La Suède dans l’UE : une implication frileuse

La Suède cultive une méfiance envers l’euro, l’UE et ses pays membres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Stockholm Suède CC flickr Let Ideas Compete

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Suède dans l’UE : une implication frileuse

Publié le 23 septembre 2015
- A +

Par Cassandre Lebouc 
Un article de Trop Libre

Stockholm Suède CC flickr Let Ideas Compete
Stockholm Suède CC flickr Let Ideas Compete

 

Il faut bien l’admettre, la Suède n’est pas le premier pays qui vient à l’esprit lorsque l’on pense à l’Union Européenne. C’est un État discret et assez peu investi dans l’UE. Mais cette impression n’est pas uniquement externe, puisqu’au sein même de la Suède l’appartenance à l’UE n’est pas un sentiment particulièrement développé.

Une adhésion à reculons

C’est seulement au début des années 1990 que la Suède revint sur sa décision de rester en dehors de la construction européenne. Ce refus a une origine historique, depuis la Campagne de Norvège en 1814, la Suède prône le principe de neutralité afin de préserver ses intérêts. Sa position neutre lors des Grandes Guerres l’a mise à l’écart des prémices de l’UE. Cependant la Suède a toujours œuvré au maintien de la paix et à la solidarité internationale (d’où son adhésion à la Société des Nations ainsi qu’à l’ONU, mais pas à l’OTAN).

C’est en 1994 que fut organisé le référendum suédois sur l’adhésion à l’UE. L’entrée dans l’Union fut votée, mais l’avance était relativement courte (52,3% de votes positifs). Cette victoire a été suscitée par la prise de conscience que la situation géographique et économique du pays pourrait tirer profit d’une participation à l’Union.

Préserver le modèle suédois

imgscan contrepoints 046 Suède

En plus de sa neutralité historique, la Suède cultive une méfiance envers l’UE et les pays membres (particulièrement les pays du Sud). Les Suédois sont en effet conscients d’être performants en termes d’économie, d’éducation, d’environnement, d’égalité des sexes, de service public, etc. Ils pensent que leur Welfare State est supérieur à celui des autres pays européens et souhaitent le préserver d’un éventuel « nivellement par le bas ».

Le refus de l’euro

Ce sentiment réticent se vérifie clairement avec le refus d’adopter la monnaie européenne. En 2003 lors du référendum sur l’entrée dans la zone euro, seuls 41,8% des votants se sont prononcés en faveur de celle-ci. Pourtant les principaux partis politiques avaient activement soutenu l’adoption de la monnaie unique, en accord avec les attentes des acteurs économiques qui y ont vu une opportunité d’agrandir leur marché. À l’inverse les opposants avaient mis en avant la meilleure santé économique de la Suède par rapport aux pays de la zone, marquée par une croissance plus importante et un chômage plus bas. À la crainte d’être touchée par la situation économique mitigée de la zone euro s’est ajoutée la crainte de devoir payer pour les autres États et, de cette manière, de réduire la performance de l’État-providence suédois en agissant négativement sur les dépenses publiques.

Par ailleurs, il faut rappeler que la Suède est un petit pays de 9 millions d’habitants, qui est représenté par seulement vingt députés au Parlement européen, les Suédois peuvent donc difficilement espérer influer sur les décisions législatives européennes, contrairement à la France ou l’Allemagne par exemple.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • la Suède avait également fait admettre qu’elle entrerai dans l’UE sous la condition qu’elle pourrait continuer à commercialiser le snus (tabac fermenté à « chiquer »)…

    2015 : impossible d’en importer de Suède vu que l’UE a changé les règles et que les lobbyistes de l’industrie du tabac à fumer sont passé derrière…

    rester en dehors de l’UE est la meilleure solution !

  • Historiquement la Suède a développé un HINTERLAND bien distinct de celui Europe continentale. Il est sage qu’elle veuille le maintenir plutôt que de verser effectivement dans le nivellement à tous égards !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a bien un déclin de la France au niveau de l’Europe et du monde, et une tentative de contrôle toujours grandissant de la Commission européenne sur les politiques nationales.

Selon Georgina Wright, « il faudrait déplorer à la fois le déclin du poids de la France au sein de l’Union européenne et la mainmise de Bruxelles sur la politique menée par Paris ».

Dans un article publié par Le Monde, Georgina Wright, directrice à l’Institut Montaigne déplore que les Français considèrent, à tort, que l’Europe serait la cause du « d... Poursuivre la lecture

Lors de la visite du président Xi Jinping en Europe, le rôle des liens entre la Chine et la Russie dans les relations de l'UE est examiné à la loupe.

Article original du South China Morning Post.

Lors de la conférence de presse conjointe avec M. Macron à Paris, M. Xi s'oppose aux critiques formulées à l'encontre de son pays en raison de ses liens étroits avec la Russie. L'Europe est préoccupée par la guerre en cours en Ukraine, et les relations Chine-Russie créent des défis supplémentaires", déclare un analyste du groupe de réflex... Poursuivre la lecture

L’inflation est un vol et le déficit fiscal est la cause de l’inflation. Voilà à peu près le message économique de Javier Milei après ses quatre premiers mois à la tête de l'Argentine et l'enregistrement du premier excédent fiscal depuis 2008 (de 275 millions de dollars contre toutes les prévisions). Réduction des transferts discrétionnaires aux provinces, des travaux publics et des bureaux politiques, le président revient sur les premières mesures engagées par son gouvernement. Alors que le chemin est encore long pour redresser le pays, ces ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles