Air France : les déboires de Mister Smith

Bienvenue, Mr Smith ! Le nouveau pilote d’Air France-KLM n’a pas encore mis les pieds dans son bureau qu’il affronte déjà la vindicte syndicale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Airbus A318 Air France (Crédits : Philippe-Noret-AirTeamimages, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Air France : les déboires de Mister Smith

Publié le 18 août 2018
- A +

Par Ludovic Delory.

Bienvenue, Mr Smith ! Il n’a pas encore mis les pieds dans son bureau que le nouveau pilote d’Air France-KLM affronte déjà la vindicte syndicale. En guise de cadeau : des menaces de grève. Le front commun syndical ne supporte visiblement pas que Benjamin Smith soit Canadien et qu’il encaisse, pour son futur job, un salaire trois fois plus élevé que son prédécesseur.

Les syndicats provoquent. Ils ont pourtant obtenu, eux aussi, une revalorisation salariale pour le personnel au terme d’un long bras de fer. Qu’importe ! Même si le nouveau numéro 1 n’est pas encore installé, la fronde est menée. Au nom de « la défense des intérêts français », les syndicats réclament un patron français. Alors qu’ils viennent d’en pousser un dehors.

Patriotisme d’un autre âge

La grogne contre les salaires mirobolants des patrons est une tradition hexagonale. Benjamin Smith a beau avoir fait ses preuves outre-Atlantique, il est un boss étranger en terre française. Cela déplaît.

En réagissant de manière prématurée, les syndicats français et néerlandais calquent leur attitude sur celle, par exemple, d’un Donald Trump, qui a fait du patriotisme économique sa marque de fabrique. Mais la nationalité du capitaine a-t-elle encore une importance, à l’heure de la mondialisation ? L’État français, actionnaire principal, a tranché en faveur du candidat canadien. Car à Air France comme ailleurs, les décideurs se trouvent au Conseil d’administration. Pas dans le cockpit.

Les syndicats prendront position avant la rentrée. Benjamin Smith aura comme première mission de les rassurer. De gérer l’effervescence sociale avant la compagnie.

Les passagers attendront.

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • « L’État français, actionnaire principal, a tranché » : Delta et China Eastern, à deux actionnaire plus important que l’Etat Français, ont refusé la nomination d’un nième énarque. L’Etat Français a un double droit de vote et aurait pu, théoriquement, passer outre, mais Delta et China Eastern auront également ce double droit en 2019 et seront alors incontournables. Les syndicats ont d’ailleurs parlé de « l’américanisation » d’Air France ( mais, curieusement, pas de la sinisation ), voulant surfer sur un réflexe anti-américain bien ancré.

    • China Eastern étant une compagnie d’Etat chinois, ceux qui la dirigent ne sont pas seulement mue par la maximisation de leur profit mais également par l’application d’une certaine politique.

      Il y a donc un mélange politique/économie qui peut s’avérer dangereux….

      Notons par ailleurs, que la Chine s’autorise tout à fait à ne pas autoriser l’achat d’entreprise chinoise par des étrangers… Ce qui fera que la Chine dominera face au libéralisme « laissez-faire » occidentale.

      • La maximisation de son profit a toujours la priorité, l’application d’une certaine politique n’est jamais qu’un moyen au service de cette cause. La preuve : China Eastern va diluer son holding d’état qui va passer sous la majorité pour trouver de quoi se renflouer après ses pertes récentes.

  • c’est une chose de dire ce qu’ils ne veulent pas…pense t il que air france « irait mieux » si les syndicalistes désignaient le pdg?

    donc français et à part ça? quels seraient les critères de nomination?
    maximalisant les salaires au détriment des investissements?

  • Un personnel xénophobe dans une compagnie aérienne internationale : même aux meilleurs jours des pays communistes, ils n’auraient pas osé…

    • @ MichelO
      Bien vu, l’artiste!
      De fait, il n’est pas difficile de deviner la réaction identique en cas de nomination d’un Néerlandais ou d’un autre citoyen européen non Français. Ces discriminations ne sentent pas bon!

    • oui..mais xénophobie à géométrie variable un pauvre étranger c’est bien un riche étranger c’est mal…ceux qui réussissent mieux que vous sont en général des salauds, les pauvres sont aimables à condition qu’ils vous soient éternellement reconnaissant et en premier restent à leur place.

  • Pourquoi être allé chercher un Canadien, n’y avait il pas un Français qui pouvait faire le job?
    On assiste tous les jours à un peu plus de dépendance de la France vis à vis de l’étranger. Macron a vendu et vend par » appartement » nos fleurons industriels comme Alsthom avec toutes les conséquences qui vont avec, il a fallu attendre plus d’un mois pour que GE vienne faire l’entretien des turbines de nos centrales nucléaires, les barrages hydrauliques de EDF devraient être vendus, la France a perdu le contrôle associé de Airbus, des fabricants d’armes français vont passer aux mains d’étrangers, etc…
    La France est le dernier pays de l’UE pour la croissance!
    Quant à Trump, certes il est critiquable mais les résultats économiques sont de retour, ne vous en déplaise!
    Contrepoints est mondialiste, c’est un fait.
    De Gaulle doit se retourner dans sa tombe, lui qui voulait une France indépendante!

    • « Contrepoints est mondialiste, c’est un fait. »
      Ah ah ! Quelle révélation !… Contrepoints est un site libéral. Ne vous attendez donc pas à ce qu’il combatte le libre-échange et défende du protectionnisme, du nationalisme économique, du capitalisme de connivence, de l’interventionnisme étatique ou des fadaises comme l’État-stratège…

      • @ Raphaël
        Et encore! Les Français sont certainement plus chauvins et nationalistes qu’économistes distingués, non?

      • @Raphaël

        « Le public est ainsi fait qu’il se défie autant de ce qui est simple qu’il se lasse de ce qui ne l’est pas »(Frédéric Bastiat 1801-1850).

        Les conséquences politiques et géopolitiques du libre échange pratiqué au 19ème siècle étaient compréhensibles et en quelque sorte maîtrisables.

        Tel n’est pas le cas avec la mondialisation actuelle impliquant un monde devenu extraordinairement complexe en termes de conséquences, puisque l’humanité semble bien parvenue à la croisée des chemins concernant son avenir.

        Quant au public actuel du 21ème siècle,il semble bien « qu’il commence à se défier et se lasser d’une mondialisation devenue bien compliquée ».

        Pour preuve , les récents résultats d’élections dans bien des pays occidentaux que l’on se doit de ne pas oublier.

    • C’est Air France-KLM, donc pas seulement français. Et pour relever cette compagnie internationale il fallait un professionnel particulièrement compétent, avec des résultats probants.
      Quand à Airbus ce n’est PAS une compagnie française mais européenne, Allemagne, Grande Bretagne, Italie et Espagne associées à la France.

      • C’est vrai, mais la France est pour l’instant le 1er actionnaire.

        Airbus est même encore plus diversifié que cela : la plupart est flottant.

    • Il faut arrêter de faire du protectionnisme quelque chose de horrible. Vous semblez oublier que les investissements français à l’étranger sont supérieurs à ceux des étrangers en France. Visiblement pour vous ça ne doit marcher que dans un sens.

      • ca dépend dans quoi on investit. Ce n’est pas la même chose d’acheter une compagnie d’avion comme « china airlines » que de construire une usine.

        Dans les 2 cas c’est des investissements direct étranger mais ca n’aurait pas du tout le même résultat sur la souveraineté du Parti Communiste Chinois.

      • Moi aussi y en a marre
        Le protectionnisme c est la loi du plus fort, celle de l État qui favorise certains producteurs aux dépens des autres.
        Le protectionnisme augmente les coûts ( en fermant le marché ) des produits dans les pays protectionniste au profits de quelques producteurs qui s enrichissent grâce à la distorsion de la concurrence.

        C est bien un truc de socialiste qui ne comprends rien à l économie. Ferez mieux de lire Bastiat au lieu de dire des imbécilités.

        • Say egalement :

          « S’il y a quelque bénéfice à retirer d’une entreprise, elle n’a pas besoin d’encouragement; s’il n’y a point de bénéfice à en retirer, elle ne mérite pas d’être encouragée.
          Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique

          Air France peut mourir de sa belle mort, trop longtemps retardée grâce aux contribuables.

      • Les investissements vont là où ils seront bien rentabilisés. Donc les français vont à l’étranger, et les étrangers restent à l’étranger…

    • « lui qui voulait une France indépendante! »

      En servant la soupe au parti de Moscou ?

    • il n’a pas été choisi parce qu’il était canadien, la canadiennitude n’est pas non plus le signe d’une mauvaise gestion..on peut penser que pour une raison ou une autre il a été considéré comme le meilleur choix pour la compagnie…

  • Un poste pour un copain de la super classe.
    A croire qu’il n’y a pas une personne capable de tenir le poste de PDG à moins d’1M€ annuel.
    Pourtant, c’est ce que font régulièrement les copains politiques du pouvoir en étant placés à des poste de direction dans des très grandes entreprises sans connaître le domaine et avec un bilan souvent peu flatteur.
    Je suis certain que dans l’organigramme AF, il y a plusieurs personnes qui feraient au moins aussi bien pour 10 fois moins cher.

    • Si quelqu’un est à même de faire le job, il faut avoir l’esprit bizarrement tordu pour demander sa nationalité et en faire un critère. S’il accepte d’être payé bien en dessous du marché, il faut avoir l’esprit bien naïf pour croire qu’il est à même de faire le job. S’il a été placé haut dans la hiérarchie par ceux qui ont échoué, il faut avoir un haut sens du copinage pour ne pas croire qu’il échouera aussi.

  • En quoi un canadien , nos frères socialistes, serait pire qu’un bon français sorti de l’ENA ou autre école des copains d’abord pour nos syndicalistes de métier ..eux même faisant partie de la clique des têtes a claquage de fond patronal et d’état.

  • L’argument « nationalité » du PDG est vraiment le degré zéro de la compétence économique. Mais les syndicats nous montrent chaque jour qu’ils ne s’intéressent pas à la survie et au développement d’Air France. Il appartient au personnel de soutenir Smith, sans doute leur dernière chance de sauver leur emploi.

  • Quand nos patrons sont phagocytés par d’autres pays et quittent notre pays, nous pleurons. Quand nous en récupérons un, de plus formé en aéronautique, nous pleurerions aussi. Mais enfin tous ses prédécesseurs n’ont pas réussi à relever l’entreprise, alors tentons et voyons. Qui ne risque rien n’a rien.

    • @ Parcoureur
      Il suffit d’aller demander chez Renault ce qu’ils pensent de C.GHOSN!
      Et les entreprises françaises ne se gênent pas d’exploiter l’étranger pour combler les déficits nationaux (SNCF) tout en s’opposant à la concurrence inverse R.Descartes n’était pas Français?

  • Ce n’est plus AirFrance, c’est AirDéfiance… 🙁

  • La mondialisation des échanges exige-t-elle que nous bradions les intérêts français? On peut peut-être se passer d’une compagnie aérienne, mais que dire du dépeçage d’Alstom qui nous rend dépendants des Etats-Unis pour des secteurs stratégiques?
    Ignorez-vous que la mondialisation économique sous la férule financière !et c’est là que réside le problème) est le cheval de Troie d’une mondialisation politique dont tout indique qu’elle sera totalitaire?

    • Vous devriez étudier au lieu de nous sortir des fadaises socialos. Alstom a coulé à cause de l’état français, de ses énarques et de ses syndicats gauchistes, après bien d’autres entreprises françaises. Et comme Air France en ce moment. La mondialisation n’a strictement rien à voir dans ces faillites.

    • « brader les intérêts français »…
      Il me semble que les intérêts français sont que la principale compagnie aérienne du pays croisse et prospère, que ses tarifs soient raisonnables, ses horaires respectés, et ses comptes équilibrés. Si vous trouvez inacceptable l’abolition des privilèges des Français par rapport aux étrangers dans cette compagnie pour ce but, on ne peut pas grand-chose pour vous. Ca me rappelle simplement mon premier voyage en Chine, où la monnaie et les tarifs étaient différents (et beaucoup plus chers) pour les étrangers par rapport aux nationaux. Depuis, ce système à deux catégories a été aboli, la famine a disparu en Chine et une large classe moyenne s’y est développée, et nous payons nos produits électroniques le dixième de ce que ça serait si nous n’avions pas « bradé » notre industrie nationale de ces produits. L’économie n’est pas la politique, la juste récompense financière favorise les deals gagnant-gagnant et évite que la frustration ne conduise les gens à être affamés de pouvoir et de besoin de diriger la vie des autres.

  • Les syndicats sont donc pour la préférence nationale, intéressant.

    • @ Bulldozer
      Mais en chantant l’ « Internationale », évidemment!

      • @mikilux

        Cette foire d’empoigne au niveau mondial pour une maximisation des profits aurait donc des connotations morales avec les bons d’un côté,et de méchants nostalgiques de l’autre?
        Certains raisonnements sont ici surprenants puisque le marché ignore depuis longtemps feu les systèmes dits socialistes du siècle passé.(l’économie Chinoise ayant par exemple quelque évolué depuis l’époque de Mao).
        « l’internationale »??? Pas très tendance ces temps ci !!!

        • @PUBLIUSCUM

          il est vrai qu’à l’horizon des profits le temps semble au beau fixe,et le niveau record des indices mondiaux et de l’enrichissement de certains acteurs peuvent en témoigner.
          Pour autant dans le secteur de l’économie ne pas oublier que rien n’est jamais coulé dans le marbre

  • Bel exemple de l’hypocrisie et de l’escroquerie syndicale! Décidément les français osent tout, et c’est à cela qu’on les reconnaît, disait Audiard.

  • Il pourrait aussi chapeauter la SNCF…cela n’a aucune importance..les syndicats font du vent pour plaire au monarque ?

  • Et dire que l’Etat va vendre la Française des jeux et garder Air France………………………………………………………

  • prendre une décision ferme sans retour PRIVATISER ..AIR-FRANCE..quels sont les PDG AIR FRANCE qui ont su rentabiliser AIR FRANCE ?..même SPINETTA en 2007 à la tête de l’entreprise pour lui le low-coast AERIEN n’avez pas d’avenir …!!! et maintenant
    le mec nous explique ce qui ne va pas à la SNCF !! le probléme de ces entreprises ce sont nos politiques qui ont mis ces entreprises en difficultés pour placer des ENARQUES !!! le baratin le pourquoi le comment ..le résultat est là..point barre…

  • cela me rappelle mon mari americain quand il travaillait chez Ge France, les syndicats l’attendaient… et l’insultaient.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy.

Quand on est un pilote d’Air France, une compagnie prestigieuse qui porte les couleurs de la République française et qui a fait voler le Concorde, on peut se croire insubmersible et penser que tout continuera comme avant et qu’in fine l’État sera toujours là pour faire face aux petits problèmes comptables d’équilibre d’un compte d’exploitation. C’est bien ce qui est en train de se passer à nouveau avec la crise sanitaire.

Air France : petit rappel historique

Fondée en 1933, Air France est née de la fusion de q... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles