La réforme de l’ISF se noie : les yachts changent de cap

Le gouvernement français aurait oublié un paramètre fondamental dans sa taxe sur les yachts : un yacht est un moyen de locomotion. Il est donc simple de le faire changer de port, en particulier en Méditerranée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réforme de l’ISF se noie : les yachts changent de cap

Publié le 21 juillet 2018
- A +

Par Jonathan Frickert.

Mardi dernier, le rapporteur de la Commission des finances de l’Assemblée nationale a présenté le très attendu rapport d’application de la loi fiscale. Un rapport évaluant la première loi de finances du Nouveau Monde macronien dont l’avatar n’est autre que la réforme de l’ISF.

Pourtant, ce rapport est accablant, puisque la surtaxation des yachts n’a rapporté que 82500 euros contre 10 millions prévus.

L’occasion de comprendre un nouveau flop fiscal.

De l’usine à gaz au flop fiscal

Né en 1982, l’ISF était le premier avatar de la majorité socialiste. Supprimé sous le gouvernement Chirac de 1986, il revient trois ans plus tard et manque même d’être augmenté lorsque l’ancien Premier ministre prend la tête de l’État.

Depuis, seul le bouclier fiscal, tant décrié et mis en place par Nicolas Sarkozy, faisait office de mesurette visant à combler le symbole de la folie fiscale française, d’autres pays européens privilégiant une imposition moins gourmande.

Avec l’arrivée d’Emmanuel Macron à la tête de l’État, beaucoup espèrent une révolution fiscale. Celle-ci entre en vigueur le 1er janvier de la présente année, avec la transformation d’ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Nombre de députés de la majorité, issus du Parti socialiste, étaient favorables à une taxation des signes extérieurs de richesse tels que les yachts, lingots d’or et voitures de luxe. Une manière bien française de cacher un argent qu’on ne saurait voir. Une manie que l’essayiste Pascal Bruckner définit très justement comme une vengeance symbolique.

Refusé par le gouvernement, celui-ci consent à instaurer des surtaxes. Les yachts sont ainsi destinés à rapporter près de 10 millions d’euros. Une façon de faire passer la fin de l’ISF auprès de l’opinion publique.

Un rapport présenté par le rapport du budget, favorable à la nouvelle taxation, montrerait que cette imposition n’aurait rapporté que 82 500 € sur les 5 premiers mois.

Au final, sur les 3 000 yachts immatriculés en France, seuls 7 auraient été touchés par la mesure, dont 6 yachts étrangers ayant subi une augmentation des droits de passeport, et 1 navire français dont le propriétaire aurait payé 7 500 € de droit de francisation.

En effet, le gouvernement français aurait oublié un paramètre fondamental : un yacht est un moyen de locomotion. Il est donc simple de le faire changer de port, en particulier en Méditerranée.

L’illisibilité fiscale en marche

Derrière le caractère profondément risible de cette bourde législative, il serait plus que temps que nos gouvernants écoutent les recommandations des fiscalistes en proposant un impôt à taux bas, avec une assiette large et surtout lisible pour le contribuable. Des critères qui semblent avoir été pris en compte s’agissant de la flat tax sur les dividendes dont nous ne manquerons pas d’évoquer les résultats.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Je crains qu’il n’y ait jamais eu d’attente de rendement pour la taxe yachts : elle n’avait qu’un objectif de communication politique visant à atténuer la suppression de l’ISF, non de rendement fiscal.

  • Et ça, c’est ce que l’on voit (après coup). Ce qu’on ne voit pas (encore), c’est la baisse d’activité économique autour des yachts, des ports, etc, qui assurément représentera bien plus de 82500 €…

  • Flop fiscal, mais surtout horreur économique. Renseignez-vous auprès des commerçants autour des ports !

  • roven- alors, c’est pire

  • L’impôt est une agression et une pénalité contre la propriété acquise et produite, qui conduit nécessairement à une réduction de la création de richesse incorporée dans cette propriété, et à un abaissement du niveau général de vie. L’impôt est un transfert forcé, non consenti, d’actifs patrimoniaux.- Jean-Baptiste Say

    • @ gouflo
      Ben oui! Les Français détestent les plus riches qu’eux! Donc ces plus riches émigrent ou vont mouiller leur coque sous un autre pavillon! Logique, non?

  • Il ne faut pas demander à nos énarques d’être intelligents, c’est hors de leur portée. C’est bien la démonstration de leur imbécillité. Pareille pour l’économie, ils n’ont toujours pas réussi, malgré la cagnotte Jospin de 1997, que la croissance rapporte plus d’argent dans les caisses de l’état.

  • C’est là où on comprend que le « en même temps » macronien (on supprime l’ISF et en même temps on garde/crée l’IFI et on taxe les SER) est une sacrée lâcheté doublée d’une belle connerie.
    Il fallait supprimer totalement l’ISF ou à la rigueur garder l’ISF-PME si l’on créait l’IFI.
    Pour avoir voulu garder moins d’un milliard de recettes et faire de la gesticulation politique sur les SER qui nous ramene plus de 3 decennies en arrière, le gouvernement, le rapporteur Giraud etc se sont ridiculisés.

  • Halte au massacre !
    ISF ou IFI même combat, Savourez bien vos taxes & impôts…

    Comme pour la monarchie française l’excès sera leur fin !
    Merci pour votre l’article

  • D’après un journal allemand, UN SEUL contribuable a payé cet impôt, d’où une franche rigolade sur l’amateurisme des nouveaux députés LREM…

  • vous êtes surpris de Jupiter et de sa clique !!!
    le Dictateur Démocrate ça c’est nouveau que sera la nouvelle ère politique ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles