Plan Pauvreté : 4 raisons d’en finir avec l’État-providence

Tant qu’on empilera de nouveaux Plans technocratiques pour sortir de la logique de l’assistanat et de l’État-providence, la pauvreté et la dépendance aux allocations sociales feront toujours partie des caractéristiques françaises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
handicap & pauvreté (ORANGE,FR84) By: jean-louis Zimmermann - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plan Pauvreté : 4 raisons d’en finir avec l’État-providence

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 septembre 2018
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Emmanuel Macron présente jeudi 13 septembre son Plan pauvreté pour la France où, selon les données officielles (ministère de la Santé), 8,9 millions de personnes vivaient en 2015 sous le seuil de pauvreté, soit 14,2 % de la population. En France, où les dépenses sociales dépassent celles des autres pays, 4,15 millions de personnes étaient allocataires de minima sociaux fin 2016 (RSA, AAH, minimum vieillesse, ASS, etc.). 20 % des allocataires du RSA le sont depuis 10 ans et 49 % depuis au moins 4 ans. De nombreuses études ont déjà montré que l’assistanat rend les gens dépendants des allocations. Dans ces conditions, un nouveau Plan pauvreté sans une véritable réforme ne changera strictement rien. Il faudrait tout revoir et l’IREF a plusieurs propositions :

1. Il faut une allocation unique versée en fonction du revenu et à titre de complément de celui-ci, qui remplacerait toutes les autres. Dans tous les cas, elle ne permettrait pas à un foyer de gagner davantage qu’il ne gagnerait en étant salarié, mais au contraire elle inciterait à travailler ceux qui le peuvent. À titre d’exemple, elle pourrait être plafonnée à 60 % du montant du SMIC mensuel net (1 188 €). Cette allocation unique serait accordée sous un contrôle strict et éventuellement en échange d’un travail comme le système du workfare aux États-Unis. Il va de soi que les personnes malades et/ou handicapées n’entreraient pas dans cette catégorie.

2. Il faut libéraliser le marché du travail. Pour pouvoir inciter plus facilement les bénéficiaires de l’allocation sociale unique à reprendre un travail, l’accès au marché du travail devrait être plus libre. Or, aujourd’hui, le Code du travail, le SMIC et autres réglementations, sous prétexte de défendre les salariés, empêchent les employeurs d’embaucher et de licencier plus facilement. D’ailleurs, le rapport de l’OCDE sur le pourcentage des travailleurs pauvres dans les pays membres montre que la France, avec 7,1 % des travailleurs pauvres, est au même niveau que la…Hongrie. Ce pourcentage est même deux fois plus élevé qu’en Allemagne (3,5 %), pays donné comme « mauvais exemple » concernant la réforme du marché du travail. De plus, une très récente étude sur l’absentéisme dans le privé montre que les Français sont champions avec un taux pratiquement trois fois plus élevé qu’au Royaume-Uni. Au-delà des abus, il y a le mal-être des employés dans un système qui est censé les protéger mais qui en réalité les enferme. La flexibilisation du marché du travail contribuerait indubitablement à une meilleure insertion sur ce marché des bénéficiaires des allocations sociales.

3. Il faut encourager la création des fondations pour s’occuper des pauvres. Malgré un tissu associatif assez important, la France n’a pas assez de vraies fondations capables, grâce aux bénévoles, de prendre en charge efficacement la réinsertion des plus pauvres. La « lutte contre la pauvreté » est étatisée et les associations dépendent de l’argent public. Il faut faciliter les dons et la création de fondations libres. Ce sont la bienveillance et le dévouement qui donnent les meilleurs résultats contre la pauvreté et la déchéance.

4. Enfin, pour qu’il y ait moins de pauvres, il faut davantage de riches ! La France devrait mettre à la poubelle les approches marxistes anti-riches et créer les conditions pour que les individus puissent réussir et s’enrichir plus facilement : revoir la fiscalité, libérer la création d’entreprises et d’emplois, faire de la réussite un but comme c’est le cas dans d’autres pays. Plus il y aura de riches et moins il y aura de pauvres.

Tant qu’on empilera de nouveaux Plans technocratiques pour sortir de la logique de l’assistanat et de l’État-providence, la pauvreté et la dépendance aux allocations sociales feront toujours partie des caractéristiques françaises.

Sur le web

Voir les commentaires (63)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (63)
  • à l’heure actuelle si vous supprimer le SMIG,comme valeur minimum du travail ?
    sur quelle échelle vous évaluer le prix des marchandises <>et encore vous parler des gens actif ,l’on peux considérer à 25 % ,vous oublier une catégorie de gens à la retraite sous le seuil de pauvreter qui est à environ 977 euros ,ce qui veux dire qu’une personne payé au SMIG ,lorsqu’il est a la retraite est sous le seuil de pauvreter …nous vivons dans une société de consommable ,fini les frigos à 30 ans de vie …pour que les gens bosse ,il faut qu’ils consomment…
    il y aurai peut être une solution, un RSA universel + un salaire maïs à combien le taux horaire ?

    • « Évaluation du prix des marchandises »
       » Valeur travail « .
      « Pour que les gens bossent, il faut qu il consomme  »
      «  à combien le taux horaire ? « 
      Whaou, ça me rajeunit. Merci.

      La théorie marxiste a été refutee par les mathématiques. Les mathématiques c est plus fort que l’idéologie.

  • les dons aux associations ont nettement diminués depuis l’augmentation de la CSG , sans parler de tout ce qui augmente , les énergies , la nourriture , les assurances …..trop ponctionné d’un côté , il va sans dire que l’on ne peut plus donner de l’autre ;

    • Et aussi un peu beaucoup depuis la disparition de l’ISF…

        • Le don aux oeuvres permet une déduction fiscale de 66 % sur l’IR et de 75 % sur l’ISF. On ne prête (donne) qu’aux riches.
          L’IFI a fait sortir un paquet de foyers de l’ISF. Moins motivés donc à financer tout et n’importe quoi.
          Pire encore avec les dispositifs type FCPI-ISF qui ont carrément disparu.

          • Sans doute, mais cet argent ils le placent bien quelque part, il ne va pas finir sous le matelas.

            • @Libtard
              Eh bien, les riches font comme les pauvres (cf Vera), ils « placent » une partir de cet argent dans la CSG, la TICPE et autres taxes en croissance…

          • Vous préférez donc qu’ils financent les GAFA ❓
            Rien ne vous dit que ce qu’ils font de cette part d’argent n’est pas bien utilisée socialement.

          • @Jean Manchzek
            Bonjour,
            « Le don aux oeuvres permet une déduction fiscale de 66 % sur l’IR et de 75 % sur l’ISF. On ne prête (donne) qu’aux riches. »
            Un don au montant minimum à Contrepoints est aussi déductible de 66% sur l’I.R, même si vous êtes smicard. Pas besoin d’être soumis à l’I.S.F et/ou à l’I.F.I pour contribuer à CP.

             » Moins motivés donc à financer tout et n’importe quoi. »
            Il n’y a que l’Etat qui finance tout et n’importe quoi, et il le fait n’importe comment.
            De plus quand l’Etat se permet de ponctionner allègrement plus ou moins la moitié d’un salaire de smicard (54% en moyenne) et près des deux-tiers de celui des « riches », pour la redistribution des richesses, on se dit qu’on a déjà donné.

  • Il faudrait d’abord s’entendre sur la définition du mot  » pauvreté  » . Beaucoup de ceux qui se serrent la ceinture – comme on disait autrefois – devraient d’abord dépenser pour l’essentiel : nourriture et vêtements à coût raisonnable quitte à rendre obligatoire le port de la blouse à l’école . Mais des gens qui comptent 2 ou trois smatphones dans la famille et portent des vêtements griffés – enfants compris – ne sont pas pauvres . Pourtant  » on  » leur affirme qu’eux aussi ont droit……..En outre nombre de retraités ne peuvent plus faire du caritatif .

  • à véra Bonjour,la majorité des gens ne donne plus il priviligie la famille ..je ne généralise pas ,il faut une transparence dans le fonctionnement des association ,Ong etc ..ect..recette ,coût du fonctionnement ,et sommes restante pour aider les gens …
    je connais beaucoup de gens qui arrêtent le bénévolat, qui disent que L’ÉTAT se demerde à force de ponctionner sur les retraites !!! je ne juge pas c’est leur droit …et ceux qui profitent, pas tous du RSA soit bénévole au resto du coeur ,qu’il participe …aussi…
    nous sommes dans une société où cela va devenir chacun pour soi..et d’une politique qui va croissante rendre la vie de tous les jours de plus en plus violente par la pauvreté..

    • @Lou 17

      « nous sommes dans une société »… socialiste.

    • Je donne de moins en moins car -mon salaire – déjà très faible- est bloqué depuis des années (fonctionnaire), les prélévements augmentent (+18 euros sur mon plein de diesel par rapport à 2016, CSG…), les prestations diminuent. De plus, j’estime qu’un état qui préléve plus de 50% des richesses produite dans un pays est responsable du financement de la Recherche médicale et de la pauvreté.
      C’est bien facile de nous laisser financer ce type de postes, tout en controlant l’économie… Plus d’accord, donc !

      • Va falloir vous y habituer : l’Etat obèse, c’est toujours plus d’impôts pour toujours moins de services fournis (y compris les salaires et retraites des fonctionnaires qu’il sacrifiera sans aucune émotion si nécessaire). L’inverse n’a jamais été observé dans l’histoire, nulle part, même pas une fois par hasard. Par conséquent, l’Etat fera inéluctablement de plus en plus de victimes pour préserver les prébendes des derniers margoulins proches du pouvoir, les plus retords, les plus corrompus, ceux qui seront les derniers à profiter pleinement du pillage du pays. Il ne peut en être autrement. Le parasite obèse n’a pas d’autre alternative.

        Tout ce qu’on peut vous souhaiter, c’est de fuir la sujétion de l’Etat, si vous le pouvez, tant que vous le pouvez.

        Notez que l’Etat n’est pas seulement responsable de la pauvreté, il en est le coupable.

  • à Aerosolkid Bonjour ,avoir des pensée humaine et d’être marxiste …j’ai une devise pour vivre qui va vous faire hurler ou d’autre puisque c’est dans le temps :
    chacun pour sa gueule morts aux cons …
    je ne suis pas du tout aigri de ma vie …bien au contraire…

    • A aucun moment je n imagine que vous êtes une aigrie, ni le suggère.
      Vous avez bien le droit d être marxiste ou humaine ou les deux à la fois‘ si ça vous change., qui a dit le contraire. Moi ? LOL

      Je connais beaucoup de personne de gauche, voire pire et certaines mêmes sont mes amis.
      Je ne m en prend pas à vôtre personne, je m’en prends à vos idées.

      Ma devise se rapproche assez de la vôtre, sauf que dans la mienne on ne tue personne.

    • Vous savez, les libéraux et capitalistes ont aussi des pensées humaines. Ce n’est juste pas le même raisonnement: Vous partez du principe que l’individu est mauvais et que l’Etat doit le forcer à faire mieux, tandis que les libéraux pensent que l’Etat est un groupe d’incapables qui dénature la bonne volonté des individus

  • Dépendance est le mot politiquement correct pour esclavage.

    • Et comme l’a écrit La Boëtie, la dépendance (qu’il appelait servitude) peut-être volontaire. Et elle est reposante, puisqu’elle vous évite d’avoir à gérer votre vie. Et quelle aubaine pour les politiques, qui peuvent revêtir l’habit de pères nourriciers…

  • Il faut favoriser les libertés économiques pour favoriser le développement économique. Les pauvres ont tout à y gagner.

    La prise en charge de la pauvreté par l’Etat décourage le don. Puisqu’on paye des impôts pour en redistribuer le produit aux pauvres, cela dissuade de faire des dons, même s’ils sont fiscalement abondés.

    • « La prise en charge de la pauvreté par l’Etat décourage le don. »
      La prise en charge de toutes nos activités par l’Etat nous oblige à l’immobilisme, comme aux joyeux temps de Staline et Brejnev.

  • Ces propositions mériteraient d’apparaître dans les débats médiatiques autour de ce projet de « plan pauvreté ». Et comme le vocabulaire n’est pas neutre, je crois qu’il faudrait aussi l’opposer au plan pauvreté comme un « plan enrichissement » (je ne dirai pas « de tous » ou « universel » à cause de l’abréviation, mais l’intention y est).

  • Certains Français sont pauvres d’abord et avant tout parce que l’État leur pique près de la moitié du fruit de leur travail. Nous sommes record du monde PIB/prélèvements.

    • C’est plus que la moitié. dans un article de Contrepoint le calcul aboutissait à plus de 60%, car il faut rajouter la TVA sur tout ce que vous achetez, les taxes sur l’énergie et les assurances, etc…

  • nous sommes en fin de cycle . les gens n’esperent plus des hommes politique .. des actes pas de la com…ça ne remplie pas les assiettes !!! asservir le peuple, est une bombe , méfiance !!! les politicards ..au retour de manivelle !!!

  • L’Etat Providence du XXIème siècle évoqué par Edouard Philippe ne change en rien le système qui consiste à voler l’argent de ceux qui en ont au profit de ceux qui en ont pas

  • « Je souhaite créer par une loi en 2020 un revenu universel d’activité qui fusionne le plus grand nombre possible de prestations et dont l’État sera entièrement responsable », a-t-il déclaré, précisant que ce revenu serait soumis à « des droits et des devoirs supplémentaires »

    Macron ou comment convertir les pauvres à la fonction publique.

    CPEF!

  • la logique de ce gouvernement inacceptable sur la pauvreté. de quel monde vivent ils ?
    vous êtes comptabilisé sur la définition du seuil de pauvreté ,avoir comme revenu moins de 977 euros ceux qui veux dire que ceux qui travaille au SMIG à la retraite reçoivent moins de 977 euros net…mais n’entrent dans les chiffres.combien y a t-il de votants sous le seuil de pauvreté, combien de gens qui gagnent le SMIG VOTENT ? ne serait il pas un achat de voix parce l’on ignore la valeur du travail !!!

  • j’avais soupçonné que ce gouvernement au début de mon mon poster le RSA + un salaire ,mais à quel taux sera valorisé le travail.. et quelle somme sera ce salaire ? 800 euros pour arriver au SMIG…a qui va profiter cet avantage ?
    l’Allemagne que l’on présente au top !! il y a maximum 2 ans un taux horaire obligatoire à 8 euros de l’heure…la politique autrement bref une pauvreté autrement la com des Élites..et bien qu’ils se l’applique à eux mêmes….

  • Ces propositions sont une nieme variation de la théorie du ruissellement. Certes en plus malin : RU included et résurgence des dames patronesses… Mais bof quand même !

  • l’élection Européenne arrive , ils commencent à transpirer … nous allons faire des propositions concrète, mais soyer patient de 2 ans pour la mettre en marche, faîte nous confiance ,nous avons besoins de vos votes pour les élections Européennes !!! qui va croire ces conneries …il n’y a pas si longtemps de ça ;le revenu universel ,impensable !! la Com ça va ! encore une foi encore je prend d’une poche pour remplir une autre … des actes pas de paroles ..

  • Il faudrait en plus recentrer l’Etat sur ses fonctions principales, qui sont le fait de faire la loi, de la faire appliquer et de faire de la diplomatie (et encore..), point.

    • On pourrait d’ailleurs analyser ce qu’ont fait les états pour sortir un milliard d’humains de la misère ces dernières décennies. Ceux qui sont sortis de la misère ne sont-ils pas ultra-majoritairement des gens qui ne voyaient pas la main prétendument généreuse de l’état intervenir dans leurs affaires ?

  • « Cette allocation unique serait accordée sous un contrôle strict et éventuellement en échange d’un travail comme le système du workfare aux États-Unis. »

    Ca me paraît pas très libéral, ce contrôle strict, qui bien évidemment sera du ressort de l’Etat. Chassez l’étatisme, il revient au galop !
    La meilleure preuve : Macron vient d’annoncer aujourd’hui à peu près la même chose. Si Macron, dont l’étatisme n’est plus à démontrer, propose cela dans les mêmes termes, c’est que l’illibéralisme de la mesure est indéniable !

  • quand les personnes font un don ,ils récupèrent sur leur fiscalité, mais,ce sont nous les contribuables qui remboursons et ne pas croire que L’ÉTAT est généreux avec les donateurs ,c’est les contribuables qui rembourse !!!

  • Macron a fait basculer un grand nombre de retraités dans la pauvreté avec l’augmentation de la CSG. Il se présente aujourd’hui plein de compassion pour dans… deux ans !

  • Ce n’est sûrement pas en donnant de l’argent aux pauvres que vous les enrichissez mais en permettant la création d’emplois et pour cela Trump a une martingale efficace, la baisse des impôts ,simple , facile , a la portée de n’importe quel gouvernement un tantinet intelligent et qui ne jouant pas les mécènes pour toutes les causes perdues comme subventionner des journaux des télé ou des ONG borderlines avec l’escroquerie.

  • le Jupiter,il va trouver où les 8 milliards pour s’attaquer à la pauvreté ? alors qu’il est incapable de réduire la dépense publique…le Jupiter il donne 5 euros dans la main droite,et il prend 5 euros dans là mains gauche ! ouï en 2020 ou 2022 pour réduire là dépense, une petite com avant les élections, les gens ont parfaitement compris . Après avoir été un conseiller et ministre de Hollande
    que ce personnage que c’est un imposteur avec sa majorité de godillots,retourneur de veste et collabos …hop au chômage !! attention au retour de manivelle ,vous friser la correctionnelle !!! les KEKE…

  • dans la ruralité, la pauvreté se cache,ceux qui la vive ,sont discret ,font tout pour ne pas le montrer,silencieux,c’est par des circonstances banale ,que l’on découvre leur misère, ne se plaigne pas et en plus ils sont généreux ,aide leur prochain…ne réclame rien..SURPRENANT !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Présentation de Sylvain Fontan.

L'échange question-réponse qui suit correspond au dernier entretien de l'économiste et prix Nobel d'économie 1974, Friedrich Von Hayek. Publié par la revue Contrepoint[1. Cet entretien a été publié dans la revue Contrepoint n°50-51, 3e trimestre 1985. L'entretien a été réalisé à Fribourg (ancienne RFA), sous l’égide de l’UJRE (Union des Jeunes Responsables Économiques), qui fédérait plusieurs associations, toutes préoccupées par le devenir de l’entreprise libérale.], l'entretien date de 1985, c'est-à-dir... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles