Macron est en train de se planter (et ce n’est pas réjouissant)

Le chômage est toujours aussi haut, les dépenses publiques et la dette continuent leur marche en avant triomphale et les prélèvements obligatoires crèvent tous les plafonds.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron est en train de se planter (et ce n’est pas réjouissant)

Publié le 23 octobre 2018
- A +

Par Nathalie MP.

Redevenir le maître des horloges, mettre un terme à la séquence estivale d’effondrement du macronisme, redonner du sens et de l’élan au quinquennat – tel était certainement l’objectif d’Emmanuel Macron lorsqu’il s’est adressé aux Français mardi 16 octobre dernier, au soir de l’annonce du remaniement ministériel. Mais dans les faits, on a eu droit à une allocution sinistre, délivrée sur un ton sinistre, dans une ambiance sinistre. Ou comment apparaître plus affaibli que jamais.

Ce petit exercice télévisé hésitant et mal goupillé m’a irrésistiblement rappelé celui de François Hollande quand il nous a annoncé qu’il ne se représenterait pas. Même ton pitoyable, même mine d’enterrement, mêmes concessions formelles aux erreurs qui ont pu être commises… et pourtant, chez les deux hommes, même satisfaction du travail accompli.

Si Hollande a finalement été acculé à déserter la scène présidentielle, Macron, après seulement 17 mois d’exercice du pouvoir, n’a pas d’autres choix que de tenter de reprendre la main pour mener son mandat jusqu’au bout. Or curieusement, et contre toute logique, alors qu’il sait « toutes les blessures de notre vieux pays, ses doutes, ses peurs et ses colères aussi », il fait allègrement l’impasse sur toute auto-critique et annonce qu’il ne changera rien :

« Il n’y a aujourd’hui ni tournant ni changement de cap ou de politique. »

Est-ce à dire qu’on va continuer à passer en revue systématiquement, fébrilement et superficiellement tous les chapitres de nos exceptions françaises, changer deux ou trois virgules de place, remplacer deux ou trois mots par-ci par-là et passer rapidement au thème suivant en se félicitant une fois de plus d’avoir mené des réformes inédites qui vont à l’évidence faire de la France la grande puissance « économique, éducative, sociale et environnementale » qu’elle aspire à être ? Qu’on va continuer à empiler les textes législatifs, s’extasier sur leur nombre ébouriffant et ne surtout pas s’attaquer aux structures en profondeur ?

Force est de constater qu’après 17 mois d’exercice du pouvoir, on observe aucune inflexion nulle part dans les grandeurs qui seraient censées attester de la réalité des réformes. Le chômage est toujours aussi haut, les dépenses publiques et la dette continuent leur marche en avant triomphale et les prélèvements obligatoires crèvent tous les plafonds. C’est d’autant plus décourageant qu’Emmanuel Macron a bénéficié en début de mandat (comme Hollande avant lui) d’une période de croissance économique qui permettait d’agir.

Aujourd’hui, Emmanuel Macron est un Président très affaibli. Non seulement sa cote de popularité stagne au plus bas, 29 % selon la dernière livraison du baromètre Ifop- JDD, mais l’on voit surtout qu’il subit un désamour qui le vise personnellement dans la mesure où son Premier ministre rebondit à 41 % après une chute à 34 % en septembre.

Entre les deux, l’action politique n’étant pas en cause, c’est le style qui pose problème. D’abord cette façon erratique de lancer des petites phrases, une fois dans un sens quand il parle du « pognon de dingue » que nous coûte notre système social, puis une fois dans l’autre quand il vante les mérite de « notre amie l’Urssaf », n’aboutissant ainsi qu’à entretenir la confusion sur les orientations de sa politique.

Ensuite cet abus de coups de com’ tout aussi erratiques qui le font passer de la solennité régalienne des palais de la République à la démagogie la plus imbécile quand il transforme le perron de l’Élysée en boîte électro pour la Fête de la Musique ou quand il se fait photographier en compagnie de deux énergumènes qui ont si peu de respect pour la fonction présidentielle qu’ils n’hésitent pas à faire un doigt d’honneur sur la photo. Que tout ceci se retourne contre lui alors que chômage et impôts continuent à grimper n’étonnera personne.

Son parti La République en Marche n’est pas en meilleure forme. Hâtivement formé de bric et de broc sur les sables mouvants d’un changement jamais clairement défini pendant la campagne électorale, plus basé sur le lyrisme échevelé de beaux discours calculés pour envoûter que par un programme précis, on constate maintenant très logiquement qu’il est saisi des tentations « plurielles », ou « frondeuses », au choix, qui ont si bien réussi au Parti socialiste. Penser de plus que l’étincelante Marlène Schiappa postule pour en prendre la tête en dit long sur la fragilité du mouvement et son vide conceptuel.

Les perspectives d’avenir ne sont pas plus plaisantes. L’embellie sur la croissance s’étant évanouie, il devient difficile de compter sur une amélioration des conditions économiques à court terme.

Pour arranger le tout, la mise en place du prélèvement à la source à partir de janvier 2019 sera forcément une nouvelle occasion de bourdes et de mécontentement. Aussi bien Emmanuel Macron qu’Édouard Philippe ont montré qu’ils avaient des doutes sur le sujet. On se demande vraiment ce que Gérald Darmanin peut avoir comme moyen de pression pour imposer cette réforme, stupide en elle-même du fait des hyper-complexités spécifiques à la fiscalité française et stupide dans son calendrier d’application puisque les inévitables premiers couacs se feront sentir dans les mois qui précèdent les élections européennes. Le gouvernement voudrait s’offrir un échec électoral  fracassant qu’il ne procéderait pas autrement.

Il était pourtant possible de ne pas se retrouver dans cette impasse.

Et si notre exécutif s’occupait enfin d’assurer sérieusement ses fonctions régaliennes qui consistent à protéger les personnes et les biens, plutôt que de mettre au point des usines à gaz juridiques pour traquer des « fake news » qui n’ont jamais tué ni volé personne et qui, de toute façon, ne peuvent être intelligemment combattues que par le débat d’idées dans un espace public ouvert, certainement pas par la pénalisation ?

Et si le gouvernement s’occupait de baisser significativement les impôts pour redonner aux agents économiques des moyens d’investir et de consommer, avec tous les effets bénéfiques induits sur la baisse du chômage et la hausse du pouvoir d’achat, plutôt que de fomenter des plans santé et des plans pauvreté coûteux qui n’auront pas d’autres effets que de retirer encore un peu plus de capitaux du secteur productif, entraînant inéluctablement hausse du chômage et pauvreté ?

Et si Emmanuel Macron, notre startupeur en chef, décidait de faire confiance aux entrepreneurs – ces entrepreneurs qui innovent, produisent, embauchent et paient des salaires – plutôt que de les fliquer en permanence pour vérifier si les écarts de paie entre les hommes et les femmes ou entre les plus hauts et les plus bas salaires sont conformes à l’idée purement théorique et idéologique qu’il se fait d’un niveau de rémunération acceptable ?

On pourrait continuer la liste assez longuement.

S’avisant peut-être qu’une dose de catastrophisme l’aiderait à reconstruire son rôle de rempart contre tous les populismes, Emmanuel Macron concluait son allocution télévisée de la semaine dernière en des termes annonçant la tempête :

« Le monde se fracture, de nouveaux désordres apparaissent et l’Europe bascule presque partout vers les extrêmes et, à nouveau, cède aux nationalismes. Ceux qui ne voient pas ce qui est en train de se passer […] décident implicitement d’être les somnambules du monde qui va. » (vidéo ci-dessous, à 10′)

Mon Dieu, oui, en effet. Et il est certain que les alternatives politiques disponibles à l’extrême-gauche comme à droite ou à l’extrême-droite n’ont pas fait la démonstration qu’elles seraient plus aptes à sortir la France de son ornière étatiste et lui redonner des degrés de liberté.

Mais à ce compte et au vu de ce qu’Emmanuel Macron a fait jusqu’à présent, n’est-il pas lui-même le premier « somnambule du monde qui va » ?

N’est-il pas celui qui, par son intenable « en même temps » et son progressisme infantile, freine la libéralisation du pays, empêche des résultats concrets d’apparaître et cristallise les incompréhensions et les colères de ceux qui voient le fruit de leur travail ravagé par l’impôt et leur art de vivre plombé par l’insécurité ?

Macron est en train de se planter, et ce n’est pas réjouissant.

Sur le web

Voir les commentaires (91)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (91)
  • voila ce que j’avais ecrit dans mon blog le 27 juin 2017

    « Tout simplement parce que la reforme du contrat de travail n’est pas la bonne reforme a faire.

    En effet actuellement 80% des contrats sont des contrats précaires et çà ne fait pas baisser le taux de chômage, précariser le lumpen prolétariat n’amènera aucune création d’emploi, ce n’est pas parce que la coiffeuse va pouvoir licencier plus facilement qu’elle embauchera 2 salariés .

    On se trompe de problème , ou on trompe les français..

    Ce qui pose problème c’est la Fonction Publique et ses statuts très très spéciaux et les grandes entreprises , banques , cac et sociétés d’état..
    Pour les fonctionnaires l’état et les collectivités ne payent pas de cotisations employeur ni pour la protection sociale , ni pour les retraites.. forcement çà creuse un sacré trou .. comblé par les autres salariés ; ceux du privé, ou l’on voit qu’au cours des 70 dernières années de lutte syndicales ces catégories ont accumulé des avantages hors de prix (2 fois les allocations familiales, des mutuelles très très généreuses pour rien ,des retraites bonifiées ,des calculs avantageux ,des réversion sans plafond etc.. etc..)

    On nous a même vendu a une certaine époque que cette situation était un matelas qui amortissait les crises , évidement leur consommation ne baisse pas, et çà arrange tout le monde , la grande distribution ,les banques (prêts garantis), l’immobilier , les loisirs etc.. etc.. mais c’est payé par les autres

    Entendez moi bien , je n’ai rien contre les fonctionnaires il en faut certes , mais autant? et a vie? là est la question ,

    elle est là la fracture sociale ,, et les reformes attendues par l’europe sont là et pas ailleurs , tout le reste c’est un écran de fumée
    Et nul doute qu’on ne peut évacuer ce problème,non géré il conduira ce gouvernement a l’échec

      • Complètement d’accord, le problème numéro 1 se situe là. Cela explique l’immobilisme du pays d’autant que les fonctionnaires représentent au moins 60% de nos politiciens et de nos élus.
        Rappelons par ailleurs que la principale inégalité dans ce pays c’est celle entre le privé et le public.

    • la liberté de licencier un employé va dans le bon sens ,sur le plan qualitatif…
      ça devrait juste inclure les fonctionnaires.

      mais l’etat n’est pas un employeurs comme les autres. ses consommateurs ne peuvent pas le « licencier ».

    • Oui et non. L’hyper-réglementation et la redistribution maladive représentent également un coût énorme, financier et psychologique.

    • La liberté de licencier ne s’inscrit pas dans une volonté d’embaucher le double par la suite. Cette liberté offre davantage de souplesse aux entreprises, voilà tout.

      Imaginez, vous devez accuser X trimestres consécutifs de perte afin de légalement licencier quelqu’un :
      a) Un trimestre pour une entreprise de moins de onze salariés ;
      b) Deux trimestres consécutifs pour une entreprise d’au moins onze salariés et de moins de cinquante salariés ;
      c) Trois trimestres consécutifs pour une entreprise d’au moins cinquante salariés et de moins de trois cents salariés ;
      d) Quatre trimestres consécutifs pour une entreprise de trois cents salariés et plus ;

      Vous vous rendez compte de la somme perdue à payer des employés dans une situation où vous savez pertinemment que vous allez devoir les licencier à l’issu des X trimestres ? C’est autant de fonds gaspillés, mettant davantage l’entreprise dans la panade.

      Ceci couplé à l’instabilité fiscale, il faut être fou ou bien avoir un business qui tourne du feu de dieu pour embaucher quelqu’un afin d’explorer un marché, car au delà de la période d’essai, ça devient la croix et la bannière.

    • Non, pour avoir discuté avec des spécialistes en droit du travail, la réforme Macron sur le droit du Travail représente une révolution : elle fait disparaître l’incertitude financière et permet une meilleure gestion des ressources.
      Malheureusement, ce n’est que desserrer un seul frein à main, les autres sont toujours en place. De plus c’est une mesure à long terme.
      Il aurait fait sauter les seuils (11-20-49, etc… salariés) en les doublant voir triplant, il aurait immédiatement permis la création de nombreux postes.
      A cela, faire disparaître les nombreuses impôts et taxes qui jalonnent le compte de résultat, juste pour être au niveau de nos voisins, cela aurait aussi des conséquences immédiates.
      MAIS pour cela, il faut SUPPRIMER des dépenses. Et là, on est loin, très loin de ce qu’il faut faire.

  • la France aspire donc à être une grande puissance économique, sociale, éducative et environnementale….ah bon.
    il y en a qui entendent la parole de dieu , d’autres celle de la France.
    la France ne serait elle pas un peu stupide alors?

  • le problème , c’est que si macron se plante , ça ne l’empêchera pas de vivre comme un coq en patte sur notre dos après son mandat ; en revanche , nous , on paiera sur le long terme toutes ses conneries…..comme d’habitude ….

    • vous avez raison :
      vous connaissez la derniere connerie en date?
      L’assemblée nationale vote aujourd’hui pour le « reste a charge zero »
      pour les frais de prothèses dentaires , lunettes et auditives..
      devinez qui va payer? Les retraités!
      Il est prévu d’augmenter les coûts de leur mutuelle de 9,4 % au delà de 65 ans..
      Il est facile d’en déduire que les 16 millions de retraités ne voteront plus jamais macron

      • qui est le gros consommateur de protheses dentaires et auditives ?
        Vous en connaissez beaucoup qui ont moins de 65 ans et qui ont des sonotones ou des dentiers ?

        je dirais au contraire que les retraites vont encore beneficier des cotisations des actifs pour voir leurs soins medicaux mieux pris en charge

        • Comme j’avais prévu cette reaction , il est également prévu de faire payer les autres (les fameux actifs) a hauteur de 2,5% d’augmentation de leurs cotisations employeurs employés
          alors? heureuse?

      • Je vous trouve bien optimiste. Si Macron tape autant sur les retraités, c’est qu’il a confiance qu’ils ne voteront pas non plus pour ses adversaires. Et en effet, quel adversaire crédible Macron aura-t-il ?

        • aucun , mais les retraité sont pramatiques , il savent que seul le chaos , pourra faire tomber la chappe de plomb posée sur ce pays..
          et permettra de repartir sur ds bases plus justes après la catastrophe..
          alors le RN deviendra la solution , non pas pour vivre mieux mais pour voir tomber les citadelles et libérer enfin ce pays ..
          nous n’échapperons pas a un scénario a la grecque , autant le déclencher maintenant..
          çà apprendra aux jeunes generation qu’il n’y a qu’une issue: bosser

          • Sauf que le scénario à la grecque n’est pas effrayant parce que l’UE pouvait apporter la sécurité nécessaire à repartir. Je suis d’accord que bien des retraités seraient prêts à passer par le chaos, mais à condition d’avoir une idée de comment repartir ensuite. Or là, ceux qui ont de bonnes idées pour repartir ensuite n’ont pour le moment aucune chance supplémentaire, en cas de chaos, d’accéder au pouvoir de les mettre en oeuvre.

            • « Sauf que le scénario à la grecque n’est pas effrayant parce que l’UE pouvait apporter la sécurité nécessaire à repartir. »
              Vous croyez que l’Allemagne paiera? L’espoir fait vivre…

              • La Grèce repart, et nous avons tous payé, Allemagne la première, en la laissant dans l’euro. J’ai toujours sur l’étagère de mon bureau une pièce d’un euro grec que je pensais garder en souvenir, mais qui n’a pas gagné de valeur historique…

                • le chaos que j’évoque ne sera pas géré par l’europe parce qu’a terme les allemands eux meme réclameront le frexit..
                  l’histoire bégaie on a deja eu çà en 39

            • *D’abord, il n’y aura pas de chaos si on sort de cette UE considérée comme la prison de peuples par l’UPR, le PRCF, Philippot et Maion Maréchal : https://www.youtube.com/watch?v=4jzMvLjEWA4
              *d’autres économistes comme Charles Gaves voient la sortie de l’€uro comme une délivrance : https://www.businessbourse.com/2018/10/24/charles-gave-la-fin-de-leuro-enrichira-la-france/?fbclid=IwAR2wGYct95WAtzWqcU5gozodXqgIu5W0NNzrEXU5SmXSfaXknvYr4Vxp9Jk
              Aujourd’hui on assiste à 1 désunion UE entretenue par la Commission UE non-élue qui fait de la casse sociale, qui nous impose des GOPEs ineptes & son travail détaché, qui nous incitent à vendre notre patrimoine industriel (pour payer notre Dette ?), à nous imposer ses quotas de migrants pour palier au déclin démographique, à suivre l’OTAN envers et contre tout… Macron se fait le thuriféraire de l’UE tandis que Salvini se dirige vers la sortie et fait la leçon aux pays de l’Est qui voudraient 1 UE à la carte… Je crois que les élections UE vont être 1 tragédie ?!

      • Qui est le plus gros consommateur de voyages et de voitures neuves ?

      • « Il est facile d’en déduire que les 16 millions de retraités ne voteront plus jamais macron ».
        Même pas, hélas!

    • Et oui, il en a fait marcher un paquet 🙂
      Il était évident que passé l’euphorie des moutons marcheurs, la nation se réveillerait une fois de plus avec une sévère gueule de bois…
      Tant qu’on continuera a croire au père noël, on n’aura que ce genre de résultats…

  • Excellente analyse.
    Macron est désormais quasiment sûr de n’être jamais réélu.
    Cette impopulatité définitive l’autorise à faire enfin les vraies réformes et prétendre peut-être, à la Schroeder, à laisser un petit nom dans l’histoire.
    Sauf s’il préfère rejoindre les Hollande, Sarkozy et autre Chirac dans les poubelles de l’histoire.

    • la non reelection de Macron est loin d etre assuree… Car pour gagner il suffit d etre le moins mauvais. Et qui peut remplacer Macron ? Marine est hors course, Melanchon empetre dans ses scandales, Wauquiez inaudible et non credible et le PS n a meme pas de candidat …

      • prétendre que macron est a seule alternative c’est aller un peu vite
        la derniere fois il a gagné pour éviter le FN… si on regarde les différents résultats dans le monde .. est ce le RN ne va pas etre plébiscité cette fois ci pour sortir (enfin) du socialisme?
        en ce qui concerne les retraité c’est deja acté

        • « Le RN pour sortir enfin du socialisme ». Non mais LOL.

          • oui car cette élection précipitera ce pays dans le chaos et permettra de repartir sur d’autres bases que le marxisme , apres .
            Nous n’échapperons pas a une implosion comme l’urss, le RN c’est la mèche

          • c’est ce que disaient les italiens , LOL

            • Peut-être, mais ce n’est pas ce que je disais, mon amusement portait non sur les perspectives de victoire du RN, mais sur la sortie du socialisme en cas de victoire du RN. Car aujourd’hui, il n’y a rien qui ressemble plus au programme économique socialiste que le programme économique du RN.

              • c’est vrai,il n’st pas question de croire u instant que le FN aurait des clefs donc çà ne pourra pas se mettre en place et la catastrophe provoquée par l’arrivée de ces gens fera que nous ne trouveront plus de préteurs avec 2300 milliards de dettes
                et là ce sera l’implosion salutaire, le coup de destop dans les tuyaux, hop place aux jeunes

                • Sauf que les jeunes qui ne seront pas partis pour éviter l’explosion, on ne voit pas comment ils reconstruiraient plutôt que de partir à leur tour.

              • Je ne cesse de répéter à qui veut bien l’entendre que le RN, c’est le socialisme à préférence nationale.
                Et avec les frontières fermées, on pourrait déguster…

      • Hollande a du faire le même pari (qui de sérieux pour me remplacer ? ) avant de devoir jeter l’éponge et de passer la main.
        Les élections nationales ne se gagnent pas, elles se perdent. On ne vote pas/plus « pour » mais « contre ». Et les promesses de vote contre Macron n’ont jamais été aussi hautes.

    • Poubelles fort confortables au demeurant. Macaron est parfaitement interchangeable avec un autre guignol de droitegauche parasitocrate. Darmanin prez? Yay?

    • Jamais réélu… De l’eau va encore couler sous les ponts…
      La Méluche out, La Baleine à la peine, il y aura peu de candidats valables sachant faire de beaux discours enfumant les abeilles.
      Il suffit de quelque casserole a attacher au dernier moment à un candidat a peu près à la hauteur, et le tour est joué ❗

    • En 1986, Mittrand était impopulaire. Bizarrement, il fut réélu deux ans plus tard. Idem pour Chirac.

  • Oui oui c’est bien de nous faire des articles à foison sur l’incompétence de la Macronie, sur la folle utopie des socialos ou la rage verte des écolos mais en quoi cela favorise t’il les idées libérales. Il ne s’agit pas de supprimer ces articles (qui font du bien) mais de les compléter par des articles plus trash sur les impôts, taxes, réglementations et autres joyeusetés de notre République. Et évitons dans un premier temps des mots qui bloquent comme libéralisme ou capitalisme, après tout l’adhésion doctrinaire on s’en fiche du moment qu’on va dans le bon sens..

  • le président n’est que le paravent de lanomenklatura énarchique qui l’a mis en place pour proroger/protéger ses intérêts propres.
    Il n’a jamais rien fait ni prouvé quoi que ce soit.

    cela finit par se voir, tout simplement, surtout quand les temps deviennent difficiles.

    Dommage pour les plus fragiles qui vont payer la note.

  • « sa cote de popularité stagne au plus bas »

    En même temps s’il parvenait à changer ce qui doit l’être il serait encore plus impopulaire.
    Que vouliez vous qu’il fît contre soixante millions de parasites jaloux et râleurs?

    • Pas forcément. Cette croyance, qui est d’ailleurs celle de tous les hommes politiques (« si je change quoi que ce soit je suis mort »), fait énormément de mal au pays depuis des années.

      En ce qui me concerne je suis persuadé qu’un dirigeant qui engagerait VRAIMENT les réformes nécessaires serait hyper polarisant : 40% des gens lui voueraient une haine absolument inouïe (les bénéficiaires nets du système actuel), MAIS de l’autre côté, on aurait 40% de supporters fervents et dévoués (les contributeurs nets du système actuel) sur lesquels il pourrait s’appuyer.

    • Pas faux…
      Les politiques jouent au mikado; le premier qui bouge a perdu !

    • 60 millions de parasites? ça fait beaucoup ..

    • Il serait peut-être aussi impopulaire, mais certainement pas plus. En fait, s’il avait agi sitôt élu, les effets commenceraient à se faire sentir, et lui gagneraient un fort soutien. Les parasites jaloux et râleurs ne sont majoritaires que sur les chaînes d’info en continu, ceux qui soutiennent Macron aujourd’hui ne l’auraient certainement pas lâché, et beaucoup l’auraient sinon rejoint, au moins accepté au vu de ses résultats.

      • Les résultats prennent du temps surtout avec un peuple qu’on a délibérément abruti depuis 45 ans, c’est là tout le problème.
        Il faut bien plus de 5 ans pour reconstituer ce minimum vital d’industrie que le socialisme de gauche et de droite se sont évertués à faire disparaître.

      • Les résultats prennent du temps surtout avec un peuple qu’on a délibérément décérébré depuis 45 ans, c’est là tout le problème.
        Il faut bien plus de 5 ans pour reconstituer ce minimum vital d’industrie que le socialisme de gauche et de droite se sont évertués à faire disparaître.

        • Les résultats sont étonnamment rapides si on a choisi les bonnes mesures et si on est crédible quand on dit qu’on ne reviendra pas en arrière à la première occasion. Deux conditions que Macron a sciemment voulu ignorer.

    • qu’il reforme la fonction publique , il aurait 6 millions de râleurs mais pas 80

  • Il était évident depuis le début que Macron ne pouvait que « se planter » ; il prône partout la taxe carbone et son augmentation, ce qui nuit directement à la compétitivité des entreprises. Depuis le Grenelle de l’Environnement, le nombre de chômeurs a doublé, mais le gouvernement ne voit pas le lien (et les journalistes non plus).

  • De notre point de vue , il se plante , mais vu depuis son trône présidentiel il réussit a merveille et atteindra son but…qui n’est pas le nôtre evidemment de moins d’impôts moins de charge des entreprises du plein emploi de la sécurité des personnes etc..il défend sa caste a merveille n’en doutez pas sinon il aurait été mis a la porte.

  • Rejouissant ? Je n’en sais rien. Logique ? Oui. Quand Macron écoutait les marcheurs, notamment pour bâtir son programme, ça matchait. Aujourd’hui, dans sa tour d’ivoire, il n’écoute plus que les technocrates. Les rares moments où il ajoute sa touche personnelle (protéger Benalla, sortir des inepties communicantes…) c’est un fiasco.
    On croyait avoir un chef de guerre pour président, on se retrouve avec une carpette de la technostructure.

    PS : j’ai beau chercher, je ne vois pas où se niche le progressisme macronien.

    • Mais si, dans les minorités, comme cette fête de la musique à l’Elysée avec des homos ou la photo avec les 2 voyous. Même chose aux USA où les intellos se vautrent dans la sollicitude envers elles. Obama n’a rien trouvé d’autre à s’occuper pour un Président de l’Union, que de réglementer l’accès aux WC des transgenres! Et ce n’est pas une blague. L’occident est en pleine décadence.

      • La querelle Byzantine 2.0

      • Se faire prendre en photo avec des minorités visibles, ça n’a rien à voir avec le progressisme, c’est juste de la com.
        D’une manière plus générale, le terme « progressisme » est ici largement galvaudé, pour n’en retenir que la connotation négative qui remonte à la préemption de ce terme par la gauche stalinienne.
        Ce n’est pas la première fois que les auteurs et les commentateurs ne savent pas de quoi ils parlent. Ce ne sera sans doute pas la dernière.

    • Les marcheurs… Ca n’est pas parce qu’on peut marcher jusqu’au bureau de vote qu’on sait faire marcher son cerveau. Nuls en économie, nuls en bon sens, nuls en pragmatisme, et même incapables de marcher sans assistance. Ca n’est pas parce qu’on préfère la marche au vélo qu’il faut se mettre ce vélo dans la tête.

  • N’oubliez pas les bâtons, dans ses roues de voiture, mis par Édouard et son 80 km/h.

    • Je crois qu’au moment de faire le bilan, c’est ce qui va laisser le plus de traces (ça et les augmentations des tarifs des carburants). D’autant plus qu’on va en reparler en 2020, au moment de faire le vrai-faux bilan de la vraie-fausse expérimentation. D’autant plus que chaque fois qu’un citoyen de prend un PV entre 80 et 90, il repense à Macron. Et ces fois se comptent par millions.
      Et pour ajouter à sa descente dans les sondages, Macron peut aussi compter sur la géniale idée de mettre en place les péages urbains !
      C’est à cela aussi qu’on voit que la Macronie est out. Après des retours catastrophiques sur les premières mesures dans ce domaine, le gouvernement persévère diaboliquement.

  • « Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, et surtout la grande armée des gens d’autant plus sévères qu’ils ne font rien du tout. »

    Jules Clarétie

  • macron sera comme giscard battu , et il nous coûtera 80 millions d’euros de fonctionnement jusqu’à sa mort ..tres cher payé l’incompétence… !!!

    • Vous voyez les 80 millions, c’est une paille par rapport à ce que nous a coûté son successeur, quand bien même il a eu le bon goût de mourir plus jeune…

  • Le gouvernement encourage une immigration peu compatible avec notre civilisation, dépense trop ce qui fait exploser les déficits, la dette, les impôts et étouffe l’économie, protège mal (lorsqu’il n’attaque pas) les personnes, la vie, la liberté et la propriété. Macron n’est pas l’homme qu’il faudrait.

    • tout à fait, l’auteur fait de l’excès d’optimisme en pensant qu’ il va changer du jour au lendemain..je ne lui jette pas la pierre, l’espoir fait vivre.

  • http://www.dettepublique.fr/
    La faillite arrive, lentement mais sûrement !
    Avec la faillite arrivera le chaos !

  • « Macron est en train de se planter, et ce n’est pas réjouissant. »
    Pour qui? Probablement pour ses véritables patrons qui l’ont propulsé au pouvoir , mais ce sera une bénédiction pour la France et les français.

  • Merci pour cet article qui résume si bien le « problème Macron » !
    Ce Macron, il est en train de nous coûter « un pognon de dingue » !
    Un deuxième « quinquennat pour rien », comme dirait Zemmour ?

  • 29%? C’est une blague… ou plutôt un sondage avec questions ad hoc (comme celui qui demande aux Français qui ils préfèrent, de Philippe ou Macron).
    Je rappelle que cet individu était à moins de 20% des inscrits au premier tour…
    Les sindages sont en première ligne pour fabriquer l’opinion, ne l’oublions pas

    • Cet individu a été élu par moins de 15% des français en age de voter (chiffre du 1er tour, seul vote d’adhésion véritable au candidat).

      • Vous allez nous faire le coup de la pince à linge sur le nez au second tour où ils étaient plus de de vingt millions à voter pour ce guignol ?

  • les gens ont voté et ils ce sont fait entuber par un type qui a obtenu le pouvoir par ses trahisons , moralité a deux balles …Vous payer les pots cassés , ne vener pas vous plaindre , l’exemple même , ceux qui etaient Ps , Modem , Udi , Lr ..pour garder les avantages et recolter quelques miettes ont quitté leur navire …. Donc la seule solution aux prochaines élections , ne plus voter ces gugus…cela ne peux etre pire que maintenant
    Ayons le Courage de nos actes et d’arrêter de jouer les pleureuses .. trop tard …la suite …commence au mois de mai 2019 ..
    la sanction du vote sera salutaire , ils vont commencer à se détruire pour réclamer les coupables !!! les crevards vont se réveiller …

    • c’est clair…allez voter , même blanc, c’est valider le système…le souci c’est que les gens ne comprennent pas ça, et j’ai toujours droit à la réflexion « bah si tu votes pas te plains pas » alors que c’est tout le contraire…c’est le mal français les gens sont quand même très très cons..

  • Le chômage, les dépenses publiques, la dette, les prélèvements obligatoires…
    De toute évidence, les ingrédients d’une catastrophe.
    Mais, qu’en est il de la politique de l’autruche concernant l’immigration illégale dont les conséquences sont et seront la principale source de problèmes de ce pays exsangue, à bout de souffle qui aspire, contre vents et marées, à faire preuve de largesses financières pour tenter de parvenir à une intégration sociale impossible à réaliser….

  • regarder et renseignez vous sur les cabinets ministériels vous aurez des supprises l’immigration à trouver la parade , ils sont au poste des pouvoirs de L’ÉTAT , c’est fait et acté … l’immigration silencieuse pas de vague !!! c’est un constat bien RÉEL…

  • ils sont tous pourris !!! seul leur propre intérêt
    compte , servir la France , ne pas y penser !!! mais pour certains se ramasser une raclé électorale leur fera du bien… et comme les débats sont confisqué par les partis politique traditionnel , et si un intru se manifeste , ils trouverons le moyen de l’écraser, telle est la démocratie Francaise .. fumisterie tout ça…l’espoir fait vivre … tout ce paye dans la vie tot ou tard et cash !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Adelin Remy.

Le débat sur le voile (n’importe lequel, pas seulement le voile intégral) existe en France depuis 1989 : il est considéré comme un vêtement religieux et une marque de soumission de la femme, généralement musulmane, et son interdiction est vécue comme une agression par la plupart des femmes musulmanes qui revendiquent la liberté de le porter.

Le 24 octobre 2019, le président Macron a déclaré :

« Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire [...] Dans les services publics, à l’école, c’est mo... Poursuivre la lecture

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles