Au secours, Ségolène Royal revient !

Ségolène Royal est de retour et elle se verrait bien en première opposante du Président !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au secours, Ségolène Royal revient !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 octobre 2018
- A +

Par Nathalie MP.

Amis lecteurs, je vous dois des excuses ! Dans mon dernier article, je crains en effet d’avoir scandaleusement minimisé l’ampleur des difficultés qui cernent Emmanuel Macron. J’y brossais certes un tableau « peu réjouissant » de son quinquennat, mais c’était sans tenir compte d’un facteur de risque autrement plus déstabilisant que tout ce que j’ai pu écrire : Ségolène Royal est de retour et elle se verrait bien en première opposante du Président ! Je serais Emmanuel Macron que je tremblerais d’inquiétude !

Quelle actualité pressante peut bien avoir motivé la réapparition de l’ex-ministre de l’Écologie de François Hollande dans les matinales politiques ? En tant que « reine des neiges » et ancienne marraine de la COP21, on la croyait définitivement lancée dans quelque expédition arctique ou antarctique pour sauver le climat et la planète depuis les Pôles jusqu’au Sahel. Cela semblait si important !

Mais évidemment, les élections européennes approchant, l’appel électoral a vite fait de ramener les politiciens les plus désintéressés et les plus dévoués à leurs grandes causes humanitaires devant les micros des radios parisiennes. Surtout s’ils peuvent donner par ce biais l’impression qu’ils comptent encore énormément sur l’échiquier politique national et faire croire que tout le monde les sollicite à genoux pour les voir prendre la tête d’une liste européenne en mai prochain.

En ce qui concerne Ségolène Royal, « tout le monde » semble se limiter à Olivier Faure, Premier secrétaire fort dépourvu du presque défunt PS. Mais peu importe, car la dame a un autre projet, beaucoup plus immédiat et beaucoup plus personnel : son nouveau livre Ce que je peux enfin vous dire sort mercredi 31 octobre prochain chez Fayard.

Nul doute que son passé flamboyant saura lui attirer des millions et des millions de lecteurs. Après tout, comme elle l’a écrit elle-même dans la petite présentation Amazon de son livre, ne fut-elle pas :

la première femme de l’histoire de France à accéder au second tour de l’élection présidentielle ?

Mais en rajouter une couche sur le brillant avenir qui l’attend ne peut certainement pas faire de mal aux ventes. Et si, au passage, elle peut surfer sur l’affaiblissement d’Emmanuel Macron qui l’a sauvagement expédiée aux Pôles – oui, oui, les Pôles, c’est  important, mais… – au lieu de lui renouveler son poste de ministre de l’Écologie dans son gouvernement et qui a persisté à la tenir à l’écart après la démission de Hulot sous prétexte qu’elle allait « lui pourrir la vie », ce sera évidemment encore mieux.

Ainsi donc, Ségolène Royal va « enfin pouvoir nous dire » certaines choses dont on suppose qu’elle les a tues jusque-là. Admirez le suspense haletant dans lequel nous sommes tenus ! Des révélations ! Et très épicées, promet-elle dans les pages du Parisien. On n’avait pourtant jamais remarqué auparavant qu’elle se pliait à un quelconque silence forcé.

Au contraire, elle nous a plutôt habitué à ses « saines colères » et à ses déclarations péremptoires sur absolument tout et n’importe quoi, comme son idée intempestive d’interdire le string à l’école comme si c’était le problème le plus urgent auquel l’Éducation nationale devait faire face (du temps où elle était ministre déléguée à l’Enseignement scolaire auprès de Claude allègre) ou sa conviction qu’Obama avait pris modèle sur sa propre campagne présidentielle pour mener (et réussir) la sienne.

Lundi dernier sur RTL, elle est revenue à une idée qu’elle avait déjà développée lors du débat télévisé d’entre-deux-tours qui l’opposait à Nicolas Sarkozy en 2007. Si vous vous souvenez, elle proposait alors que chaque policière soit raccompagnée chez elle par un collègue masculin chargé de veiller à sa sécurité. Avec elle, pas question de diminuer le nombre de fonctionnaires. Ne mégotons pas, doublons tout !

Et donc, interrogée à propos de l’incroyable déferlement de témoignages de professeurs malmenés par leurs élèves et lâchés par leur hiérarchie (mouvement #PasDeVague) suite au braquage dans sa classe de l’un d’entre eux par un élève, elle a la solution :

Quand l’enseignant est seul dans des classes un peu difficiles, et toutes les classes d’adolescents par définition sont un peu difficiles, il est évident que l’avenir de l’école, c’est de mettre deux adultes dans les classes. (à 02′ 40″)

Mais quelle bonne idée !

Remarquons d’abord le stupide amalgame, typique du politiquement correct, qui lui fait prendre tous les adolescents pour des jeunes à problèmes. C’est pourtant exactement ce genre de généralisation bien-pensante mais abusive qui empêche de traiter les problèmes de discipline, voire de délinquance, là où ils sont.

Ensuite, alors que nous avons davantage de profs par élève que partout ailleurs, alors que les fameux « moyens » dont on dénonce perpétuellement le déplorable niveau font que la France dépense finalement beaucoup plus que tout le monde pour des politiques et des services publics qui laissent souvent à désirer, ne réfléchissons surtout pas aux causes possibles de la déliquescence de l’autorité et de l’enseignement à l’école, contentons-nous une fois de plus de faire comme si tout allait bien et doublons les budgets !

Il est vrai qu’en lisant le récent article du Monde sur la « fraude fiscale des banques » dite CumEx Files, Ségolène Royal a trouvé pas moins de 55 milliards d’euros (7ème minute de la vidéo) pour donner libre cours à ses libéralités dispendieuses avec l’argent des autres. Or même les décodeurs du Monde se sont émus de tant d’audace car il s’agit en réalité du montant total d’une « optimisation fiscale » en cours depuis 2001 dans plusieurs pays européens. Mais avec Ségo, yaka !

Le plus amusant c’est que dans sa phrase précédente où il était question de l’augmentation des taxes sur les carburants, elle accusait le gouvernement de pratiquer une fiscalité écologique punitive. Et de nous sortir sans prévenir sa Royale conclusion, à graver dans le marbre du discours politique opportuniste pour l’édification des générations futures :

Le gouvernement remplit les caisses, point.

Non sans avoir déclaré juste avant que ce sont traditionnellement les ministres des Finances qui cherchent des excuses pour trouver des prélèvements fiscaux à faire et qu’utiliser l’écologie pour créer des impôts supplémentaires – n’est-ce pas M. Le Maire ? -ce n’est pas honnête !

Mais que se passe-t-il ? La température des Pôles aurait-elle affecté le surmoi taxateur et dépensier de Ségolène Royal ? On se souvient quand même qu’elle fut celle qui initia un rapprochement des fiscalités entre le diesel et l’essence et qui, plus généralement, fit voter la loi de transition énergétique de 2015 qui n’est que fiscalité verte pour changer les comportements et subventions vertes pour soutenir les énergies renouvelables contre le nucléaire – censé passer à 50 % du mix électrique en 2025, objectif finalement reconnu comme intenable par son successeur Nicolas Hulot.

On se souvient également qu’en tant que Présidente de la région Poitou-Charente pendant 10 ans (2004-2014), elle a surtout enchaîné les flops retentissants avec l’argent des contribuables (Heuliez, Mia Electric). Sa gestion de la région fut tout aussi désastreuse ainsi que l’a révélé un audit du cabinet EY effectué à la demande de son successeur fort déconfit. Réaction de la « première femme de l’histoire de France » (etc.) à cette occasion :

Ma réussite fait des jaloux !

Quand on a les chevilles qui enflent à ce point, quand on se voit en permanence en haut de l’affiche et qu’on ne perd jamais une occasion de rappeler à qui n’a absolument pas envie d’écouter qu’il y a plus de 10 ans on a été élue – enfin, presque élue – Présidente de la République, ce serait déroger que d’accepter un vulgaire poste de « députée européenne de base ».

Mais si jamais il était question pour elle de conduire sa propre liste de gauche élargie avec l’appui des écologistes, si jamais il était possible de se venger de Macron l’indifférent et si jamais le chemin du Parlement de Strasbourg pouvait conduire à 2022… alors Ségolène Royal serait disposée, peut-être, éventuellement, à examiner une candidature européenne. « On verra » a-t-elle répondu sur RTL.

Au secours, on dirait bien qu’elle y pense sérieusement !
Attention, Macron, Ségo veut ta peau !

Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • les deux-sevres et la charente maritime , bien content qu’elle a disparue .. svp fermer votre bouche sa gestion financière fut une catastrophe … les pingoins doivent etre heureux , ne rêvent qu’une chose de s’en débarrasser… personne n’en veut …. svp arrêter de polluer notre atmosphère… vous rendrez un grand service a l’humanité…

  • Elle y pense en se rasant les guiboles ?

  • Dommage de gaspiller du temps et du papier pour cette femme . Cela lui donne une importance qu’elle n’a pas et qui n’intéresse que les médias à la recherche de clients .
    Retenons encore une ânerie :  » Le gouvernement remplit les caisses , point  » . Et non il ne les remplit pas . Il essaie de colmater les fuites sans y parvenir puisque la dette augmente régulièrement depuis des décennies .

  • je trouve qu’il y a bien du monde qui pense à 2022 sans le dire expressément ; hollande , sarkozy , la royale ……tous aussi incompétents les uns que les autres une fois au pouvoir ; et nous , on subit cette engeance sans pouvoir faire grand chose ;

  • « Attention, Macron, Ségo veut ta peau ».
    Presque la dénonciation du jeu du chat et de la souris.
    Il s’agit de postures de personnages opportunistes et inconséquents qui pratiquent un jeu peu apprécié par tous ceux qui s’échinent à produire et qui sont à la peine pour atteindre des objectifs de développement ou tout simplement de survie.
    Merci donc à Nathalie MP pour cet article qui est une contribution à la lutte contre la connerie qui obère la vie publique de ce pays.

  • Son altesse Ségolhaine Dubonsens est avancée…
    Les pingouins ne se laisseraient-ils pas tondre qu’elle veuille revenir dans un petit douillet payé par la sueur des esclaves que nous devenons ❓
    Se serait-elle aperçue que les pôles ne fondent pas et qu’elle ne peut rien en faire ❓

  • La parité en politique est souhaitable, et souhaitée…
    Mais la truffe du Poitou n’en est qu’une triste tentative…

    • Quelle charmante trouvaille: »La truffe du Poitou ».
      Heureusement que certains commentaires égayent ce quotidien morose.
      Notez que ce monde est un théâtre permanent. « Sit and Watch », comme disent nos collègues d’outre manche.

  • Et ça ne date pas de hier…

    On est, le 21 mai 1988, au Palais de l’Élysée où M. François Mitterrand vient d’être intronisé président de la République pour un second mandat consécutif. Une caméra officielle le suit en train de passer lentement devant une haie d’invités dont il serre tour à tour les mains, quand il est soudain interpellé ? Non, harponné par une jeune femme : c’est Mme Royal qui le presse tout à trac de faire quelque chose pour qu’elle puisse se présenter dans une circonscription aux prochaines élections qui ont lieu dans 15 jours. Il s’ensuit un échange surréaliste. Le président, mécontent, l’envoie paître : « C’est trop tard ! Vous auriez pu y pensez avant ! – Je n’ai pas pu le faire plus tôt, répond du tac au tac la postulante. – Vous avez des idées qui vous viennent bien tard, » réplique en substance le président, outré d’être ainsi sollicité en un moment aussi solennel ; et il retourne vers elle un visage réprobateur, tout en poursuivant son chemin.

    http://www.ina.fr/video/I07002981

  • Le seul Pôle où elle est assurée de ne jamais mettre les pieds c’est Pôle Emploi !

  • segoléne Royal le socialisme a l’état pur.
    incompétence, nullité, endettement; mauvaise gestion etc etc qu’elle reste ou elle ; est on a déjà assez d’un président offrant les mêmes critères; bien qu’il soit d’après ses dires ni de droite ni de gauche ; un fantôme en quelque sorte !.

    • Vous oubliez son amour pour les dictateurs assassins comme Castro, Chavez, Maduro!

      • Et tous les dictateurs africains et proche-orientaux affiliés à l’internationale socialiste dont elle était la vice-présidente.

        Sans parler de la justice chinoise, de la démocratie cubaine et ses touristes et de l’interdiction du string à l’école qu’elle avait proposée à Claude Allègre.

    • Ou un mélange des deux! Même pas explosif.
      D’un pathétique à pleurer.

  • L’ineffable Ségolène. Elle me fait penser à la Séguedille (ou guenille) chère à Bizet.
    « L’Arlésienne » de la finesse et de l’ingéniosité. « La Prêtresse » de la sottise et de l’ineptie.
    « Les pêcheurs de perles » en vert et en tout genre.

    Et puis la blague du vendredi tant ces gens prêtent (malheureusement à long terme) à rire :

    Deux abeilles discutent :
    – J’ai Internet dans ma ruche.
    – Chouette, donne moi ton e-miel !
    (Blague préférée de la biche du Poitou et son effet de cerf. La mémère dont la compétence première est d’imiter l’aut’ruche).

    Ceci me remémorant la définition de l’inaptocratie dans laquelle nous pataugeons, la reine des neiges postulant pour le rôle d’impératrice :

    L’inaptocratie (ou « ineptocratie ») est le gouvernement des incapables. Selon la définition (souvent attribuée par erreur à Jean d’Ormesson) :
    « Inaptocratie : un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d’un nombre de producteurs en diminution continuelle. »

  • Va-t-elle enfin dire qu’elle aurait besoin de lunettes. Elle refuse d’en porter par coquetterie, ce qui fait, m’a dit un ami qui travaillait à son ministère, qu’il fallait imprimer en très gros, tout document susceptible de tomber dans ses mains.
    On notera au passage que ce gâchis de papier et d’encre n’était pas très écolo…

  • Bonjour, merci pour ce billet si drôle (il faut dire que le sujet et plutôt comique, s’il ne s’agissait pas de nos imports) et bien écrit. J’aurai cependant une question. Vous écrivez que la France est le pays comportant le ratio prof/élève le plus élevè qui soit. Intrigué (car j’ai quelques représentants de l’EdNat dans mon entourage, et nous avons souvent des débats animés), j’ai voulu chercher des données chiffrées à ce sujet.
    J’ai trouvé cette étude, d’origine gouvernementale http://www.education.gouv.fr/cid108986/l-europe-de-l-education-en-chiffres.html

    et ce site, qui permet de sortir quelques graphiques
    https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SE.SEC.ENRL.TC.ZS?contextual=region&locations=FR

    Ces deux sources ne confirment pas vraiment ce que vous indiquez, avec une France en fait plutôt dans la moyenne par rapport à ses voisins.
    Ces sources sont elles à rejeter ? si oui pourquoi ? et sur lesquelles vous appuyez vous pour écrire ce que j’ai relevé plus haut ?

    Merci d’avance à ceux qui prendront le temps de répondre

    • bah déjà si vous allez sur un site gouvernemental pour des chiffres….il n’empêche que le budget pour l’éducation n’a cessé de grossir d’année en année et n’a jamais baissé…sans parler du fait que le l’Ednat est incapable de donner un chiffre précis d’enseignants actifs.

      • Le site gouvernemental à un chapitre entier consacré à PISA, ce qui ne va pas vraiment dans le sens d’une présentation biaisée.
        Le 2e site n’est pas gouvernemental et me semblais plutôt crédible.

    • Je pensais que la France avait le ratio le plus élevé d’adultes par élève, mais que seule une faible proportion de ces adultes enseignait vraiment, sans parler d’avoir une qualification formelle de prof.

  • Merci pour cette biographie, mini tome égérie verte, qui illustre bien une pensée de Michel Audiard au sujet des cons qui osent tout !

  • Aie !
    La politique française restera-t’elle toujours un vivier de personnes qui n’apportent pas des solutions mais des problèmes.
    *P.S. je ne suis pas du tout d’être un super libéral… au mode d’emploi problématique aussi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles