Les économies les plus libres depuis la Seconde Guerre mondiale

Hong Kong Skyline at Night - Star Ferry By: Wilson Hui - CC BY 2.0

La liberté économique a progressé dans le monde. Dans certains pays plutôt que d’autres.

Par Daniel J. Mitchell.

Quand j’écris un article sur un pays riche ou un pays pauvre, je démarre toujours mes recherches par une visite du site canadien des Libertés économiques dans le monde. Pour classer les pays en fonction de leur degré global de liberté économique, l’Institut Fraser compile cinq grands indicateurs : fiscalité, réglementation, monnaie, libre-échange et qualité de la gouvernance.

Les classements ont débuté en 1970, ce qui nous permet de voir comment un pays a évolué au fil du temps (et la bonne nouvelle est que les scores se sont améliorés dans la plupart des pays).

Examinons aujourd’hui l’histoire des pays les plus libres. Nous allons commencer par la liste de 1970.Comme on pouvait s’y attendre, Hong Kong était au sommet. Mais qui aurait pu deviner que le Luxembourg était deuxième ? Le Canada se hissait au troisième rang et les États-Unis au quatrième, suivis du Japon et de quatre pays européens.

La chose la plus surprenante est certainement de voir le Venezuela classé au 10e rang. C’est très déprimant quand on sait que le Venezuela occupe la dernière place du classement dans la dernière édition de l’Indice des libertés économiques. Ce doit être le record de l’un des plus grands déclins jamais enregistrés dans un pays.

Si nous examinons les données pour 1975, 1980 et 1985, le Luxembourg continuait d’obtenir des scores très élevés, de même que Hong Kong et les États-Unis. Le Panama et le Guatemala se classaient à un niveau étonnamment élevé en 1975, tandis que le Royaume-Uni apparaissait finalement en 1985 (grâce aux réformes de Margaret Thatcher).

Voici les données pour 1990, 1995 et 2000. Vous remarquerez que la Nouvelle-Zélande et l’Australie entraient dans le top 10 tandis que le Luxembourg commençait à chuter (tout du moins de façon relative) et Singapour commençait à grimper.

Observons maintenant ce qui s’est passé au tournant de ce siècle. Hong Kong et Singapour ont verrouillé les deux premières places, la Nouvelle-Zélande et la Suisse se partageant les troisième et quatrième places. Le Luxembourg a quant à lui disparu.

En 2010 et 2015, nous voyons apparaître des nations du monde en développement et du monde postcommuniste. Plus particulièrement, le Chili, l’Estonie et la Géorgie.

Pour un mordu de politique, ces données sont fascinantes. Il est passionnant d’observer comment les positions relatives des différents pays ont évolué, et ce qu’il advient des scores en valeur absolue.

C’est une si bonne source de données que j’ai toujours rêvé d’avoir aussi les chiffres d’avant 1970. Mon vœu a été exaucé. Ryan Murphy et Robert Lawson, deux des chercheurs qui travaillent sur l’indice des Libertés économiques, ont produit des estimations pour l’ensemble de la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale.

Si l’on en croit leur analyse rétrospective, les États-Unis avaient l’économie la plus libre du monde en 1950. La Suisse occupait la deuxième place, suivie d’un groupe de pays européens et anglo-saxons.

Si vous voulez comprendre pourquoi des pays comme le Luxembourg, la Belgique, la Norvège et la Suède sont riches aujourd’hui, sachez qu’ils ont longtemps figuré parmi les pays les plus pro-marchés du monde.

Par ailleurs, il faut savoir que, en raison d’un manque de fiabilité des sources d’information, Singapour n’apparaît dans les données rétroactives qu’à partir de 1960 et que Hong Kong est totalement absent de cette base de données historiques.

Nous n’avons pas le top 10 des autres années, mais les auteurs ont partagé un tableau avec tous leurs chiffres, ce qui m’a permis de créer mes propres classements pour 1955, 1960, et 1965.

Comme vous pouvez le constater, bravo à la Suisse et au Luxembourg (à deux reprises). Les États-Unis et le Canada obtiennent des scores très élevés. Et la Belgique et les Pays-Bas obtiennent également de bons résultats.

Il y aurait de nombreuses leçons à tirer de ces chiffres, mais je me contenterai de trois remarques élémentaires.

  • Deuxièmement, vous pouvez prendre du retard en restant immobile. Si vous examinez attentivement les données concernant le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas, vous constaterez que leurs scores absolus n’ont pas vraiment changé. Mais tous ces pays sont sortis du top 10 parce que d’autres pays ont progressé.
  • Troisièmement, la liberté économique mondiale s’accroît. Les meilleurs résultats des années 1950 et 1960 n’auraient pas permis à un pays d’entrer dans le top 10 de ce siècle.


Sur le web. Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.