Pour Macron, les réformes, c’est toujours plus d’État

Loin de réformer, le macronisme engraisse un État obèse et déresponsabilise les Français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour Macron, les réformes, c’est toujours plus d’État

Publié le 20 juillet 2018
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Ce qu’on appelle réformes en France sous Emmanuel Macron signifie « encore plus d’État ». L’IREF avait donné l’alerte il y a un an déjà. L’assurance chômage devient la propriété de l’État qui décide qui seront les bénéficiaires. On la nomme improprement assurance car elle devient un droit comme l’a précisé la ministre Pénicaud.

Le gouvernement propose la réforme du système des HLM, ce qui serait une bonne initiative. Sauf qu’il la confie à la Caisse des dépôts, organisme archaïque et monopolistique, véritable rentier de l’État français, sans équivalent à l’étranger. La réforme du logement social devrait plutôt passer par les privatisations et l’ouverture à la concurrence.

Reprise des caisses complémentaires

De même, dans le domaine des retraites, l’État s’apprête à prendre le contrôle des… caisses complémentaires. Le haut fonctionnaire Christian Charpy (anciennement directeur de Pôle Emploi) doit soumettre un projet en ce sens dans le cadre du prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019.

Dans le régime unique envisagé par Macron, les régimes complémentaires du privé seraient adossés au régime général : la Sécurité sociale bénéficierait ainsi des dizaines de milliards (70 Md€ pour Agirc-Arrco) de réserves des caisses de retraite ! Comme l’assurance chômage, la retraite sera un système unique géré par l’État.

Loin de réformer, le macronisme engraisse un État obèse et déresponsabilise les Français. Tout cela aura de lourdes conséquences sur l’économie française.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles