La malbouffe, c’est pas bon

malbouffe credits Maurice Svay (licence creative commons)

Le meilleur moyen de connaître ce que vous mangez, c’est de préparer vous-même vos repas. Et pas besoin de sondage pour le dire.

Par Albert Amgar1

Les consommateurs américains ne font pas confiance aux efforts de l’industrie alimentaire en matière de sécurité des aliments, selon un sondage

source Doug Powell du barfblog.

« Pourquoi devraient-ils leur faire confiance ? », se demande Doug Powell.

Les efforts en matière de sécurité des aliments sont cachés derrière des couches de jargons qui n’intéressent pas les consommateurs.

Tom Karst de The Packer a écrit qu’un nouveau sondage d’une agence de marketing des aliments, Charleston Orwig, a révélé que plus du quart des consommateurs disaient ne pas faire confiance à la vigilance des efforts de sécurité sanitaire du secteur alimentaire.

Dans un article du blog de cette agence intitulé « Food Safety in America – Time to Bolster Consumer Confidence Food Safety in America » ou « Sécurité des aliments aux États-Unis – Il est temps de renforcer la confiance des consommateurs », l’agence a rapporté qu’un sondage mené auprès de 500 consommateurs a révélé :

Lorsqu’on leur a demandé s’ils faisaient confiance à l’industrie alimentaire pour des denrées alimentaires sûres, 48 % ont répondu qu’ils faisaient confiance à l’industrie alimentaire et 27 % ont répondu par la négative ;

Plus de 77 % des consommateurs déclarent que préparer un repas dans leur propre cuisine est le meilleur moyen de garantir leur sécurité sanitaire ;

Les restaurants ont été jugés comme les deuxièmes plus sûrs, avec plus de 59 % de consommateurs qui considèrent cette option comme fiable ;

Seulement 29 % des répondants considèrent que les food trucks ou les vendeurs des rues sont sûrs et près de 42 % considèrent cette option comme potentiellement dangereuse ;

Lorsqu’on leur a demandé de comparer la sécurité sanitaire des aliments par rapport à ce qu’elle était il y a dix ans, environ 35 % des consommateurs ont déclaré que les aliments sont plus sûrs et 32 %, moins sûrs ;

Selon l’enquête, 59 % des consommateurs ont déclaré qu’ils supposaient que les produits alimentaires provenant d’agriculteurs, de fabricants de produits alimentaires ou de restaurants étaient sans danger s’ils n’avaient pas entendu parler d’un problème spécifique ;

L’enquête a révélé que le fait d’avoir une maladie d’origine alimentaire ne laissait pas penser qu’une personne était moins en sécurité que l’ensemble des participants ;

49 % des consommateurs ont déclaré que les céréales, les haricots et les pâtes étaient les aliments les plus sûrs, suivis des fruits et légumes frais (42 %) ;

Les végétaux à feuilles et les laitues sont associés à des aliments transformés en tant que deuxième catégorie de préoccupations majeures, 45 % des consommateurs les estimant à risque, selon l’enquête ; et,

55 % disent que la viande et la volaille sont les aliments les plus à risque.

L’article du blog indiquait que la fracture pourrait être liée à la perception générale des gens sur ce que constitue un régime alimentaire sain.

En conclusion, il est noté :

Des études montrent que notre approvisionnement alimentaire global est plus sûr que jamais. Quoi qu’il en soit, la capacité accrue de détecter et de tracer les maladies d’origine alimentaire, associées aux problèmes signalés sur les plates-formes traditionnelles et numériques, accroît la prévalence et l’impact des informations relatives aux problèmes de sécurité des aliments. Qu’il s’agisse d’agriculteurs, de transformateurs, de fabricants ou de détaillants, le secteur doit faire plus pour s’assurer que les consommateurs croient que les aliments sont sûrs. Actuellement, la confiance dans le système alimentaire est au mieux médiocre. Si votre entreprise ou votre organisation dépend du secteur alimentaire ou en fait partie, le moment est venu d’agir.

Une infographie résume cette enquête ici.

 

______________

Un article à suivre ici

  1.  Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d’une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n’exerce plus aujourd’hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments.