Pénurie de bière au Venezuela !

La pénurie de bière au Venezuela est le résultat direct de la politique économique menée par le président Nicholas Maduro, déjà menacé par un référendum révocatoire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pénurie de bière au Venezuela !

Publié le 5 mai 2016
- A +

Par Ed Krayewski.
Un article de Reason.

La pénurie de bière au Venezuela est désormais réalité
By: JennyCC BY 2.0

La plus importante entreprise privée brassicole vénézuélienne a cessé sa production de bière après être arrivée à court d’orge malté (ou, plus précisément, après être parvenue à court de devises étrangères utilisées pour l’achat d’orge malté). Le pays rencontre désormais une pénurie de bière aggravée.

L’entreprise, Empresas Polar, a arrêté sa production ; elle avait prévenu la semaine passée qu’elle arriverait à court d’orge malté d’ici là.

Polar met « la prévision politique préférée de votre oncle ivre » à l’épreuve, écrit Francisco Toro des Chroniques de Caracas. « Vous voyez ce dont je parle n’est-ce pas ? Cet oncle à vous qui s’enivre à chaque réunion de famille et qui commence à grogner sur le fait que la seule façon de rendre le peuple suffisamment fou pour qu’il prenne d’assaut les rues et renverse le gouvernement est de le confronter à une pénurie de bière. Hé bien vous voilà satisfait, Tio ».

Accès insuffisant aux devises étrangères

Polar dit avoir alerté le pays depuis un an au sujet de la nécessité d’un accès suffisant aux devises étrangères « pour maintenir la production de ce que demandent les Vénézuéliens ».

La bière rejoint maintenant une longue liste de produits et aliments en pénurie au Venezuela socialiste depuis l’effondrement du prix du pétrole et le refus étatique de relâcher sa main-mise sur l’économie.

Le Venezuela a été victime de pénuries d’à peu près tout depuis plusieurs années. Dans cette liste non exhaustive, on retrouve : piles, bœuf, pilules contraceptives, eau de javel, laiton, pain, implants mammaires, beurre, fromage, poulet, chocolat, fer à repasser, café, cercueils, lait condensé, préservatifs, huile de maïs, désodorisant, détergents, couches, œufs, assouplissants textiles, poissons, farine, frites, fruits, gaze, houblon, crème glacée, insecticide, confitures, jus de fruits, lentilles, margarine, biscuits, maquillage, mayonnaise, gants médicaux, lait, rince-bouche, moutarde, serviettes, flocons d’avoine, olives, pan de jamón, pâtes, pois, porc, lait en poudre, raisins secs, rasoirs, riz, serviettes hygiéniques, hosties, sardines, satin, shampoing, chaussures, lait écrémé, savon, sodas, sucre, huile de tournesol, pneus, papier hygiénique, brosses à dents, dentifrice, vernis, légumes, eau, vin, et plus encore.

Sur le web

Voir les commentaires (48)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (48)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Augustine Atry. Un article de The Conversation.

Le 3 novembre 2021, le bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (ci-après « CPI » ou « Cour ») a décidé d’ouvrir une enquête sur les crimes contre l’humanité qui auraient été commis depuis 2017 sur le territoire de la République bolivarienne du Venezuela. Aucune enquête de ce type n’avait encore été ouverte concernant un État américain depuis la création de la Cour.

Le lancement de cette procédure ne signifie pas que des individus seront nécessairement jugés, mais s... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Martin.

Il y a tout juste cent ans Lénine initiait une « Nouvelle Politique Économique », après quelque trois ou quatre années de catastrophe collectiviste suite à la Révolution rouge en Russie. Il s’agissait d’éviter l’écroulement de la nouvelle Union soviétique, en acceptant un compromis : la réintroduction très partielle de la propriété privée et du commerce. Ces mesures, ainsi que le marché noir, mais évidemment aussi une effroyable et impitoyable répression permettra de faire tenir le système durant près de soixante-d... Poursuivre la lecture

Par Laurent Sailly.

En septembre 2019, face à la détérioration de la situation politique au Venezuela, le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies a confié à Marta Valiñas, juriste spécialisée dans les questions relatives à la justice internationale, la mission de faire la lumière sur les accusations portées par l’opposition vénézuélienne à l’encontre de Caracas, et ce depuis la mort de Hugo Chavez en 2013.

Un précédent rapport rédigé par des experts mandatés par l’Organisation des États américains avait déjà porté de lou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles