Loi Travail : quand le juge devient médecin…

La loi Travail, dite El Khomri confère dangereusement au juge le pouvoir de se faire médecin.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Justice by Jason Taellious(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi Travail : quand le juge devient médecin…

Publié le 17 septembre 2018
- A +

Par Pierre Farge.

Les premières applications de la loi Travail, dite El Khomri du 8 août 2016, entrée en vigueur le 1er janvier 2017, témoignent de ses premières difficultés, comme notamment conférer au juge prud’homal le pouvoir de remplacer celui de médecin. Une dérive dangereuse pour les droits des justiciables s’agissant des accidents et souffrances au travail.

Tous les salariés sont potentiellement un jour amenés à rencontrer le médecin du travail suite à des souffrances professionnelles, qu’il s’agisse d’accidents d’ordre physiques ou psychologiques. Ce dernier émet alors un avis, qui peut être contesté.

Avant : recours devant l’Inspection du travail

La procédure antérieure de contestation d’un avis médical émis par le médecin du travail était soumise à moindre formalisme : l’employeur ou le salarié pouvait saisir directement l’Inspecteur du travail dans les deux mois qui suivaient la notification de l’avis médical tout en s’informant mutuellement de l’initiative.

Cette procédure assez simple entrainait néanmoins une contestation quasi-systématique des avis médicaux, engorgeant ainsi l’Inspection du travail.

Pour pallier cet état de fait, la loi El Khomri est donc venue réformer, mais pour le pire.

Aujourd’hui : le juge devient médecin

Depuis son entrée en vigueur le 1er janvier 2017, l’article L.4624-7 du Code du travail confère au Conseil de prud’hommes le pouvoir de se substituer à l’Inspection du travail en ces termes :

III.- La décision du conseil de prud’hommes se substitue aux avis, propositions, conclusions écrites ou indications contestés.

Alors que l’objectif théorique était d’assurer la prévisibilité et à la sécurisation des relations de travail afin de rendre les recours plus rapides, nous voilà aujourd’hui avec un employé, ou employeur, qui doit former un recours en référé devant la juridiction prud’homale dans les quinze jours suivant la notification de l’avis contesté.

Le salarié, ou son employeur, doit donc aujourd’hui faire face à l’aléa judiciaire devant le juge prud’homal. Et l’aléa est d’autant plus grand que ces mêmes juges peuvent confirmer une décision déclarant inapte un salarié qui se sent la force de travailler, ou inversement déclarer apte un employé souffrant d’un handicap, et ce sans aucun avis médical.

Il est évidemment disposé de la possibilité pour le Conseil de Prud’hommes d’avoir recours à un médecin pour confier toute mesure d’instruction nécessaire afin d’éclairer son jugement. Mais il s’agit là seulement d’une possibilité, donc en rien contraignante.

Qui plus est, en admettant qu’il soit fait appel à l’avis d’un médecin du travail, le juge prud’homal n’est pas tenu par cet avis, si bien qu’il a tout pouvoir pour apprécier la réalité médicale d’un salarié en dernier mot.

Le pouvoir de l’arbitraire

Dès lors, il n’y a pas besoin d’avoir fait l’ENM pour comprendre l’arbitraire conféré aux juges prud’homaux afin d’apprécier l’état de santé réel des justiciables qui se présentent à eux.

Cette loi vient donc sur le papier remplacer un dispositif clair et éprouvé pour soi-disant désengorger l’administration du travail. Néanmoins, dans la pratique, force est de constater qu’elle fait exactement l’inverse :

  • Elle complexifie la procédure en droit du travail, alimentant l’inflation législative.
  • Par cette judiciarisation rajoutant une compétence au Conseil de prud’hommes, elle engorge un peu plus les tribunaux.
  • Enfin, pire, elle confère dangereusement au juge le pouvoir de se faire médecin.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Exercice illégal de la médecine : 2 ans de gnouf et 30000 euros d’amende.

    Les juges ne sont pas au-dessus des lois.

  • Les juges sont déjà obligés d’être médecins, bien sûr ils n’y comprennent rien et pensent que les études vont dans le sens d’une absence de lien entre vaccin hep B et SEP alors que c’est le contraire.

    • J’aimerais bien avoir vos sources. Merci.

      • @ RX33
        Oui, et sans preuve, le lien n’existe pas par manque de preuve, pas l’inverse!

      • Demandez à n’importe qui, il vous dira presque toujours que les études vont dans le sens d’une absence de lien vaccin-SEP. Le résultat de (presque?) toutes les études va pourtant dans ce sens

        • et donc la majeure partie des chercheurs « sait »..et sans soute les « médecins » et les » autorités de santé », ça fera donc un gros scandale…ça fait beaucoup de monde .. quand ça va se produire on vous enverra un gros bravo, bien sur il n’est pas impossible que les journalistes scientifiques ou autres soient aussi dans cette nécessaire conspiration du silence, ce n’est pas que ce soit impossible il arrive qu’il existe une convergence d’intérêt mais là je n’en vois guère qu’est ce qui pourrait expliquer que par exemple les journalistes prompts à dénoncer des scandales sanitaires absurdes et dérisoires passent sur celui là?

          • Quasi triplement des SEP en France, et vous attendez que ça se produise?

            Les journalistes sont tous issus de la goche vaxxeuse, croyant à la Médecine. Ils ne sont pas capables que la médecine est celle dénoncée par Molière. Ils ne peuvent pas aller contre les Institutions.

  • Une actualité judiciaire beaucoup plus inquiétante :
    le réquisitoire pénal qui dérive en réquisitoire moral, le réquisitoire qui se fait sermon, accompagné d’une vertu autoritaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Laurent Sailly.

Les faits reprochés sont suffisamment graves pour que l’on prenne un peu de temps à les rappeler.

Le site français d’information, StreetPress, a dévoilé le témoignage du brigadier-chef Amar Benmohamed, affirmant que, « sur un peu plus de deux ans, plus de mille prévenus ont été maltraités » au sein du dépôt du tribunal judiciaire de Paris (privation de nourriture, empêchements d’accès au soin, propos à caractère raciste, vols).

Dans un signalement du 12 mars 2019 adressé à sa hiérarchie, cet agent déno... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

La seconde phase du quinquennat sera-t-elle le contraire de la première ? On dépeint, notamment ici, Emmanuel Macron en social-démocrate jacobin, le voilà qui nomme un Premier ministre de droite dure aux relents girondins.

Un changement de ton qui ne trompe personne à un an et demi de la prochaine échéance présidentielle et qui n’est pas sans rappeler la nomination d’un Eric Dupond-Moretti à la Chancellerie avant qu’il ne verse dans le sentimentalisme en pleine polémique sur l’affaire Traoré dans laquelle ... Poursuivre la lecture

Par Philippe Catier.

Plusieurs épisodes récents mettent en lumière la prétention de la justice à vouloir faire la science.

L’affaire du glyphosate en est un exemple frappant : Le tribunal administratif de Lyon vient d’interdire son usage purement et simplement prétextant du sacro-saint principe de précaution et reprochant à l’ANSES d’avoir manqué de prudence dans l’attribution de l’autorisation de mise sur le marché du Roundup 360. Cette autorisation est donc annulée par le tribunal administratif  avec effet immédiat.

La ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles