Grande distribution : le capitalisme, meilleur rempart face à l’inflation

Finalement, cette étude suggère que la grande distribution aurait progressivement endossé le rôle traditionnellement dévolu à l’État providence

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Supermarché Auchan (Crédits Φingili, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grande distribution : le capitalisme, meilleur rempart face à l’inflation

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 août 2022
- A +

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgré les échecs successifs qu’on lui promettait.

 

Un rôle historique dans la défense du pouvoir d’achat

C’est en effet par un processus de désintermédiation et de réduction des coûts que la grande distribution est parvenue à introduire plus de concurrence, et donc des prix plus compétitifs au bénéfice du portefeuille des consommateurs.

Ainsi, les entreprises comme Leclerc, Liddle et Carrefour endossent un rôle historique de défenseurs du pouvoir d‘achat. Lors du choc pétrolier de 1973, les auteurs de l’étude soulignent que la grande distribution a représenté un bon moyen pour juguler l’inflation. En 2022, ce sont les supermarchés Leclerc qui provoquent un tollé pour le blocage du prix de la baguette de pain à 0,29 centimes – pendant que leurs principaux concurrents crient à la « concurrence déloyale » en pleine crise inflationniste.

 

Le capitalisme est un jeu à somme positive

Cela est vrai en temps de crise économique, mais également en temps de crise sanitaire : les grandes surfaces alimentaires ont joué un rôle essentiel pour approvisionner la population de biens rares (masques, autotests, gels hydroalcooliques) – quand ces derniers n’étaient tout simplement pas interdits à la vente pour des motifs arbitraires. L’État bureaucratique n’a jamais été d’aucune aide pour personne – si ce n’est un obstacle permanent.

Certes, à court terme, le plafonnement de la hausse des loyers, le blocage des prix de l’électricité, ou encore les primes de rentrée peuvent être un soulagement. Mais la nouvelle Loi pouvoir d’achat adoptée la semaine dernière s’inscrit dans un énième paquet de mesures  – pour la plupart – fortement dépensières. À long terme, elles ne font que creuser un déficit public d’ores et déjà colossal et dangereux pour les ménages, qui finiront tôt ou tard par régler la note.

À titre comparatif, les magasins Leclerc ont instauré dès mai 2022 un bouclier tarifaire sur 120 produits les plus achetés par les consommateurs. Sans contrainte, ni coût pour la collectivité. La « violence économique » ne revêt strictement aucune réalité tangible ici, si ce n’est la crainte d’être battu par un acteur économique plus compétitif que soi. Personne n’est obligé de s’approvisionner chez Carrefour au lieu du petit commerçant du coin.

Finalement, cette étude suggère que la grande distribution aurait progressivement endossé le rôle traditionnellement dévolu à l’État providence. Les défaillances de la puissance publique seraient telles que ces « entreprises providence » bénéficient désormais d’une plus grande légitimité que l’État bureaucratique pour préserver le pouvoir d’achat des Français. Il faut avouer que ce dernier s’arroge un rôle qui sort de ses compétences.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • D’une manière directe c’est la concurrence, et non le capitalisme, qui est le meilleur rempart face à l’inflation.
    On retrouve bien cette distinction dans le texte, mais bizarrement pas dans les titres.

  • Avatar
    jacques lemiere
    11 août 2022 at 7 h 04 min

    et surtout la dénonciation des supermarchés repose sur des idées stupides…une incompréhension feinte des mécanismes de marché.

    la marge excessive, le profit, la cupidité etc etc…

    le client AUSSI est cupide quand il veut des prix bas!!!

    ce qui fait baisser les prix est la concurrence entre les vendeurs à la hausse entre les consommateurs à la baisse …

    les mesures coercitives l’empechent dans la grande généralité sauf les mesures contre l’entente, on notera au passage qu’il n’y a rien contre l’entente des consommateurs..

    une marge qui parait excessive est un problème qui CAUSE sa solution..

    Mais là encore, vous pouvez l’expliquer mille fois..

    Nous avons affaire à des gens qui affirment, par ailleurs, souhaiter l’appauvrissement et lutter contre la surconsommation….interdire les supermarchés est alors « logique » mais prétendre le faire pour le bénéfice des consommateurs pauvres est une vaste plaisanterie!!!

    Dans les transactions économiques « mettre l’humain au centre ». revient à dire que l’on choisit SYSTEMATIQUEMENT d’aller dans le magasin qui a le plus de main d’oeuvre el à qualité de produit égale….qu’on choisit SYSTEMATIQUEMENT de payer plus cher à qualité égale!!!!!!
    comme à l’ordinaire l’idéologue dit, vous caricaturez ma position. il y a une « limite »…justement pas..il n’y pas une limite il y en a une par individu…l’état n’est pas necessaire..

    personne ne FORCE les gens à aller dans tel ou tel magasin!!!!
    si vous n’aimez pas les supermarchés, si vous trouvez le prix excessif..changez de magasin!!!

    • Avatar
      jacques lemiere
      11 août 2022 at 7 h 42 min

      valable aussi pour facebook ou twiter..l’état n’est pas la solution c’est le problème…
      les lois qui encadrent la grande distribution augmentent les prix… tout en prétendant le contraire..
      quand on confond la cause et la conséquence..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, le magazine Marianne nous a gratifiés d’une très jolie pièce d’anticapitalisme que je n’hésite pas une seconde à qualifier de légèrement primaire. Primaire dans sa méthode, primaire dans sa compréhension du rôle et du fonctionnement de l’entreprise, et finalement, primaire dans sa conclusion qui n’a d’autre objet, une fois de plus, que de scinder le monde économique entre les gentils travailleurs et les méchants capitalistes. Le tout bien médiatiquement enveloppé dans l’expression ô combien racoleuse de « jour du dépassem... Poursuivre la lecture

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles