Ce qui se cache derrière l’accord entre Donald Trump et Kim Jong-Un

Donald Trump, qui vient d’infliger un véritable camouflet à ses partenaires du G7, essentiellement européens et canadiens, veut entrer dans l’histoire comme celui qui aura obtenu un accord historique et fait rentrer dans le rang un régime voyou.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
President Trump returns By: The Epoch Times - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce qui se cache derrière l’accord entre Donald Trump et Kim Jong-Un

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 juin 2018
- A +

Par Dominique Philos.

Nous avons tous assisté à la rencontre, à Singapour, entre le dictateur de l’un des pays les plus fermés du monde, et le représentant de la première puissance mondiale.

Au-delà de la mise en scène évidente, on nous présente la signature d’un document comme un accord historique …

Examinons la situation.

D’un côté, nous avons M Kim qui dirige d’une main de fer un tout petit pays de 25 millions d’habitants mis au banc des nations où l’on sait à peine ce qui s’y passe et qui, à force d’efforts engagés déjà du temps de son père (M Kim) et de privations pour son peuple, a réussi le double objectif d’une part d’obtenir l’arme nucléaire et d’autre part des missiles intercontinentaux qui lui permettraient de porter le feu nucléaire sur le territoire des USA.

De ce fait, la Corée du Nord est entrée dans le club très fermé des puissances nucléaires et a provoqué, si ce n’est la sympathie, au moins un respect craintif dû aux méchants.

La démarche de M Kim ne s’est pas faite par hasard et résulte du fait qu’il a tiré les conséquences de ce qui est arrivé à Saddam Hussein et Kadhafi. Il a voulu sécuriser son régime, sa personne et son pouvoir et il sait qu’il n’y a qu’une seule chose qui le lui permette : l’arme nucléaire.

Il faut reconnaître qu’il y est parfaitement arrivé !

De l’autre côté, nous avons un individu que j’ai du mal à qualifier tant il semble incohérent, imprévisible, grossier mais qui dirige la première puissance mondiale. M Trump.

Et M Trump vient d’accorder à la Corée du nord ce qu’il vient de refuser à l’Iran … alors qu’il ns’est pas établi que ce dernier soit en mesure de posséder l’arme nucléaire, et alors même qu’il était prêt à toutes les concessions et tous les contrôles de sécurité.

Est-ce bien raisonnable ou même simplement cohérent ?

Une partie d’échecs

Cet étrange arrangement est en fait une partie d’échecs dans laquelle il y a surtout beaucoup d’arrières pensées.

– M Kim acquiert à l’occasion une stature internationale en se hissant à la hauteur des USA et sécurise son régime… sans rien céder,

– M Trump, qui vient d’infliger un véritable camouflet à ses partenaires du G7, essentiellement Européens et Canadiens, veut entrer dans l’Histoire comme celui qui aura obtenu un accord historique et fait rentrer dans le rang un régime voyou.

Tout cela n’est en fait au mieux que de la gesticulation médiatique et au pire un marché de dupes.

En effet, M Kim ne concède rien et ne concèdera rien… ni maintenant ni demain ni plus tard, car les moyens militaires et logistiques dont il dispose sont son assurance sur la vie pour les 50 prochaines années.

M Trump n’a rien obtenu mais il fait comme à son habitude : il fanfaronne et crie victoire après avoir menacé (il appelait M Kim rocketman), puis négocié, puis à nouveau vitupéré à l’encontre de M Kim. En fait, ces gesticulations sont essentiellement à usage électoraliste et à destination de son électorat car des élections de mi-mandat se tiennent à la fin de l’année aux USA. Le but est avant tout de faire croire à son électorat qu’il agit et qu’il est efficace.

Or, concernant M Kim, rien ne nous dit qu’il possède réellement les vecteurs stratégiques de nature à lui permettre de frapper en n’importe quel endroit de la planète car une chose est d’avoir une bombe nucléaire et un missile et autre chose est de faire entrer la bombe dans le missile car il faut pouvoir la miniaturiser.

Un missile ne peut emporter qu’une charge de quelques centaines de kilos (300) alors que nous devons nous rappeler que les premières bombes nucléaires américaines lancées sur le Japon en 1945 pesaient plusieurs tonnes ! (Fat man 4.54 tonnes et Little Boy 4.40 tonnes).

Il n’y a pas de difficulté technique particulière à fabriquer une grosse bombe à partir du moment où vous disposez du combustible enrichi ; par contre il en existe une, et sérieuse, à en obtenir la miniaturisation pour qu’elle puisse ensuite être expédiée par un vecteur autonome de type missile.

La Corée gagne la première manche

M Kim a donc joué aux échecs et il a remporté la première manche car il a gagné une stature mondiale en négociant d’égal à égal avec la première puissance mondiale, tout en laissant Trump fanfaronner et crier victoire, sans que l’on sache exactement ce qu’il a entre les mains, ni si cela est utilisable dans le cadre d’un conflit.

Et on attendra longtemps pour savoir exactement ce qu’il en est… sauf trahison d’un membre de son entourage.

Question subsidiaire : pourquoi donner un tel statut à la Corée du nord et avoir refusé toute négociation avec l’Iran ?

La Corée du nord ne représente rien, elle n’a rien à vendre et ne possède pas de ressources cachées dans son sous sol. Elle est juste un avatar anachronique de la Guerre froide, une espèce de satellite indocile de la Chine ; laquelle préfère l’avoir à sa frontière plutôt que des bataillons US (il y a 28.000 soldats américains en Corée du sud). Elle a une attitude menaçante mais, en fait, elle ne menace personne ; elle veut juste se protéger.

La situation est toute différente pour l’Iran  :

– l’Iran est impliqué dans le conflit syrien et fournit des troupes et des armes à plusieurs pays de la région. Il tend donc à étendre son influence dans tout le Moyen-Orient et représente de ce fait une menace très importante pour Israël et pour l’Arabie saoudite ; notamment parce que ses dirigeants n’ont jamais fait mystère de leur souhait de la destruction de l’État hébreu et parce que, chiites, ils détestent tout autant la monarchie sunnite d’Arabie qu’ils voudraient aussi détruire.

– Or, Israël, qui peut compter sur l’aide indéfectible des USA, ne peut pas accepter que l’Iran possède la bombe atomique (bien qu’il la possède lui-même) au nom de la menace sous-jacente représentée par le régime des mollahs ; sans que l’on connaisse d’ailleurs exactement les buts poursuivis par l’Iran qui a toujours prétendu ne vouloir développer sa technologie nucléaire que dans un but exclusivement civil.

On peut évidemment en douter et on ne peut donc que donner raison à Israël car les contrôles effectués par l’AIEA (agence internationale de l’énergie atomique) peuvent fort bien ne pas détecter les sites de construction d’une arme nucléaire. Les Israéliens ont d’ailleurs une très bonne expérience en la matière puisqu’ils ont eux-mêmes réussi à berner tous les contrôleurs expédiés chez eux pour s’en assurer et ont donc réussi à fabriquer leur armement nucléaire avec l’aide des Français !

– la volonté des Européens de maintenir en vigueur le traité passé avec l’Iran peut d’ailleurs apparaître, dans une certaine mesure, comme relativement angélique pour les raisons exposées ci-dessus car c’est finalement prendre un grand risque que de parier sur la bonne foi et la bonne volonté des dirigeants iraniens de « jouer le jeu » et de faire preuve de transparence alors que les sites utilisés sont secrets, disséminés et enterrés.

Silence sur le problème économique

Toutefois, dans cette affaire, l’aspect économique est totalement passé sous silence alors qu’il est fondamental.

Les Européens avaient un intérêt économique évident à renouer des relations commerciales avec l’Iran pour acheter son gaz, son pétrole et lui vendre des biens de consommation et d’équipement.

Or, M Trump, qui a décidé de rendre l’Amérique great again, a décidé que cela ne se ferait pas…

On sait qu’il veut utiliser les rapports de force pour imposer sa volonté, n’ayons pas peur des mots, à la planète entière ! Il n’envisage d’ailleurs ses relations avec les autres pays qu’en termes de rapports de force.

Il a donc décidé d’imposer ses vues aux Chinois (mais là c’est assez difficile), aux Mexicains, aux Canadiens et aux Européens qu’il considère d’ailleurs avec mépris au mieux comme quantité négligeable et au pire comme des concurrents qu’il faut éliminer par… tous les moyens.

De ce fait, il n’hésite pas à exploiter la loi américaine qui présente une caractéristique unique au monde : son applicabilité en dehors du territoire des USA pour des motifs variables mais dont le principal est celui de l’utilisation du dollar dans les échanges internationaux.

En effet, les USA considèrent que tout dollar utilisé ou dépensé à quelque endroit de la planète sera compensé un jour ou l’autre aux USA ; c’est-à-dire qu’il reviendra aux USA. C’est ce qu’on appelle l’application extra –territoriale de la loi US ; laquelle stipule que l’utilisation de la monnaie américaine emporte de facto l’obligation implicite de se soumettre à la loi américaine.

Or, l’Iran faisait l’objet de sanctions internationales sur lesquelles le président Obama avait consenti à revenir parce que… lui aussi il voulait laisser sa place dans l’histoire.

La loi du plus fort

Dès lors, Trump n’a pas hésité à s’asseoir sur la signature de son pays (les USA avaient donné leur accord pour la fin des sanctions) au mépris du droit international pour n’appliquer que la loi du plus fort.

Évidemment, en raison du maintien ou plus exactement de la réactivation des sanctions américaines, aucune entreprise au monde ne peut, sans encourir d’énormes sanctions financières ainsi que la fermeture du marché US, se permettre de contrevenir à cet embargo décrété unilatéralement par les USA ; et ce risque n’est pas une vue de l’esprit car l’amende colossale de 11 Md$ appliquée à la BNP est encore dans toutes les mémoires (la BNP était intervenue dans des opérations commerciales avec l’Irak, l’Iran, le Soudan qui étaient sous embargo).

On en connaît le résultat immédiat : le pétrolier Total et le constructeur Peugeot vont cesser toutes activités avec l’Iran.

Trump a éliminé deux concurrents d’un coup sur une simple signature.

Mais ce n’est pas tout.

L’Allemagne, qui est un gros exportateur vers les USA et que Trump voudrait faire plier, se trouve aussi pénalisée, avec Total qui a beaucoup investi sur ce projet (1 Md€), parce qu’elle comptait mettre en service un gazoduc entre l’Iran et l’Europe de l’ouest, (dénommé South Pars), qui lui aurait permis d’échapper au monopole du gaz russe, et à un éventuel chantage russe.

En fait, cela entre parfaitement dans le cadre de la stratégie de Trump de casser les reins de ses concurrents et, pour cela, tous les coups sont permis puisque, du fait la décision unilatérale des USA, l’Iran, qui possède l’un des plus gros sites gaziers de la planète, ne peut plus exporter ni son gaz ni son pétrole ; et les Européens ne peuvent pas diversifier leur approvisionnement, ou alors avec… les producteurs américains de gaz de schiste.

Accessoirement, Trump escompte que la population iranienne va se lasser de ces sanctions et renverser ce régime des mollahs honni des Américains, notamment parce qu’ils ont été humiliés en 1979 (M Carter était alors président) lors de la prise d’otages de l’ambassade US de Téhéran.

Vous le voyez donc, les intérêts sont complexes, il convient de toujours rechercher les véritables motivations des actions des États.

Trump d’un côté veut se faire passer pour le sauveur de la planète avec ses gesticulations coréennes pendant qu’il use de tous les coups tordus pour éliminer des concurrents réels ou seulement potentiels en brandissant une hypothétique menace nucléaire alors que le but poursuivi est surtout de bloquer les concurrents européens sur le marché mondial du gaz et du pétrole.

On a beau nous parler de transition énergétique, la guerre du pétrole et de l’énergie a encore de beaux jours devant elle…

Nous assistons clairement à un changement, à la fois dans les relations entre États et règles du commerce international avec ce résultat pour l’instant peu satisfaisant qu’il n’y a désormais plus aucune règle hormis la volonté de domination absolue des USA par application de la loi du plus fort.

Il ne faut pas se faire d’illusions et nous devons apprendre à ne plus compter sur les Américains (du moins pour l’instant). Il nous appartient, Européens, de nous organiser aussi bien politiquement, économiquement que militairement pour faire bloc face à cette nouvelle adversité car individuellement nous ne représentons rien, et cela Trump le sait.

America is back mais il n’est pas certain que ce soit une bonne chose que cela se passe dans ces conditions.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Il applique la politique du plus fort ,c’est évident, mais pouvait -il faire autrement après la politique de son prédécesseur qui tendait à affaiblir pour raisons idéologiques les USA !

    • Je ne suis pas certain que son prédécesseur ait vraiment joué un jeu en faveur des européens. Au contraire je pense que Trump manque de finesse et qu’il pourrait presque réussir l’impossible à fédérer les autres contre les US.
      Heureusement il peut compter sur l’envie des européens de se tirer d’abord les uns sur les autres, ce à quoi les américains travaillent depuis de nombreuses années.
      Trump utilise la force des US, construite par ses prédécesseurs, sans jamais travailler à la consolider. Ça peut fonctionner… par hasard.

  • Et bien moi j’y vois absolument pas un jeu d’échec : Kim à été propulsé dictateur , alors que 2 semaines avant il étudiait en Suisse , jouait à la console et bouffait du macdo.
    Le choc à certainement du être rude et il à fallu s’adapter pour pas se prendre une balle dans la tête ( et donc jouer le rôle qu’on attendais de lui)
    Mon avis est que ce type veut finir le régime actuel, mais il doit faire ca délicatement s’il veut rester vivant.

  • Excellente analyse. Mais il manque la raison principale du choix de la Corée par Trump. La Corée du Nord est un satellite de la Chine, que la Chine a toujours aidé pour une seule raison : poser un caillou dans la chaussure des américains. Il s’agit donc pour les Américains de montrer à la Chine leur force en s’apprêtant à leur prendre leur colonie…

  • Excellent papier qui met en évidence les enjeux stratégiques et les motivations de Trump et des américains. Par contre l’angélisme de Mr Philos transpire sur les USA et sur leur politique. Trump applique la même politique que ses prédécesseurs en étant plus franc, brutal et grossier, c’est sa seule différence. Et il ne faudrait surtout pas se faire d’illusion sur son ou ses successeurs, ce que vous faites quand vous écrivez ceci: « Il ne faut pas se faire d’illusions et nous devons apprendre à ne plus compter sur les Américains (du moins pour l’instant). » L’Europe (si tant elle qu’elle existe) aurait dû en tirer les conséquences depuis très longtemps prendre ses distances vis à vis des USA et se réorienter à l’Est.

    • @ Blabolo

      Oui, l’U.E. peut encore attendre une aide militaire des U.S.A. mais pas de cadeaux commerciaux ou politiques! De là à se tourner vers la Russie n’est sans doute que répéter l’erreur.
      Non, l’U.E. peut devenir un bloc (on n’y est pas encore!) à l’égal des U.S.A., de la Chine, de la Russie ou de l’Inde que personne n’aurait l’idée d’envahir ni, sans doute d’attaquer!

      La WW3 est commencée depuis un moment et se passe sur le plan économique!

  • Il y a erreur d’analyse.
    50% du PIB de la Corée du nord est estimé à l’aide des occidentaux.
    Trump a imposé les sanctions les plus dures de l’histoire contre le régime de Kim, pour l’obliger a négocier…
    Il est aux abois et acculé.
    Trump n’a absolument rien laché ou perdu. Les sanctions restent en vigueur.
    C’est Trump qui a tout gagné. Kim Jun Un a accepté de ne pas protester contre les manœuvres militaires cette année afin d’avoir une réunion avec le président Trump.
    Il n’y a plus eu de test nucléaire nord-coréen depuis neuf mois.
    Il n’y a eu aucun essai de missile nord-coréen en sept mois.
    Trois otages américains ont été libérés.

    Dans l’entretien, Trump lui a montré des fims sur le capitalisme, proposé d’investir dans le tourisme de ses plages, de créer des Zones spéciales économiques etc…

  • Il faudrait tout reprendre point par point…. 🙁
    (1) La Coree du Nord n’a pas de souverainete diplomatique ou militaire. C’est un pion de Pekin. Je me suis toujours demande si Kim n’etait pas une « puppet » dans les mains de generaux 100% infeodes au president chinois…
    (2) Dans ce rapprochement, c’est la Chine qui a cede. Il y a ce qu ‘on a vu: sanctions, mesures de retorsions commerciales, ou sur la propriete intellectuelle… Veme flotte dans la baie de Danang. Et ce qu’on a pas vu. Et je n’ai pas de reponse.
    (3) Ca me fait sourire l’allusion a Carter sur l’Iran, quand on sait que ce sont Carter et Giscard d’Estaing qui ont installe les Mollahs a Teheran. 😀
    (4) Trump s’est d’autant plus facilement assis sur l’accord iranien qu’il vaut a peine le papier sur lequel il a ete signe. Il n’est meme pas passe devant le Senat! ou il n’a pas pu etre ratifie.
    Le reste est a l’avenant…
    Je suis au moins d’accord sur un point: Trump est le plus fort et il applique la loi du plus fort… C’est un changement notable par rapport a son predecesseur qui a dangereusement affaiblit les USA par ideologie. Pour se jeter dans le multilateralisme a l’europeenne, identifie comme une « faiblesse » par les puissances montantes.
    —–
    Les Europeens ont eu des decennies pour « s’organiser politiquement, économiquement que militairement »… Si ca ne s’est pas produit c’est que derriere les grands traites, quand on gratte un peu, on retrouve les interets nationaux… La France n’a jamais voulu abandonner se prerogatives en matiere militaire ou diplomatique, de fait l’UE ne pese pas grandchose sur la scene internationale… L’Allemagne defend exclusivement ses interets economiques et energetiques…
    Le President voit que l’UE se disloque en plusieurs morceaux… au moins 4 (5 avec le UK) et comprend tout le parti qu’il peut en tirer sur le plan commercial.

  • Cet article est cynique ! l’auteur est un vrai clintonien : it’s economic, stupid !

    La corée ? Nul, ils ont rien à vendre…
    L’Iran ? Certes, ils sont un poil dangereux, mais tout ce pétrole…

    Non, finalement, c’est un naïf avec une mémoire de poisson rouge :
    « Il ne faut pas se faire d’illusions et nous devons apprendre à ne plus compter sur les Américains (du moins pour l’instant). Il nous appartient, Européens, de nous organiser…  »

    Quand l’UE (et non l’Europe) n’a pas tromper ses peuples ? Quand US et UE ont-t-elle eu
    des rapports francs ? Quand l’UE n’est-elle plus cet organisme super étatique qui mange ses membres ?

  • Petit détail que l’auteur semble ignorer lorsqu’il parle de l’Iran qui veut la bombe et d’Israël qui l’a probablement : Les grands démocrates Iraniens que sont les mollahs ont pour doctrine « l’élimination du cancer qu’est Israel et que l’Occident a implanté ». Je ne suis pas juif mais çà peut peut-être expliquer pourquoi Israel se bat pour que les finances du terrorisme mondial que sont ces mollahs n’aient pas la bombe. Autre détail, l’ancien accord prévoyait que l’Iran pourrait avoir la bombe dans 7 ans.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles