentes à nos voisins.

    • Libéral…j’ai du mal à comprendre l’intérêt du nombre d’heures travaillées par semaine. Ce qui compte c’est le taux horaires non ? A partir du moment ou l’employeur et l’employés sont d’accord la dessus le nombre d’heures travaillées peut dépendre de ce qui arrange l’employeur et de ce qu’accepte l’employé ?
      Ce qui pervertis ce raisonnement c’es la mensualisation.
      En Amérique du Nord c’est bien ainsi que cela fonctionne et le marché du travail est beaucoup, beaucoup plus ouvert et fluide. (J’ai accepté de travailler quand j’était jeune jusqu’à 120 heures par semaine…mais c’était mon choix, l’âge aidant je ne travaille plus que 48 à 60 heures/sem … A chaque période ses choix).

    • Mouais je bosse une centaines d’heure certaines semaines(parfois plus en période de rush, et parfois zero aussi), et je m’en plains pas
      faut savoir ce qu’on veut dans la vie….

  • Erreur de départ : « le contrat social a volé en éclats avec les gilets jaunes ».
    NON, le contrat social a volé en éclat sous Mr Giscard d’Estaing, puis sous Mr Mitterand, et enfin sous Mr Chirac qui ont modifié unilatéralement la durée du travail tant en nombre d’heures par semaine, ou en nombre de semaines dans l’année qu’en nombre d’années de travail -cela sans sollicite, bien sûr, l’avis des citoyens.
    Faut-il préciser que deux des présidents précités étaient de hauts fonctionnaires puisqu’issus de l’ENA, et totalement étrangers au libéralisme économique -le troisième cité (Mitterand) ayant, lui, en matière économique des lacunes abyssales qui expliquent les mesures mortifiées qu’il a fait adopter.

  • bof ..plutôt une opinion.. et un paradoxe..
    le gouvernement contre les gilets jaunes .. et les deux sont fautifs..
    mais bon tout vient du fait que personne ne sait ce qui va sortir des gilets jaunes.

    la France souffre surtout de l’égalitarisme..de croire qu’il existe quelque chose un prix juste…ou une fiscalité juste..

    et on crée de la richesse en regardant du foot à la télé…
    désolé…acheter la télé donc travailler..
    mais la masse de gens qui ne font rien d’autres que de vivre des aides sociales et qui regardent le foot à la télé ne crée pas de richesse plus exactement ils sont moins efficients à en créer..il ne faut pas croire que le socialisme ne marche pas de façon absolue, il marche beaucoup moins bien que le libéralisme pour créer de la richesse.

    on ne crée pas de richesse en ne faisant..rien..et on ne crée pas de richesse au sens collectif en ne faisant rien d’utile aux autres..

    • prends les gosses..tu payes pour que tes gosses regardent le foot à la télé..et tu es content, tu es moins content de bosser pour que ton voisin regarde le foot à la télé avec les aides sociales que tu lui « donnes » et encore il arrive qu’on le fasse avec plaisir parce que aider les autres c’est , dans une certaine mesure, valorisant, donc on en retire un profit..
      il es par contre très rare que tu sois content de bosser pour que ton voisin allocataire social que tu ne connais pas vive MIEUX que toi qui bosse …

      • c’est çà le socialisme

      • Au pied des barricades, les Gilets jaunes sont si heureux de découvrir qu’il existe autre chose que le football et la téléréalité, qui sont la propagande du libéralisme échevelé et de ses commissaires politiques, patrons de chaînes et de médias. Leur intérêt: maintenir le peuple dans la crétinerie. Quant aux élites, leur stupidité les rend riches (jusqu’à l’effondrement). Du coup, ils l’appellent culture.

    • Techniquement, la fiscalité est un vol ; donc elle ne peut jamais être « juste » au sens moral (c’est comme si je vous demandais la meilleure façon de tuer votre mère…) À preuve, la flat tax et l’impôt progressif sont aussi « justes » l’un que l’autre. En revanche, la fiscalité peut être plus ou moins simple, intelligente, efficace, pratique, compréhensible, acceptable, etc.

      • C’est tout de même plus « juste » de voler tout le monde pareil que de piller les uns pour arroser les autres.

      • Expliquez alors ce paragraphe, svp :
        « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés. »

        • Tout est dans « raison » et « facultés »…
          A noter qu’à l’époque, « en raison » signifiait « proportionnellement à », donc sans progressivité.

          • Et « facultés » voulait dire « capacités ». Nous sommes d’accord.
            Mais je ne vois toujours pas pourquoi la fiscalité serait « un vol »….

            • Au sens de la DDHC, c’est un vol quand elle est à taux progressif, quand elle est redistributive, ou quand elle sert à autre chose que l’ordre et l’administration publics.

              • Ce n’est pas (du tout) ce que le post auquel j’ai réagi dit. Bien sûr que je suis d’accord avec votre interprétation, qui est également la mienne.

          • « facultés » signifie ce dont on pourrait se passer (facultatif) au delà de l’indispensable pour vivre qui donne lieu à abattement.

      • la fiscalité présente des analogies avec un vol.. mais bon..on ne peut pas dire non plus dire c’est un vol.

    • On ne créé pas de richesse en achetant une TV. On la détruit.
      En réparant une TV, on créé de la richesse.
      😉

  • Je vous suggère de sortir de Paris et de Londres et d’aller voir au fin fond de notre beau pays ainsi que de ne pas répéter en boucle le discours des économistes dont vous dites faire partie. Il est vrai que l’Etat ne créée pas de « pouvoir d’achat », tout le monde en est bien persuadé même ceux qui sont enterrés dans l’ignorance. Par contre, l’Etat détruit du pouvoir d’achat en ponctionnant de manière déraisonnable et c’est là le problème. Tout le monde se fiche intégralement de gagner plus si cela doit être repris par la fiscalité. Bizarrement, c’est ce que les économistes ne comprennent pas, comme s’ils considéraient que le niveau de fiscalité était une fatalité intangible, que la qualité et la quantité des services publics étaient toujours proportionnels au montant de la dépense, que toucher à la dépense publique c’est avoir moins de policiers, d’infirmières, etc… Sortons de l’univers feutré de la macro-économie et on va trouver des wagons de dépenses dont on peut largement se passer et transformer en baisse de fiscalité… Pas de besoin d’augmenter le SMIC et autres calembredaines du même acabit…

    • C’est en effet une très belle illustration du fait que c’est bien un tunnel qui relie Londres et Paris…

    • « Il est vrai que l’Etat ne créée pas de « pouvoir d’achat », tout le monde en est bien persuadé même ceux qui sont enterrés dans l’ignorance. »
      Par la redistribution, l’Etat espère relancer (ou maintenir) la consommation et ainsi booster l’économie. Le système tient encore par miracle de la sorte. Casser ce système d’un coup violemment risque de faire très mal tant la cocotte est sous pression. Et les pressions viennent de tous les côtés comme en témoignent les revendications contradictoires des gilets jaunes. Chaque pion avancé par le Gouvernement est hautement explosif.

  • Ce n’est pas votre grande éloquence, mais ce peuple « stupide et violent » qui a crevé l’abcès. Aussi ne l’insultez pas du fond de votre fauteuil, monsieur Allain; il pourrait vous demander des comptes.

  • Un en mot, le socialisme.

    • Oui, et toujours la même question sans réponse pratique qui me fait radoter: comment gouverner/redresser un peuple aliéné par un demi siècle de socialisme et de délire éducatif ?
      Attendre un tsunami ?

      • le tsunami viendra , avec les taux d’intérêt

      • Votre question me taraude aussi.
        Non seulement j’ai aimé ce pays qui fut un grand pays, mais j’ai des enfants qui y vivent et 50 ans de socialisme n’ont laissé que le désespoir comme seul horizon.
        Au point où nous en sommes, je ne vois malheureusement aucune issue dans la douceur possible.
        Une rupture douloureuse est probable. Ce peut être celle engendrée par la faillite du pays, ou pire encore compte tenu des fantasmes universalistes de ceux qui détiennent à peu près tous les pouvoirs politiques.
        Beaucoup de Français sont déjà partis et continuent de partir. Aujourd’hui, le taux de départ à l’étranger, pour plusieurs grandes écoles, dépassent les 60 % des étudiants venant d’obtenir leur diplôme. Très peu reviennent dans « le paradis que tout le monde nous envie ».
        Mais ces départs touchent aussi des gens qui on dû sacrifier beaucoup de choses pour aller chercher la liberté ailleurs.
        Pour ceux qui restent, pour quelques raisons que ce soient, l’avenir s’annonce très difficile.

        • Et avec le retour quasi-certain d’une forme d’ISF pour « calmer le prolo », char Yves81, l’exportation de cerveaux a peu chance de se tarir…

          • Emmanuel Macron, au tout début des événements en cours, en refusant dédaigneusement de discuter avec des gens comme vous et moi – la classe moyenne et moyenne supérieure ; c’est-à-dire ceux, de plus en plus rare, qui continuent à faire tourner la machine – a laissé le champ libre à une coalition de circonstance évidente, qui finira tôt ou tard par nous submerger.
            Celle constituée des gauchistes aveugles et sourds de tout bord (ils sont très largement majoritaires dans ce pays) et des hordes sauvages des banlieues.
            Aussi, paradoxalement, alors que le mouvement initial et spontané revendiquait la diminution du fardeau fiscal, entre autres choses, voit-on ressurgir aujourd’hui des propositions en faveur du rétablissement de l’ISF.
            Je suis d’accord avec vous, ceux qui sont à l’origine du mouvement (ceux que l’on n’entend jamais) paieront probablement, une nouvelle fois, l’addition et seront rincés.

            • J’ai bien peur que vous faites une erreur d’analyse.
              Les demandes de rétablissement de l’ISF sont sorties dès le début, mais étaient très minoritaires parmi les gilets jaunes. Cela a été monté par le gouvernement (et par la presse, bien évidemment) comme une des principales revendications pour justement décrédibiliser les autres demandes.
              Je ne suis pas certain que le peuple soit si sot que ça, à la fin. Il a déjà bien compris que le gouvernement le taxe pour le taxer et non pas pour je ne sais quel argument fumeux du style sauver la planète. Il y a effectivement ce bourrage de crâne qui fait que le mot « libéralisme » soit au moins aussi honni que « fascisme », mais il faut passer outre et donner des arguments concrets, au-delà de toute considération philosophique. Ca commence à fonctionner, mais ça va prendre du temps, certainement. Et j’ai surtout un doute sur l’offre politique qui va apparaître du côté libéral. Il y a bien Charles Gave et sa fille qui ont décidé de mouiller la chemise auprès de NDA, mais rien ne dit qu’il vont réussir à faire passer des idées libérales…

          • Hélas, pour l’ISF, Macron est assez stupide pour le rétablir. Pourtant, la manoeuvre est transparente : toute la partie de l’opposition qui l’a à son programme sait — au moins ses chefs savent — combien c’est une mesure anti-économique. Donc la faire prendre par l’adversaire, c’est une grande victoire devant les militants, et pouvoir accuser Macron des effets délétères sans en rappeler la cause, c’est une seconde victoire à venir ! Et pas un journaliste pour souligner la contradiction à vouloir lutter contre les effets néfastes de la fiscalité excessive avec un impôt supplémentaire…

          • Il faut arrêter d’être naïf ou inconscient de ce qu’est le système démocratique français: une suppression de l’ISF n’a jamais été qu’une mesure provisoire… Et croyez bien qu’avant le tsunami inévitable ce pays en viendra à imposer le passeport comme les américains.

          • meme sans isf , il y a des pays ou gagner sa vie est considéré comme une vertu, et la réussite comme un exemple..
            si j’avais des gosses je les empêcherais d’étudier en france

        • « 50 ans de socialisme n’ont laissé que le désespoir comme seul horizon. » L’horizon est plus noir encore. Car le libéralisme a lui aussi trahi, tout comme le socialisme, trahi sa propre utopie. Macron et Xi Jinping, Yahoo et Badoo, même combat !

          Le présent fourmille d’ailleurs d’intervenant qui confondent libéralisme et droit de s’enrichir sans limite ni frein, c’est à dire au fond libéralisme et maffia

          • Je soutiens que, là encore, le socialisme est à l’origine de toutes les perversions.
            En détruisant tout ce qui constituait le ciment culturel de ce pays, en détruisant les traditions, la religion et la morale, en détruisant l’idée même de liberté (sauf pour les minorités) ces gens-là ont ouvert la boite de Pandore et généré des comportements sans foi ni loi et qui s’exercent dans toutes les situations (et tous les milieux), y/c celles, il faut bien l’admettre, où la liberté est utilisée en dépit de l’autre.
            Mais si perversion il peut y avoir, elle n’est pas du tout consubstantielle au libéralisme. On ne peut en dire autant pour le socialisme…

          • « Macron et Xi Jinping »… Euh, c’est lequel le libéral ?

          • @ Etienne Maillet
            Vous confondez le racket maffieux avec le droit de s’enrichir sans limite ni frein alors qu’ils sont antagonistes. Les codes de comportement maffieux protègent l’enrichissement des « amis » qui appartiennent à la maffia et ils empêchent abusivement l’enrichissement des autres. Au contraire, le libéralisme supprime les obstacles maffieux qui emprisonnent autrui et le confinent dans l’impuissance, pour redonner à chacun ses chances de s’enrichir dans le respect des lois régis par un État de droit.

            Le libéralisme est anti-mafia, c’est-à-dire anti chasses gardées, anti capitalisme de connivence, anti-privilèges indus, anti-parasites planqués, anti-arbitraire : il rétablit l’égalité de tous grâce au respect d’un État de droit où les mêmes règles s’appliquent pour tous et où le respect de la propriété privée abolit la violence dans les échanges et la circulation des biens et des valeurs.

            La mafia, c’est la violence de celui qui exerce un pouvoir abusif pour spolier autrui de son avenir, ruiner ses efforts et l’emprisonner dans la misère.

            Le droit de s’enrichir sans limite ni frein dans un État de droit, c’est le droit de réaliser son potentiel sans qu’il soit abusivement limité, c’est permettre à chacun d’aller jusqu’au bout de ses limites, de se connaître soi-même pour sortir de la confusion et d’expérimenter la capacité d’évoluer jusqu’au meilleur niveau pour soi-même.

            • « Le libéralisme est anti-mafia, c’est-à-dire anti chasses gardées, anti capitalisme de connivence, anti-privilèges indus, anti-parasites planqués, anti-arbitraire : il rétablit l’égalité de tous grâce au respect d’un État de droit où les mêmes règles s’appliquent pour tous et où le respect de la propriété privée abolit la violence dans les échanges et la circulation des biens et des valeurs.  »
              En théorie. Dans la réalité l’individu humain est grégaire et sait reconnaitre les siens. Rien n’empêche un individu d’accumuler de la richesse et de la partager avec ses amis, sa famille.

            • « La mafia, c’est la violence de celui qui exerce un pouvoir abusif pour spolier autrui de son avenir, ruiner ses efforts et l’emprisonner dans la misère. »

              Vous parlez de Bercy là?

          • Un coup d’Etienne. À coup d’Etienne, le pieu s’enfonce…
            A la tienne…

        • Hé oui, mes deux fils on quitté l’U.E. il y a déjà des années et se sentent comme des scaphandriers débarrassés de leur combinaison et de leurs chaussures en plomb…
          Heureusement que mes filles sont restées avec leur papounet, j’espère qu’elles n’auront pas à le regretter…

  • en dehors du « yaka » et « ifokon »
    on ne sait pas trouver exactement ce que veut le peuple.; a part
    moins de travail + de pognon
    Disons le tout net , il faut réduire les aides sociales (yaka)
    et augmenter les salaires (ifokon) en baissant la depense publique

    Mais derrière cette gabegie il y a des gens .. qui vont aussi contester..
    faites vos jeux!

  • les Français travaillent moins…..et pour cause , on leur a imposé les 35 heures ; mais ça ne veut pas dire qu’ils bossent moins , puisque le travail au noir en France est tout aussi développé que le trafic de drogue ; disons que les gens travaillent moins déclarés , et font du black à côté ;

  • Si vous avez besoin d’imposer le respect ou l’autorité, c’est que vous l’avez perdu depuis longtemps…

  • « imposer le respect grâce à la force »

    Quelle force?
    Il n’y en a plus, la contribution ad hoc des citoyens ayant été détournée vers de consternantes billevesées.

    Que vouliez vous que M.Macron fît contre un peuple confit de jalousie qui n’a plus que des droits et aucun devoir?

    • Comme le droit de payer des impôts ? Le niveau des blogs est parfois consternant

    • @ mc2
      La jalousie, on en sort par la liberté et la responsabilité qui nous permettent de prendre la mesure de nos limites : la liberté conduit à se situer au meilleur niveau possible pour soi ; il en résulte la satisfaction de réaliser un potentiel qui rend chacun suffisamment unique pour qu’il n’éprouve pas le besoin de se comparer à autrui. La liberté libère chacun de l’envie.

      En outre, avec la liberté, s’élève le niveau de conscience. Résultat : l’homme libre n’agit jamais par devoir, il fait ce qu’il doit parce qu’il a une conscience.

      • @ Virgin,
        C’est beau ce que vous dites. Dans la réalité l’individu humain se caractérise par sa grégarité et son mimétisme. Vous devriez lire ou relire les textes de René Girard sur le désir mimétique.

        • N’empêche que c’est dans les sociétés libres qu’on a constaté le moins de mimétisme et le plus de prise de risques. Sinon, m’est avis qu’on échangerait ici en chinois, arabe ou je ne sais pas quelle langue africaine…

  • « Les Gilets jaunes reflètent cette inculture »
    Il faudrait écrire « des » gilets jaunes reflètent cette inculture. Ceux justement que les médias mettent en avant pour essayer de discréditer ce mouvement auprès des catégories sociales « éduquées ». Mais on ne peut reprocher à des gens simples leur inculture vu les performances de l’Education dite nationale… Derrière leurs revendications basiques, on sait bien qu’il y en a qui touchent à l’économie, au politique, à la place de l’Etat. Combien de gens, dans les classes intellectuelles iraient manifester?
    L’absence de discipline est la conséquence de l’effondrement des services publics? C’est donner beaucoup d’importance à ces derniers. Nous subissons les conséquences d’une révoution sociétale voilue qui consiste à saper toute notion d’autorité sur fond d’égalitarisme déologique.
    Cette révolution a été voulue par les mondialistes pour déstructurer intérieurement les sociétes occidentales.

    • L’inculture des Gilets jaunes. J’en suis, comme nombre d’artisans, de commerçants, d’entrepreneurs (des vrais, pas des PDG salariés ou des héritiers). Mais sincèrement, je ne vois à travers les diverses couches sociales qu’une égale répartition de l’ignorance et du défaut d’intelligence, même parmi les universitaires et les intellectuels, qui ont simplement l’ignorance cultivée.

      • Ce que je voulais souligner, c’est le jeu des médias qui donnent écho à des gens qui à des revendications justifiées mais proposent des solutions intenables. Ce qui n’est sûrement pas votre cas.
        Il faut simplement espérer qu’un peu de bon sens est réparti chez les manifestants et chez les intellectuels…

  • Ne pas oublier de dire que l’Etat est le plus gros pollueur de France. Et que curieusement il ne s’applique pas les mêmes contraintes comportementales que celles qu’il impose aux sans dents.
    Concernant le respect par la violence ?
    Comme l’article le précise les Français sont ignorants et incultes. Leur taper sur la tronche ne va rien arranger.
    La seule solution serait de réformer l’Etat, que les ministres et le Président roulent en vélo. Qu’ils nous montrent l’exemple d’un comportement exemplaire.
    Sinon ? Laissons bruler la France ! Rien à foutre. A la fin ça va s’équilibrer dans les flammes de l’enfer.

  • Article tellement nul que j’ai même pas envie de perdre du temps à le commenter.

    • Bien d’accord avec vous, la rhétorique d’un vieux barbon haineux, qui en terme de haine dézingue les gilets jaunes (qui ont pourtant le mérite de faire péter un système plus qu’usé) et laisse tranquille un gouvernement qui pourrait bientôt perdre toute légitimité, je dis bien toute, à force de bêtise!

  • Le mal vient aussi des pseudos succès des réformes de notre Président, qui l’ont euphorisé jusqu’à croire qu’il avait mâté son peuple. Il n’a rien vu venir tant il était aveuglé et pédant. Il a continué de Taxer et réformer à sa guise, or tapies dans l’ombre les fanatiques de l’apocalypse attendaient leur heure. La vraie solution il ne la trouvera avec les siens, il va devoir cohabiter au plus vite avec un de ses ennemie, espérons qu’il fasse le meilleur choix. Très rapidement, sinon pour lui ce sera la porte de sortie et pour nous une sacrée catastrophe.

  • « Les Français vivent dans un monde virtuel fait de rêves, d’argent facile, de jolies filles et de fake news ».
    Ca n’est pas du tout ça. Les Français rêvent de ce monde d’argent facile, de jolies filles et de fake news, mais prennent progressivement conscience que pour eux, cela restera éternellement un rêve et éternellement virtuel, quand bien même ils travailleraient plus et accessoirement dans des conditions difficiles avec de longs trajets, etc.
    Vous voyez l’augmentation du temps de travail comme un moyen d’augmenter la richesse, eux ont la lucidité de constater que la richesse qui serait augmentée n’est pas la leur individuelle, mais celle que vous calculez avec vos moyennes, déciles, évaluations des services rendus par l’état au prix et non à la pertinence et à la qualité, etc.
    Vous dénoncez la violence, mais il est facile de s’indigner, même si c’est légitime. Il était encore plus facile de l’éviter : réduire de 3 points les prélèvements obligatoires dès qu’on a vu qu’on dérivait vers la place de champion du monde ! Si quelqu’un mérite d’être traité de stupide et de suppôt de la violence, ce sont bien ceux qui ne l’ont pas fait, avant les GJ. Et qui ne l’ont pas fait non plus depuis le 17/11 !

    • Réduire immédiatement de 3 points les prélèvements donc en même temps réduire les aides/subventions les plus nuisibles (syndicats,presse,SNCF …?) mais alors attention à la révolte des gilets rouges qui nécessitera une sérieuse et coûteuse réhabilitation de la force publique …
      A quand le général de Villiers comme premier ministre?

  • Enfin, un article qui ne se fait pas d’illusions sur la nature du mouvement des Gilets jaunes et le caractère incroyablement bas du front de la plupart des participants et de leurs demandes.
    C’est un hasard si certaines de leurs demandes sont de bon sens, ils demandent tout et son contraire, dans le tas il y a bien quelques bonnes idées.
    La seule chose à mettre à leur crédit, c’est qu’il a été possible dans le débat public de poser sérieusement la question de la baisse de l’impôt. Débat aussitôt tué très efficacement tant par l’Etat que les gilets jaunes eux-mêmes, en s’empressant de préciser « l’impôt des pauvres ». Cela arrange le gouvernement, qui compte, en assaisonnant un peu sa tambouille fiscale de redistribution, faire traîner les choses en longueur jusqu’à ce que chacun retourne à ses bonnes habitudes de consommateurs, brailler des chants de Noël et offrir aux gosses des équipements électroniques indispensables made in china, offrant ainsi aux médias de beaux marronniers en attendant 2019 et les nouveaux faits divers du moment à commenter.
    Bref, de grands changements en perspectives.

    • Quelqu’un comprend-il quelque chose à la bouillie ci-dessus. Problème de front bas peut-être ? Lisez Siéyès, à défaut de la relire, qui dénonçait déjà la prétention bouffie d’orgueil des privilégiés à mieux savoir que les Sans culottes ce qui étaient bons pour eux. Tout le monde n’a pas le QI de Carlos Ghosn. Heureusement !

    • On n’apprécie guère les commentaires se permettant des qualificatifs méprisants genre: bas du front ! Si vous n’avez que cela à dire choisissez d’autres sites! Il y a de tout chez les GJ et donc des revendications grotesques aussi. Mais ce n’est pas une raison pour vilipender une révolte contre les prélèvements!

  • « Il n’existe pas de société sereine sans discipline et respect. » Effectivement, la délinquance en col blanc, la corruption et l’évasionb fiscale d’élite, n’ont jamais été si importantes.

  • « L’équation économique de la France est malheureusement simple à comprendre : peu de gens travaillent » Effectivement: il faudrait mettre les actionnaires assistés au boulot !

  • « On ne crée pas de la richesse — et donc du pouvoir d’achat — en regardant le foot à la télé » Voilà qui est vrai. On gagne beaucoup d’argent en DIFFUSANT le foot à la télé, mais le pays et les gens n’y gagnent rien. Entre l’entrepreneur sans loi ni freins, le mafieux et le pervers: l’épaisseur du papier à cigarettes

  • APRES LES TAXES VÉRITÉ SUR LES DÉPENSES PUBLIQUES: LES AIDES accrochez vous
    en face des taxes il y a des aides.. un vraie liste a la Prévert.;je vous laisse apprécier:

    « Dispositif J’apprends à nager gratuit, aide au permis de conduire, allocation pour la diversité dans la fonction publique, aide à la mobilité internationale, aide aux vacances familiales (Vacaf), chèque-vacances, aide services à domicile (coiffure, pédicure, portage de repas…), aide téléassistance, exonération de la redevance télévision, Pass culture pour les jeunes, subventions pour la rénovation urbaine, aide ponctuelle d’urgence, aide personnalisée au logement (APL), aide personnelle à l’accession à la propriété, exonération de la taxe d’habitation en fonction des revenus, bourses sur critères sociaux (BCS), aide à la mobilité en master, tarifs modulés des cantines scolaires, exonération de taxe foncière (titulaires de l’Aspa, allocation de solidarité aux personnes âgées, ou de l’Asi, allocation supplémentaire d’invalidité), tarif réduit du Vélib’ (jeunes, chômeurs, non imposables), tarifs modulés des colonies de vacances, tarifs modulés des transports publics (gratuité pour les retraités à Paris sous condition), tarif des musées en fonction de l’âge, aide au mérite…
    Prêt à taux zéro, fonds de solidarité logement (FSL), Louer abordable (réduction d’impôts), Louez solidaire, Paris logement familles, Paris logement familles monoparentales, Paris logement, aides à l’amélioration de l’habitat pour les familles, aide à l’installation dans un logement pour les étudiants (Aile), chèque énergie, crédit d’impôts pour la transition énergétique (Cite), distribution d’ampoules gratuites, subventions Habiter mieux (ANAH), aide pour le paiement des factures d’eau, couverture maladie universelle (CMU), couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), aide pour une complémentaire santé (ACS), aide médicale de l’État (AME), gratuité de l’assurance maladie étudiante, subventions à la MSA.
    Retraites minimum (Cnav, fonction publique…), bonification de la retraite en fonction du nombre d’enfants, prise en charge des cotisations retraite en cas de chômage, avantage retraite pour les mères de famille, retraite anticipée “service actif”, retraite anticipée pour carrière longue, quotient familial (enfants), conjugalisation de l’impôt sur le revenu, allocations familiales sous condition de ressources, prime de naissance sous condition de ressources, allocation journalière de présence parentale (AJPP), allocation de soutien familial (ASF), complément familial (3 enfants et plus), prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE), complément de libre choix du mode de garde (CMG), allocation de rentrée scolaire (ARS).
    Prime de Noël, allocation aux adultes handicapés (AAH), assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF), aide à la garde d’enfants pour parents isolés (Agepi), bonus à l’achat d’une automobile, parcours emploi compétences, emplois francs, classes de CP à 12 élèves, écoles de la deuxième chance, réseaux d’éducation prioritaire (Rep et Rep+), revenu de solidarité active (RSA), RSA jeunes, RSA jeune actif, allocation personnalisée d’autonomie à domicile (Apa), aide sociale à l’hébergement (ASH), aide à l’accueil chez des particuliers, aides ménagères et auxiliaires de vie, allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP), prestation de compensation du handicap (PCH), accueil de jour.
    Exonération de charges sociales pour les bas salaires, allocation supplémentaire d’invalidité (Asi), aides communales et régionales aux projets agricoles, actions éducatives à domicile (AED), actions éducatives en milieu ouvert (AEMO), contrats d’insertion, revenus de solidarité outre-mer (RSO), aide à l’acquisition ou au renouvellement d’équipement ménager (Caf), allocation de solidarité spécifique (ASS), carte SNCF Famille nombreuse, billet congé annuel SNCF, aide individuelle à l’achat de matériel (AIA), aide individuelle à la création (AIC), aide aux familles en cas de chute brutale de ressources, aide à l’amélioration de l’habitat pour les familles ayant un ou plusieurs enfants handicapés, la carte Enfant+, aide à la mobilité Pôle emploi (frais de déplacement, repas, hébergement), aide à la mobilité pour les apprentis (repas, hébergement)… Je m’arrête ici. Mais je vous l’affirme : j’aurais pu noircir cinquante pages « 

    • Mais sans tout cet attirail, comment justifier l’existence de la fonction publique ? Sans cela, quel sens aurait-une vie de gauche ? Et une vie libérale: puisque pour sortir, sans révolution (c’est raté) de ce capharnaüm, il faut massivement augmenter et égaliser les revenus. Mais alors, que devient le sens d’une vie libérale ? Que devient la capitalisme, cette antithèse cryptique du libéralisme ?

      • je vous pose la question..
        mais il est essentiel de comprendre que si on ne peut plus augmenter les taxes et qu’on est pas capables de baisser les aines non plus..
        qui va nous prêter de l’argent? et a quel taux?
        Voila l mur sur lequel le socialisme a la française va se fracasser

      • Vos parallèles sont d’une médiocrité affligeante, comme la plupart de vos propos, pétris de la certitude agressive des ventres sans conscience que le socialisme sait produire par tombereaux.
        Fichez-nous la paix, allez sur les blogs de Terra Nova, Marianne ou Libé. Nous n’irons pas vous y emmerder.
        Épargnez-nous vos poncifs de lycéens boutonneux (le pire est vraisemblablement qu’il y a longtemps que vous n’avez plus de boutons).

      • Vos parallèles sont d’une médiocrité affligeante, comme la plupart de vos propos, pétris de la certitude agressive des ventres sans conscience que le socialisme sait produire par tombereaux.
        Fichez-nous la paix, allez sur les blogs de Terra Nova, Marianne ou Libé. Nous n’irons pas vous y emmerder.
        Épargnez-nous vos poncifs de lycéens boutonneux (le pire est vraisemblablement qu’il y a longtemps que vous n’avez plus de boutons).

    • Merci Claude Henry pour ce (trop bref) rappel. Il explique largement pourquoi nous avons un tel nombre de fonctionnaires qui, individuellement, croient probablement remplir des missions indispensables ; mais qui en réalité, ne produisent rigoureusement aucune richesse (au sens large) tout en nécessitant d’être nourris par ceux qui, eux, en produisent.

    • Holy cow, vous les avez toutes recensées?

    • Et certains osent prétendre qu’on ne peut supprimer aucune de ces aides sans mettre la moitié du pays dans la rue !

      • là ou je suis très étonné c’est qu’aucun journaliste a la télé n’a pris cet angle de vision, sans doute parce que les médias vivent d’aides aussi..
        c’est donc bien la dedans qu’il faut passer le balai , si on veut rééquilibrer les comptes..
        c’et a cela qu’on comprend pourquoi il faudra bien une revolution

    • saperlipopette, malgré mon licenciement éco et ayant toujours bossé dans le privé je n’ai eu droit qu’ a un petit prêt à taux 0 pour m’&acheter une maison…en plus de payer je n’ai bénéficié de rien..y’a les socialos d’un côté et moi de l’autre …

  • « Nous sommes le bonnet d’âne en matière de connaissance économique selon l’OCDE ». M. Allain en est la démonstration exemplaire, qui confond un discours biaisé par ses propres préjugés avec la discipline économique, qui, comme toute sciences humaines, ne peut-être détachée et singularisée de l’ensemble du phénomène humain. Que ce grand économiste lise donc « Rationalité et irrationalité en économie » de Maurice Godelier, salubre lecture qui le sortira de l’obscurantisme germano-pratin.

  • La France s’est toujours réformée dans la violence, non pas pour des idées mais parce qu’elle avait faim au sens propre et au sens figuré -injustice, incompréhension. Dire que le peuple est « ignorant » du sujet de l’économie est une réalité… qui est recherchée et maintenue à dessein depuis toujours par nos gouvernants et par les médias télévisuels. L’inverse est encore plus grave, nos dirigeants sont devenus ignorants des réalités du peuple.
    Répondre à cette éruption populaire par des « méthodes d’écoute » en est une preuve flagrante. Les premières réponses urgentes doivent être peu nombreuses , rapides à mettre en place, exprimées par le Président et ciblées sur des préoccupations sensibles , par exemples

    – Décider de la défiscalisation des heures supplémentaires
    – Faire un moratoire sur la taxe carbone (changer d’avis est un signe de maturité politique)
    Annoncer et s’engager sur des mesures à moyen terme de réduction et d’optimisation de la dépense publique
    – Décider du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, en travaillant sur le recentrage de l’Etat et l’efficacité de l’administration centrale et territoriale…
    – Pourquoi ne pas imaginer une proposition de « votation » comme en Suisse sur certains sujets économiques, sociaux…! avec un panel local désigné par tirage au sort à chaque fois, représentant 5 ou 10% de la population…à creuser et cela amènerait le « peuple ignorant » mais intelligent à s’intéresser à l’économie

    • Les premières réformes doivent être éminemment symboliques et populaires: Libéralisation des limites de vitesses en montant jusqu’à 100, voir 110, meme sur petites routes (fixées par les départements, qui connaissent mieux le territoire que Paris),
      imposer la destuction de 3 lois pour chaque lois promulguées, rendre l’intégralité de leur salaire aux français, en détruisant le monopole de la sécu, et réduire le nombre de parlementaires, leurs émoluments et retraites et avantages en nature, de façon drastique.
      Ca, c’est dans le premier mois. Une fois que le peuple, AU SERVICE DUQUEL LES POLITIQUES SONT ELUS, ET AU SERVICE DUQUEL SE TROUVE L’ETAT, est rassuré, on peut passer aux choses « sérieuses ».
      Le peuple doit gouter aux joies du libéralisme, car ces joies existent, pour la masse laborieuse.
      Je suis persuadé que la dégringolade et le rejet systématique de la politique en France au bout d’un an d’élection n’est pas une fatalité.
      Si pour une fois on essayait d’écouter la grande majorité, et pas les petites minorités ? Je sais, concept incroyable….

      • baisser les taxes sur les carburants de 60% à 15-20% serait du plus bel effet aussi. (et toutes les taxes auxquelles nous sommes confrontés aussi) …..j’en demande beaucoup mais je n’attends rien de l’Etat

  • L’exemple doit venir du haut…. et ce malheureusement pas le cas quand on constate les mensonges et le manque de considération de ces élus profiteurs et qui n ont pas les capacités pour gouverner sereinement un pays

  • La baisse du pouvoir d’achat vient à la fois d’un déficit de travail et d’un excès de taxes et de réglementations.

    Quand on met 200 milliards dans une transition énergétique totalement inutile, infondée et improductive, on baisse le pouvoir d’achat. Quand on met 200 milliards dans un projet de Grand Paris dont l’immense majorité des contribuables ne profitera jamais, on baisse le pouvoir d’achat. Quand on finance des centaines de députés et des millions de ponctionnaires dont la seule fonction est d’alourdir les taxes vexatoires et les harcèlements réglementaires, on baisse le pouvoir d’achat. L’URSSaf, notre « amie », baisse le pouvoir d’achat. Toujours plus de déficit et de dettes baisse le pouvoir d’achat. Travailler plus mais être taxé encore plus baisse le pouvoir d’achat. C’est une impasse économique que le plus limité des économistes devrait comprendre.

    L’absence de sanction à l’encontre d’un gouvernement de crétins mène à la violence. Castaner mène à la violence. Philippe mène à la violence. Macron mène à la violence. L’absence de sanction à l’encontre d’un président dénué de légitimité, mal élu lors d’une élection volée, mène à la violence. Voler une élection est une impasse politique que le plus limité des politiciens devrait comprendre.

  • L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence —

    Par contre je ne suis pas sur, contrairement à l’auteur Mr Hector Allain, que Macron ait lu Le Prince de Machiavel sinon la France n’en serait pas là.

  • On pourrait en profiter pour dresser un portrait du Français moyen tant qu’à faire allons y !
    Râleur, inculte, fou du volant, mange pas bien, fume et roule de travers, travaille peu, prend beaucoup de vacances, aime le chômage, etc… oh mais wait…n’est ce pas une construction politique que de rendre les gens aussi nuls ?
    Bah si, c’est pratique. Le mouton souffre moins au moment de lui couper la gorge. Triste mais le Français est du bétail que l’Etat aime beaucoup. Des veaux, des moutons, des pigeons, des canaris. Le ferme des animaux quoi ?

  • Le chemin de croix risque d être long et difficile car il est vrai que la réflexion des français est bien limitée. Cet état de sou réflexion est du à une Education Nationale qui tire toujours plus vers le bas et si l’on veut changer les choses ca sera long, trop long….. et pas dans l intérêt des politiques bonimenteurs qui n excellent que dans les mensonges électoraux. D’autres mentalités visent le pouvoir et pour le moment elles restent tapies dans l’ombre des banlieues attendant le moment propice pour tenter de prendre le pouvoir. Les citoyens doivent ils attendre une guerre civile pour enfin créer une union de résistants? Quelle homme ou femme Politique Honnête aura le courage, la possibilité et les capacités de nous unir plutôt que nous diviser… pour la sauvegarde de notre pays?

  • « L’absence de sanction… »
    Doit-on lire ceci comme un commentaire général sur notre société – impeccable, rien à dire – ou comme la suggestion que Macaron devrait matraquer les GJ davantage?
    Parce que dans ce 2e cas, il ne faudrait pas oublier que la jacquerie naît en partie, de l’inégalité devant la sanction.
    Quand un anonyme de campagne se fait voler son pognon et son permis par un piège à radar, puis se fait choper à conduire sans permis, il sera traité avec la plus grande sévérité par la justice (sans majuscule.)
    Quand A. Benalla se fout du monde, se baladant avec un flingue sans autorisation etc., il est durement sanctionné… Non? ah bon. Tiens.
    Quand les ubermensch légaux de banlieue foutent le feu pour les fêtes – toutes les fêtes- là, bizarrement, la sanction est rare, l’intervention feutrée, le prétexte social et son cortège de pleureuses ruisselant.

    Ça n’est pas la force qui impose le respect, c’est la justice.

  • Ok, alors pour vous calmer je demande de baisser de 80 à 70 km/h. J’augmente les taxes sur le vin, le champagne, le chocolat et les boules de Noël. J’ajoute un message sur les papillotes: trop de sucre tue. Avec moi vous allez aimer les fêtes. Vive Bercy, vive macaron, vive les ministres. Sans eux la vie serait tellement triste. De plus nous serions riches et les sans dents commenceraient à nous attaquer. Mouarf. Pays de merde. PDM

  • Enfin au bout de 3 semaines d’aneries dans tous les médias,bien sûr que c’est la facture des 35 h,la facture de promesses électorales non financées(retraite à 60 ans,35 h PAYEES 39H !!!!…….),la facture est là les gars et ce n’est que le début.Quel journaliste économique ou pas digne de ce nom osera le dire lors d’un 20h qu’on ne crée pas de richesses sans travailler(ils ne peuvent pas comprendre non plus ils sont quasiment exonérés d’impôts sur le revenu pour servir la soupe,journaliste première niche fiscale),quant à un élu aucun ne dira cela sinon jamais réélu.Pour faire de vrais réformes une seule solution le mandat unique.

  • c’est incroyable de penser que Ayn Rand a tout décrit dans son livre datant des années 50…Atlas Shrugged et que …cela ne sert pas à grand chose
    comme quoi le conditionnement des masses par l’Education Nationale a réussi au de la de toute espérance

  • oui certes mais le gouvernement propose le moratoire pour la taxe du carburant, mais les gilets jaunes vont continuer . qui pourrait remplacer Macron? Melenchon??? imaginez un peu cet homme au pouvoir.. je dis oui Macron revient!!

    • Melenchon ,il s ‘est dégagé tout seul…avec sa crise d’hystérie en direct
      ce que nous voyons c’est la résurgence des mouvements anarchistes qui avaient disparu des radars officiels depuis un certain temps/Ils sont contre toute représentation et toute. organisation qu ils traduisent par récupération politique .Par nature ils sont violents bien que se présentant comme. pacifistes l histoire nous montre qu’ils étaient capables de beaucoup de morts et de dégâts
      Cette résurgence est une mauvaise nouvelle pour la société Française

  • Toujours les mêmes bêtises ! La France augmente sa richesse d’année en année (PIB), 1 point ou 2 de croissance moyenne régulière depuis la seconde guerre mondiale et très rarement un trimestre de baisse => J’en conclue que c’est uniquement un problème de répartition du camembert :
    => moins d’I.S. + moins de charges patronales + moins d’impôts sur les plus riches (dividendes, ISF, Exit taxe etc…)
    => Moins d’augmentation des salaires, des retraites et plus de taxes (TVA, Carbone etc…) plus de licenciements, plus de chômage…
    CQFD : Arrêtez donc de nous bassiner avec vos problèmes de France à la traine ou en panne c’est des « bullshit » néo-libérales !!!!

    • on se demande pourquoi nous ne sommes pas envahis d’investisseurs étrangers face à ce paradis ultra libéral que vous contemplez -:)

    • ????
      Et la dette ?
      1 ou 2 %, c’est quoi , comme niveau de richesse, quand la vie augmente de 2 à 3 % ? Quand d’autre pays voient leur richesse augmenter de 3 à 4 % (donc, deux fois plus…), quand ce n’est pas BEAUCOUP plus ?
      Et franchement, en France, la, tout de suite, vous êtes heureux ?
      Pour être heureux, en France, ces jours ci, il faut être ignare, inculte, ou malhonnête.

    • Je n’ai jamais rencontré de néo-libéral. Vous en connaissez, vous?

      Attention le PIB inclut la « production » des administrations. Lorsque le gouvernement crée un nouveau comité Théodule, cela participe à la hausse du PIB à hauteur du coût additionnel (salaires…) du bidule. Par exemple, la proposition de Haut Conseil pour le Climat » : yay, PIB.

      Pour les autres notions économiques, on pourrait aussi en discuter raisonnablement, si ça vous dit.

      • La seule croissance en France résulte du secteur communiste.

      • en plus c’est inhérent a la france d’inclue les gens qui vivent de l’impôt dans le pib , ailleurs çà ne se fait pas
        pareil pour le mode de calcul
        « vous allez chez le coiffeur se passe-t-il d’un point de vue économique ? Imaginons que la prestation soit facturée 50 euros. Arrivé le moment du règlement, on observe un transfert de 50 euros de la poche du client vers la caisse enregistreuse du salon ; le paiement de la prestation alimente un flux d’argent qui permettra à une personne de disposer d’un salaire ou d’un revenu, avec comme conséquence l’inclusion de ces 50 euros dans tous les dispositifs étatiques qui entendent comptabiliser cette somme à divers fins, comme son intégration dans le PIB ou dans la déclaration de revenus afin d’en produire un impôt (voilà une production intéressante !).

        Vous sortez du salon de coiffure avec comme seuls résultats des cheveux plus courts, mis en forme ou bien colorés. Où est donc la création de richesses? Pourtant le PIB a bien progressé et en retour nos économistes et nos politiques sont rassurés ! A noter aussi que la quantité de monnaie n’a pas varié (ce qui conforte le constat de non création de richesses). »
        amusant non?
        quand a la richesse produite par l’administration si elle était sonnante et trébuchante , la france serait le pays le plus riche de la ^planete

        • Où est donc la création de richesses?
          Vous êtes plus beau, les cheveux ne vous gênent plus, les gens vous trouvent un aspect agréable, gage, pour vous, de succès, et j’en passe. Tout cela par un professionnel qui a effectué la prestation avec une vitesse et une qualité d’exécution dont vous seriez bien incapable (et moi aussi), de sorte qu’il était plus rentable de lui confier ce travail plutôt que de le faire vous-même. Donc, de votre point de vue, vous êtes gagnant.
          De son côté, votre coiffeur va consacrer les 50€ que vous lui avez versés à, par exemple, acheter de la nourriture qu’il va trouver au commerce du coin, alors qu’il n’est pas agriculteur ni éleveur et que produire sa nourriture lui-même lui prendrait un temps fou, sans rapport avec celui qu’il a mis à vous coiffer. Donc, de son point de vue, lui aussi est gagnant.
          Et ainsi de suite.

      • Le PIB reste malheureusement le seul indice de comparaison, la France est toujours plus riche chaque année c’est un fait. La répartition de cette richesse est depuis 30 ans tournée vers toujours plus d’accumulation du Capital des ultra riches qui sont à la tête du système économique. Le problème c’est que cela commence à trop se voir….. Ils veulent toujours plus mais le taux de profit diminue, donc on va chercher le manque auprès du peuple.

        • Moi je dirais:
          La répartition de cette richesse est depuis 30 ans tournée vers toujours plus d’accumulation des aides des assistés (ceux du cru, et les nombreux importés, qui ont cotisés toute leur vie… bref), qui profitent à fond de la solidarité des autres.

        • non la france est toujours plus riche selon son mode de calcul

        • N’y voyez aucune malice, mais non.
          D’abord parce que « la France est plus riche » est un peu exagéré. La population a augmenté aussi sur la période considérée, de même que les dépenses de l’Etat. Les deux phénomènes + croissance minable (et truquée cf. PIB) tendent plus à une stagnation.
          Pour les « ultra riches », on peut quand même se demander pourquoi leurs déprédations supposées plombent tant la France et si peu d’autres pays (USA, Allemagne etc.) qui sont bien plus « libéraux » qu’ici.
          Et ceci, alors que la France est championne mondiale des impôts et des dépenses sociales.
          En fait, tout se passe comme si plus on se rapproche de modèles libéraux, moins le système se grippe.
          Analyse parmi d’autres: vous vivez dans un système hybride d’économie de marché + socialisme (Etat hypertrophié + redistribution.) Et cela marche de plus en plus mal.

      • Et les incivilités font exploser le PIB aussi (protection, remplacements, assurances …)

    • Avec 7 millions de gens sans emploi, 10 millions de pauvres, l’industrie tombée de 32% du PIB à 12%, nos part de marché dans l’UE de 16,5% à 12%? Tout va très bien Madame la Marquise!

    • NB: c’est biaisé. la masse salariale des fonctionnaires rentre dans le calcul du PIB . cela correspond-t-il a une création de richesse?

    • pardon . néo-MEAG-GIGA-turbo-libérales hein ❗

    • « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois »…le roi de la bêtise enfin élu…bravo!

