Les économies les plus libres depuis la Seconde Guerre mondiale

La liberté économique a progressé dans le monde. Dans certains pays plutôt que d’autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hong Kong Skyline at Night - Star Ferry By: Wilson Hui - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les économies les plus libres depuis la Seconde Guerre mondiale

Publié le 12 septembre 2018
- A +

Par Daniel J. Mitchell.

Quand j’écris un article sur un pays riche ou un pays pauvre, je démarre toujours mes recherches par une visite du site canadien des Libertés économiques dans le monde. Pour classer les pays en fonction de leur degré global de liberté économique, l’Institut Fraser compile cinq grands indicateurs : fiscalité, réglementation, monnaie, libre-échange et qualité de la gouvernance.

Les classements ont débuté en 1970, ce qui nous permet de voir comment un pays a évolué au fil du temps (et la bonne nouvelle est que les scores se sont améliorés dans la plupart des pays).

Examinons aujourd’hui l’histoire des pays les plus libres. Nous allons commencer par la liste de 1970.Comme on pouvait s’y attendre, Hong Kong était au sommet. Mais qui aurait pu deviner que le Luxembourg était deuxième ? Le Canada se hissait au troisième rang et les États-Unis au quatrième, suivis du Japon et de quatre pays européens.

La chose la plus surprenante est certainement de voir le Venezuela classé au 10e rang. C’est très déprimant quand on sait que le Venezuela occupe la dernière place du classement dans la dernière édition de l’Indice des libertés économiques. Ce doit être le record de l’un des plus grands déclins jamais enregistrés dans un pays.

Si nous examinons les données pour 1975, 1980 et 1985, le Luxembourg continuait d’obtenir des scores très élevés, de même que Hong Kong et les États-Unis. Le Panama et le Guatemala se classaient à un niveau étonnamment élevé en 1975, tandis que le Royaume-Uni apparaissait finalement en 1985 (grâce aux réformes de Margaret Thatcher).

Voici les données pour 1990, 1995 et 2000. Vous remarquerez que la Nouvelle-Zélande et l’Australie entraient dans le top 10 tandis que le Luxembourg commençait à chuter (tout du moins de façon relative) et Singapour commençait à grimper.

Observons maintenant ce qui s’est passé au tournant de ce siècle. Hong Kong et Singapour ont verrouillé les deux premières places, la Nouvelle-Zélande et la Suisse se partageant les troisième et quatrième places. Le Luxembourg a quant à lui disparu.

En 2010 et 2015, nous voyons apparaître des nations du monde en développement et du monde postcommuniste. Plus particulièrement, le Chili, l’Estonie et la Géorgie.

Pour un mordu de politique, ces données sont fascinantes. Il est passionnant d’observer comment les positions relatives des différents pays ont évolué, et ce qu’il advient des scores en valeur absolue.

C’est une si bonne source de données que j’ai toujours rêvé d’avoir aussi les chiffres d’avant 1970. Mon vœu a été exaucé. Ryan Murphy et Robert Lawson, deux des chercheurs qui travaillent sur l’indice des Libertés économiques, ont produit des estimations pour l’ensemble de la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale.

Si l’on en croit leur analyse rétrospective, les États-Unis avaient l’économie la plus libre du monde en 1950. La Suisse occupait la deuxième place, suivie d’un groupe de pays européens et anglo-saxons.

Si vous voulez comprendre pourquoi des pays comme le Luxembourg, la Belgique, la Norvège et la Suède sont riches aujourd’hui, sachez qu’ils ont longtemps figuré parmi les pays les plus pro-marchés du monde.

Par ailleurs, il faut savoir que, en raison d’un manque de fiabilité des sources d’information, Singapour n’apparaît dans les données rétroactives qu’à partir de 1960 et que Hong Kong est totalement absent de cette base de données historiques.

Nous n’avons pas le top 10 des autres années, mais les auteurs ont partagé un tableau avec tous leurs chiffres, ce qui m’a permis de créer mes propres classements pour 1955, 1960, et 1965.

Comme vous pouvez le constater, bravo à la Suisse et au Luxembourg (à deux reprises). Les États-Unis et le Canada obtiennent des scores très élevés. Et la Belgique et les Pays-Bas obtiennent également de bons résultats.

Il y aurait de nombreuses leçons à tirer de ces chiffres, mais je me contenterai de trois remarques élémentaires.

  • Deuxièmement, vous pouvez prendre du retard en restant immobile. Si vous examinez attentivement les données concernant le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas, vous constaterez que leurs scores absolus n’ont pas vraiment changé. Mais tous ces pays sont sortis du top 10 parce que d’autres pays ont progressé.
  • Troisièmement, la liberté économique mondiale s’accroît. Les meilleurs résultats des années 1950 et 1960 n’auraient pas permis à un pays d’entrer dans le top 10 de ce siècle.


Sur le web. Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Merci pour cet article. Personnellement, je reste un peu sur ma faim. On ne voit en effet que les dix premiers. Quid de la France ? Quid des dix dernier ? Par ailleurs, il peut se trouver des pays dont l’évolution a été très intéressante sans qu’on les trouve dans les dix premiers ni dans le dix derniers. Je verrai bien une suite plus exhaustive à cet intéressant article.

    • Sur le site indiqué dans l’article on trouve une carte interactive qui donne les évolutions.
      Par exemple la France a progressé jusqu’en 2000 puis stagne jusqu’à aujourd’hui. Cela dit elle n’a jamais fait mieux que la 33ème place ; elle occupe la 52e en 2015.

      Bref quant tout le monde se réveille, nous on s’endort..

    • En 1970, la France était la 19e nation la plus libre du monde avec un score de 6.51. Pas extraordinaire, mais pas si mal.

      En 2015, la France est devenue la 52e nation avec un score de 7,33.

      Voilà qui résume assez fidèlement le décrochage de ce pays, profondément embourbé dans son obsession socialo-collectiviste compulsive. La France n’est pas encore tout à fait en voie de tiers-mondisation, mais on devine qu’un petit effort toujours dans le même sens de la part de son Etat obèse suffirait à réaliser cet exploit improbable d’obtenir médaille d’or aux jeux olympiques de la connerie humaine.

      Pour prendre un exemple de réussite, on peut observer le Chili, 53e nation avec un score de 3,58 en 1970, devenu 15e avec un score de 7,77 en 2015. Cet exemple illustre un parcours strictement inverse à celui de la France.

      Autre exemple, la Suisse, qui persiste à proposer un modèle positif quand la France se glorifie d’être l’anti-modèle (dont le monde entier ne veut pas) : 7e en 1970 avec 7,41, 4e en 2015 avec un score de 8,44.

      Bref, quand on veut, on peut. La situation dégradée constatée en France n’est pas inéluctable. Il existe juste à côté de chez nous des populations de culture quasiment identique dont les modèles sont autrement plus efficaces et dont on ferait bien de s’inspirer sans tarder. Les solutions sont à portée de main.

      A noter, les USA sont en pleine régression, confirmant ce qu’on savait des 8 ans d’Obama : 5e en 2008 avec 8,29, 11e en 2015 avec 7,94.

  • La Suisse se place régulièrement sur le podium. 140 000 Français s’y sont installés, l’immense majorité y reste active, et 180 000 frontaliers vont y travailler chaque jour.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Par Chloé Froissart. Un article de The Conversation.

Les élections législatives qui ont eu lieu le 19 décembre à Hong Kong ont parachevé l’alignement du système politique hongkongais sur celui de la Chine.

Pékin célèbre ce scrutin comme une victoire de la démocratie, en dépit du fait que les Hongkongais ont voté Non avec leurs pieds.

Ces élections, marquées par un taux d’abstention record (la participation n’a été que d’environ 30 %), ont vu les candidats pro-Pékin rafler 89 des 90 sièges du Parlement.

L’orchestration... Poursuivre la lecture

Nouvelles bien désolantes en provenance de Hong Kong, où l’on apprend que les journalistes de Citizen News ont mis fin à leur activité, face aux menaces que fait peser sur eux le pouvoir chinois au vu des arrestations et perquisitions qui ont frappé quelques jours auparavant le journal Stand News, jugé subversif.

Liberté de la presse et information « sûre » à Hong Kong

La « loi sur la sécurité nationale » impose désormais aux médias de ne publier que des informations « sûres ». Avec l’assentiment des nouveaux élus de Hong Kong, qui se ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles