Le climat contre les libertés individuelles

Quel constitutionnaliste pour rappeler que notre loi fondamentale n’a pas pour fonction d’afficher une vertu fût-elle écologiste mais d’organiser la répartition des pouvoirs ?

Par Benoît Rittaud.

Les projets de dictature écologiste avancent désormais à visage découvert, et les garde-fous sociétaux n’opèrent plus : impossible d’éviter ce constat en lisant le titre de l’interview du climatologue François-Marie Bréon dans Libération du 29/07 : « La lutte pour le climat est contraire aux libertés individuelles ».

Ce titre seul pourrait laisser croire à une grille de lecture de bon aloi pour évaluer tel ou tel projet de loi écologiquement punitif. Hélas, c’est tout le contraire : pour lutter contre l’évolution du climat, l’interviewé s’affiche comme favorable à une restriction des libertés individuelles.

Le plus inquiétant est qu’il puisse ainsi le faire dans un quotidien national sans susciter une levée de boucliers. La phrase complète dont le titre est issu est pourtant encore plus claire : « On peut dire que la lutte contre le changement climatique est contraire aux libertés individuelles et donc sans doute avec la démocratie. »

Entendant cette affirmation, la journaliste a-t-elle un mouvement de recul, un mot pour inciter à pondérer un propos si évidemment dangereux ? Que nenni : les questions de démocratie et des libertés individuelles étant probablement secondaires, l’entretien se focalise aussitôt après sur la très grave question de la climatisation — évidemment mère de tous les vices puisque consommatrice d’énergie.

En route vers la climatocrature

On pourra se rassurer en se disant que cette interview n’est que l’une de ces perles collectionnées par temps de chaleur dans certains journaux en manque de sujets, et que tout cela disparaîtra aux premiers frimas. Mais on peut aussi y voir l’illustration d’une faiblesse préoccupante du corps social, silencieux devant un appel à instituer ce qu’il faudrait bien appeler une climatocrature.

Sans réaction des citoyens, la climatocrature progresse lentement mais sûrement. Il y a trois ans, Cécile Duflot proposait d’inscrire la lutte contre les changements climatiques dans la Constitution. Personne n’y avait prêté attention. Aujourd’hui, la réforme constitutionnelle se prépare à donner satisfaction à l’ex-ministre du Logement de façon spectaculaire : c’est rien de moins que l’article premier qui doit être défiguré pour y mentionner la « lutte contre le changement climatique ».

Qui pour questionner l’opportunité d’une telle modification ? Personne. Quel constitutionnaliste pour rappeler que notre loi fondamentale n’a pas pour fonction d’afficher une vertu fût-elle écologiste mais d’organiser la répartition des pouvoirs ? Aucun.

Le fait est que nous avons perdu toute capacité collective à mener un débat normal sur le climat. Chacun demeure tétanisé à la perspective que le plus léger questionnement de la doxa climatique ou de ses implications (transition énergétique, politique environnementale, diplomatie climatique…) lui colle aussitôt sur le front l’étiquette d’inconscient, d’égoïste, et pourquoi pas de négationniste.

Est-il encore temps de reprendre la main, ou n’est-ce plus qu’une question de temps avant l’instauration de cette climatocrature qui solderait les libertés publiques « pour le bien de la planète » ? Pour que l’église soit remise au milieu du village, commençons peut-être par réautoriser à chacun l’exercice de son esprit critique, sans aussitôt lui jeter un Trump à la figure. Songeons aussi à faire en sorte que la qualité de climatologue n’offre plus de protection morale à ceux qui affichent leur volonté de s’en prendre à nos valeurs.

Que notre monde devienne plus chaud ou pas, et que nous en soyons responsables ou pas, nous avons le droit imprescriptible de rester libres.

Sur le web