  • Pas d’accord avec cet article
    1-le travail est bien quand chacun y trouve son épanouissement personnel et c’est d’abord bien pour l’individu s’il retire un épanouissement de son travail, encore faut il que la valeur de son travail soit quantifié par une monnaie de confiance, ce qui n’est pas le cas des monnaies fiat
    2-l’ordre et le respect ne seront jamais obtenus par la violence car un homme reste un homme et qu’il a une mémoire, mais uniquement par le consentement volontaire. Certes il obéira par instinct de survie aux régimes autoritaires mais…
    3-l’oisiveté et la paresse ne sont que le résultat humain d’une société sans but car la valeur de l’individu n’ est
    plus proportionnelle aux règles de départ
    4-ce que vous proposez est une planification socialiste sous couvert de libéralisme, je pense que vous mettez la charrue avant les bœufs

  • tout le monde comprend l’économie..économie qui devient « incompréhensible » dès que les politiques s’en mêlent.
    EN fait personne qui travaille ne sait si il profite ou non de ce système où profiter des autres est la règle.

  • Merci pour cet excellent article parfait et limpide!!
    j’ajouterai que Macron n’a pas lu Machiavel avant d’entrer à l’ENA, c’est le livre de chevet de nombreux Énarques.

  • Ajoutons aussi que dans les années 80, les plus riches sont partis (merci l’impôt sur la fortune et les paradis fiscaux…) ensuite dans les années 90 et 2000 ce sont les chercheurs, puis les jeunes diplômés qui sont partis massivement, aujourd’hui de jeunes artisans, restaurateurs ou boulanger fuient aussi le pays, des jeunes gens s’inscrivent désormais à la loterie des green cards dés 18 ans…
    Non seulement nous perdons leur savoir faire et leur dynamisme, mais nous perdons aussi leur capacité à motiver, à inspirer leurs proches et leurs compatriotes…
    Ne restent plus alors que les moins volontaires, les envieux, les assistés ou ceux qui ont follement mis leurs espoirs dans un système délirant de retraite par répartition d’un état communiste…
    A la violence des gilets jaunes et autres casseurs analphabètes aucun discours raisonnable ne peut répondre, il faut donc créer une garde nationale employant les citoyens les moins décérébrés à calmer (par force) ces nouveaux prédateurs en devenir…

    • Désolé pour l’orthographe (qui me classe de fait dans les analphabètes que je fustige…lol) c’est l’émotion…

    • « garde nationale employant les citoyens les moins décérébrés  »
      –> Super, la sélection d’entrée sera « Bonjour, êtes-vous d’accord avec mes opinions politiques? Oui? Bienvenue, voilà un badge et un bâton. »
      NB: je ne conteste pas le droit à l’auto défense, juste la suggestion d’une création de phalanges politiques.

      • +1 Je vous le concède, une garde nationale ne doit pas devenir une phalange politique…. Il ne s’agit pas de recréer le Service d’Action Civique (SAC), mais l’anarchie totale n’est pas une solution, vous n’en disconviendrez pas je pense… (enfin j’espère en fait…)

  • En France, il n’y a pas de révolte ou de révolution, en hiver, qui durent plus de trois jours.

    Les gilets seront battus pas le froid.

    Les gilets grelotteront mais ne gros-loteront pas

  • J’adhère : on travaille moins, on en veut toujours plus, le poids de la fonction publique, l’assistanat et une trop grande imposition/redistribution, le manque de connaissances de beaucoup de Gilets Jaunes, l’insécurité et la délinquance qui ont remplacé la rigueur , l’effort et la discipline, la misère sociale (20% des famillles sont monoparentales, l’explosion du nombre de séparations),… Et en prime, le régalien est en régression constante.
    Tant que l’Etat s’efforcera de ne pas déplaire et ne pas faire de vagues, notre « décomposition » est irréversiblement programmée.
    Mais il faut bien avouer que les dernières taxes c’est bien la goutte qui a fait déborder le vase.

  • Il manque à cette analyse juste le point le plus important !
    Il n’y aura jamais d’acceptation des efforts et de l’impôt sans une exemplarité et une probité sans faille de ceux qui réclament ces efforts et c’est d’ailleurs parce qu’il les avait promis sans tenir cette promesse que les réactions des français sont si violentes

  • Article pas stupide sur cetains aspects mais totalement à charge et tellement moralisateur qu’on dirait du Macron..
    Vous évitez par exemple de parler soigneusement des boulots payés 80 cents de l’heure en Allemagne et autres joyeusetés dans les pays voisins. De même il serait honnête de dire qu’on travaille moins mais que nous avons une productivité élevée .. Et enfin vous en parlez mais ne soulignez pas assez de dire que du boulot qualifié il y en a de moins en moins

    • Les 80 cents de l’heure (je croyais que c’est 1 euro) ce n’est pas un boulot au sens propre, c’est un peu comme les stages non rémunérés qui existent à foison en France. Ou comme l’apprentissage, ou le bénévolat dans les assoces, c’est pour se faire la main et inscrire une ligne sur le CV.
      La productivité française, elle doit être au même niveau que celle de nos voisins. Ce qui nous plombe, ce sont les coûts annexes – les charges, comme on dit.
      Le boulot qualifié demande aussi des gens qualifiés. Quand on voit la qualité des dernières promotions, certes ils ont le bac à presque 90% (on dirait des résultats du plan quinquennal en URSS), mais ils ont du mal à écrire ne serait-ce qu’une phrase sans faire des fautes. Et je ne parle même pas des compétences techniques ou de motivation (75% des jeunes ont comme plan de carrière d’intégrer la fonction publique).
      Dernière remarque : les contraintes diverses et variées ne poussent pas les patrons à agrandir leurs sociétés, car certains plafonds sont durs à franchir (10 employées, 50, etc.). Du coup, les boulots se font rares, et pas que ceux qualifiés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le moral des ménages est en chute libre en raison de l’inflation et la consommation devrait s’en ressentir.

Le commentaire du Figaro sur l’inflation est un bon résumé de la pensée unique du moment :

« L’invasion de l’Ukraine par la Russie a en effet frappé de plein fouet les marchés internationaux des hydrocarbures mais aussi des matières premières agricoles, et accentué la pression sur les prix, qui était déjà forte depuis plusieurs mois en période de redémarrage très rapide de l’économie en période post-Covid. »

La haus... Poursuivre la lecture

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Ce que les Français appellent « agir pour le pouvoir d’achat » se traduit en pratique par une augmentation des salaires ou une diminution de certains prix par des subventions ou des blocages.

Un homme politique une fois élu peut effectivement signer un texte le décidant. Bien d’autres l’ont fait, mais le pouvoir d’achat ne s’est pas amélioré pour autant, par exemple parce que les prix ont monté.

Car maintenir le pouvoir d’achat au sens concret du terme, c’est pouvoir acheter autant. L’améliorer, c’est pouvoir acheter davantage.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles