Financement des infrastructures et écotaxe : halte à l’intox !

Portique ecotaxe à Angoulins sur mer by thierry Liansades (CC BY-NC-ND 2.0) — thierry Liansades, CC-BY

L’écotaxe sera-t-elle de retour ? L’entretien et l’agrandissement du réseau routier sont pourtant déjà très largement financés par le contribuable automobiliste.

Par Kevan Saab.

La France possède le réseau routier le plus étendu d’Europe, rien de surprenant étant donné que notre pays est aussi le plus étendu d’Europe occidentale.

Les infrastructures routières : combien ça coûte ?

Évidemment, l’entretien et l’agrandissement d’un tel réseau nécessite des investissements annuels importants, ainsi, le European Road Network estime dans son rapport annuel à 11 942 M€ les investissements totaux annuels  publics et privés  en France dans l’expansion et l’entretien du réseau. Pour mettre cette somme en perspective, on pourrait dire qu’elle représente plus ou moins 0,5% du PIB français, ou grosso modo l’équivalent de 1% de la dépense publique en France (et encore certaines de ces dépenses sont encourues par les compagnies d’autoroutes).

Les automobilistes : combien ça rapporte ?

Les automobilistes et les transporteurs routiers étant les principaux utilisateurs de ces infrastructures, on est en droit de se demander combien ces usagers de la route font rentrer dans les caisses de l’État pour les 12 milliards de dépenses annuelles qu’ils génèrent. Voilà donc le compte-rendu détaillé pour l’année 2010 :

Sans compter les retombées économiques annexes générées par les utilisateurs de la route, ces derniers payent sous forme de taxes diverses et variées près de 3,5 fois le prix de tous les investissements routiers annuels en France !

Avant d’imposer une nouvelle taxe sur les usagers de la route, eux qui ont déjà largement été mis à contribution ces dernières années, au prétexte d’améliorer les infrastructures qu’ils utilisent, commençons par retrouver la trace des 40 Md€ annuels qu’ils font entrer dans les caisses publiques.

Article publié dans une première version en novembre 2013.