Air France, avant d’être française, est une société européenne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Air France A380-861 F-HPJA By: Christopher Griner - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Air France, avant d’être française, est une société européenne

Publié le 15 septembre 2018
- A +

Par Hervé Gourio.
Un article d’Entrepreneurs pour la France

Beaucoup de confusion provient de l’utilisation péremptoire de la notion de nationalité d’une entreprise, notion dont l’emploi est délicat en règle générale et encore plus dans le cas d’Air France. On est bien obligé de voir des motifs peu avouables dans cette revendication nationale. Expliquons-nous.

Comment peut-on décréter qu’une grande entreprise est allemande, française ou britannique par exemple ? Alors même que très souvent la majorité de ses actionnaires est étrangère. Alors qu’elle est enregistrée juridiquement dans de nombreux pays. Et que la grande majorité de ses clients est étrangère. On se rabat alors sur son équipe de management et la localisation du siège de sa direction (plutôt que de son siège social).

Pourtant, même ces indications factuelles sont d’usage délicat. Toutes les entreprises « globales » doivent mêler des personnalités d’origines très variées. L’essentiel étant qu’elles soient bien adaptées aux publics qu’elles côtoieront dans leur job. Et dont elles devront être physiquement proches. Le vendeur star d’Airbus John Leahy est américain. Schneider Electric dont l’état-major opérationnel est basé à Hong Kong est-elle devenue chinoise ? La Silicon Valley n’est-elle pas devenue un authentique melting-pot au point de devenir haïssable aux Américains de naissance y compris en Californie.

Cette qualification n’a donc rien d’évident au-delà d’une certaine taille, bien sûr. On est donc bien obligé de se demander qui la décerne. On distingue deux cas :

  • L’entreprise a besoin d’une autorisation ou d’un appui clairement exprimé par l’État pour tout simplement exercer son activité. C’est par exemple le cas des industries d’armement, des banques ou de Total qui traite avec des États étrangers. Cette dépendance ou cette proximité les amène naturellement à mentionner leur nationalité, au moins aussi longtemps que ce n’est pas encombrant en fonction de certaines circonstances. C’est donc un choix, une décision de l’entreprise, largement contingent.
  • L’État ou le gouvernement trouve un intérêt politique à faire valoir que tel ou tel succès est celui d’une entreprise française, sans être trop regardant sur ce qui la rend si française. Il faut juste que cette apparence soit acceptable, et que beaucoup de nos concitoyens partagent aisément la fierté ainsi proclamée.

Air France KLM n’entre dans aucun de ces deux cas de figure. La compagnie ne démontre plus depuis longtemps des performances commerciales, techniques ou financières dont on puisse être particulièrement fier. Et l’appui de l’État qui lui est juridiquement accordé sous la forme des droits de trafic en fait littéralement une compagnie aérienne française. Mais toute entreprise européenne peut postuler à en bénéficier à condition que la majorité de ses actions soit détenue par des Européens, contrainte miroir de l’américaine. Et la société Air France KLM, combinaison de deux compagnies aériennes, est d’abord une compagnie européenne.

Ceux qui rejettent cette vérité ont une seule raison de le faire : espérer un nouveau sauvetage de l’État pour compenser les handicaps de compétitivité qu’ils ont déjà infligés à Air France et ceux qu’ils projettent d’ajouter. On ne pourra pas rejouer la pièce de 1992, passablement scandaleuse, avec une subvention massive après le rachat de ses concurrents français à prix d’or. Mais le parti étatiste ne manque pas d’imagination.

Il est vraiment heureux que Delta, concurrent direct d’Air Canada et du réseau Star Alliance, ait pu témoigner des talents de Ben Smith, constatés sur le marché nord-américain. Cette référence-là est beaucoup plus importante que la couleur de son passeport. Elle augure bien du redressement d’Air France KLM alors que ses opposants l’auraient bien volontiers sacrifié sur l’autel de l’étatisme national.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Il faut rappeler qu’au premier semestre 2018, KLM a fait 60 % du chiffre d’affaires et la totalité du profit alors qu’ Air France était en perte. A rappeler aussi que Delta et China Eastern auront en 2019 le double droit de vote pour leurs actions, comme l’Etat Français aujourd’hui, ce qui leur permettra de bloquer toute mesure que le gouvernement pourrait vouloir prendre pour des raisons politiques.

  • La nomination d’un professionnel de l’aérien et non d’un énarque à la tête d’Air France KLM est une bonne nouvelle.

    • Très juste! il sait comment ça marche, au lieu de nos fonctionnaires qui n’ont aucune notion en économie et gestion d’entreprise!

  • merci Hervé de poser LA bonne question : comment peut-on prétendre que cette compagnie est française ? la nationalité de la majorité de ses employés ?

  • Une entreprise a la nationalité de la majorité de ses actionnaires.

    Ou alors, il convient de dire que l’actionnaire n’est plus le propriétaire. Mais dans ces conditions, pourquoi diable apporterait-il son capital ? Il est vrai que le nouveau paradigme de l’argent gratuit imprimé à tout va par des banques centrales irresponsables, et déversé en flux continu dans des start-up improbables est actuellement dominant. Dans ces conditions, il n’y a plus vraiment besoin d’actionnaire au sens classique du terme. Pas sûr toutefois que ce modèle dure très longtemps, avant que la bouillie néo-collectiviste ne se termine dans une catastrophe généralisée.

  • Ce n’est pas plus qu’Airbus une entreprise française. Mais comme les français ne savent jamais rien ils protestent comme les ignorants qu’ils sont.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Le crédit d’impôt a été créé afin de corriger des excès d’impositions ou de soutenir certaines activités, principalement non lucratives, auxquelles un individu ou une société adhère et désire soutenir son action.

Notre administration attachée au principe « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » a utilisé cette occasion pour en faire un instrument de pouvoir et de pression ou de récompense au peuple soumis.

Comme souvent le système a dérivé et n’apporte pas les effets souhaités.

Le crédit d’impôt : un principe... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles