Reconnaissances
50 articles déposés
À propos Articles
Reconnaissances
50 articles déposés
Daniel J. Mitchell est Senior Fellow au Cato Institute de Washington, expert dans le domaine des réformes fiscales. C’est un fervent défenseur de la flat tax et d’une concurrence fiscale internationale.
0 followers

Articles

Par Daniel J. Mitchell, depuis les États-Unis.

Dans l'esprit des fêtes de fin d’année, je serai aujourd'hui inhabituellement joyeux et optimiste en soulignant que nous n'avons pas besoin de perfection pour connaître davantage de prospérité. Nous n'avons même pas besoin de déployer de très bonnes politiques pour profiter de la croissance.

La seule chose qui compte vraiment est d’adopter une politique convenable : il suffit d’accorder au secteur privé un peu de liberté (je veux dire par-là de donner un peu de respiration à l'écono... Poursuivre la lecture

Par Dan J. Mitchell, depuis les États-Unis.

Le marché libre et un État limité, voilà la formule gagnante de la croissance et de la prospérité. C’est même le seul moyen par lequel une nation pauvre peut devenir  riche. C'est cette politique qui a aidé l’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest à s’enrichir au XIXe siècle et c’est de cette façon que l’Asie s’est enrichie dans la deuxième moitié du XXe.

Inversement, aucun pays pauvre ayant mis en œuvre des politiques étatistes n'est devenu riche (c’est pourquoi aucun de mes amis de ... Poursuivre la lecture

Par Daniel J. Mitchell.

Il y a quelques jours déjà, je dénonçais une attaque infondée du New York Times contre les réformes favorables au marché menées avec succès par le Chili. Dans son éditorial, le journal affirmait que les riches sont les seuls bénéficiaires de la politique économique, ce qui est totalement insensé et faux. En effet, ayant visité le Chili il y a environ un an, j’ai produit une série de trois articles[1. Articles que l’on peut consulter ici, ici et ici (en anglais).] montrant que les moins favorisés sont les grands ... Poursuivre la lecture

Par Daniel J. Mitchell.

La guerre contre la drogue est une mauvaise chose. Non pas que chacun devrait en  consommer, mais plutôt parce que la prohibition nuit davantage à la société qu’elle ne l’améliore.

Plus encore, bien que je sois personnellement contre sa consommation, je défends le principe libertarien selon lequel chaque individu devrait être libre de disposer de son corps comme il l’entend, même pour des choses idiotes.

Les dernières recherches

Pour défendre cela d’un point de vue pragmatique, nous nous appuierons... Poursuivre la lecture

Par Daniel J. Mitchell, depuis les États-Unis.

Dans les quatre précédents articles de cette série, j'ai examiné les différentes formes que revêt aujourd’hui le socialisme au Venezuela, dans les pays nordiques, en Grèce et en France.

Et j'ai délibérément choisi ces pays parce qu’ils sont emblématiques de socialismes différents fondés sur des caractéristiques bien distinctes :

Le « social-libéralisme » dans les pays nordiques allie État-providence et économie de libre marché ; La social-démocratie dirigiste de la France se c... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles