L’alcool, un adjuvant essentiel dans l’évolution de l’humanité ?

Chez les primates, au contraire de la plupart des autres animaux, le fait de tisser des liens contribue à la cohésion sociale. C’est un rôle que remplit notamment le fait de boire un verre entre amis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prosit! By: Bill Rand - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’alcool, un adjuvant essentiel dans l’évolution de l’humanité ?

Publié le 29 août 2018
- A +

Par Thierry Godefridi.

De toutes les activités humaines déclenchant la production d’endorphines, la consommation d’alcool serait le moyen le plus effectif, selon un article, publié dans la section Life & Arts du Financial Times d’un récent week-end, du psychologue de l’évolution et anthropologue Robin Dunbar. Ce spécialiste du comportement des primates est connu pour avoir formulé le « nombre de Dunbar », 148, une mesure de la « limite cognitive du nombre de personnes avec lesquelles un individu peut avoir des relations stables. »

Pourquoi les humains boivent-ils de l’alcool alors que pour un certain nombre d’entre eux l’habitude conduit à la ruine sociale ?

Fraterniser grâce à l’alcool

« Comme les singes et humanoïdes, explique le chef du groupe de recherche en neuroscience évolutive et sociale du département de psychologie expérimentale de l’Université d’Oxford dans son article, l’humain est un être intensément social. Nous éprouvons un besoin pressant de fraterniser et sommes conscients que l’alcool nous y aide. »

Les amitiés nous protègent contre les menaces extérieures et les tensions internes et elles ont constitué un élément clef de l’évolution de l’espèce. Chez les primates déjà, au contraire de la plupart des autres animaux, le fait de tisser des liens contribuait à la cohésion sociale. C’est un rôle que remplit notamment le fait de boire un verre entre amis.

Ce n’est pas seulement parce que l’alcool supprime les inhibitions sociales mais aussi parce qu’il déclenche le mécanisme cérébral de production d’endorphines, ce neuropeptide opioïde endogène connu des joggeurs, un neurotransmetteur produit par le corps, qui procure une sensation de bien-être et qui a aussi un effet analgésique. Bref, l’alcool produit une douce euphorie qui permet à l’être humain de s’ouvrir à autrui suivant ce proverbe hérité de la sagesse antique, « in vino veritas ».

Producteur d’endorphines

Des nombreuses activités humaines qui produisent des endorphines (outre le jogging, il y aussi le rire, le chant, la danse, etc.), le fait de consommer de l’alcool semblerait l’une des plus efficaces, la preuve (a contrario) en étant le recours à la naltrexone, un inhibiteur utilisé à l’origine pour traiter les toxicomanies aux opiacés, dans le traitement de l’alcoolisme chronique.

En fait, les humains auraient avec l’alcool une longue association qui remonte à la préhistoire. Des résidus de fermentation ont été retrouvés dans des vases d’argile chinois remontant à plus de 8.000 ans par des archéologues. Un point de vue émerge parmi certains que la véritable raison de cultiver le blé et l’orge au Néolithique n’était pas de faire du pain (comme on le croyait) mais de préparer un gruau qui pouvait être fermenté.

Ce point de vue se fonde sur la constatation que les céréales cultivées à l’époque au Proche-Orient (comme l’épeautre) donnaient un pain très quelconque, par contre un excellent gruau susceptible de fort bien fermenter. (Le Néolithique débute au Proche-Orient dans le Croissant fertile vers 9.000 ans avant J.-C. Il atteint l’Europe vers 7.000 ans avant J.-C. et prend fin à partir de 3.300 ans avant J.-C. avec la généralisation de la métallurgie du bronze et l’invention de l’écriture. Source : Wikipedia)

L’histoire longue de l’alcool

« Si vous aviez le choix entre manger du pain insipide et spongieux et boire un bon verre de bière, hésiteriez-vous ? », demande Robin Dunbar. Si la production brassicole remonte au Néolithique, la consommation des fruits fermentant naturellement remonte sans doute à beaucoup plus loin encore. En effet, les éléphants tant en Afrique méridionale qu’en Asie montrent un penchant pour les fruits fermentés dont la consommation peut les plonger dans les vapes.

Relevant notamment une prédilection semblable chez les chimpanzés d’Afrique occidentale pour le vin de palme que les paysans laissaient fermenter dans les arbres, des primatologues ont formulé l’hypothèse que nous partagerions avec les singes une modification génétique qui daterait d’il y a 12 millions d’années et qui nous permet d’assimiler l’alcool dans les fruits trop mûrs.

Si ce n’est le cas pour les éléphants et les chimpanzés, pour les humains, en tout cas, l’alcool tient un rôle dans la fête et la fête est essentiellement une manifestation sociale, source d’amitiés et donc de bienfaits cachés puisqu’il est désormais avéré que les amitiés suscitent une meilleure résistance aux aléas de la vie, un surcroît de bonheur et de santé et une plus grande longévité.

Retenez néanmoins que le jogging vous procure aussi des endorphines avec les mêmes bienfaits et que pour toute activité d’ordre biologique l’excès est à proscrire. Pour rappel, le nombre de Dunbar est de 148. Il n’est toutefois pas précisé si ce nombre s’applique également à celui de vos amis sur Facebook.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Oui c’est tout à fait réaliste, il y a peu encore quelle peuplade ne possèdait pas son tord boyau maison.

  • l’alcool , c’est chouette , quand on boit juste de quoi se griser un peu ; le problême à notre époque , c’est que ça tourne souvent à la beuverie et ça se termine en bagarre , voire pire ; bonjour l’évolution …..

    • c’est devenu une convention sociale, pour s’intégrer ou s’amuser il faut absolument boire plus que de raison et finir bourré..et c’est là le problème.

    • Où est la nouveauté là-dedans ? Bien que n’ayant aucune étude sur le sujet je suis à peu près certain qu’il y a 10000 ans il y avait déjà des gens qui rigolaient quand ils étaient bourrés, d’autres qui devenaient violents, et d’autres encore qui s’endormaient, comme aujourd’hui. Et je ne vois pas pourquoi il n’y aurait pas eu des alcooliques non plus.
      Bref, enlevez le « à notre époque », ça sera sans doute plus vrai.

  • Vous oubliez le rôle essentiel de l’alcool ,soigner le corps avec comme effet secondaire de soigner l’esprit….avec modération bien sur

  • Reste qu’il est beaucoup plus difficile de tisser du lien social en faisant son jogging (ne serait ce que parce qu’il est difficile de parler et de courir en même temps) qu’en fréquentant les bistrots…

  • Quoi de plus merveilleux que de partager un ver de vin avec un(e) ami(e).

    Pour ce qui me concerne le vin est gustatif, esthétique, festif, amical, familial, religieux, spirituel.

    Avec le blé, le vin est la plus belle chose que nous donnent la terre et les Hommes, surtout le Bourgogne ! 🙂 🙂 🙂

  • vin de palme

    Attention, vous allez réveillez la bête du Gévaudan, euh du Poitou … 😉

  • Comment ? L’assimilation de la molécule d’alcool remonterait plus loin que celui du lait (pour un adulte) ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La chute aussi fracassante que frauduleuse de la start-up médicale américaine Theranos et de sa dirigeante-fondatrice Elisabeth Holmes, 38 ans, qui vient d’être condamnée à 11 ans de prison, pourrait facilement accréditer la thèse de la « myopie du marché » chère aux planistes et aux partisans de l’État stratège.

Que dit la thèse en question ?

Qu’une transaction entre un acheteur et un vendeur, réalisée à un moment donné, à un prix donné, pour un produit donné, s’efface des mémoires dès sa conclusion et se révèle en conséquence ... Poursuivre la lecture

Par Ugo Stornaiolo S.

Un essai de Hans-Hermann Hoppe explique que pour Robinson Crusoé, naufragé isolé, "la question des règles de conduite humaine ordonnée", de la coopération sociale, "ne se pose tout simplement pas", mais lorsque "Vendredi, arrive sur l'île", pour la première fois, Crusoé doit interagir avec quelqu'un d'autre, soit en concurrence, soit en coopération pour des ressources rares.

Comme un conflit est possible, ils doivent maximiser l'efficacité de leurs interactions, ce qui signifie qu'ils doivent agir rationne... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

L'amer Picon d'Algérie

Le Picon nous renvoie à une page coloniale de l'histoire de France, celle où l'Algérie était intégrée au territoire national et où les soldats mouraient de dysenterie et d'eau contaminée. Dans le désert saharien, la soif est une contrainte perpétuelle et les eaux sont très souvent impropres et tuent les corps en transportant de nombreuses maladies. Envoyé en Algérie au début des années 1830, Gaétan Picon découvre le paludisme et les fièvres qui rongent de nombreux soldats.

Lui aussi ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles