Iran-Ispahan : le lobby jette un voile trompeur sur la dictature des mollahs

Ispahan en Iran était un foyer de résistance contre l’obscurantisme des mollahs qui ont cherché à imposer la tyrannie au nom de la religion. Aujourd’hui, le lobby des mollahs passe sous silence sa répression sanglante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Iran-Ispahan : le lobby jette un voile trompeur sur la dictature des mollahs

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 avril 2018
- A +

Par Hamid Enayat.

La « semaine culturelle d’Ispahan à Paris » est la nouvelle initiative du lobby des mollahs pour redorer l’image de la théocratie islamiste qui sévit en Iran. Un régime dénoncé par les ONG pour ses graves violations des droits de l’homme et pour détenir le record mondial du nombre d’exécutions par habitant, dont de nombreux mineurs.

Ispahan est la vitrine de l’Iran depuis des siècles, avec son bazar, ses jardins et son art de vivre qui ont fait rêver les Romantiques. Capitale d’empire sous la dynastie safavide, Ispahan est réputée pour ses sublimes roses et ses merveilleux monuments historiques et son quartier arménien qui a contribué à la richesse de cette glorieuse cité. Mais Ispahan est également célèbre pour avoir été un foyer de résistance contre l’obscurantisme des mollahs qui ont cherché à imposer la tyrannie au nom de la religion dans cet antique pays.

[related-post id=311759 mode=ModeLarge]

Ce ne serait pas rendre service à Ispahan et à ses habitants si l’on ne rappelait pas sa réalité entière. Ispahan souffre aujourd’hui d’une gestion calamiteuse par les intégristes qui ont usurpé le pouvoir depuis 39 ans et détruit tant la vie citadine que la vie culturelle de ce pays pourtant si riche en potentialités humaines et naturelles. Un régime plus occupé à financer son arsenal nucléaire et balistique et promouvoir ses ingérences extraterritoriales, que de se préoccuper du bien-être d’une population excédée par la misère économique qui l’étouffe.

Au pied de l’un des plus célèbres ponts d’Ispahan, le lit de la rivière Zayandeh Roud (le fleuve qui fait naître), celui qui a fait de la ville une oasis au milieu du désert, est à sec. Complètement. L’exploitation anarchique par les pasdaran à des fins militaires et pour les champs cultivés à leurs comptes, a épuisé le fleuve et les nappes phréatiques. Cette sécheresse a aggravé la misère de la population et déclenché une explosion de colère sociale, notamment parmi les cultivateurs démunis.

Une proximité dérangeante

« Cette semaine culturelle fera vivre Paris au rythme d’Ispahan pendant sept jours, avec des débats, conférences, projections cinématographiques, gastronomie, expositions, concerts », proclament les annonces du lobby qui s’affirme « heureux de vous convier à cette manifestation où nos intervenants prestigieux vous feront découvrir Ispahan sous un angle original et pluridisciplinaire. » Parmi les intervenants, le vice-président des mollahs et le maire d’Ispahan, qui est un ancien membre des sinistres pasdaran, l’armée répressive du Guide suprême.

[related-post id=296090 mode=ModeLarge]

L’inauguration s’est fait lundi à l’Assemblée nationale sous l’égide du « Groupe d’amitié France-Iran », présidé par la députée Delphine O. Critiquée pour sa proximité par trop dérangeante avec les autorités iraniennes, cette dernière a organisé la semaine de propagande en collaboration avec le régime théocratique qui se tient derrière l’initiative à travers « le centre culturel iranien de Paris, la municipalité d’Ispahan, le ministère des Affaires étrangères des mollahs ». Une légion d’agents des services iraniens ont été dépêchés à Paris pour faire la promotion du business avec les mollahs.

Les activités du Groupe d’amitié France-Iran à l’Assemblée nationale visent principalement à promouvoir les investissements en Iran. Mais comment travailler avec un régime honni comme celui d’Ali Khamenei, sans au préalable blanchir l’image détestable qui lui colle à la peau ?

Ce n’est pas anodin si Delphine O est également cofondatrice d’un groupe de lobby, « Lettres Persanes », dont l’activité vise essentiellement à aider le régime à « quitter le statut de paria pour réintégrer la scène internationale ».

La révolte des Iraniens

La propagande du lobby a été mise à mal, quand éclata récemment une révolte populaire de grande ampleur qui ébranla les fondements de la dictature.

Les Iraniens ont manifesté à Ispahan et dans plus de 140 villes du pays contre la tyrannie et pour un changement de régime. Aux cris de « à bas la dictature », « à bas Khamenei-Rohani », « libérez les prisonniers politiques », « laissez la Syrie, occupez-vous de l’Iran ! », les manifestants ont laissé exploser une rage redoutable, étouffée par une machine de répression implacable.

Ni Madame O ni son Groupe d’Amitié n’ont condamné la répression qui a fait une cinquantaine de morts par balles, dont quatorze tués à la suite de sévices en détention.

Un véritable groupe d’amitié France-Iran doit être avant tout un groupe d’amitié avec le peuple iranien s’il veut jouir de l’estime des démocrates iraniens et français. Le respect d’Ispahan et la grande culture perse appellent à se désolidariser de cette opération de lobbying qui profite avant tout aux dictateurs qui ne représentent ni Ispahan ni l’Iran.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Je suis sensible à cette critique du comportement de nos élus, et suis d’autant plus désolé que cela ne provoque pas plus de réactions que cela sur un site libéral. Les commentateurs semblent plus prompts à dénoncer ce qui touche directement leurs intérêts personnels, que ce qui ne semble pas les affecter, quand cela se passe loin, à l’étranger.
    Et ce serait une erreur de le penser: le soutien de notre classe politique pour des tyrans en plein exercice de répression devraient les inquiéter plus que cela, parce que cela indique clairement la mentalité de ceux qui nous gouvernent, et du sort qu’ils pourraient nous faire dans notre propre pays.

    L’état français fait là montre de peu de considération pour le peuple iranien, et il ne faut pas s’attendre à ce que ses représentants s’en émeuvent plus que cela. Etant dénués de honte ou de tout sens des responsabilités, business as usual n’est-ce pas?

    • Vous pourriez comprendre la discrétion des commentateurs, car mieux vaut s’abstenir de commentaires que prendre ses désirs pour des réalités et projeter sur un pays aussi étranger (dont nous avons quelque difficulté à comprendre ce que veulent vraiment les habitants) une grille d’analyse dont l’expérience nous a enseigné qu’elle a une valeur ici mais pas là-bas. Nos déconvenues passées peuvent légitimement nous imposer un prudent silence .

      • Bla bli blu tout ceci n’a aucun sens. Est-ce difficile de comprendre ce que peuvent vouloir les habitants d’un pays qui subit répression meurtrière, et difficultés grandissantes à se nourrir? L’article est très clair il me semble. Expliquez-nous pour quelle raison « légitime », selon votre propre terme, de modestes commentateurs sur ce site devraient observer prudent silence ou discrétion? Quelle mystérieuse difficulté y aurait-il à comprendre ce que voudrait le peuple iranien subissant l’oppression et la misère? Allez-y, ça promet d’être intéressant.

        • @Dr Slump
          Vos jugements négatifs contre les commentateurs du fait de leur silence m’ont semblé injustes pour ne pas dire violents. J’ai tenté aimablement de vous faire entrevoir qu’il pouvait s’agir d’une erreur de jugement de votre part Peine perdue, c’est raté. Il aurait fallu s’y prendre autrement … ou laisser tomber et ne rien dire.

          Dans une telle situation d’incompréhension, le recours qui me vient à l’esprit pour trouver néanmoins une piste d’intelligibilité est un auteur de belle envergure : il s’appelle Jean Klein et le livre auquel je me réfère est intitulé « Transmettre la lumière ». Mieux que tout ce que vous regrettez de ne pas lire ici, je vous promets que vous trouverez cette piste intéressante et tout à fait cohérente avec une approche libérale (et particulièrement responsable) des problèmes que vous souhaitez ardemment voir mieux traités.
          Je vous prie de m’excuser de ne pas pouvoir faire mieux ni davantage pour répondre valablement à votre demande.

          • Que mes commentaires vous semblent injustes, c’est compréhensible, mais violents? D’autant que je n’ai pas émis de jugement formel, relisez-moi bien et vous verrez que je n’affirme pas d’avis tranché, les mots que j’emploie sont « je suis sensible à », « je regrette que », « il semble que », où est la violence là-dedans? D’autant que mon commentaire a hérité de deux « like », qui indique plutôt que vous êtes seul à imaginer une offense.
            Allez en Iran pour voir ce qu’est la violence, c’est le monde réel, et arrêtez de m’attribuer des jugements et des intentions que vous êtes seul à avoir. Violent? Mon pauvre chou!

  • Entre socialistes, on se serre les coudes. Il y a de l’argent pour les copains dictateurs qui n’ont que faire des Droits de l’Homme et du Citoyens, tout autant que nos élus. Nos élus ont l’air d’envier le fait de pouvoir montrer clairement le mépris pour le peuple qu’ont leurs camarades iraniens. En France, pour l’instant, ça ne passerait pas… quoique…

  • La société iranienne traverse l’une des périodes les plus cruciales de son histoire. Le soulèvement de janvier 2018 a été un tournant majeur qui a mis en évidence la rupture profonde entre la population et le pouvoir, présageant des bouleversements de grande amplitude.
    Un véritable groupe d’amitié France-Iran devrait être avant tout un groupe d’amitié avec le peuple iranien et non du régime qui l’oppresse, pour l’accompagner et donner la voix aux acteurs d’un changement démocratique.

    Voir:
    http://www.iranfocus.com/fr/index.php/qles-amisq/11162-sur-les-contradictions-de-vouloir-faire-l-ambassadrice-du-regime-iranien-en-france

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 9 août 2022, pour le compte de l’Iran, La Russie a lancé un satellite d’observation dont l’objet déclaré est, selon les Iraniens, de surveiller les frontières du pays, améliorer la productivité agricole, suivre l’évolution de la déforestation, contrôler l’évolution des ressources en eau et observer les éventuelles catastrophes naturelles qui pourraient frapper le pays.

 

Un satellite iranien de fabrication russe

Ce satellite, baptisé Khayyam (d’après le célèbre poète du XIe siècle, Omar Khayyam, qui était aussi mathémati... Poursuivre la lecture

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Le vieux monde résiste férocement. Tout est bon pour annihiler la liberté. Le mensonge, la corruption, la répression, le terrorisme, la guerre. Attention ! Le vieux monde n’est pas du tout le Vieux Monde, traditionnellement opposé au Nouveau Monde, c’est-à-dire les Amériques. Le vieux monde est celui qui s’accroche bec et ongles à l’autocratie politique et d’une manière plus générale à tous les phénomènes traditionnels de domination. Dans ce vieux monde, certains sont faits pour commander et d’autres pour obéir. La liberté n’est ni un princip... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles