Pour Macron, les réformes, c’est toujours plus d’État

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Presidencia de la República Mexicana - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour Macron, les réformes, c’est toujours plus d’État

Publié le 20 juillet 2018
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Ce qu’on appelle réformes en France sous Emmanuel Macron signifie « encore plus d’État ». L’IREF avait donné l’alerte il y a un an déjà. L’assurance chômage devient la propriété de l’État qui décide qui seront les bénéficiaires. On la nomme improprement assurance car elle devient un droit comme l’a précisé la ministre Pénicaud.

Le gouvernement propose la réforme du système des HLM, ce qui serait une bonne initiative. Sauf qu’il la confie à la Caisse des dépôts, organisme archaïque et monopolistique, véritable rentier de l’État français, sans équivalent à l’étranger. La réforme du logement social devrait plutôt passer par les privatisations et l’ouverture à la concurrence.

Reprise des caisses complémentaires

De même, dans le domaine des retraites, l’État s’apprête à prendre le contrôle des… caisses complémentaires. Le haut fonctionnaire Christian Charpy (anciennement directeur de Pôle Emploi) doit soumettre un projet en ce sens dans le cadre du prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019.

Dans le régime unique envisagé par Macron, les régimes complémentaires du privé seraient adossés au régime général : la Sécurité sociale bénéficierait ainsi des dizaines de milliards (70 Md€ pour Agirc-Arrco) de réserves des caisses de retraite ! Comme l’assurance chômage, la retraite sera un système unique géré par l’État.

Loin de réformer, le macronisme engraisse un État obèse et déresponsabilise les Français. Tout cela aura de lourdes conséquences sur l’économie française.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Un sondage (Smartvote) fait en Suisse, le 19 août 2019, révèle que la majorité des candidats à la députation est en faveur d’un recul de l’âge de la retraite à… 67 ans. Impensable ici. Pourtant, s’il y a une chose à expliquer dans cette période de consultation sur la loi retraite, c’est comment s’en tirer, chez nous, sans bouger significativement l’âge de la retraite ni augmenter la durée de cotisation ?

Surcharge pour les entreprises

Rappelons quelques faits. En 1983, quand Mitterrand a lancé l’idée de la retraite à 60 ans, il y avait... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles